mardi 6 novembre 2018

Fandom


Fandom
Titre original: "The Fandom"
Auteure: Anna Day
D'après une idée originale de: Angela McCann
Editeur: PKJ
Traduit de l'anglais par: Emmanuel Gros
Nombre de pages: 492

Je remercie les éditions PKJ et Babelio pour cette lecture,
lue dans le cadre d'une Masse Critique. 

* Quatrième de Couverture *

Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée... Katniss, par exemple ! Le rêve, non ? Du moins jusqu'à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l'arc ou de grimper aux arbres, et que vous n'avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel.

Ce qui n'est pas le cas de Violet, coincée dans son roman favori...
 
* Mon Avis *

Ce roman m'a apporté un ressenti assez étrange que je vais tenter d'expliquer. Mais, captivant, il m'a fait passer un bon moment.

Depuis quelques années, Violet est fan de "La Danse des Pendus", un roman dystopique qui a rencontré un tel succès qu'il a eu droit à son adaptation au cinéma. Alors que la jeune fille se rend cosplayée en personnage du roman, avec ses deux amies Alice et Katie ainsi que son petit frère Nate, au Comic Con de Londres dans le but de rencontrer les deux acteurs principaux de l'adaptation, un accident se produit et le groupe se retrouve propulsé dans l'univers même du livre; un monde effroyable où les humains ne se font plus appeler comme tels et se sont scindés en deux groupes, des deux côtés d'une frontière: les Ingas, des Individus Génétiquement Augmentés - plus grands, plus forts, plus intelligents, d'une beauté parfaitement symétrique - règnent en maître sur les Pâturages, lieux préservés de toute dévastation, et sur les Impas, ou Imparfaits, le reste de la civilisation n'ayant reçu aucune amélioration génétique et réduit en esclavage, dont les membres sont régulièrement pendus. Mais des rebelles sont sur le point d'enclencher une révolution grâce à la présence de Rose, une jeune héroïne courageuse. Une Rose qui va malheureusement mourir plus tôt que prévu à cause de l'arrivée inopinée des quatre amis. Pour se sortir de cet univers, Violet va alors être forcée de prendre la place de Rose et de suivre l'intrigue originale du roman. Sauf que l'intrigue est sujette à des modifications imprévues et que Violet n'a pas du tout l'aptitude à devenir une héroïne de roman.

Entrer dans l'univers d'un livre... beaucoup en rêvent (enfin, tout dépend du livre !). C'est d'ailleurs un sujet qui a déjà été abordé à plusieurs reprises, la preuve que cela fait rêver autant les lecteurs que les écrivains. Ici, nous faisons rapidement connaissance avec l'univers dans lequel vont être projetés les personnages principaux puisque Violet nous le raconte en en faisant un exposé en classe (le procédé m'a plu, d'ailleurs, même si dans le cas de ce roman ça ne vend pas du rêve et qu'une remarque de la professeure de la jeune fille, lui signifiant qu'elle pourrait devenir écrivain, paraît clairement exagérée !); un monde dystopique, donc, plutôt classique et pouvant rappeler Hunger Games dans ce côté: les puissants tyranniques parfaitement superficiels séparés de la "vermine" qui se tue au travail et meurt de faim ou d'assassinats injustifiés; la ressemblance s'arrête là et nous découvrons ensuite, tout au long du récit, les détails de cet univers.
D'emblée, Anna Day glisse des petites remarques laissant penser qu'elle s'amuse des codes de la dystopie, ce qui m'a amenée à avoir des doutes quant à ses intentions avec cette histoire, je ne savais pas trop comment la prendre: avec sérieux ou avec humour ? J'évoquais d'ailleurs plus haut cette étrange sensation qui m'a gagnée durant ma découverte du récit, il s'agissait en fait de l'impression que si je me posais trop de questions sur certains détails ou sur l'idée même du roman, je risquais d'être déçue par les réponses que je trouverais et que cela gâcherais mon expérience de lecture (je suis pourtant fan de tout ce qui a trait à la physique quantique)... il a donc fallu que je me force à ne pas me poser de questions; ce n'est pas l'idéal mais il en a résulté que j'ai rapidement été captivée par l'histoire ! Si j'ai été surprise de découvrir que Violet n'était pas la seule a être bloquée dans "La Danse des Pendus" et que j'ai trouvé que les personnages manquaient d'authenticité, je les ai tout de même trouvés intéressants et l'évolution du caractère de Violet m'a plu; l'humour, apporté bien souvent grâce à la présence de Nate, fait du bien. Et le fait de savoir dès le début comment l'histoire doit normalement se terminer est une bonne idée, ça nous permet d'être surpris lorsqu'il y a des modifications dans l'intrigue, et d'être portés par l'action.

