lundi 30 avril 2018

Chloé, Constance et Jane Austen


Chloé, Constance et Jane Austen
Auteure: Marie Vareille
Editeur: Editions Charleston
Nombre de pages: 18

* Résumé *

Chloé n'aurait jamais mis les pieds dans un groupe de lecture, si sa grand-mère ne l'y avait pas inscrite, Constance n'aurait jamais rencontré Chloé, si elle n'avait pas espéré trouver l'âme soeur dans le club en question.
Découvrez la rencontre entre deux filles que tout oppose, à commencer par leur opinion sur Jane Austen, pour le meilleur et... pour le pire.

"Chloé, Constance et Jane Austen" est le préquel de la comédie romantique "Je peux très bien me passer de toi" de Marie Vareille, découvrez vite comment tout a commencé.
 
* Mon Avis *

Venant de lire "Je peux très bien me passer de toi" et ayant eu un coup de coeur pour ce roman, lire ce préquel était un passage obligé pour moi !

Chloé et Constance se rencontrent dans un club de lecture où la première n'aurait jamais pensé se trouver si on ne lui avait pas forcé la main et où la seconde a totalement sa place même si elle aurait aimé y rencontrer un jeune homme partageant son goût pour la lecture. Chloé, pessimiste, se demande sérieusement si elle va se plaire au milieu de ce groupe de femmes avec lesquelles elle n'a rien en commun, quand Constance est enchantée de la nouvelle amie qu'elle vient de se faire.

Quand on a adoré le roman, lire cette nouvelle a un côté frustrant, car elle est vraiment très courte. En tout et pour tout: deux chapitres, l'un du point de vue de Chloé, l'autre de Constance. Elles reviennent toutes deux sur cette rencontre au club de lecture, où les premiers échanges sur les livres se font et où l'on devine déjà l'adoration de Constance pour Jane Austen. Ce récit n'est pas vraiment indispensable, mais il est plaisant d'assister à cette rencontre entre nos deux héroïnes, la situation est amusante car elles ne partagent pas du tout la même manière de voir les choses, et tout ça laisse présager l'excellente aventure que l'on suit dans le roman. Sympathique, donc !
 
* Parlons Couverture *

Comment ne pas aimer cette couverture ?! Des livres, une tasse de thé, des couleurs pastels... il ne manque plus que la petite assiette fleurie et sa part de gâteau. J'adore !



Suzy Bess.

  

dimanche 29 avril 2018

Je Peux Très Bien me Passer de Toi


Je Peux Très Bien me Passer de Toi
Auteure: Marie Vareille
Editeur: Editions Charleston
Nombre de pages: 343

* Quatrième de Couverture *

Chloé, 28 ans et Parisienne jusqu'au bout des ongles, enchaîne les histoires d'amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s'exiler en pleine campagne avec l'interdiction d'approcher un homme, et réaliser son rêve de toujours: écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s'engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu.
De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu...
Réussiront-elles à tenir leur engagement ?

Un pacte entre copines, un exil, un nouveau départ... Jusqu'où iront-elles ?
 
* Mon Avis *
!!! Coup de Coeur !!!

Ok. Je veux devenir la meilleure amie de Constance Delahaye et Chloé Lacombe. Cette lecture est un coup de coeur !

Chloé et Constance sont deux amies n'ayant rien d'autre en commun que leur amour de la lecture et l'état désastreux de leur vie sentimentale. Constance, incurable romantique et fan de Jane Austen, rêve de rencontrer son Mr Darcy; célibataire et abstinente depuis vingt-neuf mois, elle se complaît à rêvasser à Tristan Grant, un ami de son cousin dont elle s'est entichée. Chloé, quant à elle, multiplie les relations d'un soir et, surtout, ne parvient pas à renoncer à Guillaume, son ex-petit-ami qui l'a quittée il a deux ans mais avec lequel elle entretient toujours une relation alors qu'il doit se marier sous peu avec une autre. Un soir, après avoir regardé "Orgueil et Préjugés", les deux jeunes femmes décident de se lancer un défi: elles ont six mois pour changer leur situation; Constance va essayer de sortir de sa timidité et du No Sex Land en prenant des cours de séduction pour charmer Tristan, et Chloé va se mettre au vert dans un vignoble afin de se couper de toute tentation masculine et d'écrire un livre.

