samedi 30 avril 2016

La Mer en Hiver

 
La Mer en Hiver
Auteure: Susanna Kearsley
Editeur: Charleston
Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par: Marie-Axelle de La Rochefoucauld
Nombre de pages: 458
 
Quatrième de Couverture
 
Printemps 1708, une flotte jacobite de soldats français et écossais échoue à faire revenir James Stewart, le roi exilé, sur ses terres d'Ecosse afin de réclamer sa couronne.
De nos jours, Carrie McClelland s'inspire de cet épisode historique dans son nouveau roman. Installée aux abords du château de Slains, au cœur d'un paysage écossais désolé et magnifique, elle crée une héroïne portant le nom d'une de ses ancêtres, Sophia, et commence à écrire.
Mais elle se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l'intrigue de 1708, elle découvre une histoire d'amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé...
Une histoire d'amour puissante et ensorcelante, entre passé et présent !

Mon Avis
Coup de Cœur

Quels bouleversements affectifs m'a apportée la lecture de ce merveilleux roman, poignant et passionnant !
 
La Mer en Hiver nous raconte deux histoires, de deux époques lointaines, au travers de deux héroïnes extrêmement attachantes.
Carrie est une écrivaine reconnue spécialisée dans les romans historiques. Pour se rapprocher au plus près de l'esprit de son nouveau roman en cours d'écriture elle se rend en Ecosse où d'étranges sentiments l'assaillent, des sensations de déjà-vu qui ne la quittent pas. Une héroïne principale va s'imposer à son esprit: Sophia, une ascendante, et l'Histoire (celle avec un grand H, mais aussi le récit de son aïeule) va se dévoiler au fil des jours et des mots posés sur le papier.
 
Le terme de Roman Historique est ici traité dans toute sa splendeur et prend tout son sens; nous sommes embarqués au XVIIIème siècle avec une facilité déconcertante et un naturel troublant. La transition entre les deux époques et entre les deux univers n'est jamais brusque mais logique et réfléchie. Susanna Kearsley nous livre un travail phénoménal pour un résultat fabuleux. Elle exploite les faits historiques avec un respect non dissimulé et nous construit un récit autour fascinant ! Entre la fiction et la réalité, la frontière est très mince et floue ce qui rend le tout parfaitement concordant. Les personnages sont si vivants, si bien décrits qu'on a envie de s'intéresser à eux au-delà du roman, de s'ancrer à eux et suivre toutes leurs aventures.
J'ai été séduite par cette, non, ces histoires, charmée (voire conquise) par certains personnages masculins, impressionnée par les personnages féminins, bouleversées par certains évènements (l'auteure sait vous fendre le cœur avec grâce, je n'ai pas pu retenir mes larmes)... J'ai vraiment ressenti tout un tas d'émotions puissantes, de la joie à la tristesse, de la peur au soulagement. J'ai voyagé loin, au-delà des lieux, à travers les siècles. J'ai appris un morceau de l'Histoire écossaise et j'en ressors totalement émue.
 
Vous l'aurez compris, c'est un coup de cœur monumental !
 
 
 
Suzy B.
 


mercredi 27 avril 2016

PAL +1

 
Pile A Lire +1
 
 
Réception d'un ouvrage Masse Critique !
 
Cette semaine, j'ai reçu le roman pour lequel j'ai été sélectionnée à la Masse Critique de Babelio. Je remercie donc Babelio et les éditions J'ai Lu.
 
Le Fou et l'Assassin, Tome 1, de Robin Hobb.
Résumé: Fitz Chevalerie Loinvoyant, bâtard de la famille régnante des Six-Duchés et assassin royal à la retraite, coule des jours paisibles dans sa propriété de Flétrybois avec son épouse Molly et ceux de leurs enfants qui ne sont pas encore partis de la maison. Mais, lors d'une fête de l'Hiver, trois inconnus se présentent en se disant ménestrels puis s'enfuient dans une tempête de neige, tandis que, la même nuit, une messagère envoyée à Fitz disparaît dans d'inquiétantes circonstances sans avoir eu le temps de lui remettre son message. Fitz voit sa vie se défaire, ses enfants s'en aller, sa femme vieillir et sombrer dans la démence, se découvrant enceinte à plus de cinquante ans, alors que lui garde toute sa jeunesse et son ardeur grâce à l'Art. Et il se désole de n'avoir plus reçu de nouvelles du Fou depuis quinze ans... Mais, pendant un voyage au Royaume des Montagnes où il se rend avec Kettricken, le roi Devoir et la reine Elliania, il retrouve la maison qu'occupait jadis son ami avec Jofron, fabricante de marionnettes. Cette dernière lui révèle que le Fou lui a écrit à plusieurs reprises, alors qu'il n'a jamais rien reçu. Une question le taraude alors: et si c'était lui qui avait envoyé en ultime recours la messagère assassinée ?
 
Ce roman fait immédiatement suite à la série L'Assassin Royal, saga que je n'ai pas encore lue. Mais j'adore l'auteure que j'ai découvert avec ses Cités des Anciens, je suis donc ravie d'avoir été sélectionnée pour ce livre ! :)
 
 
 
Suzy B.
 


