dimanche 30 décembre 2018

The Promised Neverland, vol. 1


The Promised Neverland,
volume 1
Titre original: "Yakusoku No Neverland"
Scénario de: Kaiu Shirai
Dessin de: Posuka Demizu
Editeur: Kazé
Traduit du japonais par: Sylvain Chollet
Nombre de pages: 192

Je remercie la maison d'éditions Kazé ainsi que Babelio pour cette lecture,
lue dans le cadre d'une Masse Critique. 

* Quatrième de Couverture *

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l'orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s'épanouissent sous l'attention pleine de tendresse de "Maman", qu'ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l'abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s'échapper, c'est une question de vie ou de mort !
 
* Mon Avis *

Wouah ! On a beaucoup entendu parler de cette série cette année et je m'attendais à l'apprécier, mais pas à être époustouflée à ce point !

Emma, Norman et Ray sont trois enfants de onze ans vivant dans un orphelinat coupé du monde, Grace Field House, parmi une trentaine d'autres pensionnaires plus jeunes et de tous âges. Malgré l'interdiction formelle de se rendre au portail de l'établissement ou de passer de l'autre côté de la barrière installée dans la forêt jouxtant l'orphelinat, ces enfants mènent une vie idyllique - entre jeux, tests d'intelligence et bons repas - aux côtés de celle qui les élève et qui se place en une "maman" particulièrement aimante. Quand la petite Conny, une fillette de 6 ans, quitte l'institution pour rejoindre sa nouvelle famille et oublie, au moment du départ, son lapin en peluche, Norman et Emma n'hésitent pas un instant à enfreindre le règlement pour se rendre au portail interdit afin de le lui rendre; mais ce qu'ils découvrent sur place dépasse l'entendement, si effroyable d'ailleurs qu'ils ne vont dès lors n'avoir plus qu'une idée en tête: se sauver de Grace Field House avec tous leurs "frères et soeurs" pour rester en vie. Un objectif conséquent qui mérite un plan des plus élaborés, alors qu'il ne leur reste que peu de temps avant le prochain départ...

Dire que je ne savais pas ce que me réservait ce manga serait un euphémisme... En vérité, même si j'aurais voulu ne serait-ce qu'imaginer les évènements pouvant se produire au cours de cette histoire, j'aurais été dans le tort. Une grande part de mystère entoure "The Promised Neverland"; même lorsqu'on connaît plus de détails, de nombreuses zones d'ombres persistent - et il me tarde d'ailleurs d'éclaircir tout ça lorsque je lirai les autres tomes. J'essaie d'ailleurs de rester discrète sur les éléments forts de l'intrigue car il me semble intéressant que chaque lecteur soit aussi surpris que je l'ai été: la révélation principale et tous les questionnements qui s'ensuivent sont déstabilisants, on est psychologiquement bousculé, mais c'est une sensation géniale à ressentir car on n'a pas du tout envie de repousser ce manga, au contraire: il est captivant et addictif. Les personnages y sont pour beaucoup dans cette volonté de continuer la lecture sans s'arrêter puisqu'ils sont très attachants; le trio de tête possède une intelligence hors du commun et l'on ressent l'envie de les accompagner dans leurs raisonnements, de les aider à trouver une solution, des stratégies...
L'association entre le scénariste et l'illustratrice fonctionne à merveille, le récit autant que les dessins fourmillent de détails pensés et le trait de Posuka Demizu me plaît beaucoup.

J'ai adoré ma lecture, l'intrigue est prenante et mystérieuse: à part l'orphelinat, l'on sait finalement peu de choses sur l'univers dans lequel évoluent les protagonistes, c'est passionnant de se poser les mêmes questions qu'eux !
N'hésitez pas à vous ruer sur cette pépite qui réserve bien des surprises et, un conseil: ne vous faites aucune idée sur ce que vous trouverez dans ces pages, vous feriez certainement fausse route...
 
