vendredi 29 juin 2018

Mary Shelley: Au-Delà de Frankenstein


Mary Shelley
Au-Delà de Frankenstein
Auteure: Cathy Bernheim
Editeur: Editions du Félin
Nombre de pages: 278

Je remercie Babelio et les éditions du Félin pour cette lecture,
lue dans le cadre d'une Masse Critique.  

* Quatrième de Couverture *

Pendant deux siècles, on a imprimé, traduit, lu, adapté "Frankenstein" sans se préoccuper de l'existence de son auteure. Le nom de celle qui l'avait écrit à 16 ans, publié à 18 était pourtant là, sur la couverture, à portée de regard. Mais Mary Shelley semblait comme invisible. Bien que femme de lettres reconnue, elle est longtemps restée pour la postérité l'obscure épouse du grand poète romantique Percy B. Shelley. A pied, en malle-poste, en charrette, à dos d'âne ou de mule, par les fleuves ou par mer, elle a parcouru l'Europe avec lui en compagnie de leurs amis, femmes et hommes alliés dans la même recherche de beauté. Ce n'est pourtant pas son seul exploit. Dans son oeuvre novatrice, elle s'est dressée de toutes les forces de son esprit contre les idées mortifères d'une Angleterre en plein essor industriel qui cherchait à normaliser ses citoyens (et plus encore, ses citoyennes) comme des produits à perfectionner. Avec son intrépide sagesse, elle a entrevu les dangers d'une société s'adonnant sans repères ni limites à l'ivresse du progrès scientifique. Et elle a imaginé le destin du monstre que cette société allait produire. Un être anonyme, meurtrier, sentimental et raisonneur, poursuivi par la haine du savant fou qui l'avait mis au monde. Une histoire familière ? En effet, ce couple maudit hante toujours les cauchemars de nos contemporains. Du fond de ses temps éloignés, Mary Shelley nous lance un message qu'il est urgent de décrypter encore et encore.
 
* Mon Avis *

Entre biographie et discours clairvoyant sur les progrès scientifiques de ces derniers siècles, Cathy Bernheim nous livre un texte excellent et captivant.

Née en 1797, Mary Wollstonecraft Godwin sera surtout connue comme la femme du célèbre poète Percy Bysshe Shelley et en tant que créatrice de "Frankenstein, ou le Promethée Moderne" alors qu'elle compte d'autres oeuvres à son actif. Orpheline de mère quelques jours seulement après sa naissance, la jeune fille développa rapidement une intelligence remarquable qu'elle nourrit de nombreuses lectures. Alors que son père, William Godwin, refusa de donner son consentement à son union avec Percy B. Shelley (il était alors déjà marié !), elle s'enfuit avec ce dernier et apprit beaucoup des nombreux voyages qu'ils firent et des expériences, parfois douloureuses, que ces pérégrinations apportèrent. Un soir, en Suisse, alors que le couple est accompagné de Lord Byron et de John Polidori, le défi est lancé: "Nous allons écrire une histoire de fantômes"; chacun s'y met de son côté mais Mary n'est pas inspirée. Finalement ce n'est pas un fantôme qui s'imposa à elle, mais une créature effroyable, et par là même la vision effrayante de ce que le progrès pourrait apporter.

Cette oeuvre aux allures de pamphlet est vraiment fascinante, et d'une qualité ! La biographe revient en détails sur une grande partie de la vie de Mary Shelley (malheureusement pas la totalité, c'est là le seul reproche que je puisse lui faire) et surtout sur ses relations avec ses proches (parents, amant puis mari, amis...) et sa conscience perspicace du monde qui l'entoure. Et quand Cathy Bernheim semble s'écarter du sujet, ce n'est que pour mieux revenir démontrer l'intelligence de Mary, qui avait décelé la dangerosité d'un modernisme croissant et des extrêmes que les êtres humains ne pourraient manquer de vouloir exploiter. Certes, en élargissant son point de vue et en revenant à plusieurs reprises sur les avancées scientifiques (mais pas que) récentes, la biographe s'égare parfois, mais ses propos sont si intéressants, pertinents et sa plume tellement incisive, sincère et envoûtante, qu'on la pardonne et qu'on se laisse porter par son discours.

J'ai passé un très bon moment avec cette lecture intelligente qui se découvre rapidement; ça fait du bien de temps en temps de lire quelque chose de si appuyé !
 
* Parlons Couverture *

Qu'elle est belle cette couverture ! Les couleurs sont tout à fait celles que j'aime. L'illustration est signée Diglee, une artiste que j'apprécie énormément et que je suis depuis de nombreuses années - ce qui me plaît d'autant plus -, elle est basée sur le possible portrait (l'information n'étant pas certaine) de la romancière qu'en fit Samuel John Stump (l'original, ci-dessous).