mardi 26 avril 2016

CHERUB, Mission 01

CHERUB
Mission 01: 100 Jours en Enfer
Auteur: Robert Muchamore
Editeur: Casterman
Traduit de l'anglais par: Antoine Pinchot
Nombre de pages: 407
Quatrième de Couverture
James, placé dans un orphelinat sordide à la mort de sa mère, ne tarde pas à tomber dans la délinquance. Il est alors recruté par CHERUB et va suivre un éprouvant programme d'entrainement avant de se voir confier sa première mission d'agent secret. Sera-t-il capable de résister 100 jours ? 100 jours en enfer...
CHERUB est un département ultrasecret des services de renseignement britanniques composés d'agents âgés de 10 à 17 ans.
Pour raison d'Etat, ces agents n'existent pas.
Mon Avis
CHERUB est une série jeunesse que j'affectionne particulièrement. Son dynamisme est entrainant.
Ce premier tome nous présente l'agence CHERUB - dont la majorité des agents sont des enfants et des adolescents - à travers la vision de James, un garçon très intelligent qui ne se rend pas compte de son potentiel et qui collectionne les frasques en tout genre. Vivant dans la violence et les délits, sa vie va changer au décès soudain de sa mère. Né de père inconnu et abandonné par un beau-père qui ne veut pas de lui, James va accumuler les erreurs au sein de l'orphelinat qui le recueille, avant de se voir recruté par l'étrange agence de services secrets. C'est un univers fait d'ordre, de rigueur et de respect qu'il va découvrir. Mais pour l'intégrer, il va devoir subir des tests d'une intensité peu commune où il devra tout donner.
Cette série est vraiment divertissante, ses personnages sont intéressants (certains même intrigants), attachants, et ce volet d'ouverture nous plonge immédiatement dans l'action. La plume de Robert Muchamore me plaît beaucoup: elle est agréable, fluide et convient à tout le monde. Il y a, évidemment, le côté jeunesse qui est présent mais cela n'est pas gênant du tout puisque c'est le cachet même de cet univers !
CHERUB est une série que je conseille à toutes et à tous !



Citation:
* - Vous êtes le premier à me féliciter de collectionner les conneries.



Mon avis sur:
Suzy B.


lundi 25 avril 2016

Ecrits Fantômes

 
Ecrits Fantômes
Auteur: David Mitchell
Editeur: Editions de l'Olivier
Traduit de l'anglais par: Manuel Berri
Nombre de pages: 533
 
Quatrième de Couverture
 
"J'ai séjourné deux ans dans le docteur; c'est là que j'ai pu apprendre à connaître l'espèce humaine et ce qu'elle a d'inhumain. Appris à lire les souvenirs, à les effacer et à les remplacer. Appris à contrôler mes hôtes. L'Homme était mon jouet. J'ai également appris la prudence. Un jour, j'annonçai au docteur qu'un être immatériel vivait dans son esprit depuis deux ans."
Un terroriste à Tokyo, un trader à Hong-Kong, l'âme d'un shaman en Mongolie, des trafiquants d'art à Saint-Pétersbourg, une voix dans le cyberespace... ces personnages - et bien d'autres encore - appartiennent, sans le savoir, à la même histoire. Quel est donc le lien qui les réunit ?
 
Mon Avis
 
David Mitchell nous livre, au cours des dix parties de ce roman, des destins hétéroclites, où la conscience humaine trône.
 
Quasar fait partie d'une secte dont la conviction de mener une noble cause les pousse à tuer des gens;
Satoru, un jeune employé chez un disquaire, va tomber amoureux d'une inconnue;
Neal est au bord de la crise de nerfs en se rendant compte que sa vie s'est nettement dégradée, il analyse ce qui l'a amené jusqu'ici;
Sur une Montagne Sacrée, une femme assiste impuissante à la Révolution Culturelle et aux drames qui s'enchaînent;
Nous découvrons la Mongolie au côté d'une conscience, un hôte qui transmigre de corps en corps afin de découvrir ses origines;
Margarita, aveuglée par un amour néfaste, détourne des œuvres d'art;
Marco, batteur et nègre à ses heures perdues vit de manière quelque peu désordonnée et fataliste en enchaînant les relations sans savoir ce qu'il attend de la vie;
Mo, scientifique renommée, retrouve ses racines sans sérénité en se sachant poursuivie pour ses incroyables travaux de recherches;
Bat, au travers de son émission de radio, reçoit un étrange appel téléphonique d'un certain "Gardien de Zoo".
 
J'adore cette manière qu'a l'auteur de lier ses personnages, de manières parfois évidentes, d'autre fois plus subtiles. Grâce aux nombreux personnages, on découvre des lieux des quatre coins du monde et plusieurs manières de penser et de vivre. J'ai par moments peiné dans ma lecture, j'y ai trouvé quelques longueurs et un côté parfois linéaire (surtout au début du récit), mais à part ces petites choses, j'ai été emballée ! Certaines histoires m'ont captivée et les réflexions sont très intéressantes.
Même si j'ai préféré Cartographie des Nuages, du même auteur et du même style, j'ai bien aimé cette lecture !
 
 
 
Citations:
 
* Ils ne sauraient pas que le monde existe s'ils ne l'avaient pas vu à la télé.
 
* - La vie en société [...] implique un renoncement superficiel. En renonçant à certaines libertés, nous bénéficions de la civilisation. Nous sommes à l'abri de la famine, des brigands et du choléra. C'est un contrat à notre avantage. Un contrat que le système éducatif signe en notre nom à notre naissance. Ceci étant dit, nous avons tous un moi profond qui choisit jusqu'à quel point nous en honorons les clauses. Ce moi profond représente notre ultime sens de la responsabilité.
 
* - As-tu remarqué [...] que les pays disent "forces de dissuasion" quand ils évoquent leur arsenal nucléaire mais parlent toujours d'"armes de destruction massive" dès lors qu'il s'agit des autres nations ?
 
* - Les fous sont des écrivains écrits par leurs histoires.
 
* - Ce ne sont pas les gens qui peuplent le monde des hommes, mais leurs histoires.
 
 
 
Suzy B.
 



jeudi 21 avril 2016

Les Messagers des Vents

 
Les Messagers des Vents
Auteure: Clélie Avit
Editeur: MSK
Nombre de pages: 473
 
Quatrième de Couverture
 
Une seule mèche de ses cheveux avait dépassé. Rien qu'une seule, mais il n'avait suffi que d'un rai de lumière pour que les hommes y perçoivent le reflet bleuté. Elle rageait de n'avoir pas été plus prudente. Quand les hommes avaient vu, ils s'étaient aussitôt élancés à sa poursuite.
Heureusement, ils n'avaient pas vu le collier.
 