Enfin je découvre la plume de Marie Vareille ! Et quel bonheur, franchement ! Cela fait un moment que je n'avais pas tant ri, j'ai adoré ce roman. L'une des raisons principales en est simple: je me suis retrouvée dans les deux héroïnes, et surtout en Constance.
Ecrit avec humour, en alternant les points de vue de Chloé et Constance (ce second, sous forme de journal intime, m'a parfois rappelé le style de "Bridget Jones"), ce récit exploite le sujet très intéressant de l'emprise des fantasmes sur la vie des gens. Moi qui vis par procuration au travers de mon imagination, je me suis totalement sentie concernée et la plume pétillante de l'auteure m'a donné envie de m'investir dans cette lecture. D'ailleurs, commencer ce roman, c'est ne plus le lâcher ! Impossible de le refermer avant de l'avoir terminé, j'ai tourné les pages jusque tard dans la nuit, me privant de quelques heures de sommeil, mais je ne l'ai absolument pas regretté - je peux même affirmer que Marie Vareille est l'une des rares auteures m'ayant rendue heureuse d'avoir si peu dormi !
Les héroïnes de cette histoire sont drôles, mais pas que: leur amitié est touchante et leur vie émouvante, j'ai parfois eu les larmes aux yeux; elles sont perdues au milieu de rêves qu'elles pensent impossibles à réaliser, à trop vouloir espérer, elles en oublient de vivre pleinement l'instant présent, et assister à leur prise en main est vraiment intéressant, ça fait plaisir à lire.

Les mentions à Jane Austen (Constance est une janéite pur et dur) m'ont plus que ravie, il s'en faut de peu pour me contenter !  Des instants cocasses donnent facilement le fou rire  et si, vous aussi, vous vivez une période sentimentale disons... compliquée, il se peut que vous vous retrouviez devant votre miroir à expérimenter les conseils de drague d'une certaine Baby-Doll... (je ne parle pas du tout en connaissance de cause, voyons !).

J'ai vraiment aimé le duo d'amies dont on suit les aventures, elles sont aussi folles que sympathiques - c'est simple, on a juste envie de les rencontrer. Vous l'aurez compris, j'ai donc passé un excellent moment avec ce roman à lire d'urgence ! (et sur une plage, cet été, ce sera l'idéal !)

* Parlons Couverture *

Que dire ? J'aime bien cette photo, mais je ne la trouve pas adaptée... Et, surtout, l'effet d'optique du vêtement me perturbe beaucoup: en regardant cette couverture, je n'arrive pas à penser à autre chose qu'à ce dos qui semble disproportionné comparé au corps, et à ces bras qui semblent bien photoshopés ! Mais j'aime bien la couleur turquoise du ciel (histoire de finir sur une bonne note quand même !).



Citations:

* Que voulez-vous, le hasard ne favorise que les esprits préparés.

* C'est très difficile, vous savez, de se mettre à dire des banalités à quelqu'un avec qui vous avez tout partagé pendant des années. Bien pire que de ne plus se parler.

* Assise sur le tapis, je raconte à Sushi-Sophie l'histoire de la Princesse qui avait tous les princes à ses pieds, mais qui tombe amoureuse du marchand de rêves de la rue des Etoiles.

* Je voulais raconter des histoires qui font rire les enfants, qui finissent bien, des romans dans lesquels on se blottit pour oublier la réalité. Je voulais emmener les rêveurs dans des contrées lointaines, quand tout le monde dort depuis longtemps, quand il ne reste plus que le murmure des pages qu'on tourne dans le silence de la nuit, encore un chapitre, juste un seul, un dernier.
 
* [...] je considérais Jane Austen comme officiellement responsable de l'échec absolu de ma vie sentimentale, ainsi que de celle de toutes ses fans, puisque toutes les femmes cherchent dans leur vie à rencontrer un Mr Darcy et qu'aucun homme sur cette planète n'a la moindre idée de qui est Mr Darcy.

* Elle attend en buvant du Earl Grey de rencontrer un beau gosse sur un sentier du Yorkshire comme Jane Eyre, mais elle ne sort jamais le nez de son studio. Si ça se trouve, l'amour de sa vie arpente la campagne anglaise depuis dix ans à sa recherche et la seule chose qu'il a une chance de croiser, c'est un troupeau de moutons.

* Ils ne comprennent pas. Je ne suis pas trop difficile, je ne sais pas sortir avec quelqu'un si je n'ai pas un coup de coeur. Je ne suis pas trop indépendante, j'ai appris à vivre seule. Je ne m'inscris pas sur Meetic parce que je ne crois pas à l'amour sur commande et encore moins sur internet. Je ne cherche pas, parce que je crois au destin.