Citations:

* Les livres lui parlent d'un temps qui n'est plus, avec des voix qui depuis longtemps se sont tues. Elle apprend d'eux que, pour s'enraciner au monde, paradoxalement, il faut semer des mots dans l'esprit de ses contemporains afin que leur écho parvienne aux temps futurs.

* Tout dire et pourtant, ne rien dire de l'essentiel: tel est le paradoxe de l'écriture.

* Toute personne ayant écrit un jour avec l'intention d'être lue vous le dira: les mots écrits ne disent jamais vraiment ce qu'on veut leur faire dire. Jamais.

* Lire, [...] c'est écouter en silence le langage d'un autre. C'est communiquer d'esprit à esprit, sans craindre les divers brouillages que véhiculent le réel, la présence, la voix de l'autre ou l'histoire que l'on peut avoir formé avec lui. [...] C'est aussi un acte qui fige le temps et force le lecteur à s'abstraire du sien propre.



Suzy Bess.

  

dimanche 24 juin 2018

PAL +5


Pile A Lire +5



Bonsoir à toutes et à tous !

Voici les derniers titres que j'ai reçu:

Cadeaux

* Bride Stories, tomes 1 et 2, de Kaoru Mori.

Résumé: La vie d'Amir, 20 ans, est bouleversée le jour où elle est envoyée dans le clan voisin pour y être mariée. Elle y rencontre Karluk, son futur époux... un garçon de huit ans son cadet ! Autre village, autres moeurs. La jeune fille, chasseuse accomplie, découvre une existence différente, entre l'aïeule acariâtre, une ribambelle d'enfants et Smith, l'explorateur anglais venu étudier leurs traditions. Mais avant même que le jeune couple ait eu le temps de se faire à sa nouvelle vie, le couperet tombe: pour conclure une alliance plus avantageuse avec un puissant voisin, le clan d'Amir décide de récupérer la jeune femme.

On m'a offert ces deux mangas dont je n'avais jamais entendu parler; l'histoire a l'air très, très intéressante, et les dessins semblent de toute beauté (les détails des vêtements sur la couverture déjà !).
 
SP

* Mary Shelley: Au-Delà de Frankenstein, de Cathy Bernheim.
Résumé: Fille d'une philosophe féministe et d'un écrivain politique, Mary Shelley est l'une des figures audacieuses et révolutionnaires du XIXe siècle britannique. Frankenstein (1818), son chef-d'oeuvre à la portée littéraire et cinématographique hors du commun qu'elle écrit alors qu'elle n'a que dix-huit ans, n'est pas seulement l'invention d'une créature infernale: il est aussi une figure issue d'un monde où le bien n'est trop souvent que le masque grimaçant du mal. Ce livre ne peint pas seulement l'existence mouvementée d'une femme à la trajectoire complexe. Elle donne aussi le portrait d'une écrivaine fulgurante, témoin des mutations d'un siècle peu à peu transformé par l'évolution des sciences, les révolutions naissantes de la biologie et les mutations technologiques et industrielles. Biographie mais aussi moments de lecture des thèmes chers à l'engagement de Mary Shelley, Cathy Bernheim plonge le lecteur dans le romantisme anglais dans toute sa splendeur à travers une histoires de vie et d'écriture passionnante, résolument moderne.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les éditions du Félin pour l'envoi du livre. J'ai eu le temps cette semaine de lire cette biographie et je l'ai trouvée excellente ! Je vous en reparlerai dans la semaine.

*****

* Une Interminable Nuit d'Hiver, de Roger Pascual.
Résumé: La guerre d'Algérie fait rage. A Paris, Grégoire poursuit sa première année de droit à la Sorbonne; loin de sa famille, les riches colons Serda, il feint d'ignorer les évènements tragiques qui se déroulent sur sa terre natale et qui frappent les pieds-noirs. Mais lorsque sa petite amie lui annonce la mort de son frère aîné, abattu par des terroristes, il est violemment ramené à la réalité. Grégoire décide donc de se rendre à la Hacienda, le domaine familial, afin d'assister aux obsèques. Il se retrouve alors confronté à cette famille qui lui était presque devenue étrangère et à une série d'évènements tragiques, tous liés à son passé et à l'horreur qui a transformé en champ de bataille cette terre qu'il chérit tant. Entre drame, amour et histoires de famille, Une Interminable Nuit d'Hiver vous plonge au coeur d'un conflit complexe, traité avec sensibilité et intelligence.

Librinova m'a proposé une nouvelle lecture et je suis très intriguée, encore une fois c'est un récit qui semble rudement intéressant. Il me tarde de lire ce roman.
 