Ce roman est l'assemblage de deux idées: la partie dystopique a été imaginée par l'auteure même, et le fait qu'un groupe d'adolescents soit projeté dans son livre préféré vient d'Angela McCann, qui a participé avec ce sujet à la Big Idea Competition. Je ne connaissais pas ce concept de concours et je ne suis pas certaine que cela me plaise tant, mais si un tel programme peut permettre à des personnes qui fourmillent d'idées de les voir se réaliser par d'autres, pourquoi pas !

Un second tome est prévu pour l'automne 2019, je le lirai (avec plus de curiosité que d'intérêt, certes, mais je le lirai) car si l'on ne cherche pas trop en entrer dans les détails ce premier roman est tout de même bien prenant finalement.
 
* Parlons Couverture *

Cette jolie et sombre couverture a besoin de lumière pour être encore plus éblouissante: ses ronces se parent alors d'un bleu luminescent magnifique et le titre en relief n'en ressort que plus. J'adore !



Citations:

* Méfiez-vous de vos souhaits car parfois la réalité peut vraiment vous jouer des tours.

* La culpabilité agit tel un trou noir qui aspire tout espoir, toute joie, tout amour dans un puits de néant.



Suzy Bess.

     

vendredi 2 novembre 2018

Bilan Octobre 2018


Bilan du mois d'Octobre 2018



L'hiver vient les Nomades !

Par ces températures bien fraîches, il est maintenant temps de revenir sur mes lectures d'Octobre.
Je suis plutôt contente d'avoir lu 8 livres.

 
* Mes Lectures *

* Phobos, de Victor Dixen.
Jolie découverte que ce roman sorti de ma pile à lire grâce à Blandine ! Il me tarde de passer à la suite de la saga.

* Anna et l'Homme-Hirondelle, de Gavriel Savit.
J'ai reçu ce livre grâce à une Masse Critique sur Babelio. Et j'ai frôlé le coup de coeur: cette histoire est magnifique, poétique, je vous la recommande vivement !

Cette biographie n'apporte rien de vraiment nouveau mais elle est touchante et vue d'un point de vue différent, j'ai aimé !

* Skeleton Creek, livre 1: Psychose, de Patrick Carman.
Géniale, cette découverte ! Le concept de cette histoire m'a beaucoup plu, donné des frissons, et globalement captivé ! Je vous reparlerai de la suite dès que je l'achèterai.

* Un Merci de Trop, de Carène Ponte.
Je suis passée un peu à côté de ce roman malheureusement, il a tout pour être sympathique pourtant. Il s'agissait de mon tirage de Septembre pour le challenge "Un an avec ma Bookjar".

Tirage d'Octobre, cette fois, pour le challenge mentionné juste au-dessus, j'ai été touchée par ce témoignage poignant !

* Allez Tous Vous Faire Foutre, d'Aidan Truhen.
Autre livre reçu grâce à une Masse Critique Babelio, j'ai adoré cette lecture !