Suzy Bess.

PAL +4


Pile A Lire +4



Coucou tout le monde !

Cette semaine, j'ai eu 4 nouvelles lectures.

SP

* Contact du Ravisseur, de Raphaël Guillard.
Résumé: 25 Juin 1999, Saint-Raphaël, petite station balnéaire du Var proche de Fréjus: en fin de journée, Caroline Marin, 17 ans, a disparu mystérieusement suite à une balade dans la ville. Malgré de longues investigations, aucune trace de la jeune fille. 11 ans se sont écoulés et Catherine Marin, la mère de la disparue, décidera d'écrire un livre qui servira d'appel à témoins, en laissant son contact Facebook. Quelques jours plus tard, elle recevra une lettre de remords du ravisseur qui désire prendre contact.

Lorsque l'auteur m'a contacté pour me proposer la lecture de l'une de ses oeuvres au choix, j'ai tout de suite été attirée par cette nouvelle et son résumé. Je commence à la lire dès aujourd'hui et je remercie Raphaël Guillard pour sa proposition.

*****

* La Nouvelle Vie de Kate Reddy, de Allison Pearson.
Sortie le 03 Mai 2018.
Résumé: Kate Reddy compte les quelques semaines qui la séparent de la cinquantaine avec effroi. Si on ajoute à cette angoisse les hormones qui s'agitent, des enfants devenus ados qui ont besoin d'elle mais qui ne lui adressent pas la parole, des parents qui vieillissent et redeviennent eux-mêmes des enfants, un mari qui se cherche et a décidé de s'offrir un break pour se consacrer à l'art de la pleine conscience... Kate se retrouve prise dans un sandwich qu'elle ne peut même pas avaler à cause des calories ! Et c'est sans compter son retour dans le monde du travail, où la cinquantaine est un tabou... Juste au moment où elle commence à se débrouiller dans son nouveau boulot, son ancien amant, Jack, réapparaît... Les choses se compliquent, et c'est peu dire...

Reçu dans le cadre d'une Masse Critique privilégiée de Babelio, j'ai hâte de découvrir ce roman qui est une suite à "Je ne sais pas comment elle fait", paru en 2002 (et que je n'ai pas lu). Je remercie Babelio et Le Cherche Midi éditeur pour cet envoi accompagné d'un livret sur le roman, d'une carte aux couleurs de la couverture dont le verso est à colorier et d'un marque-page !

Prêt

* Charlie, de Stephen King.
Résumé: Un homme et une femme font l'objet d'une expérience scientifique ultra-secrète du gouvernement américain sur les pouvoirs psychiques. Tout a été prévu, sauf que cet homme et cette femme auraient un an plus tard une fille: Charlie... Elle a huit ans, elle peut anéantir le monde; il lui suffit de vouloir...

Et voilà, j'ai reçu ma King's Box, merci David ! J'ai hâte de lire ce roman dont le résumé m'intrigue, et j'adore la couverture ! Je vais également pouvoir visionner l'adaptation de "Dead Zone", que j'ai lu récemment.

Téléchargement

* Chloé, Constance et Jane Austen, de Marie Vareille.
Résumé: Chloé n'aurait jamais mis les pieds dans un groupe de lecture, si sa grand-mère ne l'y avait pas inscrite, Constance n'aurait jamais rencontré Chloé, si elle n'avait pas espéré trouver l'âme soeur dans le club en question. Découvrez la rencontre entre deux filles que tout oppose, à commencer par leur opinion sur Jane Austen, pour le meilleur et... pour le pire.

J'ai eu un joli coup de coeur pour le roman de l'auteure "Je peux très bien me passer de toi". Cette nouvelle numérique - téléchargée il y a deux ans mais que j'ai oublié de rajouter à la pal - revient sur la rencontre des deux héroïnes du roman. Et je l'ai lu hier soir. Donc je vous en reparle rapidement.



Voilà pour cette semaine, j'adore mes réceptions et il me tarde de tout découvrir (même si j'ai déjà commencé.

Et vous, du nouveau ?



Suzy Bess.

