dimanche 15 septembre 2019

PAL +1




... +1 !

Cette semaine, j'ai reçu un ouvrage que j'attendais avec impatience !

* Jane Eyre, Charlotte Brontë, illustré par Nathalie Novi.
Résumé: Orpheline, Jane Eyre est recueillie à contrecœur par une tante qui la traite durement et dont les enfants rudoient leur cousine. Placée ensuite en pension, elle y reste jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Elle devient alors gouvernante pour le noble M. Rochester, dont elle tombe bientôt amoureuse, mais les obstacles seront nombreux.

Je commence à être une habituée des ouvrages de Tibert Éditions, et je suis totalement sous le charme de l’œuvre de l'illustratrice qui accompagne l'un des romans que j'aime le plus !

Le livre était accompagné de plusieurs goodies:
- Le petit mot de remerciements:
- Deux marque-pages:
- Un ex-libris "Croquis":
- Un ex-libris "Femme oiseau":
- Un dernier ex-libris "Jane Eyre" (on reconnaît la couverture du livre) et deux grandes illustrations recto-verso:


Suzy Bess. 

mardi 10 septembre 2019

"L'ombre de la menace"; Rachel Caine


L'Ombre de la Menace
Titre original: "Stillhouse Lake"
Auteure: Rachel Caine
Éditeur: Éditions de l'Archipel
Traduit de l'américain par: Sebastian Danchin
Nombre de pages: 332

Je remercie Mylène et les éditions de l'Archipel pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

FUIR NE SERT À RIEN...

La vie sans histoire de Gina vole en éclats lorsque la police découvre un corps sans vie pendu dans le garage familial.

Le mari de Gina est condamné à mort. Elle est acquittée. Mais l'opinion publique reste persuadée qu'elle était complice de son mari, du moins qu'elle couvrait sa folie meurtrière.

Victime de harcèlement, elle décide de fuir avec ses enfants. Mais, où qu'elle aille, quelqu'un dans l'ombre l'épie, l'obligeant sans cesse à changer d'identité et de vie.

Quatre ans ont passé. Gina vit à Stillhouse Lake, où elle commence enfin à baisser la garde. Jusqu'à ce qu'un cadavre de femme soit repêché du lac...

Traduit dans seize pays, n°1 sur la liste des meilleures ventes de USA Today, ce thriller a été finaliste du Goodreads Choice Award et de l'International Thriller Writers Award.
 
* Mon Avis *
! Coup de Cœur !

Haletant, "L'Ombre de la Menace" est l'un des meilleurs thrillers que j'ai lu ces des dernières années; c'est un coup de cœur !

Il aura suffi qu'une voiture s'encastre accidentellement dans le garage d'une maison pour que le monde découvre l'horreur: un corps pendu et dépecé, dernier de la longue liste de meurtres effroyables commis par Melvin Royal, mari et père de famille que tous croyaient jusque là respectable. Alors qu'il erre dans le couloir de la mort, sa sentence trainant à être exécutée, sa femme Gina est acquittée après un an d'emprisonnement. Malheureusement, personne ne croit en son innocence et elle doit fuir avec ses deux enfants pour échapper à des harceleurs aux propos virulents et inquiétants, des menaces de mort et de tortures abominables. Après de nombreux changements d'identités et déménagements successifs, Gina, devenue Gwen Proctor, et ses enfants s'installent à Stillhouse Lake, espérant pouvoir enfin se fixer quelques temps. Mais le pire arrive: le corps d'une jeune femme est retrouvé dans le lac faisant face à leur maison, puis un autre, et le mode opératoire est le même que celui de Melvin Royal... Alors l'horreur recommence pour la famille.

