mercredi 25 avril 2018

Tess d'Urberville


Tess d'Urberville
Titre original: "Tess of the d'Urbervilles"
Auteur: Thomas Hardy
Editeur: Editions France Loisirs
Traduit de l'anglais par: Madeleine Rolland
Introduction, notes et dossier par: André Topia
Nombre de pages: 716

* Quatrième de Couverture *

Jeune paysanne innocente placée dans une famille, Tess est séduite puis abandonnée par Alec d'Urberville, un de ses jeunes maîtres. L'enfant qu'elle porte meurt à la naissance.
Dans la puritaine société anglaise de la fin du XIXe siècle, c'est là une faute irrémissible, que la jeune fille aura le tort de ne pas vouloir dissimuler.
Dès lors, son destin est une descente aux enfers de la honte et de la déchéance.
 
* Mon Avis *

Quel roman ! Tragique, mélancolique, l'histoire de Tess n'en est pas moins passionnante à découvrir.

Après que John Durbeyfield ait appris être le descendant direct de la lignée disparue des d'Urberville, il décide avec sa femme d'envoyer leur fille Tess se présenter aux derniers porteurs du nom avec l'espoir qu'une aide sera apportée à leur modeste famille. Mais Alec d'Urberville a tôt fait de s'enticher de Tess et va profiter de son innocence. Quand la jeune fille comprend qu'elle est enceinte, elle décide de rentrer chez ses parents et, lorsque quelques mois plus tard son enfant ne survit pas, Tess cherche du travail loin des siens et de ses souvenirs, à la laiterie de Talbothays. C'est là qu'elle tombe amoureuse d'Angel Clare, fils d'un riche pasteur apprenant le métier de fermier. Seulement, c'est quand il lui demande de l'épouser que Tess comprend que la chose est impossible, à moins qu'elle lui mente - et elle s'en voudrait alors - ou qu'elle lui avoue sa malheureuse aventure passée et qu'il l'accepte.

Thomas Hardy, un nom porteur d'espoir pour moi qui souhaitais lire cet auteur depuis de nombreuses années; et c'est avec "Tess d'Urberville" que je découvre sa jolie plume, me voilà totalement séduite !
Ce roman n'est pas le simple récit d'une pauvre fille, c'est l'analyse d'une époque ! Etudier la société du XIXe siècle, l'évolution de la vie campagnarde et ses progrès industriels, les moeurs et mentalités machistes, les différents courants religieux et, au coeur de tout cela, la mentalité complexe d'une jeune femme désabusée, voilà ce que nous propose Hardy dans ce roman, écrit avec justesse. L'auteur octroie à son héroïne une personnalité tout en contraste: jeune fille innocente, elle est chargée d'une sensualité intense mais involontaire; la faiblesse et la force se succèdent en elle sans que jamais l'une ou l'autre ne prennent le dessus; ayant suivi peu d'études, elle fait preuve de beaucoup de naïveté dans certains domaines quand elle peut aussi démontrer une ferme intelligence à d'autres moments... je me suis rapidement attachée à elle et, bien qu'ayant vu l'adaptation de Roman Polanski je connaisse déjà l'issue de l'histoire, je me suis retrouvée aussi curieuse du développement de l'intrigue que si je n'en savais rien ! Ce récit est dense, particulièrement détaillé dans la description des paysages, ce qui permet de parfaitement visualiser les scènes; la psychologie des personnages secondaires aussi est joliment précise et nous donne envie d'assister à l'évolution du récit: je ne me suis pas ennuyée un instant ! Et la critique sous-jacente de la société, de son industrialisation, et de la religion m'a fascinée.
André Topia apporte à cette édition une introduction, des notes et un dossier vraiment intéressant.e.s; j'y ai par exemple appris que Thomas Hardy a immiscé dans son oeuvre des faits autobiographiques, ce qui m'a beaucoup plu, ou encore qu'il se référait beaucoup à des textes de Shakespeare que j'ai moi-même lu, et dont on croise certaines citations dans le roman, ce qui m'a aussi particulièrement réjouie.

J'ai adoré cette lecture; Tess m'a touchée, émue, ce roman est admirable ! La plume de l'auteur m'a vraiment charmée et il me tarde désormais de découvrir ses autres oeuvres.
 
* Parlons Couverture *

Cette photographie de Ricardo Demurez me plaît beaucoup, on y retrouve facilement l'innocence de Tess dans la pose, et sa sensualité involontaire se distingue aussi, notamment avec le rouge de ses lèvres. Le choix de couleurs est réussi: cette couverture m'enchante donc !



Citations:

* Elle savait saisir, à l'épaisseur d'un cheveu près, l'instant du soir où la lumière et les ténèbres sont en si parfait équilibre que le jour contraint de s'arrêter et la nuit indécise se neutralisent l'un l'autre et laissent à l'esprit une liberté absolue.

* Parfois sa fantaisie capricieuse prêtait une telle intensité autour d'elle aux actes de la nature qu'ils lui semblaient appartenir à sa propre histoire. Et c'était vrai, car le monde est un phénomène de l'âme.

* [...] il oubliait que l'imperfection peut être supérieure parfois à la perfection même.

* [...] la beauté ne résidait pas dans la chose elle-même, mais dans ce que cette chose symbolisait.

* La beauté ou la laideur d'un caractère n'est pas seulement dans les actions accomplies, mais dans les aspirations et les désirs. La véritable histoire d'un être n'est point dans ce qu'il a fait, mais dans ce qu'il a voulu faire.



Suzy Bess.

  

5 commentaires:

  1. J'ai lu un seul livre de l'auteur mais j'avais beaucoup aimé. Et j'ai également vu l'adaptation de Tess. Du coup tu me donnes envie de tenter le coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Loin de la Foule Déchaînée", non ? Ce roman et son adaptation me tentent énormément. ;)
      Eh bien je pense que tu apprécieras Tess !

      Supprimer
    2. Oui ^^ J'avais tellement aimé le film que le lendemain, j'ai acheté le livre et l'ai lu en deux jours ^^

      Supprimer
  2. je ne connais ni l'auteur (sauf de nom,) ni le roman, ni l'adaptation. Mais ça m'a l'air trés intéressant tout ça

    RépondreSupprimer