* Orgueil & Préjugés, de Jane Austen - illustré par Margaux Motin.
Désormais, tous les mois, je lis un (ou parfois plusieurs) livre à voix haute. En Octobre, j'ai décidé de redécouvrir mon roman favori dans une version illustrée, et forcément: j'ai beaucoup aimé ! ^^
 
* Evolution de la PAL *

Oh, ce peu de livres que j'ai reçu ! Je suis fière de moi: 6 réceptions, donc une pile à lire qui baisse de deux titres.


 
Achats: To Your Eternity, tome 1, de Yoshitoki Oima; Grace and Fury, de Tracy Banghart.

SP: Jane Austen: Un Coeur Rebelle - Biographie, de Catherine Rihoit, lu dans le mois.
 
Masse Critique: Allez Tous Vous Faire Foutre, d'Aidan Truhen, lu dans le mois; Fandom, d'Anna Day.
 
Cadeau: Les Caprices de Miss Mary, de Colleen McCullough.
 
 
* Quoi d'autre ? *

J'ai reçu deux box ce mois-ci: la box Mille et un Livres et une Wootbox Harry Potter.

J'ai vu ou revu les films suivants: La trilogie du "Seigneur des Anneaux" ("La Communauté de l'Anneau", "Les Deux Tours" et "Le Retour du Roi"), réalisée par Peter Jackson; "Hot Shots ! 2", de Jim Abrahams; "A Star is Born", par Bradley Cooper; "Johnny English", réalisé par Peter Howitt; "Seven Sisters", de Tommy Wirkola; "La Famille Addams", par Barry Sonnenfeld; "Ange et Gabrielle", réalisé par Anne Giafferi; "La Grande Aventure Lego", de Christopher Miller et Phil Lord; "Batman v Superman: L'Aube de la Justice", par Zack Snyder; et "Warcraft: Le Commencement", de Duncan Jones.
Puis un documentaire: "Le Monde de Jamy: Les Colères du Ciel"
J'ai également enfin pu découvrir les séries "The Handmaid's Tale: La Servante Ecarlate", par Bruce Miller, "Poldark", de Debbie Horsfield; "Chicago Justice", par Dick Wolf; et pu voir la saison 5 de "Blacklist", créée par Jon Bokenkamp.



Voilà tout pour ce mois d'Octobre.
Et vous, qu'avez-vous fait de beau ?

Bon mois de Novembre à toutes et à tous !



Suzy Bess

 

jeudi 1 novembre 2018

Orgueil & Préjugés, illustré par Margaux Motin


Orgueil & Préjugés
Titre original: "Pride and Prejudice"
Auteure: Jane Austen
Illustré par: Margaux Motin
Editeur: Tibert éditions
Traduit par: Jules Castier (1947), révisé par l'éditeur
Nombre de pages: 358

* Quatrième de Couverture *


* Mon Avis *

Quand le trait moderne de Margaux Motin rencontre l'humour de Jane Austen, le résultat est délicieux. en tant que janéïte confirmée, c'est donc en toute partialité que je vais vous présenter cet ouvrage !

On ne présente plus ce roman, relatant l'une des histoires d'amour qui ont le plus fait chavirer le coeur des romantiques. Jane Austen, disparue depuis deux siècles, reste d'une modernité saisissante et l'on ne compte plus le ombre de ses admirateurs et admiratrices. Alors quand Tibert éditions a annoncé, en 2017, la parution d'une nouvelle version illustrée de cette oeuvre, je peux vous certifier qu'elle a été attendue de pied ferme. D'ailleurs, la vente participative organisée sur Ulule pour sa première distribution a atteint son objectif en seulement quelques heures ! Il n'y a pas meilleur compliment.

La maison d'édition a donc visé bien juste en proposant cette édition; Margaux Motin est l'une des illustratrices françaises les plus appréciées, son style est si pétillant, son humour tellement savoureux, que le choix de l'associer à la célèbre romancière anglaise sonne comme une évidence.