À couper le souffle - littéralement, il m'a fallu faire une pause à la fin de certains chapitres pour reprendre une respiration normale -, ce roman nous plonge dans l'angoisse dès son prologue ! Je découvre avec ce thriller la plume fascinante d'une auteure prolifique (la série des "Vampire City", c'est elle), et je suis totalement séduite: elle écrit avec intelligence sur un sujet que je vois rarement mis en avant: en effet, lors d'affaires criminelles, l'on pense systématiquement aux familles des victimes... mais nettement moins aux familles des coupables. Or, elles sont également victimes de ce qui arrive, la haine du public découle bien souvent sur elles. C'est ce qui se déroule ici. Notre héroïne et ses enfants n'ont aucun soutien, ni aucun suivi psychologique, reconnus implicitement coupables de ne pas avoir su, de ne pas avoir deviné l'horreur des évènements qui se déroulaient à quelques mètres d'eux; victimes de harcèlement, de menaces profondément choquantes, l'on ne peut que comprendre la paranoïa que développe Gina/Gwen ! Au fil des pages, chaque personnage devient donc un potentiel coupable, la paranoïa gagne le lecteur qui voit de possibles menaces absolument partout. La mère de famille est, de par les évènements, devenue extrêmement méfiante, effectuant des vérifications quotidiennes sur Internet, se confrontant aux trolls et à leurs menaces immondes... La suivre dans ce quotidien éprouvant est une immersion étouffante pour nous, mais on ne peut résister à l'attrait de vouloir continuer l'histoire, connaître son dénouement.
Le discours de l'auteure sur la matière de son roman est clairvoyant: le danger que représente le web est accentué, elle évoque également la difficulté de rester, à notre époque, une personne anonyme. Chaque risque est amplifié à cause de la situation particulière de la famille. Ce n'est pas une course-poursuite à proprement parler qui est relatée, non, les personnages fuient en réalité ce qui pourrait arriver. L'accent est donc également mis sur l'éventualité, et en quelques phrases, tout devient possible.

Ce roman est vraiment excellent, une plongée dans les ténèbres d'esprits psychopathes que l'on ne voit pas toujours, au côté d'une famille  qui tente de réchapper à ses démons intérieurs autant qu'aux menaces extérieures. À lire d'urgence !
 
* Parlons Couverture *

La couverture originale de ce roman est intéressante:
Ce canot sur un lac fait en effet directement référence à une partie du roman et à son titre VO. Mais je suis totalement sous le charme de la photographie d'Andrei Cosma qui sert de couverture à notre édition française. Les teintes automnales des bois embrumés, le sinistre ton sombre du plan d'eau, cette silhouette (et son effet miroir avec l'eau) intégrée entre deux lettres du nom de l'auteure et qui, bien que de dos, paraît menaçante... j'aime tout, c'est une excellente composition !


Citations:

* À une époque aussi obsédée par l'image, le plus dur est d'empêcher les gamins de publier leur photo sur Internet. On est épié en permanence par des gens dont l'attention ne se relâche jamais. Les yeux qui nous observent ne battent jamais des paupières.

* - Dans un monde idéal, votre fils n'aurait pas besoin de savoir se battre. Mais il n'y a que trois certitudes dans l'existence: on meurt un jour, on paye des impôts, et on trouve des caïds dans toutes les cours d'école.

* Pour la première fois, elle prend conscience qu'une arme à feu représente tout autant un danger qu'une protection. [...] Tous ceux qui pensent que les armes sont une solution oublient leur fonction première: tuer.


Suzy Bess.

dimanche 8 septembre 2019

"Dans les pas de Valeria, tome 1", Elísabeth Benavent


Dans les Pas de Valeria,
tome 1
Titre original: "En los zapatos de Valeria"
Auteure: Elísabeth Benavent
Éditeur: Éditions de l'Archipel
Traduit de l'espagnol par: Martine Desoille
Nombre de pages: 400

Merci à Mylène et aux éditions de l'Archipel pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

Valeria aime les belles histoires d'amour.
 
Valeria est romancière.
 
Valeria a trois amies:
Lola, Carmen et Nerea.
 
Valeria et ses amies partagent tout.
 
Valeria est mariée à Adrian,
mais elle rencontre Victor...
 
Valeria aime la sincérité.
 
Valeria est unique.
Comme toi !
 
Complices et inséparables, Valeria et ses amies se racontent tout. Vraiment tout. Surtout leurs histoires de cœur...

Valeria commence à s'ennuyer dans les bras d'Adrian.
Lola s'éclate avec ses amants, qu'elle collectionne.
Carmen et son collègue de bureau se tournent autour.
Nerea, elle, vient enfin de rencontrer quelqu'un !

Valeria, c'est drôle, c'est vif. Ça pétille et ça passe aussi vite qu'une soirée entre filles.
 
* Mon Avis *

Après son succès à l'étranger et alors que l'adaptation de cette saga en série pour Netflix est annoncée pour 2020, "Valeria"est enfin traduite en français. Et autant dire que ça envoie !