* Parlons Couverture *

Cette couverture aux couleurs pétillantes ne laisse pas présager de ce qui nous attend. Absolument pas. Les enfants - ceux que l'on va principalement rencontrer dans ce tome - sont souriants, détendus, rêveurs au milieu du seul univers qu'ils aient jamais connu et qui les fait se sentir en sécurité... Un cocon. C'est agréable comme couverture, et invitant aussi - vous voyez tout comme moi la main tendue d'Emma qui nous enjoint de la suivre ?
Mais l'édition limitée que m'a envoyée la maison d'édition (je remercie une nouvelle fois Kazé, et Babelio grâce à qui cette lecture fut possible) propose une jaquette réversible ! Le verso propose, en effet, une version de la couverture par le talentueux Benjamin Lacombe et le résultat est sublime (comme toutes les illustrations de l'artiste).

Sous la jaquette, la couverture même du manga nous donne, cette fois, un indice de taille sur l'un de ses personnages... mais je vous conseille de n'y jeter un oeil qu'une fois votre lecture de ce tome terminée.




Suzy Bess.

  

PAL +8


Pile A Lire +8



Dernier *PAL +* de l'année 2018 !

Et j'ai reçu de jolis cadeaux cette semaine.

 
Achat/Calendriers de l'Avent

* Outlander, tome 1: Le Chardon et le Tartan, de Diana Gabaldon.
Résumé: 1945. Claire passe ses vacances en Ecosse, où elle s'efforce d'oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d'une ballade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d'en découvrir la raison: en s'approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d'un champ de bataille. Le menhir l'a menée tout droit en l'an de grâce 1743, au coeur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois ?

Les calendriers de l'Avent se sont terminés en beauté lundi avec un bon d'achat Amazon de 5€ de la part des Lectures de Mitsou - que je remercie une nouvelle fois pour la diversité qu'elle a proposé dans ses présents tout au long du mois - et un roman que je voulais découvrir depuis un moment, acquis pour l'occasion dans une superbe édition.

***
  
Cadeaux de Noël

* Les Grands Ecrivains Racontent Noël, Collectif.
Résumé: Des histoires fantastiques de trolls et de fées fêtant le solstice d'hiver à la douceur du recueillement des contes de la Nativité, c'est toute la magie de Noël qui s'exprime à travers ce voyage littéraire. Du folklore scandinave aux légendes méditerranéennes, dix-huit écrivains nous racontent Noël.

Je suis intriguée de découvrir ces lignes de différents auteurs... ce sera à Noël prochain !

***

* Forbidden, de Tabitha Suzuma.
Résumé: Maya et Lochan ne sont pas des adolescents comme les autres. Elevés par une mère alcoolique et instable, ils sont livrés à eux-mêmes et n'ont d'autre choix que d'élever seuls le reste de la fratrie. Forcés de devenir adultes plus tôt que prévu, ils se soutiennent dans l'adversité et finissent par tomber amoureux. Lochan se sent seul au monde, et Maya est la seule à pouvoir le comprendre. Conscient de la monstruosité de cet amour, Lochan est prêt à tout pour bâillonner le désir et les sentiments que sa soeur lui inspirent. Mais comment résister alors que Maya a besoin de lui autant qu'il a besoin d'elle ? Est-ce un crime de s'aimer si fort ?

Ce roman a tellement fait parler de lui ! Je suis vraiment curieuse de le découvrir.

***

* Lettres à un Jeune Poète, Rainer Maria Rilke.
Résumé: A un jeune homme qui lui demande s'il doit consacrer sa vie à la poésie, Rainer Maria Rilke, âgé de vingt-huit ans, adresse un véritable "guide spirituel". De 1903 à 1908, il revient inlassablement sur les questions essentielles qui se posent au poète, au créateur. Ces dix lettres sont à la fois un moyen d'accès privilégié à l'univers de Rilke et un manuel de la vie créatrice de portée universelle.

J'ai découvert ce livre grâce à un film que j'adore, vu quand j'étais enfant (que celles et ceux qui devineront s'expriment en commentaires ^^). Depuis, j'avais toujours voulu le lire.

***

* La Reine du Tearling, de Erika Johansen.
Résumé: Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l'escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling. Kelsea ne s'est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu'elle découvre vont la pousser à commettre un acte d'une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente et déchaîne la vengeance de la Reine rouge. La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer.