Cet ouvrage nous présente donc la version intégrale du roman, additionnée de plusieurs illustrations ou se mêlent costumes d'époque et dialogues actuels. Si l'on n'aurait pas été contre un plus grand nombre de représentations, c'est un plaisir de découvrir ces images tout en relisant ce récit dont je ne me lasserai jamais.

Une version illustrée qui a rapidement trouvée sa place dans ma bibliothèque et qui s'en fera sans nul doute une dans celles des autres admirateurs et admiratrices du roman !

A noter que Tibert éditions a continué son association avec Margaux Motin pour l'élaboration de "Persuasion", de la même auteure. Je vous en reparlerai très vite !
 
* Parlons Couverture *

On devine tout de suite le coup de crayon de Margaux Motin. Cette couverture nous présente donc le duo Elizabeth Bennet/Fitzwilliam Darcy ! Un bonheur pour les yeux.







Suzy Bess.

  

[Roman] Allez Tous Vous Faire Foutre


Allez Tous Vous Faire Foutre
A Paraître le 07 Novembre 2018
Titre original: "The Price You Pay"
Auteur: Aidan Truhen
Editeur: Sonatine éditions
Traduit de l'anglais par: Fabrice Pointeau
Nombre de pages: 277

Je remercie Sonatine éditions et Babelio pour cette lecture,
découverte dans le cadre d'une Masse Critique. 

* Quatrième de Couverture *

Les films de Tarantino vous semblent trop soft ? Essayez Aidan Truhen.

"Ceci n'est pas un polar pour votre grand-mère, avec des gentils et des méchants. C'est un bouquin pour adulte. Et honnêtement, je dois dire qu'il est moralement répréhensible. Vous allez l'adorer, et à cause de cela, vous allez vous sentir coupable. Mieux vaudra ne pas le laisser traîner: les gens vous regarderont comme si quelque chose ne tournait pas rond chez vous. Le mieux, c'est peut-être de le glisser dans un autre livre, avec des fleurs sur la couverture. Comme ça quand vous rirez personne ne se fera une piètre opinion de votre âme."
 Aidan Truhen

Jack Price est à la cocaïne ce qu'Uber est au transport. C'est un criminel en col blanc, parfaitement organisé, avec une force de vente décentralisée et un produit de marque. Un jour, quelqu'un à l'étrange idée d'engager un groupe de mercenaires, les Sept Démons, pour le liquider.
Grosse erreur.
Enorme erreur.
Si Jack est un type vraiment très cool, il est aussi vraiment très barje.
Paix à leurs âmes.
  
* Mon Avis *

Vous l'aimerez ou vous la détesterez, pour ma part cette lecture m'a fait passer un très bon moment !

Jack Price est un dealer de cocaïne de qualité, ayant des principes et se cachant derrière une identité des plus banales. Mais un jour, sa voisine du dessous est froidement exécutée, et lorsque Jack commence à se renseigner pour trouver l'assassin, il se fait sauvagement tabasser. Peu après, il apprend avec surprise qu'une personne a engagé les Sept Démons pour le tuer, un groupe de criminels organisés extrêmement doués, à tel point qu'ils parviennent toujours à leurs fins. Mais Jack Price n'a pas l'intention de se laisser faire; sous ses dehors calmes et insouciants, il n'attendait qu'une bonne excuse pour libérer la fureur qui l'habite... et cette excuse est désormais toute trouvée ! Pour contrer les Sept Démons qui le poursuivent, il va devoir en devenir un en se faisant le justicier de sa propre cause.

