mercredi 20 juin 2018

Le Cheval de Troie


Le Cheval de Troie
Titre original: "The Song of Troy"
Auteure: Colleen McCullough
Editeur: Archipoche
Traduit de l'anglais par: André Dommergues
Nombre de pages: 496

Je remercie Archipoche pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

Priam, roi de Troie, refuse de donner à Hercule la récompense promise pour avoir tué le lion qui dévorait ses chevaux. Pâris, son fils, enlève la belle Hélène, l'épouse du roi Ménélas. Ces deux affronts, que seul le sang peut laver, sonnent le début d'une guerre entre Grecs et Troyens qui durera dix ans. Mais c'est compter sans "Ulysse aux Mille Ruses" qui imagine le stratagème du cheval de bois permettant d'introduire toute une armée dans la Cité...

Avec la rigueur d'une historienne et la passion d'une romancière, Colleen McCullough dépeint les tourments des humains manipulés par les dieux, les combats et les amours contrariées des héros de "L'Iliade". Soldat et roi, princesse et servante, demi-dieu et monstre mythique, tous prennent la parole tour à tour pour raconter leur guerre de Troie - ce qui confère à ce récit une vivacité et une modernité saisissantes.
 
* Mon Avis *

S'étalant sur de nombreuses années, ce roman est passionnant.

La guerre de Troie, affrontement mythique relaté dans de nombreux récits, est ici racontée par ses principaux intervenants. De l'accession au pouvoir de Priam à la naissance d'Achille, du serment prononcé par tous les rois et princes présents au mariage d'Hélène avec Ménélas, frère d'Agamemnon - roi des rois - à la fuite de la jeune femme avec son amant Pâris, fils de Priam, du contrôle de l'Hellespont (et donc des liaisons maritimes, zone de commerce promesse de profits) aux échanges avec les dieux via les oracles, en passant par l'organisation de la guerre de Troie et des batailles environnantes, jusqu'à l'édification du fameux cheval de bois, Colleen McCullough partage avec nous une épopée, détaillée par de nombreux points de vue. Au total, ce sont 16 voix que nous entendons, majoritairement masculines et s'alternant au fil des années et des conflits.

Outre ses descriptions minutieuses des paysages et des évènements, l'histoire est portée par les attachements divers entre protagonistes, qu'il s'agisse d'amour ou de haine. Les relations avec les dieux de la mythologie grecque sont mises en avant pour un résultat captivant, j'ai adoré la diversité apportée par l'auteure. Si j'ai eu un peu de mal de temps à autre avec la vulgarisation nécessaire au texte afin que tout un chacun puisse le comprendre, ainsi qu'avec la place des femmes dans l'histoire (l'auteure nous rappelle bien que les femmes ont longtemps été considérées comme des objets et de simples faire-valoir), le reste des aventures m'a captivée comme la mythologie a toujours su le faire avec moi.
Difficile de ne pas faire la comparaison avec "L'Iliade" d'Homère, pourtant je ne la ferai pas, et avec facilité puisque je ne me souviens absolument pas de ce à quoi ressemble le texte d'origine (lu il y a trop longtemps pour ma pauvre mémoire ^^); ceci dit, il semblerait que Colleen McCullough s'en écarte très peu.

L'auteure livre un récit plaisant qui, malgré ses presque 500 pages, ne paraît pas trop long. J'ai beaucoup aimé l'aventure !
 
* Parlons Couverture *

Quoi de mieux qu'une peinture inspirée pour représenter la légende ? Il en existe tellement, mais ce "Siège de Troie", d'un artiste anonyme, est un choix tout à fait pertinent puisqu'on y aperçoit le cheval du titre français !



Suzy Bess.

  

mardi 19 juin 2018

Au Nom de la Fantaisie d'Adam


Au Nom de la Fantaisie d'Adam
Auteure: Oceana
Editeur: Auto-éditée avec Librinova
Nombre de pages: 574

Je remercie Librinova pour cette lecture.

* Résumé *

"Quand le destin s'acharne contre vous mais qu'il, en fin de compte, ne peut qu'éveiller le mal-être général qui guérit et grandit au fond de vous-même."