Quelle magnifique couverture ! J'ai hâte de découvrir cette histoire, que j'ai vue passer sur plusieurs blogs.

***

* Irrésistible, volume 1, de Azusa Mase.
Résumé: Serina remarque des paroles de chanson d'amour griffonnée sur un bureau... Sans en être tout à fait consciente, elle tombe amoureuse de celui qui a écrit ces mots. Elle va chercher l'auteur et découvrir qu'il s'agit de Mizukawa, son "senpai". Rapidement, Serina fait sa déclaration alors qu'elle ne connaît rien de ce garçon. Tous deux vont apprendre à se connaître et chercher le moyen de vivre pleinement leur relation.

Un manga dont je n'avais pas entendu parler, mais ça a l'air mignon comme tout.

***

* Entre les Murs, de François Bégaudeau.
Résumé: "Ne rien dire, ne pas s'envoler dans le commentaire, rester à la confluence du savoir et de l'ignorance, au pied du mur. Montrer comment c'est, comment ça se passe, comment ça marche, comment ça ne marche pas. Diviser les discours par des faits, les idées par des gestes. Juste documenter la quotidienneté laborieuse." "Entre les murs" s'inspire de l'ordinaire tragi-comique d'un professeur de français. Dans ce roman écrit au plus près du réel, François Bégaudeau révèle et investit l'état brut d'une langue vivante, la nôtre, dont le collège est la plus fidèle chambre d'échos.

Ce roman a l'air très intéressant, j'ai hâte de m'y plonger et remercie David (Music is so Nice).

***

* Le Musée Imaginaire de Jane Austen, de Fabrice Colin, illustré par Nathalie Novi.
Résumé: Dans le domaine de Pemberley, Jane Austen ouvre ses portes et invite le lecteur à plonger dans l'univers de ses romans.

Oh, que ce livre est beau ! J'ai été tellement surprise de le découvrir sous le papier cadeaux que j'en suis restée sans voix ! ^^ Un grand merci David, tu n'aurais pu viser plus juste pour insuffler de la magie à ce Noël 2018 !

***

Dans la lignée des belles surprises, j'ai aussi pu découvrir une baguette magique: celle de Harry Potter même ! A moi les sorts "Lumos" pour pouvoir lire lors de mes insomnies, "Petrificus Totalus" si on m'embête de trop, "Légilimens" pour connaître la pensée des gens, "Wingardium LeviOsa" en cas de rencontre fortuite avec un troll dans les cachots (quoi ? non, je n'ai pas de cachot chez moi... qu'est-ce que ça change ?! On ne sait jamais... ^^) ou "Expecto Patronum" pour me protéger !

Et entre autre écharpe que vous pouvez apercevoir en fond sur les photos, j'ai également reçu des pierres de chakra (il va falloir que je me renseigne sur leur fonctionnement et utilité, je ne m'y connais absolument pas dans le domaine...) et un superbe stylo-plume qui va m'être utile !

Et les chocolats, évidemment. ^^
 


Et vous, avez-vous passé un beau Noël ?



Suzy Bess.

  

La jeune fille qui parlait aux singes


La Jeune Fille qui Parlait aux Singes
Auteur: Benoit Grelaud
Editeur: Fleurus
Nombre de pages: 283

Je remercie les éditions Fleurus et Babelio pour cette lecture,
lue dans le cadre de la Masse Critique. 

* Quatrième de Couverture *

Louise, quinze ans, est malentendante. Sa vie bascule lorsqu'elle rencontre Jérôme, fils d'un soigneur animalier à la tête d'un refuge pour gorilles. Il lui ouvre les portes d'un nouveau monde. Lorsque Louise rencontre Kiko, une femelle gorille isolée du clan, elle se lie d'amitié au grand primate auquel elle s'identifie et décide de lui apprendre la langue des signes. Grâce au soutien de sa famille et à son amour naissant pour Jérôme, Louise s'investit pleinement auprès des animaux. Malheureusement, une famille de chasseurs de la région n'accepte pas que le refuge occupe son terrain de jeu...
 
* Mon Avis *

Benoit Grelaud signe un roman aux messages importants; malheureusement, le récit n'est pas aussi fort que je l'espérais.