Le style de cette histoire est savoureux, les personnages ont une psychologie étudiée et les évènements s'enchaînent sans temps mort; idéal donc pour se détendre... enfin, si c'était le genre d'histoire qui détend. Mais c'est plus un livre d'action, un récit agressif montrant la rage de vivre et de vengeance d'un homme qui devient inquiétant dès qu'il ne se pose plus de limites. Tout à fait le genre de roman "ça passe ou ça casse". Autant vous dire que j'ai franchement adoré cette histoire incisive, furieuse, tout en restant drôle. Le personnage principal est attachant, autant que le Raymond Reddington de la série TV "Blacklist": il fait de mauvaises choses mais on ne peut s'empêcher de l'aimer.
Difficile de ne pas penser à Tarantino (mentionné sur la quatrième de couverture) devant l'utilisation de la violence dans ce récit, presque comme un acte banal, nécessaire; ou encore aux frères Coen (je pense particulièrement à "The Big Lebowski"), dans la manière d'être du héros né dans les années 70 et dégageant une nonchalance, une coolitude à (presque) toutes épreuves; il y a un côté vintage qui ressort de ce livre.
La narration est la force majeure du roman: Jack fait le récit de ce qui lui arrive dans une sorte de monologue qui dure jusqu'à la fin; il y parle notamment des problèmes actuels de ce monde tout en ne manquant pas de déceler les avantages qu'on peut parfois y trouver, s'exprime sans langue de bois sur des sujets sensibles comme le racisme, l'homophobie, mentionne la modernité et autres choix de vie tels que le véganisme... Il revient donc sur tout un tas de sujets tout en continuant d'essayer de sauver sa peau; et ce qui marque le plus, c'est la ponctuation - ou plutôt le désir volontaire de l'auteur de mettre très peu de virgules et aucun guillemets et autre tirets lorsque dialogues il y a - et le phrasé du héros qui résulte de ce monologue et m'a tout de suite fait penser à Renton/Ewan McGregor dans "Trainspotting" (vous avez peut-être déjà entendu l'extrait "Choisir la vie" ?).
Si je fais beaucoup référence au 7e art, c'est que, finalement, ce roman à un côté cinématographique qui m'a vraiment plu.

Immoral mais captivant, je conseille ce roman aux amateurs et amatrices des films et réalisateurs mentionnés plus haut, ainsi qu'à celles et ceux qui voudront adorer un personnage infréquentable !
 
* Parlons Couverture *

Ne me jugez pas bizarre, mais c'est cette couverture qui m'a attirée vers ce livre (et ensuite son résumé tout en humour). Si le titre original "The Price You Pay" met en avant un jeu de mots utilisé dans le roman ("le prix à payer", Price signifiant prix mais étant également le nom de famille du héros), cette version française un peu moins soft correspond tout aussi bien au récit. Cette photographie est en accord avec le reste et ne nécessite aucun commentaire de plus: elle fait passer le message !



Citation:

* On dit qu'on est d'ici quand on regrette ce qu'était cet endroit avant. En gros tout le monde de nos jours. Mais bon on dit aussi ça de New York et voyez ce qui se passe.
Maladie du temps. Choc du futur. Surcharge informationnelle. Toutes nos manières à la con de nous dire que le monde va de plus en plus vite. Mais c'est faux. C'est juste qu'on vieillit.



Suzy Bess.

     

dimanche 28 octobre 2018

Chut: Dans les Silences de l'Inceste


Chut
Dans les Silences de l'Inceste
Auteure: Myriam Périne
Edition: France Loisirs
Nombre de Pages: 233

* Quatrième de Couverture *

La vie de Myriam Périne bascule à l'âge de huit ans, au divorce de ses parents. G., le nouveau compagnon de sa mère, s'avère être un pervers, maître dans l'art de la manipulation. Myriam tombe très vite sous sa coupe. Toujours là pour la réconforter dans ses tourments, il la coupe peu à peu de ses proches.
Fascinée, à l'adolescence, elle accepte tout, même l'inacceptable. Au vu et au su de sa propre mère: G. l'a convaincue que cela faisait partie de la "thérapie" dont sa fille avait besoin.
Ce témoignage saisissant est l'aboutissement de quinze années de souffrance. La douleur de l'auteur imprègne chaque page, les mots sonnent juste et révèlent l'ambiguïté d'une situation insupportable. En brisant le mur du silence, Myriam Périne veut donner aux victimes le courage de suivre son exemple.
Parler, pour enfin se libérer.
 