Les conquêtes multipliées, une parenthèse douloureuse, un abandon total de confiance en soi, Nina Green, étudiante en psycho, se croit tache dans ce monde qui regorge de vie. Essayant tant bien que mal de réparer les erreurs qu'elle pense avoir commises, elle apprend peu à peu à se connaître, éprouver des sensations et sentiments inexplorés auparavant, tout cela à cause d'un homme. Lui, Adam Eden, spécimen énigmatique, porte lui aussi sur son dos de lourds secrets et de sinistres désirs. S'étant rencontrés tous deux en boîte, profondément attirés l'un par l'autre dès le premier regard. Ce désirable "dark boy" constamment en train de titiller sa curiosité. Arrivera-t-elle à l'atteindre ? Est-ce simplement un hasard ? Les parties de jambes en l'air fantaisistes à la MacGyver, qui plaisent tant à mademoiselle Green, lui suffiront-elles ?
 
* Mon Avis *

Malgré toute la bonne volonté du monde, je n'ai pas su apprécier ce roman.

Un soir, en discothèque, Nina croise le regard d'un bel inconnu qui ne cesse de la fixer. Lorsqu'elle rentre chez elle et manque de se faire agresser, il lui vient en aide et laisse entendre que tous deux se reverront. Nina va rapidement être obsédée par ce jeune homme sulfureux qui va reprendre contact avec elle et la délaisser à tour de rôle dès que l'avis l'en prendra. Engageant une relation sexuelle avec lui suite à un jeu de hasard, la jeune femme va se persuader qu'elle peut adoucir, et pourquoi pas apprivoiser, le caractère sombre, changeant et mystérieux de ce monsieur Eden, mais elle est loin de connaître son principal secret.

Librinova recèle parfois de jolies pépites, alors quand ils me proposent des lectures j'accepte toujours de les découvrir avec plaisir. Malheureusement, le fait est que le premier tome de cette romance érotique n'était vraiment pas pour moi.
Cette histoire nous présente des personnages perdus dans leur vie sentimentale; la découverte de la passion qu'ils éprouvent soudainement l'un pour l'autre va les rapprocher autant que les éloigner. Nina aurait pu m'être sympathique - elle a vécu des évènements difficiles dans son passé, qu'elle a su surmonter avec courage - si elle ne faisait pas preuve de tant de faiblesse et d'inconstance, elle se laisse tout simplement guider par ses pulsions sexuelles quand son instinct lui conseille de fuir. Quant à Eden... c'est un garçon très torturé, il refuse le bonheur car il se complaît dans sa douleur passée; il a vécu de mauvaises expériences, mais cela ne justifie pas, à mes yeux, un comportement aussi excessif. Car la relation que ces deux protagonistes vont vivre est, par moments, vraiment extrême et certaines scènes érotiques m'ont ahuries. Par contre, la domination physique et l'emprise psychologique d'Eden sur Nina sont subtilement mises en place, ce sont des éléments que j'ai trouvé intéressants.

Le souci majeur de ce récit est son écriture: fautes d'orthographe, de conjugaison, de frappe, d'inattention, elles sont quasiment présentes à chaque page; mais le plus gênant est encore la syntaxe, tout simplement mauvaise - certaines phrases n'ont pas vraiment de sens. Je ne comprends pas que l'auteure ait souhaité éditer son texte en l'état sans avoir préalablement fait appel à un correcteur, une correctrice, ou tout simplement à des bêta-lecteurs et des bêta-lectrices !
Cela m'a amenée à me poser la question suivante: peut-on tout se permettre dès lors qu'il s'agit d'auto-édition ? Non, je ne pense pas. A partir du moment où l'on décide de faire découvrir ses écrits et de les vendre, on doit aux lecteurs et lectrices un minimum de respect et de proposer, en conséquence, un produit fini. "Au Nom de la Fantaisie d'Adam" a plus l'air, actuellement, d'un premier jet qu'il faut retravailler ne serait-ce que pour gommer ces innombrables fautes.