Achat

* Rebecca Kean, tome 2: Pacte de Sang, de Cassandra O'Donnell.
Pour des raison de non-souhait de divulgation, je ne mets pas de résumé (en bref: je-ne-veux-pas-savoir-ce-qui-se-passe-dans-ce-roman-avant-d'avoir-lu-le-premier-tome ^^).

Il m'a fallu effectuer mon achat France Loisirs de la saison, mon choix s'est naturellement porté sur la suite de ma précédente acquisition chez eux !



Voilà tout pour cette fois, je ne suis toujours pas allé en vide-grenier mais j'en trouverai un, un jour, j'en trouverai un !



Suzy Bess.

 

Le Pâtissier de mes Rêves, tome 1


Le Pâtissier de mes Rêves,
Tome 1
Titre original: "Cake Ouji No Specialite"
Auteur: Takafumi Nanatsuki
Editeur: Editions Akata
Traduit du japonais par: Diane Durocher
Nombre de pages: 272

Je remercie Babelio et les éditions Akata pour cette lecture,
lue dans le cadre d'une Masse Critique. 

* Quatrième de Couverture *

Ce jour-là, tout aurait dû bien se passer pour Miu. Hélas, lors de son rencard, la lycéenne se fait larguer... Dépitée, elle décide de se consoler en s'adonnant à son passe-temps préféré: manger des gourmandises !! Ses pas la mènent à l'entrée d'une pittoresque pâtisserie dont elle ignorait jusqu'alors l'existence. Pénétrant dans le mystérieux établissement, elle constate avec stupeur que le beau Hayato y travaille. Camarade de lycée connu pour sa froideur sans égale, ce dernier s'avère surtout être un apprenti pâtissier de talent, dont les créations effacent les soucis de tous ceux qui les goûtent ! Se découvrant un intérêt commun, Miu et Hayato deviennent amis. Ils ne savent pas encore que la recette de l'amour est peut-être déjà en train de leur préparer des tours...
 
* Mon Avis *

Attention: vous risquez de trouver de nombreux jeux de mots (de circonstance) au cours de cet avis !

Délicieux, ce roman se déguste avec délectation, je me suis régalée !

 Par une froide journée d'hiver, après que le petit-ami de Miu ait décidé de mettre un terme à leur relation, la jeune fille, démoralisée, cherche à s'acheter un gâteau de réconfort. Mais elle ne trouve pas la boutique réputée qu'elle cherche, se perd et tombe, à la place, sur une petite pâtisserie dont elle n'avait jamais entendu parler mais qui semble avoir un succès phénoménal: tous les gâteaux ont déjà été vendus ! Et pour cause, le propriétaire est un ancien champion du monde dans son domaine. Stupéfaite, Miu découvre encore que Hayato, le jeune homme le plus convoité de son lycée (il a même un fan club !) et surnommé le Prince impitoyable, y est apprenti pâtissier. D'abord en colère de savoir son secret découvert, Hayato finit par accepter la présence de sa camarade si étrangement passionnée et devient son ami. Mais ce rapprochement ne va pas plaire aux autres élèves du lycée; Miu, victime de harcèlement, va être aidée par Hayato qui, à son tour, va avoir besoin du soutien de la jeune fille afin d'avancer dans son projet professionnel.

Ceci n'est pas un manga (je le précise car j'ai moi-même été un peu prise au piège). Ceci dit, ce roman retransmet parfaitement l'esprit des shôjos avec l'ambiance de fond chaleureuse malgré les épisodes compliqués que peuvent rencontrer les protagonistes, et l'exagération des situations (les descriptions des dégustations de gâteaux sont exquises !) comme des caractères des personnages, j'ai beaucoup aimé. L'absence de dessin ne m'a donc pas du tout dérangée; et encore, il ne s'agit pas d'une absence totale puisqu'à la fin de chacun des quatre grands chapitres est présentée une fiche illustrée (par Kaoru Nakahara) concernant une pâtisserie et des anecdotes la concernant, en faisant un ouvrage gourmand à souhait. Le style caricatural du texte est amusant, on se laisse facilement embarquer aux côtés de Miu, une admiratrice passionnée - que dis-je ? je dirai même obsédée ! - de pâtisseries, se retrouvant confrontée à l'acerbe Hayato, dont les ambitions professionnelles semblent sans limites; ces deux-là forment un duo attachant.
Plusieurs sujets sont abordés pour faire de ce livre un bon roman d'apprentissage pour la jeunesse: le harcèlement scolaire est donc évoqué (peut-être un peu trop rapidement), tout comme les conséquences que peut avoir la beauté. Mais le thème mis en avant est sans conteste l'apprentissage (dans un métier d'artisanat); il est intéressant à découvrir du point de vue des japonais: en France, il est relativement habituel de trouver des apprentis dans ce corps de métier, mais c'est chose rare au Japon, bien que cela tende à se développer. Le fait, également, que ce soit Hayato qui se cherche plutôt que l'héroïne est sympathique et attirant; le garçon orgueilleux, très sûr de lui, voit ses convictions bousculées.
 