* Mon Avis *

Voici un témoignage poignant, celui de Myriam Périne, qui vécut sous la coupe d'un beau-père manipulateur pendant des années.

A la suite de son divorce, la mère de Myriam retrouve un compagnon qui semble idéal: jovial, il s'attire la sympathie immédiate de la majorité des gens qu'il croise. Il va profiter de la faiblesse de la jeune Myriam, chamboulée après la rupture de ses parents, pour l'isoler, lui faire un lavage de cerveau sous forme de thérapie et tout se permettre avec elle, allant jusqu'aux attouchements... et aux viols répétés.

Dans ce livre, c'est une femme en colère qui s'exprime, et on le ressent dès les premiers mots; une femme en colère contre elle-même d'abord, pour ne pas s'être rendu compte de ce qui lui arrivait, pour avoir accepté stoïquement ce qu'un homme qui l'a fascinait lui faisait subir, pour avoir été une enfant qui ne comprenait pas; une femme en colère ensuite contre son entourage, qui n'a jamais réagi à ses appels de détresse sous forme de maladies, dont l'anorexie; contre sa mère, qui a surpris ce qui se passait et n'a rien fait d'autre que de considérer sa fille comme une rivale.
C'est un témoignage dur, un tel sujet n'aurait pu être traité différemment. Il expose donc le sujet de la manipulation psychologique, capacité dont sont capables des personnes aussi intelligentes que dangereuses qui parviennent à vous faire croire que le problème vient de vous; l'auteure nous y détaille chaque processus avec minutie et ne se cache pas lorsqu'il s'agit de se confier sur les sévices qu'elle a dû endurer. Myriam Périne se livre totalement et l'on est atterré, gêné, horrifié... Je suis révoltée rien qu'en écrivant cet avis et en me souvenant de ce qu'elle a dû subir.

Il faut saluer le courage qu'elle a eu d'écrire cet ouvrage et de se confier dans une émission de télévision, tout comme l'on doit espérer que ce partage, cet appel que lance Myriam Périne saura aider et/ou faire réagir de semblables victimes et leurs proches.

En attendant, on ne peut que souhaiter que l'auteure a enfin trouvé la paix qu'elle recherchait.
 
* Parlons Couverture *

Cette couverture interpelle ! Le bandeau rouge semble interdire deux fois à la victime de s'exprimer: par le mot qui sert de titre, d'abord, et par son emplacement, ensuite. Une représentation toute trouvée pour un témoignage qui dit tout !



Citations:

* L'homme a, par nature, peur de l'inconnu mais, s'il ne se jette jamais à l'eau, il n'avance pas.

* La manipulation mentale a ceci de pervers qu'elle vous donne l'illusion d'être libre de vos choix.



Suzy Bess.

    

PAL +1


Pile A Lire +1



Bonjour les Nomades !

Alors, ce changement d'heure ? Moi je suis bien contente d'être passée à l'heure d'hiver, je retrouve mes repères !

Cette semaine, outre une Wootbox Harry Potter (dont vous pouvez retrouver l'unboxing: ici), j'ai reçu un SP.

* Fandom, de Anna Day.
Résumé: Aucune histoire ne mérite qu'on meure pour elle... Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée... Katniss, par exemple ! Le rêve, non ? Du moins, jusqu'à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l'arc ou de grimper aux arbres, et que vous n'avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel. Ce qui n'est malheureusement pas le cas de Violet, coincée dans son roman favori...

Babelio m'a proposé ce livre en Masse Critique Privilégiée. J'ai tout de suite accepté, le résumé est vraiment intrigant, j'ai hâte de lire ça !


Et vous, du nouveau ?


Suzy Bess.