Ceci dit, on ne pourra ôter à Oceana qu'elle ait écrit avec passion, cela se ressent dans son histoire, elle a été emportée par sa fougue et cela fait toujours plaisir à voir. Il reste également que ce roman a des retours très positifs, des avis enthousiastes qui attendent la suite de cette histoire avec impatience; même si ce n'est clairement pas mon cas, tout dépend donc des goûts de chacun.
 
* Parlons Couverture *

Cette couverture me plaît beaucoup; cet effet brumeux et le côté sombre correspondent bien au héros du titre.



Suzy Bess.

   

lundi 11 juin 2018

Emily Brontë - Une Vie


Emily Brontë
Une Vie
Auteure: Denise Le Dantec
Editeur: Editions Ecriture
Nombre de pages: 309

Je remercie le Groupe l'Archipel pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

Un roman publié en 1847, Les Hauts de Hurlevent, fit sa renommée posthume. Emily Brontë n'avait pas trente ans. Elle ne semblait connaître du monde que les landes entourant le presbytère familial, ayant partagé sa vie entre les tâches domestiques et la rédaction de saga juvéniles avec son frère Branwell et ses soeurs Anne et Charlotte.
Ce livre unique fut longtemps le seul témoignage de son auteur, dont l'existence, croyait-on, n'avait pas connu d'évènement marquant. La réussite de sa soeur Charlotte, il est vrai, l'avait maintenue dans l'ombre. C'était oublier qu'Emily Brontë (1818-1848), loin d'être une enfant recluse et sauvage, était éprise de liberté. Très cultivée, parlant le français, elle fut une lectrice passionnée de Walter Scott, Lord Byron et Shelley. Sa compréhension précoce de la cruauté du monde lui permit d'écrire "sans doute le plus beau roman d'amour de tous les temps", selon Georges Bataille.
Evoquant les drames de sa vie et ses révoltes, son courage moral et intellectuel, mais aussi son exubérance et sa force de caractère, Denise Le Dantec retrace l'existence singulière d'une femme qui ne put jamais rompre avec son enfance et conduisit sa vie comme un destin: celui d'écrire, sans se soucier de devenir écrivain.
 
* Mon Avis *

Très renseignée, cette biographie m'a intéressée.

Emily Brontë est l'auteure des "Hauts de Hurlevent", roman torturé qui m'a toujours fasciné, et de poèmes que je n'ai pas encore découverts. Arrivée dès son plus jeune âge au presbytère de Haworth, où son père était pasteur, elle y connu très vite le sentiment de perte suite aux décès successifs de sa mère et de ses deux soeurs aînées. Ces absences la marquèrent à jamais. Se réfugiant dans ses pensées, elle apprit à découvrir le monde d'une manière poétique - idées qu'elle retranscrit dans des poèmes - et prit goût à s'évader dans les moors, ces landes de bruyère l'entourant de toutes parts. Les quatre enfants Brontë restant - Branwell, Charlotte, Anne et Emily - s'amusèrent tôt à inventer des histoires, de ces jeux d'enfance naquirent de sublimes oeuvres.

Découvrir ce que fut la courte vie d'Emily Brontë (elle vécut tout juste trente ans), les évènements l'ayant marquée et de quelle manière elle appréhenda l'existence fut un peu long mais instructif. Denise Le Dantec détaille avec respect, et met notamment l'accent sur une certaine rivalité établie entre Charlotte et Emily (dont je n'imaginais pas l'ampleur), l'attachement étroit de cette dernière envers sa cadette Anne, tout comme sur l'éducation des enfants de la famille par leur père parfois dépassé et leur tante autoritaire. Le contexte politique et religieux de l'époque est également fidèlement rapporté. Bien qu'écrivant dans un style tout à fait classique au genre de la biographie, Denise Le Dantec, consciente de l'aspect généralement monotone que peuvent avoir ces textes, propose de temps à autre des dialogues sortis de son imagination et mettant en scène les membres et proches de la famille Brontë; si ces passages n'ont aucune valeur historique, ils n'en sont pas moins agréables et permettent une immersion dans l'univers. Y sont également associés quelques vrais poèmes (sans doute pas assez d'ailleurs, mais c'est un goût personnel) et extraits de lettres des personnes concernées.