  

samedi 28 avril 2018

Daringham Hall, tome 2: Le Secret


Daringham Hall,
tome 2: Le Secret
Titre original: "Daringham Hall. Die Entscheidung" (La Décision)
Auteure: Kathryn Taylor
Editeur: Editions de l'Archipel/Archipoche
Traduit de l'allemand par: Jean-Marie Argelès
Nombre de pages: 323

Je remercie les éditions de l'Archipel pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

L'arrivée inopinée de Ben Sterling, jeune entrepreneur américain, au manoir de Daringham Hall, sur la côte Est de l'Angleterre, a fait souffler un vent de panique au sein de la famille Camden.
Ben prétendait être le fils de Ralph, le patriarche du clan, ce qui signifiait qu'outre sa part d'héritage il aurait droit, après le décès de son père, au titre de baronnet.
A l'exception de Ralph, tous les membres de la famille le rejettent et, surtout, méprisent cet intrus qu'ils jugent indigne de leur rang.
Mais le secret lié à la naissance de Ben n'est pas le seul qui se cache derrière les murs de Daringham Hall. D'autres vont bientôt ressurgir...
 
* Mon Avis *

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce second tome, indubitablement meilleur que le premier !

A Daringham Hall, Ben Sterling n'est pas le bienvenu, et sa relation avec Kate est en dents de scie; malgré tout, il persiste à rester sur place afin d'avoir les réponses à ses questions. La vétérinaire, elle, oscille entre son désir pour le bel américain revanchard et sa crainte de souffrir. Quant au jeune David Camden, ancien héritier de Daringham Hall avant l'arrivée de Ben, il ne se remet pas de la terrible découverte qu'il a faite et va passer de sombres heures.

"L'Héritier", premier tome de cette saga, m'avait laissée curieuse de découvrir cette suite, et autant dire qu'elle a vraiment répondu à mes attentes ! Quand, précédemment, l'auteure tentait d'insuffler du mystère dans une intrigue très prévisible, elle décide ici de satisfaire ses lectrices et lecteurs en dévoilant ce que nous avions deviné mais dont nous souhaitions avoir confirmation. Ce que j'ai vraiment apprécié, c'est que Kathryn Taylor apporte en plus, dans ce deuxième tome, un joli travail sur la psychologie de ses personnages: la recherche d'identité est donc un élément essentiel de cet opus et ressenti par plusieurs protagonistes dans diverses mesures; les convictions de certains se brouillent et le doute s'immisce. Les espoirs vont également être ébranlés par l'arrivée de la maladie dans la famille Camden, encore une fois à divers degrés. L'auteure n'est pas avare de sous-intrigues amoureuses qui m'ont captivées; l'une d'elle en particulier m'a même beaucoup amusée et donné envie de lire toujours plus de cette saga. L'arrivée d'un nouveau personnage pouvant occasionner un triangle amoureux, ou du moins une rivalité, ne m'a pas convaincue, mais je reconnais que cela a parfaitement servi l'intrigue.

Maintenant que l'on connaît mieux l'univers et ses protagonistes, ce récit n'en paraît que plus fluide et agréable à parcourir; je l'ai suivi avec un enthousiasme jalonné de tristesse et de rires, et il me tarde de découvrir le troisième tome !
 
* Parlons Couverture *

Très jolie couverture ! La demeure n'est pas la même que celle représentée sur le premier tome (que je préfère, d'ailleurs, elle correspond mieux à l'image que je me fais de Daringham Hall), le style est très différent, mais elle reste vraiment belle. Et j'aime tout autant les couvertures originales et leur style so british !, que je vous montre ci-dessous:




Suzy Bess.

  

jeudi 26 avril 2018

Wootbox "Brutal" Avril 2018


Parlons box, parlons... WOOTBOX !



En avril, le thème était "Brutal".

J'ai reçu la box bien en avance - le 31 mars, alors qu'elle est normalement livrée entre le 05 et le 15 du mois -, ce qui m'a ravie. La boîte est très jolie, les paysages du jeu représenté doivent être magnifiques !
Voici le contenu:

Commençons avec l'habituel livret explicatif qui, comme la box, est aux couleurs du jeu "God of War", que je connais seulement de nom. Avec est offert une réduction sur les films DC Comics.


Elément phare de la Wootbox: le tee-shirt. Encore une fois aux couleurs de "God of War".

 
Vient ensuite le pin's, spécialité également de cette box, que j'aime habituellement beaucoup. Ici, il représente un tank du jeu "Metal Slug", que je ne connais absolument pas.

 
Puis une boîte de Funko Mystery Minis aux couleurs de Marvel (Avengers Infinity War sortant cette semaine, il aurait été dommage de passer à côté de cette actualité !). C'est la Bobble Head d'Iron Man qui est sortie, j'en suis contente.