Fuir, rester sur le qui-vive, son arc à la main, c'est le quotidien d'Eriana.
Dans sa course éperdue, elle va pourtant croiser la route de Setrian. Le jeune messager des Vents doit l'initier à un terrible secret: sa communauté est menacée par une prophétie et seule une jeune femme bien particulière pourra la sauver. Mais Eriana hésite à lui faire confiance. Et si les prophètes avaient eu tort ?
Alors que ses doutes servent le jeu des ennemis, la sentence de la prophétie se rapproche. Eriana aura-t-elle la force de mener cette quête dont les enjeux la dépassent ?
 
Après le succès international de son premier roman Je Suis Là, plongez dans la nouvelle saga fantastique de Clélie Avit. Tour à tour trépidant et poétique, Les Messagers des Vents vous entraînera dans le monde singulier d'Eriana et Setrian.
 
Mon Avis
 
Avec Les Messagers des Vents, nous entrons dans un univers fantastique étonnant, où les éléments de la nature nous entraînent dans une quête haletante.
 
Eriana est une jeune femme solitaire qui parcourt les villages sans s'y attarder, à la recherche d'un endroit précis qu'elle ne peut localiser: les Terres Inconnues. Dotée de caractéristiques particulières, la jeune femme se cache en espérant éviter d'être poursuivie. Mais un jour des mercenaires la remarquent et, dans sa fuite au cœur d'une forêt empreinte de superstitions, sa rencontre avec un loup au regard étonnamment profond va bouleverser sa vie. Elle va prendre connaissance d'un monde dont elle ne soupçonnait même pas l'existence et découvrir qu'elle aura un rôle des plus importants à jouer au sein d'un mystère jusque là irrésolu.
 
Bien plus qu'une quête, c'est tout un univers que Clélie Avit nous invite à découvrir. Elle y invente de nouveaux codes, des paysages que l'on rêve d'admirer, des peuples et des manières de penser propres à son roman. On se doute du travail colossal qu'il y a derrière tout cela.
 
La première moitié du livre pose les bases tandis que la seconde est plus dirigée vers l'action (et donc est plus intensive).
Outre le point de vue de l'héroïne principale, nous apprenons à connaître également celui de nombreux autres personnages; mais grâce à la mise en place progressive, nous ne sommes pas noyés sous les informations et parvenons à tout assimiler sans trop de difficultés. Je me suis rapidement attachée à certaines personnes, la narration à la troisième personne facilite cela. L'évolution de la relation entre Eriana et Setrian est vraiment intéressante à suivre, le lien qui les relie est mystique.
 
Les péripéties s'enchaînent, le rythme est soutenu, chaque chapitre apporte son lot de révélations, de surprises. Je me suis vraiment sentie plus impliquée dans la seconde partie du roman car la prophétie, élément central de l'histoire, y prend tout son sens et son importance.
 
Une très belle découverte dont j'ai hâte de connaître la suite !
 
 
 
Suzy B.
 


mardi 19 avril 2016

PAL +1

 
Pile A Lire +1
 
 
Une nouvelle entrée dans la bibliothèque en ce début de semaine !
 
J'ai remporté un livre sur un évènement organisé par Laure, du blog My Austenian Fantasy (sa page Facebook). Il s'agit d'une austenerie que j'espérais lire depuis sa sortie: Une Saison à Longbourn, de Jo Baker.
Résumé: Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier. À l’'étage inférieur veillent les domestiques. Figures de l’'ombre dans Orgueil et Préjugés, ils deviennent ici des personnages à part entière qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Et pendant que les cœurs s’'emportent à l’'étage, ce que les domestiques font au secret de leur cuisine n’'appartient qu’'à eux… Une histoire d'’amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de ressurgir.
 
Mais en plus de ce livre, j'ai eu la joie de découvrir plein de très beaux marque-pages et de jolis cartes (qui serviront également de marque-page ^^). Ce n'était pas prévu, j'ai donc été surprise et encore plus heureuse ! Et elle en avait aussi caché entre les pages du livre !
 
Je tiens donc à remercier vivement Laure pour ce joli cadeau ! Merci !!!
 
 
 
Suzy B.
 


dimanche 17 avril 2016

PAL +10

 
Pile A Lire +10
 
 
Cette semaine, de nombreux achats... et ma PAL en prend un coup !
 
Que de plaisirs à petit prix... Dès que le printemps se fait sentir, les vide-greniers refleurissent ! Et j'en profite. ;)
 
Aujourd'hui, je suis donc allée dans une brocante où j'ai trouvé mon petit bonheur:
 
* Le Vieil Homme et la Mer, d'Ernest Hemingway.
J'ai toujours voulu lire un Hemingway mais je n'ai jamais vraiment eue l'occasion d'en acheter un (ou alors je n'y pensais pas), quand je suis tombée sur ce classique, je l'ai tout de suite pris !
Résumé: Tu veux ma mort, poisson, pensa le vieux. C'est ton droit. Camarade, j'ai jamais rien vu de plus grand, ni de plus noble, ni de plus calme, ni de plus beau que toi. Allez, vas-y, tue-moi. Ca m'est égal lequel de nous deux tue l'autre. Qu'Est-ce que je raconte ? pensa-t-il. Voilà que je déraille. Faut garder la tête froide. Garde la tête froide et endure ton mal comme un homme. Ou comme un poisson.
 
* La Valse Lente des Tortues, de Katherine Pancol.
C'est le dernier qui me manquait de la trilogie de l'auteure ! Je suis contente de l'avoir trouvé.
Résumé: Ce livre est une bourrasque de vie... Un baiser brûlant du seul qu'on ne doit pas embrasser. Deux bras qui enlacent ou qui tuent. Un homme inquiétant, mais si charmant. Une femme qui tremble et espère ardemment... Un homme qui ment si savamment. Une femme qui croit mener la danse, mais passe son tour. Des adolescents plus avertis que les grands... Un homme qui joue les revenants. Un père, là-haut dans les étoiles, qui murmure à l'oreille de sa fille... Un chien si laid qu'on s'écarte sur son passage. Des personnages qui avancent obstinément, comme de petites tortues entêtées qui apprendraient à danser lentement, lentement, dans un monde trop rapide, trop violent...
 