Cette biographie a la particularité de nous faire facilement voyager à travers les époques; même si ses quelques 300 pages en paraissent plus, j'ai bien aimé la découverte plus ou moins intime de la vie d'Emily Brontë et le fait de ressentir l'admiration de la biographe envers son égérie.
 
* Parlons Couverture *

Dans la lignée des éditions collectors récemment parues chez Archipoche, cette couverture nous présente un joli profil féminin sous forme de camée et sur fond de motifs. J'aime beaucoup.



Citations:

* Emily Brontë ne possède d'autre mystère que celui de se placer au rang des êtres créateurs.

* Le plus difficile n'est pas de devoir mourir, mais de nous faire mortel et, par là, de donner à ce que nous faisons sens et vérité.

* Avec audace, elle a montré la haine dans l'amour et l'amour dans la haine.

* "Lorsque mes jours brefs approcheront de leur terme
Tout ce que je demande
C'est d'avoir dans la vie comme dans la mort une âme libre
Et le courage de souffrir." (vers trouvés sur la table d'Emily Brontë à sa mort)

* "Peu de gens croiraient combien on peut tirer de bonheur de sources purement imaginatives..." (Charlotte Brontë)

* "Ah ! le voici, il éveille ce soir
Les tendres pensées qui ne veulent pas mourir,
Et les feux de sentiment flambent aussi clairs
Qu'en ces années qui ne sont plus.

Et je peux voir, par ta joue altérée,
Par ton regard qui s'embrase,
Et par le mot à peine prononcé,
Combien follement l'imagination joue..."

* Pour Emily, la propension au mal et au péché est ce qui fait l'authentique grandeur humaine. Cette conscience du mal explique l'intérêt manifesté par Emily vis-à-vis de tout ce qui revêt les caractères de la passion, y compris de la passion amoureuse.

* Chez Emily Brontë, avec une mesure égale, se sont toujours conjugués le sentiment inéluctable de la loi du monde et l'aspiration à la liberté. Elle accepte le défi d'une prédestination lointaine, en même temps qu'elle le refuse. Comme son père dans sa jeunesse, elle a besoin de combat, et cet antagonisme est devenu le moteur de son activité littéraire.

* Rien ne sert de se répandre. L'abondance du coeur suffit.



Suzy Bess.

  

dimanche 10 juin 2018

PAL +2 et...


Pile A Lire +2 et...



... deux cadeaux.

Bonsoir tout le monde !

Cette semaine, on m'a offert deux ouvrages papier que je possédais déjà en numérique. Et j'ai reçu deux nouvelles lectures que j'ajoute à la pal !

Cadeaux

* Victoria Hall, volumes 1&2, de Lhattie Haniel;

deux titres qui étaient déjà présents dans ma pile à lire jusqu'à ce que je lise récemment le premier tome. J'ai eu le plaisir de recevoir les deux livres au format papier, je ne rajoute donc pas le second volume à la pal mais aurais le plaisir de le découvrir en pouvant toucher ses pages !
 
Masse Critique Babelio

* Le Pâtissier de mes Rêves, de Takafumi Nanatsuki.
Sortie le 28 Juin 2018
Résumé: Ce jour-là, tout aurait dû bien se passer pour Miu. Hélas, lors de son rencard, la lycéenne se fait larguer... Dépitée, elle décide de se consoler en s'adonnant à son passe-temps préféré: manger des gourmandises !! Ses pas la mèneront à l'entrée d'une pittoresque pâtisserie dont elle ignorait jusqu'alors l'existence. Pénétrant dans le mystérieux établissement, elle constate avec stupeur que le beau Hayato y travaille. Camarade de lycée connu pour sa froideur sans égale, ce dernier s'avère surtout être un apprenti-pâtissier de talent, dont les créations effacent les soucis de tous ceux qui les goûtent. Se découvrant un intérêt commun, Miu et Hayato deviennent amis. Ils ne savent pas encore que la recette de l'amour est peut-être déjà en train de leur préparer des tours...