 
Joli élément de la box, une plaque en métal "Game of Thrones" !

 
Enfin, une sublime figurine de Rocket et Bébé Groot en pleine action !



 
Cette box n'était pas forcément faite pour moi, mais j'ai beaucoup aimé les trois derniers éléments, donc j'en suis tout de même satisfaite.



Suzy Bess.

  

mercredi 25 avril 2018

Tess d'Urberville


Tess d'Urberville
Titre original: "Tess of the d'Urbervilles"
Auteur: Thomas Hardy
Editeur: Editions France Loisirs
Traduit de l'anglais par: Madeleine Rolland
Introduction, notes et dossier par: André Topia
Nombre de pages: 716

* Quatrième de Couverture *

Jeune paysanne innocente placée dans une famille, Tess est séduite puis abandonnée par Alec d'Urberville, un de ses jeunes maîtres. L'enfant qu'elle porte meurt à la naissance.
Dans la puritaine société anglaise de la fin du XIXe siècle, c'est là une faute irrémissible, que la jeune fille aura le tort de ne pas vouloir dissimuler.
Dès lors, son destin est une descente aux enfers de la honte et de la déchéance.
 
* Mon Avis *

Quel roman ! Tragique, mélancolique, l'histoire de Tess n'en est pas moins passionnante à découvrir.

Après que John Durbeyfield ait appris être le descendant direct de la lignée disparue des d'Urberville, il décide avec sa femme d'envoyer leur fille Tess se présenter aux derniers porteurs du nom avec l'espoir qu'une aide sera apportée à leur modeste famille. Mais Alec d'Urberville a tôt fait de s'enticher de Tess et va profiter de son innocence. Quand la jeune fille comprend qu'elle est enceinte, elle décide de rentrer chez ses parents et, lorsque quelques mois plus tard son enfant ne survit pas, Tess cherche du travail loin des siens et de ses souvenirs, à la laiterie de Talbothays. C'est là qu'elle tombe amoureuse d'Angel Clare, fils d'un riche pasteur apprenant le métier de fermier. Seulement, c'est quand il lui demande de l'épouser que Tess comprend que la chose est impossible, à moins qu'elle lui mente - et elle s'en voudrait alors - ou qu'elle lui avoue sa malheureuse aventure passée et qu'il l'accepte.

Thomas Hardy, un nom porteur d'espoir pour moi qui souhaitais lire cet auteur depuis de nombreuses années; et c'est avec "Tess d'Urberville" que je découvre sa jolie plume, me voilà totalement séduite !
Ce roman n'est pas le simple récit d'une pauvre fille, c'est l'analyse d'une époque ! Etudier la société du XIXe siècle, l'évolution de la vie campagnarde et ses progrès industriels, les moeurs et mentalités machistes, les différents courants religieux et, au coeur de tout cela, la mentalité complexe d'une jeune femme désabusée, voilà ce que nous propose Hardy dans ce roman, écrit avec justesse. L'auteur octroie à son héroïne une personnalité tout en contraste: jeune fille innocente, elle est chargée d'une sensualité intense mais involontaire; la faiblesse et la force se succèdent en elle sans que jamais l'une ou l'autre ne prennent le dessus; ayant suivi peu d'études, elle fait preuve de beaucoup de naïveté dans certains domaines quand elle peut aussi démontrer une ferme intelligence à d'autres moments... je me suis rapidement attachée à elle et, bien qu'ayant vu l'adaptation de Roman Polanski je connaisse déjà l'issue de l'histoire, je me suis retrouvée aussi curieuse du développement de l'intrigue que si je n'en savais rien ! Ce récit est dense, particulièrement détaillé dans la description des paysages, ce qui permet de parfaitement visualiser les scènes; la psychologie des personnages secondaires aussi est joliment précise et nous donne envie d'assister à l'évolution du récit: je ne me suis pas ennuyée un instant ! Et la critique sous-jacente de la société, de son industrialisation, et de la religion m'a fascinée.
André Topia apporte à cette édition une introduction, des notes et un dossier vraiment intéressant.e.s; j'y ai par exemple appris que Thomas Hardy a immiscé dans son oeuvre des faits autobiographiques, ce qui m'a beaucoup plu, ou encore qu'il se référait beaucoup à des textes de Shakespeare que j'ai moi-même lu, et dont on croise certaines citations dans le roman, ce qui m'a aussi particulièrement réjouie.