* Madame Bovary, de Gustave Flaubert.
Ce roman m'a été chaudement recommandé à plusieurs reprises. Je vais enfin pouvoir le découvrir !
Résumé: En 1857, au terme de plusieurs années de labeur, Flaubert fait paraître Madame Bovary. Aussitôt c'est le scandale : l'histoire d'Emma, cette fille de paysans qui, pour fuir la médiocrité de son époux et la routine provinciale, se réfugie dans ses lectures puis dans l'adultère, choque la censure. Flaubert est poursuivi pour outrage aux mœurs et à la religion ; on lui reproche ses « tableaux lascifs, » ses « images voluptueuses mêlées aux choses sacrées. » Le succès, immense, est à la mesure du tapage judiciaire. Mais cette œuvre est bien plus qu'un roman sulfureux, car elle ébranle les fondements mêmes du genre romanesque.
 
* Tristan et Iseult, par René Louis.
Cette histoire fait partie de ces mythiques que je me dois de lire un jour.
Résumé: Tristan conduit Iseult la Blonde vers son futur époux, le roi Marc. A bord du navire, avant que les côtes de Cornouaille ne soient en vue, ils boivent un philtre qui les unit l'un à l'autre, pour trois ans, d'un amour indissoluble. Mais les noces d'Iseult et du roi seront célébrées et de l'amour les amants ne connaîtront que la souffrance. Racontée mille et une fois, cette vieille légende celte s'était déformée. S'inspirant des manuscrits du XIIe et XIIIe siècle, René Louis a rendu à ce conte sauvage, bercé par la mer et le vent de la forêt, la force de ses origines.
 
* Le Lion, de Joseph Kessel.
Encore un roman qui m'a été recommandé par une internaute. J'avais été totalement charmée par une préface de Joseph Kessel, j'ai hâte de découvrir sa plume.
Résumé: "King lécha le visage de Patricia et me tendit son mufle que je grattai entre les yeux. Le plus étroit, le plus effilé me sembla, plus que jamais, cligner amicalement. Puis le lion s'étendit sur un flanc et souleva une de ses pattes de devant afin que la petite fille prît contre lui sa place accoutumée." L'histoire d'un amour fou entre une petite fille et un lion.
 
* Feuilles d'Herbe, de Walt Whitman.
L'oncle Walt est un poète que j'ai découvert grâce au Cercle des Poètes Disparus. Depuis, je rêvais de le lire. Un rêve qui va pouvoir s'accomplir !
Résumé: Walt Whitman, l'homme de l'espace américain, l'homme du surgissement, du déferlement vocal, du souffle porté à sa plus vaste amplitude, cet homme-là se dresse à jamais avec ses cris, ses rages, ses ferveurs. Tant d'énergie brute, tant de puissante naïveté, tant d'intuitions sonores ne cessent d'activer le cœur, d'exalter le corps. C'est la chance d'un bain de houle, avec en plus cette joie singulière, hérétique en poésie, de voguer gaillardement sur de bons sentiments. Whitman porte et emporte, provoque, prend par le bras, allonge le pas, amplifie l'écho et révèle à chacun sa voix d'homme.
 
* Le Chien des Baskerville, d'Arthur Conan Doyle.
Enfin ! Je vais enfin lire un Conan Doyle ! Je suis très heureuse d'avoir trouvé ce livre. :)
Résumé: Sir Charles Baskerville, revenu vivre une paisible retraite dans le manoir de ses ancêtres, au cœur des landes du Devonshire, est retrouvé mort à la lisière des marécages, le visage figé dans une absolue terreur. Autour du cadavre, on relève les empreintes d'un chien gigantesque. Ami et médecin de la victime, James Mortimer sait que son patient était troublé par une vieille malédiction : un chien viendrait de l'enfer pour réclamer les âmes des descendants des Baskerville. Il décide de faire appel à Sherlock Holmes pour protéger Henry, l'héritier de la victime. En acceptant, le fameux détective ignore qu'il met en péril sa propre vie. Paru en 1902, ce roman est la plus célèbre des aventures d'Holmes. Il est baigné d'éléments fantastiques qui amènent le fameux détective à douter de ses pouvoirs de déduction. Même le docteur Watson a du mal à le suivre ! La résolution du mystère mettra fin à ses interrogations.
Et j'ai eu la surprise, en ouvrant ce livre une fois acheté, de découvrir tout un tas d'annotations faites au crayon à papier ! C'est la première fois que ça m'arrive, et je ne pensais pas que ça me ferait tant plaisir. Le précédent lecteur a vécu l'enquête avec fougue et a annoté toutes ses pensées ! Ma lecture de Sherlock Holmes va être passionnante: je serai à la fois dans l'ambiance du roman, mais également accompagnée d'un autre enquêteur imprévu !
Voyez vous-même (cliquez sur les photos pour mieux voir):
 
En tout cas, moi, j'adore !
 
Ces deux-là ne sont pas pour moi mais je les rajoute tout de même à ma PAL car je les loge pour un moment encore indéterminé et je les emprunterai donc à leur propriétaire.
* L'Intrépide, de Johan Bourret.
Résumé: Dans sa charmante propriété viticole de Marson, Marceline vient de donner vie à son premier enfant. Épouse choyée, belle-fille protégée, elle est heureuse. Mais des événements inattendus vont bousculer son existence. La guerre est déclarée à la Prusse. Son époux qu'elle aime se rend à Paris, attiré par la Commune qui gronde. Son beau-père qui dirigeait la propriété de main de maître n'a plus le goût de vivre et Marceline se retrouve désormais à la tête du domaine. Inexpérimentée et orgueilleuse, elle lutte seule pour préserver l'exploitation des attaques de la concurrence. Il lui faut s'imposer, décider, convaincre. Même si, à court d'argent, elle doit bientôt vendre tout le mobilier du château, rien ne l'abat. Mais un combat plus terrible encore l'attend car un danger pèse sur les siens. Pour sauver ceux qu'elle aime, la voici emportée dans un tourbillon où les hommes trahissent et s'entretuent. Cependant, l'intrépide jeune femme ira jusqu'au bout de ses forces, quitte à payer le prix fort.
 