J'ai enfin reçu le livre pour lequel j'ai été sélectionnée à la Masse Critique du mois de mai ! En plus de l'attente, je suis tombée des nues en découvrant que... ce n'est pas un manga, comme je le pensais (et la raison pour lequel je l'avais choisi), mais bel et bien un roman - la couverture d'Ichigo Takano m'a bien eue ! J'espère l'apprécier tout de même, mais ça ne devrait pas poser de problèmes: des pâtisseries et une romance, les ingrédients sont réunis pour me combler (je ne suis pas bien difficile ^^).
 
Prêt / King's Box

* Cujo, de Stephen King.
Résumé: Cujo est un Saint-Bernard de cent kilos, le meilleur ami de Brett Camber, qui a dix ans. Un jour, Cujo chasse un lapin qui se réfugie dans une sorte de petite grotte souterraine habitée par des chauves-souris. Ce qui va arriver à Cujo et à ceux qui auront le malheur de l'approcher constitue le sujet du roman le plus terrifiant que Stephen King ait jamais écrit. Brett et ses parents, leur voisin Vic Trenton et sa femme Donna, un couple en crise, Tad, leur petit garçon, en proie depuis des semaines à des terreurs nocturnes: tous vont être précipités dans un véritable typhon d'épouvante, un cauchemar nommé Cujo...

Merci à David qui m'envoie régulièrement ces "King's Box". Mon initiation de l'auteur continue, et je vais pouvoir découvrir l'un de ses romans les plus effrayants ! Le livre est accompagné du DVD "Charlie", adaptation avec Drew Barrymore dont j'ai lu le roman en début de mois.



Voilà donc pour cette semaine, le destin n'a pas voulu que je trouve mon bonheur en vide-greniers donc pas d'achat.

Bonne soirée !



Suzy Bess.

   

mercredi 6 juin 2018

Charlie


Charlie
Titre original: "Firestarter"
Auteur: Stephen King
Editeur: Le Livre de Poche
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: F.M. Lennox
Nombre de pages: 605

* Quatrième de Couverture *

Un homme et une femme font l'objet d'une expérience scientifique ultrasecrète du gouvernement américain sur les pouvoirs psychiques. Tout a été prévu, sauf que cet homme et cette femme auraient un an plus tard une fille: Charlie...
Elle a huit ans, elle peut anéantir le monde, il lui suffit de vouloir...

Un des personnages les plus envoûtants de Stephen King, le génie de l'épouvante.
 
* Mon Avis *

Touchant, ce roman assez rythmé m'a captivé.

Etudiants, Andy et Vicky font partie de la douzaine de cobayes sur qui va être testé un nouveau composé chimique, le Lot Six, décrit au départ comme un simple hallucinogène. Mais, rapidement, ils vont développer des capacités psychiques étonnantes: Vicky va être capable de déplacer des objets rien qu'en y pensant quand Andy va pouvoir contrôler les gens qui l'entourent avec ce qu'il appellera la poussée. Quelques années plus tard, les deux jeunes gens sont mariés et ont une fille, Charlie. Entre autres capacités mentales extraordinaires héritées de ses parents, la fillette possède le don de pyrokinésie - elle peut faire brûler tout ce qu'elle souhaite: elle-même, des objets, des gens... Mais ses parents ne sont pas les seuls à s'en rendre compte; la Boîte, organisation gouvernementale américaine veut à tout prix exploiter ce don. Après avoir tué Vicky, ils traquent désormais Andy et Charlie.

Tout à son univers fantastique, Stephen King, "le génie de l'épouvante" (dixit le résumé), peut aussi livrer des romans très tendres, comme l'est "Charlie".
Entre fuite désespérée et scènes d'action, l'écrivain met en avant le côté psychologique de son histoire, l'amour filial entre un père et sa fille, et la difficulté d'éduquer un enfant doté de capacités incroyables. Ca m'a vraiment passionné; la limite entre le bien et le mal est parfois si ténue qu'on ne peut qu'être admiratif face au comportement d'Andy et à la compréhension mature de Charlie. La fillette subit énormément sa vie; elle n'a pas choisi sa différence et fait preuve d'un courage remarquable; quels que soient les actes qu'elle commet, on lui trouve forcément une bonne excuse - on réagirait exactement comme elle, en vérité -, ce personnage fascine tout autant que celui de son père, dont les questionnements incessants sur le mieux à faire dans leur situation sont très intéressants.
Ce roman pourrait comporter deux grandes parties: la traque (ou la fuite, selon le point de vue) et l'enfermement. Ce second point prend une place considérable; bien que j'ai apprécié suivre son déroulement, j'aurai cependant bien aimé que la fuite soit plus étendue.
Il y a quelques longueurs, mais j'admire chez Stephen King qu'il étaye ses propos de bases scientifiques, cela apporte beaucoup de véracité à ses histoires et nous propose une autre manière de lire le fantastique: il y a celui que nous lisons en sachant que tout relève de l'imagination, et il y a celui qui nous laisse penser que ça pourrait arriver un jour !