Mariée depuis dix ans à Adrian, Valeria sent que leur union et leur amour s'effondrent. Accaparé par son métier de photographe, son époux ne lui accorde plus d'attention et la jeune femme qui n'a pas encore trente ans se rend compte qu'elle s'est totalement laissée aller depuis qu'elle a quitté son ancien job pour publier un bestseller. Sauf qu'elle a promis à son éditeur un second livre qu'elle ne parvient pas à écrire. Sa rencontre avec le désirable Victor, tombeur dans l'excellence, va bouleverser cette existence ternie depuis de nombreux mois. Alors que ses quatre meilleures amies n'ont de cesse de la mettre en garde, elles ne sont pourtant pas en reste: Lola, reine de l'indépendance sentimentale et accumulant les conquêtes de passage, prend peur en comprenant qu'elle s'est un peut trop attachée à Sergio, son amant du moment, déjà fiancé à une autre; Nerea, aux idées romantiques et cherchant la perle rare, vient de la trouver en la personne de Daniel, sans savoir qu'il n'est autre que le patron ignoble et irrespectueux de Carmen; non seulement cette dernière le hait passablement, mais elle traverse en plus une période de frustration qui la déprime: elle n'ose avouer ses sentiments à son collègue, Barto, de peur qu'il ne partage pas son inclination tandis qu'il semble seulement la considérer comme une bonne amie.

Le "Sex and the City" version pré-trentaine, c'est tout à fait ce que nous propose Elísabeth Benavent avec cette saga aux héroïnes franches et assumées. Ce roman promet un vrai bon moment à qui apprécie la chick-lit, des d'histoires d'amour compliquées ponctuées de commérages entre copines à profusion et d'érotisme.
Les caractères variés et explosifs de ces quatre amies qui s'entendent si bien nous permettent de nous attacher rapidement à elles: elles sont tout simplement sympas, on a juste envie d'aller faire la fête en leur compagnie (en buvant cependant nettement moins d'alcool - c'est dangereux pour la santé, à consommer avec modération ! C'était "l'instant conseil" de mon avis). L'auteure s'attarde sur la complexité de l'amour, les différentes attentes de ses héroïnes en la matière, et joue sur la frustration sexuelle de celles-ci.
Seule la narration m'a perturbée: Valeria raconte minutieusement cette histoire comme si elle vivait chaque scène de ce récit, même lorsque le passage concerne uniquement l'expérience d'une de ses amies. Alors, il y a une logique à tout ça, évidemment: l'auteure veut bien entendu mettre en avant que ce quatuor se raconte absolument tout et avec maints détails. Dans l'idée, on peut donc comprendre ce développement; dans les faits, le résultat est parfois très étrange, une impression de voyeurisme un peu perturbante m'a parfois assaillie tant l'intimité de ces jeunes femmes est exposée.

En définitive, il suffit de savourer, l'esprit léger. Le premier opus de cette saga ne révolutionne, certes, pas le genre, mais il atteint l'objectif fixé en partageant la bonne humeur d'un groupe de filles un peu déjantées et profondément authentiques qu'on a envie de suivre de près !
 
* Parlons Couverture *
 
Cette saga aurait-elle envie de remettre les collants à motifs au goût du jour ? C'est en tout cas ce que laissent penser les couvertures des quatre opus prévus pour le moment. Cette paire de jambes rayées détonne sur cette couverture épurée, et la police d'écriture est bien jolie. Une finition vernie pour les lettrages et la photographie ajoute une petite touche de glamour à cette composition.
Au final, une couverture un peu sage pour un roman qui l'est nettement moins, mais justement: le contraste est amusant !


Citations:

* Le flirt visuel est une chose étrange, mais confortable.

* - Le monde entier est une vallée de larmes.


Suzy Bess.

PAL +6




... +6 !

Et voilà: en une semaine, je viens d'anéantir mes efforts du mois dernier. ^^
C'est donc 6 nouveaux livres dans la Pile À Lire cette semaine - le double du mois dernier, en somme...

* Achat *

* Le Parfum de Katsu, Claire Volanges.
Résumé: À quelques jours des noces qui doivent l'unir à Akeko Kawa, l'héritière du clan ennemi de son peuple, l'honorable seigneur de guerre Toru Okami croise la route de Katsu, modeste paysanne mariée à un homme violent qui se plaît à l'humilier chaque jour. Toru est troublé par la beauté sauvage et le parfum envoûtant de la jeune femme. Quand celle-ci sauve d'une chute le père gravement malade de Toru, le seigneur l'invite à rejoindre le château pour devenir la suivante de sa future épouse.

Il me faisait de l’œil depuis sa sortie, celui-là. J'ai profité de mon achat France Loisirs de la saison pour me le prendre.

***
 
* Boîte à Livres *

* La Ferme du Bout du Monde, Sarah Vaughan.
Résumé: Cornouailles, une ferme isolée au sommet d'une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille et ses secrets. 1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu'à cet été 1943 qui bouleverse leur destin. Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l'a préparée à ce qu'elle y découvrira. Deux étés séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ?

J'ai été surprise de trouver ce roman en boîte à livres, et ravie surtout !