J'ai trouvée cette histoire savoureuse - une gourmande comme moi ne pouvait d'ailleurs qu'apprécier. Nul doute que l'auteur a un palais exercé autant que l'est sa pétillante plume; si vous avez d'ores et déjà l'eau à la bouche, ne résistez pas: vous n'en ferez qu'une bouchée !

Petit conseil: envie de vivre pleinement l'expérience ? Accompagnez votre lecture d'une tasse d'Earl Grey (autres thés, cafés, chocolats chauds feront également l'affaire) et d'une bonne pâtisserie; vos papilles gustatives vous remercieront !
 
* Parlons Couverture *

Voilà la coupable ! Celle qui m'a fait croire que je m'apprêtais à découvrir un manga ! Sans rancune, j'adore cette illustration de couverture, ses couleurs, l'atmosphère qu'elle dégage... Le coup de crayon vous dit quelque chose ? Mais oui, l'illustratrice n'est autre qu'Ichigo Takano, créatrice de la très belle série de mangas "Orange" !



Citation:

* - [...] les gâteaux ont le pouvoir de changer un mauvais souvenir en un bon.



Suzy Bess.

   

mercredi 20 juin 2018

Le Cheval de Troie


Le Cheval de Troie
Titre original: "The Song of Troy"
Auteure: Colleen McCullough
Editeur: Archipoche
Traduit de l'anglais par: André Dommergues
Nombre de pages: 496

Je remercie Archipoche pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

Priam, roi de Troie, refuse de donner à Hercule la récompense promise pour avoir tué le lion qui dévorait ses chevaux. Pâris, son fils, enlève la belle Hélène, l'épouse du roi Ménélas. Ces deux affronts, que seul le sang peut laver, sonnent le début d'une guerre entre Grecs et Troyens qui durera dix ans. Mais c'est compter sans "Ulysse aux Mille Ruses" qui imagine le stratagème du cheval de bois permettant d'introduire toute une armée dans la Cité...

Avec la rigueur d'une historienne et la passion d'une romancière, Colleen McCullough dépeint les tourments des humains manipulés par les dieux, les combats et les amours contrariées des héros de "L'Iliade". Soldat et roi, princesse et servante, demi-dieu et monstre mythique, tous prennent la parole tour à tour pour raconter leur guerre de Troie - ce qui confère à ce récit une vivacité et une modernité saisissantes.
 
* Mon Avis *

S'étalant sur de nombreuses années, ce roman est passionnant.

La guerre de Troie, affrontement mythique relaté dans de nombreux récits, est ici racontée par ses principaux intervenants. De l'accession au pouvoir de Priam à la naissance d'Achille, du serment prononcé par tous les rois et princes présents au mariage d'Hélène avec Ménélas, frère d'Agamemnon - roi des rois - à la fuite de la jeune femme avec son amant Pâris, fils de Priam, du contrôle de l'Hellespont (et donc des liaisons maritimes, zone de commerce promesse de profits) aux échanges avec les dieux via les oracles, en passant par l'organisation de la guerre de Troie et des batailles environnantes, jusqu'à l'édification du fameux cheval de bois, Colleen McCullough partage avec nous une épopée, détaillée par de nombreux points de vue. Au total, ce sont 16 voix que nous entendons, majoritairement masculines et s'alternant au fil des années et des conflits.

Outre ses descriptions minutieuses des paysages et des évènements, l'histoire est portée par les attachements divers entre protagonistes, qu'il s'agisse d'amour ou de haine. Les relations avec les dieux de la mythologie grecque sont mises en avant pour un résultat captivant, j'ai adoré la diversité apportée par l'auteure. Si j'ai eu un peu de mal de temps à autre avec la vulgarisation nécessaire au texte afin que tout un chacun puisse le comprendre, ainsi qu'avec la place des femmes dans l'histoire (l'auteure nous rappelle bien que les femmes ont longtemps été considérées comme des objets et de simples faire-valoir), le reste des aventures m'a captivée comme la mythologie a toujours su le faire avec moi.
Difficile de ne pas faire la comparaison avec "L'Iliade" d'Homère, pourtant je ne la ferai pas, et avec facilité puisque je ne me souviens absolument pas de ce à quoi ressemble le texte d'origine (lu il y a trop longtemps pour ma pauvre mémoire ^^); ceci dit, il semblerait que Colleen McCullough s'en écarte très peu.