Des personnages attachants, un rythme intéressant et une histoire passionnante: j'ai adoré !
 
* Parlons Couverture *

Si l'on omet le fait que la petite Charlie est très blonde aux yeux bleus, cette photo de couverture est superbe. J'aime autant les couleurs et ombrages que le côté à la fois enfantin et énigmatique, fidèlement retransmis.



Citations:

* - Il y a de bonnes mauvaises actions.

* C'est drôle, les clés; on peut deviner la vie des gens rien qu'en regardant celles qui s'amoncellent à leur porte-clés.



Suzy Bess.

  

jeudi 31 mai 2018

Bilan Mai 2018


Bilan du mois de Mai 2018



Dernier jour du mois, c'est l'heure du bilan !

En Mai, fais ce qu'il te plaît (désolée, j'étais obligée) ! J'ai lu 6 livres, moins que je l'avais prévu mais entre la météo ensoleillée qui m'a tirée dehors à de nombreuses reprises  et... un peu d'écriture (l'inspiration s'est imposée à mon esprit), j'ai passé moins de temps plongée dans les romans.

* Mes Lectures *

* La Nouvelle Vie de Kate Reddy, d'Allison Pearson.
Un roman qui m'a laissée mitigée mais j'ai bien apprécié le rendu final, aux faux airs de Bridget Jones.

Quel plaisir de découvrir un nouveau roman de Mathieu Gaborit ! Sa fantaisie est si captivante ! J'ai adoré ce récit et ai hâte de lire la suite.

* Un Jour, de David Nicholls.
Attention: Chef d'oeuvre ! Ce roman dramatique est magnifique ! Pourtant, je ne l'ai pas totalement apprécié; mais cette histoire torturée vaut le coup d'oeil. Titre sorti volontairement de ma BookJar.

* Victoria Hall, volume 1, de Lhattie Haniel.
Le nouveau roman historique de l'auteure m'a captivée, ses scènes fortes et les amours contrariées des héroïnes donnent envie de lire sa suite.

* Les Animaux Fantastiques - Le Texte du Film, de J.K. Rowling.
Voici mon tirage du mois pour le challenge Un An avec ma BookJar. Superbe ouvrage, autant esthétiquement qu'à lire. J'ai eu l'impression de parcourir un roman alors qu'il s'agit bel et bien du script du film sorti dans les salles de cinéma. L'histoire est passionnante.

* Raison et Sentiments, de Jane Austen.
Relecture de ce roman que j'aime beaucoup, mais j'ai eu la surprise de découvrir une nouvelle version avec cette édition collector, sans que rien ne l'annonce. J'ai eu du mal à m'y faire, mais les histoires de coeur d'Elinor et Marianne Dashwood sont toujours agréables à suivre. Second titre sorti volontairement de ma BookJar.

* Evolution de ma Pile A Lire *

5 livres reçus... Vous savez ce que ça veut dire ? Qu'avec mes 6 lectures, la PAL a diminué ! Oui, bon, un seul titre en moins, mais c'est déjà ça ! 

Masse Critique: "Les Nouveaux Mystères d'Abyme, tome 1: La Cité Exsangue", de Mathieu Gaborit, lu dans le mois. 

SP: "Le Cheval de Troie", de Colleen McCullough; et "Emily Brontë - Une Vie", de Denise Le Dantec, envoyés par les éditions de l'Archipel/Archipoche. "Au Nom de la Fantaisie d'Adam", d'Oceana, envoyé par Librinova. 