***

* No et Moi, Delphine de Vigan.
Résumé: Elle avait l'air si jeune. En même temps il m'avait semblé qu'elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu'elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur. Adolescent surdouée, Lou Bertignac rêve d'amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes. Jusqu'au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu'elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l'errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Mais nul n'est à l'abri...

Ça fait bien dix ans que je souhaite lire ce livre. Quelle joie de le trouver ! Surtout que je n'ai encore jamais lu son auteure non plus.

***

* Coup de Gigot, et Autres Histoires à Faire Peur, Roald Dahl.
Résumé: Qui pourrait croire que derrière cette paisible ménagère, si tendre et si attentionnée avec son mari, se cache une terrible meurtrière ? Et cette logeuse débordante d'amabilité et de gentillesse, comment ne pas lui faire confiance ? Mais attention ! Les apparences sont parfois trompeuses...

J'ai adoré Charlie et la Chocolaterie, j'aimerais beaucoup découvrir toutes les œuvres de l'auteur. Et donc en tombant sur ce titre, très abimé, je l'ai forcément recueilli !

***

* Journal d'une Princesse, tome 1: La Grande Nouvelle, Meg Cabot.
Résumé: À quatorze ans, Mia est une collégienne new-yorkaise comme les autres. Mais le jour où elle apprend que son père, qui vit en Europe, est en réalité le prince de Genovia, une petite principauté au bord de la Méditerranée, les choses se gâtent. Voilà Mia princesse héritière ! Et ça ne lui plaît pas du tout.

et...

* Journal d'une Princesse, tome 2: Premiers Pas, de Meg Cabot.

J'adore Anne Hathaway, et son rôle dans la sympathique adaptation de cette saga (Princesse Malgré Elle) m'a charmé. Je vais donc découvrir les premiers opus de cette série jeunesse avec plaisir.
  
*

Voilà tout pour cette semaine. À partir de cet instant, je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises d'être plus sage et de ne plus aller visiter les boîtes à livres avant que ma Pile À Lire ait atteint un seuil respectable (ne riez pas, j'essaie vraiment de m'en convaincre). Il me restera seulement deux autres livres à recevoir ce mois-ci.


Suzy Bess.
   

jeudi 5 septembre 2019

Bilan Août 2019


Bilan du mois d'Août 2019


C'est parti pour le bilan !
Je pensais réitérer la remarquable performance (c'est sarcastique, vous l'aurez compris...) du mois dernier, au vu des nombreuses activités estivales qui m'attendaient, et finalement j'ai lu deux fois plus qu'en juillet.

* Mes lectures *

Je suis plutôt satisfaite de ces 8 livres lus. Avec, malheureusement, une déception.

Intense découverte que ce roman froid et intime.

* Les animaux de tout le monde, Jacques Roubaud.
Des poèmes courts et amusants, et un bestiaire varié pour ce recueil plein de légèreté.

Relecture absolument passionnante d'un classique que je recommande !

Excellent moment passé avec ces aventures racontées par la superbe plume de l'auteur.

* Mémé dans les orties, Aurélie Valognes.
C'est LA déception. Je ne sais pas vraiment ce qui a cloché: trop d'attentes de ma part ou le style moins feel good que je ne le pensais ?

* Le petit prince, Antoine de Saint-Exupéry.
Relecture poétique de cette histoire que j'apprécie follement.

* L'écume des jours, Boris Vian.
Découverte d'un style indéfinissable, ce roman fascine.

* Six chevaux bleus, Yvonne Escoula.
Ce fut une agréable redécouverte, j'avais tout oublié de ce roman que je possède depuis... l'école primaire !
  
* Évolution de la PAL *

Je suis la sagesse même !
3 livres reçus; c'est 2 de plus que ce que j'avais prévu, mais il y avait du SP dans le lot que je n'attendais qu'en septembre, je ne suis donc pas fautive. ^^

Achat/Box:
Babel, ABK.

Service-Presse Éditions de l'Archipel:
Dans les pas de Valeria, tome 1, Elisabeth Benavent.
L'ombre de la menace, Rachel Caine.
 
* Quoi d'autre ? *

J'ai reçu la box Mille et un livres d'Août, avec un super contenu !
*
Le trailer de Little Women est sorti !
Il me tarde de voir cette adaptation des Quatre filles du Docteur March.
*
Actusf a partagé une publication amusante (cliquez pour voir en grand):
Je serais plutôt bien tentée de visionner une télé-réalité de ce genre ! ^^
*
Folio va ressortir une nouvelle édition du Seigneur des anneaux pour début octobre:
*
Et il se peut que les éditions Charleston rendent hommage à notre Jane Austen préférée cet hiver:
*
Netflix développerait une série Legend of Zelda mais les infos n'affluent pas...
*
Dernière réflexion: il va vraiment falloir que je continue la section Le Toucher Net P@ges et que je mette en place celle concernant les films, que je n'ai toujours pas commencée et dont je parle pourtant depuis... le début de l'année.