L'auteure livre un récit plaisant qui, malgré ses presque 500 pages, ne paraît pas trop long. J'ai beaucoup aimé l'aventure !
 
* Parlons Couverture *

Quoi de mieux qu'une peinture inspirée pour représenter la légende ? Il en existe tellement, mais ce "Siège de Troie", d'un artiste anonyme, est un choix tout à fait pertinent puisqu'on y aperçoit le cheval du titre français !



Suzy Bess.

  

mardi 19 juin 2018

Au Nom de la Fantaisie d'Adam


Au Nom de la Fantaisie d'Adam
Auteure: Oceana
Editeur: Auto-éditée avec Librinova
Nombre de pages: 574

Je remercie Librinova pour cette lecture.

* Résumé *

"Quand le destin s'acharne contre vous mais qu'il, en fin de compte, ne peut qu'éveiller le mal-être général qui guérit et grandit au fond de vous-même."

Les conquêtes multipliées, une parenthèse douloureuse, un abandon total de confiance en soi, Nina Green, étudiante en psycho, se croit tache dans ce monde qui regorge de vie. Essayant tant bien que mal de réparer les erreurs qu'elle pense avoir commises, elle apprend peu à peu à se connaître, éprouver des sensations et sentiments inexplorés auparavant, tout cela à cause d'un homme. Lui, Adam Eden, spécimen énigmatique, porte lui aussi sur son dos de lourds secrets et de sinistres désirs. S'étant rencontrés tous deux en boîte, profondément attirés l'un par l'autre dès le premier regard. Ce désirable "dark boy" constamment en train de titiller sa curiosité. Arrivera-t-elle à l'atteindre ? Est-ce simplement un hasard ? Les parties de jambes en l'air fantaisistes à la MacGyver, qui plaisent tant à mademoiselle Green, lui suffiront-elles ?
 
* Mon Avis *

Malgré toute la bonne volonté du monde, je n'ai pas su apprécier ce roman.

Un soir, en discothèque, Nina croise le regard d'un bel inconnu qui ne cesse de la fixer. Lorsqu'elle rentre chez elle et manque de se faire agresser, il lui vient en aide et laisse entendre que tous deux se reverront. Nina va rapidement être obsédée par ce jeune homme sulfureux qui va reprendre contact avec elle et la délaisser à tour de rôle dès que l'avis l'en prendra. Engageant une relation sexuelle avec lui suite à un jeu de hasard, la jeune femme va se persuader qu'elle peut adoucir, et pourquoi pas apprivoiser, le caractère sombre, changeant et mystérieux de ce monsieur Eden, mais elle est loin de connaître son principal secret.

Librinova recèle parfois de jolies pépites, alors quand ils me proposent des lectures j'accepte toujours de les découvrir avec plaisir. Malheureusement, le fait est que le premier tome de cette romance érotique n'était vraiment pas pour moi.
Cette histoire nous présente des personnages perdus dans leur vie sentimentale; la découverte de la passion qu'ils éprouvent soudainement l'un pour l'autre va les rapprocher autant que les éloigner. Nina aurait pu m'être sympathique - elle a vécu des évènements difficiles dans son passé, qu'elle a su surmonter avec courage - si elle ne faisait pas preuve de tant de faiblesse et d'inconstance, elle se laisse tout simplement guider par ses pulsions sexuelles quand son instinct lui conseille de fuir. Quant à Eden... c'est un garçon très torturé, il refuse le bonheur car il se complaît dans sa douleur passée; il a vécu de mauvaises expériences, mais cela ne justifie pas, à mes yeux, un comportement aussi excessif. Car la relation que ces deux protagonistes vont vivre est, par moments, vraiment extrême et certaines scènes érotiques m'ont ahuries. Par contre, la domination physique et l'emprise psychologique d'Eden sur Nina sont subtilement mises en place, ce sont des éléments que j'ai trouvé intéressants.

Le souci majeur de ce récit est son écriture: fautes d'orthographe, de conjugaison, de frappe, d'inattention, elles sont quasiment présentes à chaque page; mais le plus gênant est encore la syntaxe, tout simplement mauvaise - certaines phrases n'ont pas vraiment de sens. Je ne comprends pas que l'auteure ait souhaité éditer son texte en l'état sans avoir préalablement fait appel à un correcteur, une correctrice, ou tout simplement à des bêta-lecteurs et des bêta-lectrices !
Cela m'a amenée à me poser la question suivante: peut-on tout se permettre dès lors qu'il s'agit d'auto-édition ? Non, je ne pense pas. A partir du moment où l'on décide de faire découvrir ses écrits et de les vendre, on doit aux lecteurs et lectrices un minimum de respect et de proposer, en conséquence, un produit fini. "Au Nom de la Fantaisie d'Adam" a plus l'air, actuellement, d'un premier jet qu'il faut retravailler ne serait-ce que pour gommer ces innombrables fautes.