* D'Espoir et de Promesse, de Françoise Bourdin.
Résumé: Entre le Canada et la France, la reconstruction d'une femme trahie. Anaba Rivière, une Française d'origine amérindienne, s'apprête à épouser Lawrence Kendall, un brillant avocat canadien.  Le jour du mariage, devant le Palais de justice de Montréal, Anaba et sa sœur Stéphanie attendent en vain le marié. C'est son témoin et ami Augustin, auteur de romans policiers, qui annonce à la jeune femme la mauvaise nouvelle : Lawrence a eu peur de s'engager et a subitement quitté la ville. Anéantie, Anaba rentre en France et s'installe chez sa sœur, antiquaire en Normandie. Peu à peu, la jeune femme se bâtit une nouvelle vie... A Montréal, Lawrence est aux abois. Il perd son poste dans le prestigieux cabinet d'avocats où il travaillait, puis doit se résoudre à vendre son duplex pour payer ses créanciers.  Mais, surtout, pas un jour peut se passe sans qu'il pense à Anaba. Il l'aime toujours, mais comment revenir à elle ? Pourra-t-elle un jour lui pardonner et accepter de le revoir ? Commence alors pour lui une longue descente aux enfers...
 
Et enfin, mon achat d'hier (ne concernant donc pas le vide-grenier):
* La Ferme, de Tom Rob Smith.
Ce roman faisait partie de ma liste d'envie, je suis donc contente de l'avoir trouvé d'occasion.
Résumé: Enfant unique, élevé dans une famille soudée, entre un père britannique et une mère suédoise, Daniel, 29 ans, n'a jamais douté de l'équilibre familial. Alors quand ses parents vendent leur pépinière pour aller rénover une vieille ferme suédoise, le jeune homme ne voit aucune raison de s'inquiéter. Et pourtant. Un matin, Daniel reçoit un appel de son père : "Ta mère ne va pas bien. Elle imagine des choses terribles, terribles..." Puis de sa mère : "Ton père est un homme dangereux et un menteur." Qui croire ? Bientôt sa mère déboule dans l'appartement londonien qu'il partage avec son compagnon, dont ses parents ignorent l'existence. Elle veut parler, prouver à son fils qu'elle n'est pas folle. Une ferme isolée dans la campagne suédoise ; un couple ruiné ; un voisin décidé à leur rendre la vie impossible ; une jeune fille disparue ; la découverte d'un lieu de débauche ignoble ; des menaces de mort ; un cauchemar qui se répète sans fin. Et un mari qui cacherait un jeu diabolique... Qui dit la vérité ? Que se passe-t-il réellement sur ces terres nordiques ? Que sont ces preuves que sa mère prétend avoir accumulées ? Son père est-il un dangereux psychopathe ? Et surtout, comment Daniel a-t-il pu se voiler la face aussi longtemps sur les siens ? Pour démêler l'histoire, Daniel devra se rendre en Suède mener l'enquête lui-même.
 
 
Voilà pour ces dix entrées dans la bibliothèque ! Pfiou !
En connaissez-vous certains ?
 
 
 
Suzy B.
 



mercredi 13 avril 2016

Chroniques de Pemberley

 
Chroniques de Pemberley
Auteure: Marie-Laure Sébire
Editeur: Chiado Editeur
Nombre de pages: 555

Quatrième de Couverture

En refermant le livre ou quand se termine le film Orgueil et Préjugés on se demande: "Et après ?" Jane Austen laisse en germe mille conflits, mille aventures dans une Angleterre en pleine mutation et dans un monde où les distances s'amenuisent au fil des années. Tout en respectant les personnages magistralement décrits par la grande dame de la littérature anglaise et même si vous n'avez pas lu son livre, l'auteur vous emmènera à Pemberley, la merveilleuse maison des Darcy où naquit une histoire d'amour qui passionna des générations. Vous verrez comment les difficultés mal enfouies se surmontent... ou non et comment les membres des générations futures seront tantôt acteurs de cette nouvelle ère qui s'ouvre à eux, tantôt victimes d'une société qui voit menacé son mode de vie ancestral.

Mon Avis

Offrir une suite digne de ce nom à Orgueil et Préjugés, l'œuvre majeure de Jane Austen, est un défi. Nombreux sont les auteurs qui s'y essayent mais peu parviennent à satisfaire pleinement les attentes des admirateurs de la romancière anglaise. Marie-Laure Sébire relève ce défi haut la main, le résultat a comblé toutes mes espérances, et plus encore !

Dans ce roman où l'auteure nous fait voyager (de Londres à Rosings, en passant par les Highlands, la France et bien d'autre encore...), nous retrouvons Darcy et Elizabeth après leur mariage, vivant aux côtés de Georgiana à Pemberley qui sert de cadre principal au récit. Outre le couple phare de la romance historique anglaise, nous rencontrons aussi de nombreux personnages que nous connaissons déjà (pour ceux qui ont lu Orgueil et Préjugés): les Bingley, Lady Catherine de Bourgh et sa fille, les Collins, le colonel Fitzwilliam, etc. Mais nous faisons également la connaissance de nouvelles têtes qui s'intègrent très naturellement et parfaitement à l'histoire. Et c'est au travers des aventures de toutes ces personnalités que nous évoluons et où nous découvrons les amis, descendants, et autres relations des Darcy.