Lors de vacances en famille dans un village de France, Louise fait la rencontre de Jérôme. Du haut de leur quinze ans, ils tombent rapidement sous le charme l'un de l'autre. La jeune fille est d'abord étonnée: en effet, malentendante depuis sa naissance, elle avait jusqu'alors reçu plus de moqueries que de regards enamourés... Quand Jérôme lui présente le refuge pour gorilles que son père a fondé, Louise, auparavant si réservée, se sent enfin vraiment vivante. S'intéressant particulièrement au cas de Kiko, une femelle gorille ne parvenant pas à s'intégrer aux autres animaux de son espèce qui la rejette, Louise va se sentir utile et tout faire pour que son handicap devienne une force en essayant de communiquer avec la primate esseulée en langue des signes.

Particulièrement intéressée par la cause animale, et ce depuis toujours, tout autant que par l'égalité entre personnes, j'avais de grandes attentes avec ce roman... L'adulte que je suis n'a cependant pas su apprécier ce récit autant que je l'aurais souhaité; ceci dit, je pense que les enfants, premier public visé par cet ouvrage, se satisferont sans doute de l'histoire.

Ce roman a des défauts, et je n'ai pu le lire sans les remarquer: longueurs, incohérences et idées trop rapidement bâclées sont les éléments majeurs qui m'ont empêchée de savourer pleinement un récit qui avait pourtant du potentiel; il m'a été difficile de croire en ce que voulait transmettre l'auteur. Le dépaysement que je recherchais n'était pas au rendez-vous - le fait que l'histoire se déroule en France y est certainement pour beaucoup - et l'intrigue est bien trop tardive: il nous faut attendre de nombreuses pages avant la rencontre entre une Louise capricieuse et Kiko, quant à la famille de chasseurs mentionnée dans la quatrième de couverture, n'en parlons pas trop: ils ne servent qu'à finaliser le roman dans un retournement de situation totalement inattendu - un final vraiment déroutant, d'ailleurs, vu le ton enfantin englobant le récit; j'ai autant aimé que son contraire: si j'ai trouvé que ce n'était absolument pas adapté au reste de l'histoire, je n'ai pu qu'admirer l'authenticité revendiquée par Benoit Grelaud.

Mais les messages transmis sont trop importants pour que je m'appesantisse plus longtemps sur ce qui n'a pas été, alors parlons donc de ce qui est agréable dans ce roman:
- le chapitrage: ici, pas de numéros mais l'alphabet complet avec son illustration en langue des signes.
- la notion de respect inculquée par l'auteur.
- l'ode à la différence et à l'acceptation de soi, des autres et de ces différences, justement.
- la sensibilisation à la cause animale (sensible à ce déclin orchestré depuis bien trop longtemps, le sujet ne pouvait que me toucher) - c'est triste, mais on ne le dira jamais assez: il faut préserver la nature, la faune et la flore qui nous entourent. On ne court pas à la catastrophe: on est en plein dedans. Réagissons !

Ce roman fut une petite déception, mais il a du potentiel et transmet des choses intéressantes. Voilà donc pour cet avis qu'il m'a été difficile d'écrire tellement je suis partagée sur cette lecture.
 
* Parlons Couverture *

Superbe illustration de Boris Zaïon ! On y retrouve tout à fait cette mixité du roman entre enfance et cause adulte.



Citation:

* - De quel droit les hommes se considèrent-ils supérieurs ? De quel droit estiment-ils qu'ils sont meilleurs parce que les animaux ne parlent pas leur langage ? De quel droit certains hommes s'estiment-ils meilleurs que moi juste parce qu'ils sont incapables de communiquer avec moi ? Suis-je moins intelligente ? Suis-je dépourvue de sensibilité ? Je suis moi aussi un être humain à part entière, non ? Pourtant, certains hommes me voient comme inintéressante, voire inférieure ! Mais qui est inférieur ? Moi aussi, je pourrais les voir comme inférieurs car ils sont incapables de me comprendre...



Suzy Bess.