Ceci dit, on ne pourra ôter à Oceana qu'elle ait écrit avec passion, cela se ressent dans son histoire, elle a été emportée par sa fougue et cela fait toujours plaisir à voir. Il reste également que ce roman a des retours très positifs, des avis enthousiastes qui attendent la suite de cette histoire avec impatience; même si ce n'est clairement pas mon cas, tout dépend donc des goûts de chacun.
 
* Parlons Couverture *

Cette couverture me plaît beaucoup; cet effet brumeux et le côté sombre correspondent bien au héros du titre.



Suzy Bess.

   

lundi 11 juin 2018

Emily Brontë - Une Vie


Emily Brontë
Une Vie
Auteure: Denise Le Dantec
Editeur: Editions Ecriture
Nombre de pages: 309

Je remercie le Groupe l'Archipel pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

Un roman publié en 1847, Les Hauts de Hurlevent, fit sa renommée posthume. Emily Brontë n'avait pas trente ans. Elle ne semblait connaître du monde que les landes entourant le presbytère familial, ayant partagé sa vie entre les tâches domestiques et la rédaction de saga juvéniles avec son frère Branwell et ses soeurs Anne et Charlotte.
Ce livre unique fut longtemps le seul témoignage de son auteur, dont l'existence, croyait-on, n'avait pas connu d'évènement marquant. La réussite de sa soeur Charlotte, il est vrai, l'avait maintenue dans l'ombre. C'était oublier qu'Emily Brontë (1818-1848), loin d'être une enfant recluse et sauvage, était éprise de liberté. Très cultivée, parlant le français, elle fut une lectrice passionnée de Walter Scott, Lord Byron et Shelley. Sa compréhension précoce de la cruauté du monde lui permit d'écrire "sans doute le plus beau roman d'amour de tous les temps", selon Georges Bataille.
Evoquant les drames de sa vie et ses révoltes, son courage moral et intellectuel, mais aussi son exubérance et sa force de caractère, Denise Le Dantec retrace l'existence singulière d'une femme qui ne put jamais rompre avec son enfance et conduisit sa vie comme un destin: celui d'écrire, sans se soucier de devenir écrivain.
 
* Mon Avis *

Très renseignée, cette biographie m'a intéressée.

Emily Brontë est l'auteure des "Hauts de Hurlevent", roman torturé qui m'a toujours fasciné, et de poèmes que je n'ai pas encore découverts. Arrivée dès son plus jeune âge au presbytère de Haworth, où son père était pasteur, elle y connu très vite le sentiment de perte suite aux décès successifs de sa mère et de ses deux soeurs aînées. Ces absences la marquèrent à jamais. Se réfugiant dans ses pensées, elle apprit à découvrir le monde d'une manière poétique - idées qu'elle retranscrit dans des poèmes - et prit goût à s'évader dans les moors, ces landes de bruyère l'entourant de toutes parts. Les quatre enfants Brontë restant - Branwell, Charlotte, Anne et Emily - s'amusèrent tôt à inventer des histoires, de ces jeux d'enfance naquirent de sublimes oeuvres.

Découvrir ce que fut la courte vie d'Emily Brontë (elle vécut tout juste trente ans), les évènements l'ayant marquée et de quelle manière elle appréhenda l'existence fut un peu long mais instructif. Denise Le Dantec détaille avec respect, et met notamment l'accent sur une certaine rivalité établie entre Charlotte et Emily (dont je n'imaginais pas l'ampleur), l'attachement étroit de cette dernière envers sa cadette Anne, tout comme sur l'éducation des enfants de la famille par leur père parfois dépassé et leur tante autoritaire. Le contexte politique et religieux de l'époque est également fidèlement rapporté. Bien qu'écrivant dans un style tout à fait classique au genre de la biographie, Denise Le Dantec, consciente de l'aspect généralement monotone que peuvent avoir ces textes, propose de temps à autre des dialogues sortis de son imagination et mettant en scène les membres et proches de la famille Brontë; si ces passages n'ont aucune valeur historique, ils n'en sont pas moins agréables et permettent une immersion dans l'univers. Y sont également associés quelques vrais poèmes (sans doute pas assez d'ailleurs, mais c'est un goût personnel) et extraits de lettres des personnes concernées.

Cette biographie a la particularité de nous faire facilement voyager à travers les époques; même si ses quelques 300 pages en paraissent plus, j'ai bien aimé la découverte plus ou moins intime de la vie d'Emily Brontë et le fait de ressentir l'admiration de la biographe envers son égérie.
 