Rythmée de tout un tas d'évènements, la force de cette œuvre est de nous proposer une fresque de vie complète et méritante qui en fait une suite digne d'intérêt. Marie-Laure Sébire a su retrouver et retranscrire ce petit quelque chose de la plume de Jane Austen (son humour satirique, le désir d'indépendance de ses héroïnes, sa compassion pour les autres personnages, le tout en un peu plus exagéré) tout en gardant un style qui lui est propre. Elle a su capter le caractère des personnages, les modifier quand cela s'avérait nécessaire, les faire s'aimer mais aussi se quereller, partager des moments de joie comme de tristesse profonde car la vie se déroule de cette manière, et surtout nous dévoiler une suite qui est des plus plausible !
Alors que j'ai l'habitude d'être dans la comparaison lorsque je lis une austenerie, cela n'a pas été le cas avec Chroniques de Pemberley où j'ai suivi l'intrigue avec passion et ravissement.

Et puis ce roman est une véritable ode à l'amour que l'on porte à Pemberley; le domaine hante les personnages comme les lecteurs, on s'y promène, arpentons ses salles et son parc, et mon imaginaire s'y serait bien installé définitivement ! La couverture représente tellement bien l'émerveillement que ressentent ses personnages lorsqu'ils aperçoivent la bâtisse, elle est magnifique !

Orgueil et Préjugés méritait une suite comme celle-ci, et je remercie Marie-Laure Sébire d'avoir osé car je l'ai adorée !



Citations:
 
* Elle ne possédait pas Pemberley, c'est Pemberley qui la possédait, qui n'avait besoin ni d'un maître ni d'une maîtresse. Longtemps après leur mort, quand ses enfants et petits-enfants ne seraient que des souvenirs, la maison se dresserait toujours, dans toute sa beauté, dominant vallons et collines, lac et ruisseaux et les problèmes de ses habitants étaient insignifiants. Eux ne faisaient que passer et la demeure les tolérait, les protégeait en grande dame qu'elle était, belle et impassible.
 
* Le cœur est comme l'oiseau Phénix, il brûle, il meurt puis il renaît de ses cendres, plus fort de ses cicatrices.
 
* - [...] quand on ne peut changer le monde, on modifie son attitude envers lui.
 
* Le talent littéraire n'est pas sans danger car il confère à l'auteur un charme indéniable auquel son auditeur risque de succomber.
 
 
 

 Mon avis sur Orgueil et Préjugés, de Jane Austen.
 
 
Suzy B.
 


vendredi 8 avril 2016

Le Silence de Mélodie

 
Le Silence de Mélodie
Auteure: Sharon M. Draper
Editeur: Editions France Loisirs
Traduit de l'anglais (américain) par: Maud Desurvire
Nombre de pages: 285
 
Quatrième de Couverture
 
Quand j'ai eu deux ans, tous mes souvenirs avaient des mots, et tous mes mots avaient une signification.
Mais seulement dans ma tête.
Je n'ai jamais prononcé un seul mot.
J'ai bientôt onze ans.
 
Mon Avis
 
Cette histoire est extrêmement touchante et poignante !
 
Aux personnes qui se demande de quoi Mélodie est atteinte, elle répond: "Je souffre de quadriplégie bilatérale, plus couramment appelée "paralysie cérébrale". Ca limite le fonctionnement de mon corps, mais pas celui de mon esprit."
Mélodie vit en fauteuil roulant, sa capacité de mouvement est très limitée, elle ne peut ni parler ni prendre un crayon (ou quoi que ce soit d'autre) entre ses mains, ne peut pas manger seule, ni se laver ou aller aux toilettes sans aide. Les médecins qui la suivent la considère comme une attardée car elle ne parle pas, émet des grognements, bave: autant aller à la facilité et ne pas chercher à en savoir plus ! Seulement ils ne se rendent pas compte qu'une petite fille très intelligente leur fait face: Mélodie possède une mémoire photographique ! Elle se souvient donc de tout: les mots qu'elle entend, les sons, les odeurs, les informations s'emmagasinent dans son cerveau.
A l'école, elle et quelques autres élèves sont relégués dans une classe spéciale, et on ne peut pas dire que les cours qui y sont donnés permettent leur développement. Les professeurs de cette classe H-5 se succèdent et la plupart d'entre eux les abrutissent de comptines enfantines, de dessins-animés, de révisions d'un alphabet qu'ils connaissent par cœur...
Un programme d'insertion va venir tout changer, Mélodie et ses amis vont venir se mêler aux "vrais" élèves, ceux qui suivent les cours normaux. Mais entre la différence, les préjugés et l'idiotie, Mélodie va avoir du mal à se faire accepter.
 
Ce roman est plein de valeurs émotionnelles, il est d'une véracité qui m'a profondément touchée ! C'est incroyable comme les humains peuvent devenir des têtes à claques dès que la différence entre en jeu. En plus de découvrir une petite fille des plus attachantes, c'est d'un sujet presque tabou que l'on a affaire: notre regard, celui des autres, sur les personnes handicapées.
J'ai été autant énervée (par ce cher docteur, par exemple; ou par les élèves et professeurs) qu'émerveillée par la présence des parents de Mélodie et la clairvoyance de cette dernière.
 
C'est un roman humain ! Je ne trouve pas vraiment les mots pour décrire mon ressenti vis à vis de ce livre, mais c'est une merveille que je vous conseille de lire et de faire lire ! Il serait intelligent de le mettre à l'étude dans les écoles et les collèges.
Les personnages sont très bien décrits, les Uns admirables, les Autres détestables à souhaits.
La plume de Sharon M. Draper m'a épatée, elle écrit cette histoire qui, au fond, est teintée de tristesse et de cruauté humaine, avec un optimisme contagieux. Fluide et pas enfantine pour un roman jeunesse, elle conviendra à tous lecteurs ! J'ai vraiment adorée cette lecture.
 
Pour finir, j'ai envie de revenir sur le titre de ce roman: Le Silence de Mélodie. Je le trouve parfaitement trouvé (la version originale étant Out of my Mind: Hors/En Dehors de mon Esprit). Le Silence de Mélodie est selon moi plus adapté à ce que l'on découvre et à la personnalité de ce roman. Et puis, c'est un paradoxe sublime: le silence et la mélodie. Tout en poésie. Je tenais donc à féliciter la personne ayant trouvé ce titre français: je le trouve parfait !
 