  

mercredi 26 décembre 2018

La Ferme


La Ferme
Titre original: "The Farm"
Auteur: Tom Rob Smith
Edition: Pocket
Traduit de l'anglais par: Elisabeth Peellaert
Nombre de pages: 379

* Quatrième de Couverture *

Le premier appel est de son père. Inquiétant. Sa mère va mal. Elle porte des accusations délirantes. Il a dû la faire interner. Et Daniel, qui imaginait ses parents profiter de leur retraite dans une charmante ferme suédoise, voit son monde basculer. Puis un appel de sa mère. Non, elle n'est pas folle. Son père lui ment. Il a voulu la faire enfermer, mais les médecins l'ont laissée sortir. Elle a les preuves de ce qu'elle avance. Deux histoires. Deux vérités. Qui croire ? Jusqu'où Daniel sera-t-il prêt à aller pour lever le voile ? Au risque de découvrir des secrets plus terribles encore...
 
* Mon Avis *

Excellent, ce roman addictif nous fait passer par tout un tas d'émotions !

Quand Daniel reçoit un appel de son père lui apprenant que sa mère a perdu la raison au point d'être internée dans un hôpital psychiatrique, il tombe des nues, lui qui pensait que ses parents vivaient avec joie leur retraite depuis leur emménagement dans une ferme isolée de Suède. Mais lorsque sa mère le contacte à son tour, après que les médecins aient accepté de la laisser sortir de l'hôpital, le désarroi laisse place au déboussolement total: en effet, en lui affirmant qu'elle est victime d'une conspiration, que le père de Daniel ment et qu'elle en possède les preuves, elle demande en quelque sorte à son fils de choisir entre ses deux parents. Lui relatant les derniers mois en détails, elle espère que Daniel va accepter de l'aider à mettre fin à un réseau qui semble effroyable.

Commencer la lecture de ce roman de presque 400 pages. Faire défiler ces pages les unes après les autres sans vraiment s'en rendre compte. Comprendre finalement qu'on ne peut plus lâcher ce livre avant d'en connaître le dénouement final... Voilà ce qui m'est arrivé avec cette lecture absolument captivante ! Ce roman est aussi fascinant qu'inquiétant; dès les premières pages, il positionne son protagoniste, Daniel, autant que le lecteur, dans une position inconfortable: on a beau avoir envie de rester neutre et d'examiner cette histoire avec impartialité, comme si l'on menait une enquête policière, il est difficile de ne pas prendre parti, ni de faire de conclusions hâtives. Le rythme et la construction du récit sont précis et expliqués, et l'histoire prend d'autant plus de force lorsqu'on apprend qu'elle est inspirée d'un évènement qu'a réellement connu l'auteur ! Une telle situation doit être effroyable à vivre, je ne le souhaite à personne, mais cela a permis la création d'un roman qui aide à la perception de la psychologie humaine et de sa manipulation, ce que je trouve admirable.
La plume de l'auteur est prenante et cette lecture m'a donné envie de découvrir les autres oeuvres de Tom Rob Smith.

Ce roman haletant, au rythme particulier, nous angoisse et nous happe; la sombre intrigue, faite de non-dits et de suppositions, ne peut qu'accrocher le lecteur jusqu'à ses révélations bouleversantes !
 
* Parlons Couverture *

L'isolement de la ferme ainsi que la beauté du paysage sont bien retransmis avec cette photo dont la luminosité centrale due à la neige est subtilement contrebalancé par ce cadre fondu noir. Jolie couverture !



Citations:

* "C'est peut-être sentimental, mais le bonheur devrait figurer dans la liste des droits de l'homme."

* - Va dans n'importe quelle école, n'importe où dans le monde, et tu trouveras un enfant malheureux. Au sujet de cet enfant malheureux, il y aura des ragots. Ces ragots seront la plupart du temps des mensonges. Mais cela ne change rien, car lorsqu'on vit dans une communauté qui croit à ces mensonges, qui les répète, ils deviennent réalité - pour toi et pour les autres. Impossible d'y échapper, parce qu'il n'y a pas de preuve qui tienne. Il s'agit là de méchanceté, et la méchanceté se moque des preuves. Tout ce qu'on peut faire, c'est disparaître dans sa tête, vivre dans ses propres pensées, dans son imagination, mais le répit est de courte durée. On ne peut pas éternellement fermer la porte au monde.