* Parlons Couverture *

Dans la lignée des éditions collectors récemment parues chez Archipoche, cette couverture nous présente un joli profil féminin sous forme de camée et sur fond de motifs. J'aime beaucoup.



Citations:

* Emily Brontë ne possède d'autre mystère que celui de se placer au rang des êtres créateurs.

* Le plus difficile n'est pas de devoir mourir, mais de nous faire mortel et, par là, de donner à ce que nous faisons sens et vérité.

* Avec audace, elle a montré la haine dans l'amour et l'amour dans la haine.

* "Lorsque mes jours brefs approcheront de leur terme
Tout ce que je demande
C'est d'avoir dans la vie comme dans la mort une âme libre
Et le courage de souffrir." (vers trouvés sur la table d'Emily Brontë à sa mort)

* "Peu de gens croiraient combien on peut tirer de bonheur de sources purement imaginatives..." (Charlotte Brontë)

* "Ah ! le voici, il éveille ce soir
Les tendres pensées qui ne veulent pas mourir,
Et les feux de sentiment flambent aussi clairs
Qu'en ces années qui ne sont plus.

Et je peux voir, par ta joue altérée,
Par ton regard qui s'embrase,
Et par le mot à peine prononcé,
Combien follement l'imagination joue..."

* Pour Emily, la propension au mal et au péché est ce qui fait l'authentique grandeur humaine. Cette conscience du mal explique l'intérêt manifesté par Emily vis-à-vis de tout ce qui revêt les caractères de la passion, y compris de la passion amoureuse.

* Chez Emily Brontë, avec une mesure égale, se sont toujours conjugués le sentiment inéluctable de la loi du monde et l'aspiration à la liberté. Elle accepte le défi d'une prédestination lointaine, en même temps qu'elle le refuse. Comme son père dans sa jeunesse, elle a besoin de combat, et cet antagonisme est devenu le moteur de son activité littéraire.

* Rien ne sert de se répandre. L'abondance du coeur suffit.



Suzy Bess.

  

dimanche 10 juin 2018

PAL +2 et...


Pile A Lire +2 et...



... deux cadeaux.

Bonsoir tout le monde !

Cette semaine, on m'a offert deux ouvrages papier que je possédais déjà en numérique. Et j'ai reçu deux nouvelles lectures que j'ajoute à la pal !

Cadeaux

* Victoria Hall, volumes 1&2, de Lhattie Haniel;

deux titres qui étaient déjà présents dans ma pile à lire jusqu'à ce que je lise récemment le premier tome. J'ai eu le plaisir de recevoir les deux livres au format papier, je ne rajoute donc pas le second volume à la pal mais aurais le plaisir de le découvrir en pouvant toucher ses pages !
 
Masse Critique Babelio

* Le Pâtissier de mes Rêves, de Takafumi Nanatsuki.
Sortie le 28 Juin 2018
Résumé: Ce jour-là, tout aurait dû bien se passer pour Miu. Hélas, lors de son rencard, la lycéenne se fait larguer... Dépitée, elle décide de se consoler en s'adonnant à son passe-temps préféré: manger des gourmandises !! Ses pas la mèneront à l'entrée d'une pittoresque pâtisserie dont elle ignorait jusqu'alors l'existence. Pénétrant dans le mystérieux établissement, elle constate avec stupeur que le beau Hayato y travaille. Camarade de lycée connu pour sa froideur sans égale, ce dernier s'avère surtout être un apprenti-pâtissier de talent, dont les créations effacent les soucis de tous ceux qui les goûtent. Se découvrant un intérêt commun, Miu et Hayato deviennent amis. Ils ne savent pas encore que la recette de l'amour est peut-être déjà en train de leur préparer des tours...

J'ai enfin reçu le livre pour lequel j'ai été sélectionnée à la Masse Critique du mois de mai ! En plus de l'attente, je suis tombée des nues en découvrant que... ce n'est pas un manga, comme je le pensais (et la raison pour lequel je l'avais choisi), mais bel et bien un roman - la couverture d'Ichigo Takano m'a bien eue ! J'espère l'apprécier tout de même, mais ça ne devrait pas poser de problèmes: des pâtisseries et une romance, les ingrédients sont réunis pour me combler (je ne suis pas bien difficile ^^).
 