Gain Concours: "Un Bon Parti", de Curtis Sittenfeld, gagné chez Jane Austen is my Wonderland et envoyé par les éditions Presses de la Cité.

* Quoi d'autre ? *
  
Autre que je continue le sport (j'ai commencé un challenge squats en plus du reste), j'ai passé un week-end sympa en dehors de chez moi, une coupure fait parfois beaucoup de bien. Suis revenue avec des coups de soleil, par contre. Mais miracle: pour la première fois de ma vie, ces coups de soleil sont devenus bronzage (d'habitude, je redeviens blanche tout de suite après).
J'ai vu un documentaire sur Harry Potter vraiment sympa: "Harry Potter: aux origines de la magie", je vous le conseille, il est très intéressant.
Niveau film, j'en ai vu beaucoup: "Le Secret de la Petite Sirène" (ça passait à la TV un jour où je m'ennuyais), "Dead Zone", "Only Lovers Left Alive" (que j'ai particulièrement aimé), "Exodus: Gods and Kings", "Pourquoi j'ai pas Mangé mon Père", "Mary (Gifted)" (merci encore David, ce film est superbe), "Ant-Man", "Les Vestiges du Jour", "Un Jour" et "Le Loup de Wall Street".
Et j'ai revu: "La Petite Sirène 2" (oui, il passait à la suite de celui cité plus haut), "Shakespeare in Love" (j'adore ce film !) et "Hunger Games La Révolte, parties 1 & 2".
Sinon, comme mentionné en début d'article, j'écris (sur papier). Un genre auquel je ne m'attendais pas du tout, en plus. Je me laisse porter par l'inspiration, c'est exaltant et ça fait mal au poignet et aux doigts. ^^ 
Voilà, le déballage d'inutilités est terminé ! ;)

La Photo du Mois

Vous pensiez vraiment que je n'allais pas revenir sur le mariage princier ? Harry et Meghan se sont unis, c'était magnifique ! Cette petite bouille de garçon à droite m'a vraiment fait craquer. ^^



Je vous souhaite un excellent mois de Juin mes Nomades !


Suzy Bess.

  

Wootbox "Survival" Mai 2018


Parlons box, parlons... WOOTBOX !



Bonjour tout le monde,

En ce dernier jour du mois, je vous parle de la Wootbox de Mai qui avait pour thème "Survival".
Cette box n'était pas vraiment faite pour moi, mais j'ai oublié d'annuler mon abonnement pour le mois, je l'ai donc tout de même reçue.

* Le Contenu *

En premier, nous avons l'habituel livret explicatif. J'adore le design en mode Survival Guide, tout comme celui de la box elle-même d'ailleurs: la mallette de secours anti-zombies. Dans la box a été glissé un extrait du manga "Otaku Otaku", qui a l'air très sympa !


Vient ensuite un petit livre sur l'histoire de "Resident Evil". Je trouve l'idée excellente, mais au prix annoncé de cet ouvrage (9€) j'aurais sans doute préféré un roman basé sur le jeu (par exemple "Resident Evil, tome 1: La Conspiration d'Umbrella", de S.D. Perry, affiché à moins de 9€ sur Amazon) ou un manga même, puisqu'il en existe. Cela seulement parce que je n'ai jamais joué au jeu et donc que l'histoire de sa création m'intéresse moins que d'autres - j'imagine que les connaisseurs et connaisseuses ont été ravis.


L'habituel pin's représente la règle n°2 de survie. Carré, ça change un peu, j'aime bien.


Le tee-shirt du mois me donne froid dans le dos et... je n'ai pas très envie de le porter d'ailleurs. ^^ A l'effigie de Freddy Krueger, il nous promet de ne plus jamais dormir. Non, je ne le porterai pas. Ou alors en dernier recours (si le reste de mes habits brûlent, en fait).


Le prochain objet est un livret contenant 40 illustrations du jeu "The Last of Us". J'adore les illustrations ou tableaux en tout genre, alors ces posters me plaisent énormément !


Enfin, nous avons une très jolie Pop! Lara Croft.



Voilà, comme je le disais plus haut, ce n'est pas une box qui correspond le mieux à ma personnalité, mais il y a des éléments sympathiques.



Suzy Bess.