Suzy Bess.

  

Trois Femmes et un Empereur


Trois Femmes et un Empereur
Les trois amours de Napoléon
Auteure: Janine Boissard
Editeur: Succès du Livre
Nombre de pages: 322

* Quatrième de Couverture *

Elles ont aimé l'Empereur. Elles ont partagé sa destinée. Elles l'ont séduit et désarmé. Il les a marquées à jamais. Joséphine des Trois-Ilets. Marie Walewska, la Polonaise. Marie-Louise d'Autriche... Trois regards qui ont su reconnaître, au-delà des évènements, la solitude de l'Empereur.

C'est la première fois que Janine Boissard fait de l'Histoire la trame de ses récits. Mais elle donne aux situations et aux personnages que nous connaissons tous, les couleurs et le rythme du roman. Car ce livre est un merveilleux roman d'amour. Ou plutôt, le roman des amours impossibles: celui de Bonaparte pour Joséphine, celui de Marie Walewska pour Napoléon et celui de l'Empereur pour la postérité.


Avec Trois Femmes et un Empereur, Janine Boissard redonne enfin vie aux silhouette inoubliables et si féminines qui ont approché l'Empereur. Mais surtout, et pour notre plus grand plaisir, l'auteur, avec talent et émotion, ressuscite le temps: celui qui marche, qui punit, puis qui sépare...
 
* Mon Avis *

Janine Boissard nous livre un roman historique plutôt intéressant, même si en début de lecture, je pouvais penser le contraire...

Entre femmes et maîtresses, Napoléon Bonaparte a connu plusieurs amours au cours de sa vie; cet ouvrage s'intéresse plus particulièrement à trois d'entre elles, entrées dans la postérité: Joséphine des Trois-Ilets, plus connue sous le nom de Beauharnais, Marie Walewska et Marie-Louise d'Autriche. L'auteure imagine leurs pensées, leur quotidien, leurs espoirs... et en les présentant de leur plus tendre enfance à leur rencontre avec l'Empereur, puis racontant leurs échanges et relations avec cet homme si ambitieux, ce roman nous permet de voir l'Histoire d'un oeil quelque peu différent.

Il m'a fallu du temps avant d'être captivée par les lignes de Janine Boissard - la première partie sur Joséphine m'ayant légèrement ennuyé, sans doute à cause de sa narration -, mais je me suis rendue compte, en terminant ma lecture, que le tout est en fait assez passionnant !
N'ayant pas lu énormément d'ouvrages sur Napoléon Bonaparte, il m'a semblé intéressant de le redécouvrir par les yeux de celles qui l'ont aimé et côtoyé, et j'ai vraiment bien aimé ces points de vue: les histoires de ces femmes sacrifiées à la politique sont émouvantes. L'homme qui les réunit est présenté avec sincérité et l'on peut comprendre, à certains moments, pourquoi tant de personnes l'ont admiré.
L'imagination de l'auteure se mêle aux faits historiques pour rendre un ouvrage mi-biographique, mi-romancé; ce mélange ne donne peut-être pas un résultat parfait, et j'aurais sans doute davantage apprécié si quelques représentations peintes des personnages étaient venues compléter les lignes, mais cela reste une vision de l'époque clairvoyante. Les héros et héroïnes sont détaillés et le côté historique joliment travaillé - les tensions dues à la guerre sont retranscrite de sorte à être bien ressenties.

Cet ouvrage intéressera certainement les admirateurs et admiratrices de l'époque Napoléonienne; pour ma part j'ai, en tout cas, passé un bon moment.
 
* Parlons Couverture *

Nous présentant les personnages-titre, le classicisme ressortant de cette composition est agréable, ça me plaît !



Citations:

* - Certains êtres ont en eux une telle force que nous sommes incapables de la saisir en son entier [...]. On dirait... qu'ils sont à la fois eux-mêmes et nous tous. Ils peuvent être aussi... l'Histoire.

* Qui n'a souhaite devenir oiseau ? S'élever sans bruit, abandonner au sol le poids des gestes imposés, le carcan des devoirs et des faux-semblants, et planer, léger, vivre comme on respire, sans y songer.