Voilà tout pour ce mois.
Et vous, qu'avez-vous fait en août ?

Suzy Bess. 

"Six chevaux bleus", Yvonne Escoula


Six Chevaux Bleus
Auteure: Yvonne Escoula
Éditeur: Gallimard
Illustrations de: Tibor Csernus
Nombre de pages: 188

* Résumé *

Bohème, imposante et haute en couleur, tante Martha, l'antiquaire, surgit sans crier gare chez Mme Prévot, la mère des jumeaux Jean-Pierre et Yves, bousculant l'ordre minutieux de l'appartement. Martha communique aux deux garçons sa passion pour les antiquités chinoises, au grand scandale de Mme Prévot qui n'entend rien à toutes ces "vieilleries". De chinoiserie en chinoiserie, les Jumeaux découvrent la longue histoire de la Chine. Jusqu'au jour où, dans la vitrine du magasin d'antiquités, on découvre un cheval bleu brisé en mille morceaux...
 
* Mon Avis *

Voilà un petit polar jeunesse tout à fait sympathique !

Yves et Jean-Pierre, deux frères jumeaux, vivent seuls avec leur mère jusqu'au jour où Martha, leur tante qu'ils ne connaissent pas, se présente chez eux. Si la tension entre les deux femmes se fait aussitôt sentir, la tante Martha parvient néanmoins à obtenir l'autorisation d'accueillir les Jumeaux une fois par semaine dans son magasin d'antiquités chinoises. Les Jumeaux se passionnent rapidement pour l'univers exotique qu'ils découvrent, mais un jour, un client brise l'un des six chevaux bleus en porcelaine de la vitrine et Yves est accusé à tort du méfait. En compagnie de son frère et de leur jeune voisine, il va tenter de prouver son innocence en se mettant en quête de preuves. Cependant, ils sont bientôt poursuivis par de mystérieux et inquiétants inconnus à la recherche des autres chevaux bleus.

Comment ce roman a-t-il intégré ma bibliothèque ? Je ne m'en souvenais plus jusqu'à ce que je retrouve sur la page de garde le tampon du bibliobus de mon école primaire; c'est alors une bouffée de souvenirs qui m'a assaillie ! Mais de l'histoire non plus je ne me rappelais rien, et c'est finalement une agréable redécouverte puisque l'intrigue aux airs de thriller m'a tenue en haleine. Un suspense subtil est instauré et l'on ne souhaite qu'une chose: avoir le fin mot de l'histoire ! C'est que cette profusion de personnages de l'ombre, mystérieux et aux méthodes plus que douteuses, est fortement intrigante ! Les protagonistes principaux, quant à eux, sont bien construits, on s'y attache en deux lignes sans s'en rendre compte; les enfants ont la naïveté authentique de leur âge et ce côté adulte qu'ils aiment se donner.
L'ambiance, quant à elle, est ambivalente: parfois décontractée, d'autres fois menaçante; l'équilibre reste parfait entre ces deux opposés, et l'esprit aventureux nous gagne facilement. De plus, le style des illustrations de Tibor Csernus qui parsèment ce roman s'accorde bien avec l'histoire.

Yvonne Escoula possède une plume moderne susceptible de plaire aux enfants de notre siècle (à partir de 10 ans environ) autant qu'aux adultes en quête d'un récit qui se lit tout seul. À découvrir à l'occasion !
 
* Parlons Couverture *

C'est en toute logique que l'on retrouve en couverture une illustration de Tibor Csernus. Les six chevaux-titre y sont représentés sur un fond neutre qui, s'il a tendance à amoindrir le côté jeunesse de l'ouvrage, me plaît bien.


Citations:

* Si l'on saisit un sabre pour fendre le clair de lune,
Le clair de lune en sera-t-il brisé ?
Si l'on prend un balai pour balayer l'ombre des arbres,
L'ombre des arbres en sera-t-elle moins noire ?
Bien des gens détestent l'ombre des arbres,
Beaucoup sont gênés par le clair de lune,
On pourrait sans doute déraciner les arbres,
Mais comment s'y prendre avec la lune ?

* Dans un monde pressé, où chacun chercher à gagner quelques minutes, pour mieux les perdre par la suite, le Marché aux Puces feint d'ignorer que le temps, c'est de l'argent.


Suzy Bess.