 
 
Citations:
 
* La musique, c'est comme entendre le son des couleurs et sentir le parfum des images.
 
* Comment le silence peut-il faire autant de bruit ?
 
 
 
Suzy B.
 

 


jeudi 7 avril 2016

Apaise le Temps

 
Apaise le Temps
Auteur: Michel Quint
Editeur: Phébus
Nombre de pages: 104
 
Je remercie Babelio et les éditions Phébus pour cette lecture.
 
Quatrième de Couverture
 
Une libraire, ça crée des dettes. D'argent parfois bien sûr, mais surtout de cœur. Lorsque Yvonne meurt, les souvenirs affluent pour Abdel, un jeune professeur de Roubaix. Il se revoit enfant entre les murailles de bouquins, prêt à avaler tout Balzac sans rien y comprendre. De là à accepter la succession, il y a un pas... que l'inconscient fait à l'aveuglette. Le voici bientôt en butte aux problématiques économiques du métier. Mais aussi aux dangereuses archives photographiques de son aînée. En fouillant les cartons, c'est tout un pan de la guerre d'Algérie qui renaît, entre partisans du FLN, harkis et OAS. En quoi ce passé concerne-t-il les habitués de la librairie ? Sans trop se garder de l'amour, Abdel mène l'enquête.
 
Généreux avec ses personnages comme avec le lecteur, Michel Quint nous offre un roman sur les racines d'une France multiculturelle, portée par l'entraide.
 
Mon Avis
 
Encore une fois, me voilà étonnée des contradictions enclenchée en moi par ma lecture d'une œuvre de Michel Quint !
 
Avec Apaise le Temps, nous découvrons le quotidien chamboulé d'Abdel suite au décès d'Yvonne, vieille dame qui lui a légué sa librairie. En acceptant, sans vraiment y songer, la succession qui semble désastreuse d'avance, Abdel va aller de découvertes en suspicions; avec les photos prises par Yvonne lorsqu'elle était plus jeune, c'est une époque bien vite oubliée qui va se rappeler aux personnages, et des questionnements vont en fuser. Accompagnée de ses acolytes de la librairie Zita et Saïd, et de sa collègue Rosa, Abdel va tenter de trouver un objectif afin d'éviter le dépôt de bilan de la boutique.
 
Tout comme avec Effroyables Jardins, l'auteur a su me déstabiliser avec son écriture incisive, directe, voire presque hachée par moments, qui n'est pas toujours simple à lire. Pendant une bonne partie du récit, je n'ai pas su déterminer si cela me plaisait ou non. Et puis vient le dernier chapitre et l'épilogue qui font prendre tout son sens à l'histoire, qui rendent ce que j'ai lu auparavant plus clair, qui m'ont fait repenser à chaque détail... Et qui me permettent d'affirmer que j'ai beaucoup aimé ce texte.
Les personnages sont très attachants, le thème est intelligent et intéressant à découvrir pour moi qui ait rarement lu (pour ne pas dire jamais) de livres sur le sujet de la guerre d'Algérie, des répercussions en France, au sujet des partisans du FLN, harkis, OAS, MNA...
Et puis cette écriture particulière me plaît également beaucoup, tout autant qu'elle me dérange parfois - en fait, je crois vraiment que c'est le fait qu'elle me dérange par moments qui me plaît le plus, c'est intrigant, Michel Quint est le seul auteur qui m'apporte cette sensation me rendant perplexe. L'auteur dit les choses qu'il faut dire, qu'il a envie de dire, peu importe ce que l'on peut en penser. Oui, ça me plaît.
C'est une vraie expérience de lecture que de lire un Michel Quint, et je vous conseille de tenter dès que possible !
 
 
 
Citations:
 
* Ici penser est une faute, un oubli de l'instinct de survie.
 
* "relier" c'est bien, ça parle des gens et des livres qu'on "relie", qu'on "relit".
 
* - Les livres, c'est comme les chats, on habite chez eux, pas l'inverse.
 
 
 
Suzy B.
 


PAL +1 et...

 
Pile A Lire +1


 
Coucou tout le monde !
 
Je vous retrouve aujourd'hui avec la réception de ma commande France Loisirs de la saison.
J'ai choisi de m'acheter Le Silence de Mélodie, de Sharon M. Draper. La couverture m'a séduite, bien sûr, mais c'est son résumé qui m'a interpellé.
Je commence à le lire de suite !
Résumé: Mélodie n’'est pas une enfant ordinaire. À cause de sa maladie, elle ne peut ni marcher ni parler, mais elle a une mémoire photographique et elle se souvient de tout ce qu’'elle a vécu dans les moindres détails. À seulement 11 ans elle est déjà plus intelligente que les adultes qui veulent la diagnostiquer, et bien plus encore que ses camarades de classe, les mêmes qui pensent qu’'elle est attardée car elle ne peut pas les contredire. Mais Mélodie refuse d’'être définie par son handicap, et elle est déterminée à le faire savoir au monde entier… d’'une manière ou d’'une autre.
 