* Cet homme, dont dépendait le sort de millions d'autres hommes, fixait le lointain d'un air qui ne pouvait tromper: l'air d'attendre, d'attendre désespérément ce qui ne peut venir ou qui ne viendra plus. L'unique façon d'échapper à cette faim de l'âme, jamais rassasiée, c'est de l'ouvrir aux autres: aimer.

* Un matin, vous ouvrez les yeux et vous ne reconnaissez rien. En apparence, tout est comme à l'accoutumée: c'est bien là votre table à écrire, et ici le secrétaire décoré de génies ailés que vous aimez à caresser du doigt. L'acajou de la commode, la moire des rideaux, jouent pareillement avec la lumière et la pendule mâchonne les secondes de sa voix familière; pourtant, ce décor, il vous semble le voir pour la première fois.
C'est le regard de votre coeur qui a changé.
Nous voyons avec notre coeur aussi et ce regard-là, plus profond, il arrive que le quotidien l'assoupisse. Le jour où une personne ou un évènement, sortant de l'ordinaire, l'éveille, nous ressentons alors l'impression de vivre enfin.

* Jamais les Polonais ne renoncent à l'espoir: ce serait renoncer à leur âme.

* - Il peut arriver que, sans se l'avouer, on désire ardemment cela même que l'on croit redouter.

* Que cela passe vite un grand amour ! N'essayez pas de le retenir, ce serait comme chercher, à mains nues, à retenir la tempête.

* Le destin a parfois de drôles de manières; si l'on s'en sentait la force, on en sourirait.



Suzy Bess.

  

dimanche 23 décembre 2018

PAL +9


Pile A Lire +9


Noël approche à grands pas !

Cette semaine, j'ai encore réceptionné de nombreux ouvrages !

Masse Critique Babelio

* The Promised Neverland, tome 1, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu.
Résumé: Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l'orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s'épanouissent sous l'attention pleine de tendresse de "Maman", qu'ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l'abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s'échapper, c'est une question de vie ou de mort !

J'ai eu l'immense plaisir d'être sélectionnée à la Masse Critique Babelio de Décembre pour lire ce manga dont j'ai beaucoup entendu parler ! Djihane, des Instants Volés à la Vie, m'avait vraiment donné envie de découvrir cette série et je peux vous dire que le peu que j'en ai lu pour l'instant (oui, à peine reçu, je l'ai déjà commencé ^^) me captive énormément !
 

Achats/Calendriers de l'Avent

* Rebecca Kean, tome 4: Ancestral, de Cassandra O'Donnell.
J'ai enfin reçu mon achat France Loisirs de Novembre. ^^

***

* Dracula, mon Amour, de Syrie James.
Résumé: Mina est amoureuse et sur le point d'épouser l'homme qu'elle aime. Sa meilleure amie, la jolie Lucy, est elle aussi sur le point de se marier. Les deux jeunes femmes décident de partir en vacances à la mer pour profiter de leurs derniers moments de célibat ! Mais l'arrivée dans leur vie d'un gentleman fascinant, ténébreux et sulfureux, va ébranler toutes leurs certitudes. Lucy tombe mystérieusement malade, et Mina, quant à elle, est soudain assaillie par des désirs inavouables...

Après avoir reçu "Dracula" la semaine dernière, j'ai succombé à cette réécriture dont l'auteure m'avait charmée avec son "Manuscrit Perdu de Jane Austen" ! Les Lectures de Mitsou m'a offert une jolie bougie à la vanille pour ce dix-septième jour du calendrier de l'Avent.

***

* La Face Cachée de Margo, de John Green.
Résumé: Margo Roth Speigelman, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors forcément, quand elle s'introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l'entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo n'apparaît pas au lycée, elle a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices qu'elle lui a laissés pour la retrouver ? Plus il s'en approche, plus Margo semble lui échapper...

J'avais adoré "Nos Etoiles Contraires", de l'auteur. Si le charme de sa plume est présent ici, j'ai toutes les raisons de penser que j'apprécierai ce roman ! Et en ce jour 18, j'ai également eu une jolie housse de coussin/d'oreiller !
 
***

* Le Voyage de Ruth, de Donald McCaig.