  

samedi 27 octobre 2018

Un Merci de Trop


Un Merci de Trop
Auteure: Carène Ponte
Edition: Michel Lafon
Nombre de pages: 284

* Quatrième de Couverture *

Parfois, le bonheur est à portée de main

S'il fallait décrire Juliette en un mot, "transparente" serait sans doute le bon. Depuis toujours, elle a fait ce que l'on attendait d'elle, mettant de côté ses rêves et celle qu'elle est vraiment. Résultat, à trente ans, elle mène une vie où choisir entre lasagnes et sushis est un évènement. Pourtant, au fond d'elle-même, elle sait qu'elle n'est pas cette fille sans personnalité.

Heureusement, il n'est jamais trop tard pour devenir soi. C'est ce que va découvrir Juliette au détour d'un merci, un merci de trop. Et elle est loin d'imaginer où cela va la mener.
  
* Mon Avis *

S'il m'a manqué un petit quelque chose pour adorer cette histoire, elle m'a tout de même fait passer un bon moment.

Le jour où Juliette se fait insulter par sa supérieure qu'elle a elle-même formée, et qu'elle ne trouve rien d'autre à lui dire en retour que "merci", elle comprend que l'existence qu'elle a menée jusqu'à présent ne lui convient plus. Elle décide alors de démissionner afin de réaliser son rêve: écrire un livre. Mais, on le sait, la vie est rarement aussi simple... Juliette doute sans cesse d'elle-même malgré le soutien de sa meilleure amie Nina, l'inspiration n'est pas vraiment au rendez-vous et ce qui l'est, en revanche, c'est un invité surprise. S'empêtrant dans des mensonges auprès de ses parents qui l'idéalisent, Juliette va tenter de gérer les évènements qui lui tombent dessus et peut-être aussi de se familiariser avec ce voisin si charmant sur qui elle fantasme depuis trop longtemps.

Avec beaucoup d'humour, l'auteure met en scène une héroïne qui se découvre enfin et parle sans langue de bois de sujets variés comme le rabaissement psychologique, la peur de l'inconnu, la maternité et les détails la concernant trop souvent passés sous silence...
Le roman est court et se lit rapidement; malheureusement, ce contexte même m'a donné l'impression que cela passait trop vite - en certains cas ce pourrait être un compliment, mais ici j'ai surtout ressenti une impression de manque, le sentiment que les personnages manquaient un peu de profondeur à mon goût quand j'estimais qu'il y avait matière à creuser leur psychologie, à aller dans les détails. En fait, j'ai la sensation d'avoir survolé une histoire qui aurait pu être plus dense.
Malgré tout, le récit est intéressant et l'on se retrouve vite captivé par le sort de Juliette; il est agréable de voir cette jeune femme, à qui il est aisé de s'identifier - elle ressemble à beaucoup d'autres personnes qui n'osent jamais -, et dont le second nom aurait pu être "complaisance", se rebeller enfin.
Le comique de certains instants fait sourire et apporte même de jolis fous rires - les idées de l'auteure sont parfois bien originales, mes lèvres s'étirent rien qu'à y repenser !

Malgré une lecture, donc, un peu en demi-teinte pour moi, cette histoire reste agréable: les codes de la romance sont là et les amatrices et amateurs du genre se régaleront.
 
* Parlons Couverture *

Elle est sympathique cette composition ! Celle que l'on devine être Juliette se cache (se protège ?)... d'elle-même ? De ce que l'on pourrait penser d'elle ? Les tons en font une couverture fraîche qui donne envie de l'avoir entre les mains, j'aime bien !



Citation:

* J'ai créé un tableau Excel avec le nombre de pages à écrire par jour et le temps à y consacrer quotidiennement afin d'y parvenir. J'y ai intégré différentes variables, telles que "temps passé à chercher le bon mot", "temps passé à manger du chocolat", "temps passé à faire la sieste", "temps passé à me lamenter auprès de Nina que je n'y arriverai jamais"... Il faut tout de même rester réaliste.



Suzy Bess.