***
 
Et... Je me suis achetée en parallèle le coffret DVD intégral de la saga Hunger Games à laquelle je suis particulièrement attachée puisque c'est l'une des premières dystopies que j'ai lu et que je trouve des plus réussie. :)
 
 
 
Suzy B.
 


mardi 5 avril 2016

Nicolas II et Alexandra de Russie: Une Tragédie Impériale

 
Nicolas II et Alexandra de Russie
Une Tragédie Impériale
Auteur: Jean des Cars
Editeur: Perrin
Nombre de pages: 459
 
Quatrième de Couverture
 
Coupable ou martyr ? Coupable et martyr ? Longtemps, l'histoire officielle, d'inspiration marxiste, a accablé Nicolas II, chargé de tous les crimes, accusé de toutes les erreurs. Depuis la chute de l'URSS, la spectaculaire révision de son rôle, de son attitude, de son affluence, les drames personnels qu'il a subis et l'engrenage de la Première Guerre mondiale nous montrent un autre souverain, un homme différent de celui qu'on présentait, dépassé par les évènements, miné par la fatalité et finalement broyé par une histoire éminemment tragique. La destinée du dernier tsar, patriote jusqu'au bout, est plus fascinante et bouleversante que celle de ses illustres prédécesseurs parce que, précisément, le pouvoir des Romanov s'achève en tragédie.
Cent ans plus tard, dans cette biographie inédite et richement illustrée, Jean des Cars dresse le portrait intime du couple formé par Nicolas II et Alexandra Feodorovna, et de leurs enfants: les grandes-duchesses Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et le tsarévitch Alexis qui naîtra hémophile - un calvaire pour son entourage, une menace sur la dynastie.
Du couronnement à l'assassinat de toute la famille, l'auteur nous conte avec son talent coutumier la vie du dernier couple impérial russe, des années de bonheur à l'épreuve de la guerre et des révolutions, des réformes intérieures au pouvoir de Raspoutine, de l'abdication au massacre.
 
Mon Avis
 
2016 célèbre le 400e anniversaire de la dynastie des Romanov. A cette occasion, je me suis penchée sur le très bel ouvrage de Jean des Cars qu'on ne présente plus, célèbre historien, excellent biographe, qui nous offre un récit particulièrement poignant sur le tsar Nicolas II et sa femme Alexandra.
 
Au cours de ces pages, des annotations et des photos, Jean des Cars nous fait découvrir une famille soudée, mais aussi des tensions politiques. En énonçant les faits, sans obliger le lecteur à avoir une opinion précise, nous laissant libre de jugement, nous prenons connaissance de la vie qu'a vécu cette famille impériale: les décisions (ou le sérieux manque de décision) du tsar, l'incompréhension de la tsarine malmenée par son peuple, la vie de leurs enfants... Entre les confusions incessantes qui aboutissent à des catastrophes, la guerre ou encore la présence néfaste de Raspoutine, nous comprenons que les bouleversements n'ont jamais été simples à gérer pour Nicolas II - néanmoins dépeint nonchalant et peu concerné - qui n'était pas prêt à régner.
 
Je ressors très émue de cette lecture, les détails du massacre de la famille et ce qui a suivi cet assassinat m'ont totalement bouleversées. Ce recueil se lit très facilement (les biographies peuvent parfois être assez "lourdes" à lire, ce n'est pas le cas ici), je le conseille aux personnes qui souhaitent en savoir plus sur cette période conflictuelle de la Russie, sur ce couple et sa famille.
 
 
 
Citations:
 
* Cette biographie intime, très personnelle, propose de vivre au plus près de ces hauts personnages, dans leurs destinées, face à leurs devoirs, à leur courage, à leurs faiblesses, à leurs réussites, à leurs échecs et à leurs chagrins. Pour vérifier, selon le mot de Churchill, que "la Russie, c'est un mystère enveloppé dans une énigme."
 
* "Je n'ai jamais pensé que deux sentiments égaux, deux amours puissent simultanément coïncider dans mon âme: le rêve et la réalité." (extrait du Journal de Nicolas II)
 
* [...] Quoi qu'il décrète, il n'est jamais compris...
 
 
 
Suzy B.
 


dimanche 3 avril 2016

PAL +2

 
Pile A Lire +2
 
 
Deux nouvelles réceptions s'ajoutent à ma Pile A Lire cette semaine !
 
Tout d'abord, un cadeau d'anniversaire en retard: Une Relation Dangereuse, de Douglas Kennedy. Je ne connaissais pas ce roman, mais j'ai lu il y a quelques années La Poursuite du Bonheur de cet auteur mondialement connu dont j'apprécie la plume.
Résumé: Quand Sally rencontre Tony... Ils se sont trouvés. Elle, fonceuse, ambitieuse, prête à tout pour décrocher un scoop. Lui, cynique, élégant, jamais plus à l'aise qu'en zone de guerre. Le journalisme extrême : voilà leur drogue, leur raison de vivre. Jusqu'à aujourd'hui. Un seul regard a suffi pour les rendre accros l'un à l'autre. Dès lors, les évènements se précipitent. Un mariage, une maison, un enfant en route... Elle pouponnera, il écrira enfin son roman. Le rêve. Ou presque. Peu à peu, Sally s'enfonce dans la dépression. L'homme qui partage son lit, cet inconnu trop vite épousé, semble cacher bien des vices. Et l'idylle éclatante prend soudain des allures de machination perverse...
 
***
 
Et j'ai reçu, grâce à une Masse Critique privilégiée de Babelio, en partenariat avec les éditions Phébus, Apaise le Temps, de Michel Quint (que j'ai découvert le mois dernier, souvenez-vous, avec son récit Effroyables Jardins qui m'a beaucoup plu), paru ce 1er Avril.
Résumé: Une libraire, ça crée des dettes. D'’argent parfois bien sûr, mais surtout de cœur. Lorsque Yvonne meurt, les souvenirs affluent pour Abdel, un jeune professeur de Roubaix. Il se revoit enfant entre les murailles de bouquins, prêt à avaler tout Balzac sans rien y comprendre. De là à accepter la succession, il y a un pas… que l’'inconscient fait à l’'aveuglette. Le voici bientôt en butte aux problématiques économiques du métier. Mais aussi aux dangereuses archives photographiques de son aînée. En fouillant les cartons, c’'est tout un pan de la guerre d’'Algérie qui renaît, entre partisans du FLN, harkis et OAS. En quoi ce passé concerne-t-il les habitués de la librairie ? Sans trop se garder de l'’amour, Abdel mène l’'enquête.
 
J'ai hâte de découvrir ces deux ouvrages.
 
Les connaissez-vous ?
 
 
 
Suzy B.