Prêt / King's Box

* Cujo, de Stephen King.
Résumé: Cujo est un Saint-Bernard de cent kilos, le meilleur ami de Brett Camber, qui a dix ans. Un jour, Cujo chasse un lapin qui se réfugie dans une sorte de petite grotte souterraine habitée par des chauves-souris. Ce qui va arriver à Cujo et à ceux qui auront le malheur de l'approcher constitue le sujet du roman le plus terrifiant que Stephen King ait jamais écrit. Brett et ses parents, leur voisin Vic Trenton et sa femme Donna, un couple en crise, Tad, leur petit garçon, en proie depuis des semaines à des terreurs nocturnes: tous vont être précipités dans un véritable typhon d'épouvante, un cauchemar nommé Cujo...

Merci à David qui m'envoie régulièrement ces "King's Box". Mon initiation de l'auteur continue, et je vais pouvoir découvrir l'un de ses romans les plus effrayants ! Le livre est accompagné du DVD "Charlie", adaptation avec Drew Barrymore dont j'ai lu le roman en début de mois.



Voilà donc pour cette semaine, le destin n'a pas voulu que je trouve mon bonheur en vide-greniers donc pas d'achat.

Bonne soirée !



Suzy Bess.

   

mercredi 6 juin 2018

Charlie


Charlie
Titre original: "Firestarter"
Auteur: Stephen King
Editeur: Le Livre de Poche
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: F.M. Lennox
Nombre de pages: 605

* Quatrième de Couverture *

Un homme et une femme font l'objet d'une expérience scientifique ultrasecrète du gouvernement américain sur les pouvoirs psychiques. Tout a été prévu, sauf que cet homme et cette femme auraient un an plus tard une fille: Charlie...
Elle a huit ans, elle peut anéantir le monde, il lui suffit de vouloir...

Un des personnages les plus envoûtants de Stephen King, le génie de l'épouvante.
 
* Mon Avis *

Touchant, ce roman assez rythmé m'a captivé.

Etudiants, Andy et Vicky font partie de la douzaine de cobayes sur qui va être testé un nouveau composé chimique, le Lot Six, décrit au départ comme un simple hallucinogène. Mais, rapidement, ils vont développer des capacités psychiques étonnantes: Vicky va être capable de déplacer des objets rien qu'en y pensant quand Andy va pouvoir contrôler les gens qui l'entourent avec ce qu'il appellera la poussée. Quelques années plus tard, les deux jeunes gens sont mariés et ont une fille, Charlie. Entre autres capacités mentales extraordinaires héritées de ses parents, la fillette possède le don de pyrokinésie - elle peut faire brûler tout ce qu'elle souhaite: elle-même, des objets, des gens... Mais ses parents ne sont pas les seuls à s'en rendre compte; la Boîte, organisation gouvernementale américaine veut à tout prix exploiter ce don. Après avoir tué Vicky, ils traquent désormais Andy et Charlie.

Tout à son univers fantastique, Stephen King, "le génie de l'épouvante" (dixit le résumé), peut aussi livrer des romans très tendres, comme l'est "Charlie".
Entre fuite désespérée et scènes d'action, l'écrivain met en avant le côté psychologique de son histoire, l'amour filial entre un père et sa fille, et la difficulté d'éduquer un enfant doté de capacités incroyables. Ca m'a vraiment passionné; la limite entre le bien et le mal est parfois si ténue qu'on ne peut qu'être admiratif face au comportement d'Andy et à la compréhension mature de Charlie. La fillette subit énormément sa vie; elle n'a pas choisi sa différence et fait preuve d'un courage remarquable; quels que soient les actes qu'elle commet, on lui trouve forcément une bonne excuse - on réagirait exactement comme elle, en vérité -, ce personnage fascine tout autant que celui de son père, dont les questionnements incessants sur le mieux à faire dans leur situation sont très intéressants.
Ce roman pourrait comporter deux grandes parties: la traque (ou la fuite, selon le point de vue) et l'enfermement. Ce second point prend une place considérable; bien que j'ai apprécié suivre son déroulement, j'aurai cependant bien aimé que la fuite soit plus étendue.
Il y a quelques longueurs, mais j'admire chez Stephen King qu'il étaye ses propos de bases scientifiques, cela apporte beaucoup de véracité à ses histoires et nous propose une autre manière de lire le fantastique: il y a celui que nous lisons en sachant que tout relève de l'imagination, et il y a celui qui nous laisse penser que ça pourrait arriver un jour !

Des personnages attachants, un rythme intéressant et une histoire passionnante: j'ai adoré !
 
* Parlons Couverture *

Si l'on omet le fait que la petite Charlie est très blonde aux yeux bleus, cette photo de couverture est superbe. J'aime autant les couleurs et ombrages que le côté à la fois enfantin et énigmatique, fidèlement retransmis.



Citations:

* - Il y a de bonnes mauvaises actions.

* C'est drôle, les clés; on peut deviner la vie des gens rien qu'en regardant celles qui s'amoncellent à leur porte-clés.



Suzy Bess.