Résumé: 1804, sur l'île de Saint-Domingue, nu massacre n'épargne qu'une seule vie, celle d'une petite fille noire. Recueillie par deux français, l'enfant, qu'ils prénomment Ruth, part vivre avec eux dans la bouillonnante ville de Savannah, au Sud des Etats-Unis. Ainsi commence l'incroyable destin de celle qui grandira dans un pays à la veille de la guerre de Sécession et tombera follement amoureuse d'un Noir libre, avant de devenir "la Mama" qui élèvera l'irrésistible Scarlett.

Je ne pouvais pas passer à côté de ce roman, reprenant l'un des personnages forts d'un classique que j'adore ! Les Lectures de Mitsou prend soin de moi en ce dix-neuvième jour avec un masque pour les yeux et un autre pour le visage; si j'arrive à mettre correctement ce second, je vous montrerai une photo, que vous puissiez bien vous moquer ! ^^ 

***
 
* Loin de la Foule Déchaînée, de Thomas Hardy.

Résumé: Jeune femme d'une grande beauté et au caractère impétueux, Batsheba Everdene hérite à vingt ans d'un beau domaine, qu'elle dirige seule. Quand un incendie se déclare dans sa propriété, un ancien soupirant ayant connu des revers de fortune, Gabriel Oak, apporte une aide précieuse pour sauver ses récoltes. Elle lui procure un emploi parmi ses gens, mais devient l'élue de deux autres prétendants, bien décidés à obtenir sa main. Oak s'avèrera quant à lui d'une étonnante fidélité...

J'ai adoré lire cet auteur au printemps; je n'ai pas vue l'adaptation de ce roman mais j'ai hâte de me plonger dans l'histoire ! Petits zooms sur la jolie boule de neige offerte par Les Lectures de Mitsou...
...et sur l'Edwige que j'ai dessinée pour mon paquet-cadeau, parce que j'en suis plutôt fière, voilà (vous ne me voyez pas mais je suis actuellement en train de faire le mouvement de tête/cheveux de l'Oréal)... ^^

***

* La Faucheuse, de Neal Shusterman.

Résumé: MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu'en étant tué aléatoirement par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs; et, bien qu'ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l'art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. Mais seul l'un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu'il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de prendre la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l'un contre l'autre bien malgré eux...

Ah, un roman dont j'ai beaucoup entendu parler et qui m'intrigue énormément ! Jour 21: trois jolis marque-pages de la part des Lectures de Mitsou.

***
* Les Dames du Lac, de Marion Zimmer Bradley.
Résumé: Quand Viviane, prêtresse d'Avalon, arrive accompagnée du grand sage Merlin, Ygerne, femme du duc de Tintagel, ne peut contenir la joie de revoir sa soeur. Mais elle est de courte durée. La Dame du Lac lui annonce sa prochaine grossesse, fruit d'une union avec un autre homme, et le destin de l'enfant qu'elle portera: futur Haut Roi de Grande-Bretagne, il unira et protègera les peuples présents sur ses terres ainsi que leurs croyances contre les assauts des envahisseurs. Consciente de ne pouvoir échapper aux forces d'un inéluctable destin, Ygerne se soumet à la volonté de la Déesse. Mais dans un monde où chacun défend son Dieu et où temps anciens et modernes s'affrontent, la paix entre tous ne pourra régner qu'au prix de nombreux sacrifices.

En ce vingt-deuxième jour, deux magnets et un livre qu'il me tarde de découvrir: j'aime déjà le sujet ! ;)

***

* Le Cercle Littéraire des Amateurs d'Epluchures de Patates, de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows.

Résumé: Janvier 1946. Tandis que Londres se relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre un monde insoupçonné, délicieusement excentrique; celui d'un club de lecture au nom étrange inventé pour tromper l'occupant allemand: le "Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates".

Oh, des gourmandises ! Hum, je vais me régaler, merci Les Lectures de Mitsou ! Et je sens que je vais également me régaler avec cette lecture, récemment adaptée au cinéma.



Grosse semaine ! La prochain risque d'être moins chargée. ^^
En attendant, je vous souhaite un très Joyeux Noël, mes Nomades !



Suzy Bess.