J'ai adoré cette lecture; Tess m'a touchée, émue, ce roman est admirable ! La plume de l'auteur m'a vraiment charmée et il me tarde désormais de découvrir ses autres oeuvres.
 
* Parlons Couverture *

Cette photographie de Ricardo Demurez me plaît beaucoup, on y retrouve facilement l'innocence de Tess dans la pose, et sa sensualité involontaire se distingue aussi, notamment avec le rouge de ses lèvres. Le choix de couleurs est réussi: cette couverture m'enchante donc !



Citations:

* Elle savait saisir, à l'épaisseur d'un cheveu près, l'instant du soir où la lumière et les ténèbres sont en si parfait équilibre que le jour contraint de s'arrêter et la nuit indécise se neutralisent l'un l'autre et laissent à l'esprit une liberté absolue.

* Parfois sa fantaisie capricieuse prêtait une telle intensité autour d'elle aux actes de la nature qu'ils lui semblaient appartenir à sa propre histoire. Et c'était vrai, car le monde est un phénomène de l'âme.

* [...] il oubliait que l'imperfection peut être supérieure parfois à la perfection même.

* [...] la beauté ne résidait pas dans la chose elle-même, mais dans ce que cette chose symbolisait.

* La beauté ou la laideur d'un caractère n'est pas seulement dans les actions accomplies, mais dans les aspirations et les désirs. La véritable histoire d'un être n'est point dans ce qu'il a fait, mais dans ce qu'il a voulu faire.



Suzy Bess.

  

dimanche 22 avril 2018

Dead Zone


Dead Zone
(L'Accident)
Titre original: "The Dead Zone"
Auteur: Stephen King
Editeur: Le Livre de Poche
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Richard Matas
Nombre de pages: 352

* Quatrième de Couverture *

Greg Stillson, candidat à la Maison-Blanche, est un fou criminel, grand admirateur de Hitler et d'autres maniaques de l'extermination. Quand il sera élu, ce sera l'Apocalypse.
Un seul homme le sait, John Smith, car il est doué d'un étrange pouvoir qui lui attire pas mal d'ennuis: il devine l'avenir. Il n'y a rien de réjouissant à cela. Il peut prévoir les accidents, les catastrophes, les hécatombes.  On ne le croit pas, ou alors on le croit trop.
John Smith n'a encore rien dit de ses prémonitions. Pourtant, le candidat à la présidence des Etats-Unis est un dément.
Que fera John Smith pour son pays ?
 
* Mon Avis *

Décrivant le parcours d'un homme soudainement atteint de facultés paranormales, ce court roman de Stephen King m'a énormément plu !

Suite à un accident de voiture, John Smith se réveille d'un coma de plus de quatre ans en apprenant que la femme qu'il aimait s'est mariée et a eu un enfant, que sa mère a perdu l'esprit, et qu'il est possesseur d'un étrange pouvoir: il lui suffit d'entrer en contact avec une personne pour apprendre des détails sur sa vie ou connaître l'avenir. Rapidement, et alors que Johnny ne souhaiterait qu'une chose: vivre normalement, son talent particulier attire journalistes et curieux, et il va susciter autant l'admiration que la peur. Mais bientôt, son attention est attirée par ce nouvel arrivant dans la politique, Greg Stillson; John a un très mauvais pressentiment à son encontre, présage qui va vite se confirmer lorsqu'il va avoir l'occasion de lui serrer la main.

De cette histoire, je ne connaissais qu'une chose (et encore, vaguement): l'adaptation en série télévisée dont j'ai dû voir quelques épisodes lorsque j'étais plus jeune mais desquels je ne me souviens pas vraiment. Le roman m'a captivée du début à la fin. On s'attache rapidement au personnage principal, qui subit les drames se succédant dans sa vie; le début du récit m'a même étrangement angoissé.
Stephen King se concentre principalement sur la psychologie de son héros, que l'on sent perdu durant la majeure partie de l'intrigue; mais ce qui m'a étonné, c'est que l'évènement principal arrive tard dans le récit, d'autres péripéties (aussi intéressantes) le précédant. Pour cette raison, je n'apprécie pas vraiment la quatrième de couverture nous laissant présager une intrigue ciblée et détaillé, alors que l'on apprend finalement peu de choses de ce que pourrait être l'avenir avec Greg Stillson comme président.

352 pages, pour Stephen King, c'est court ! Et cette étroitesse m'a fait un drôle d'effet; non que le roman ne me semble pas abouti, mais une aventure plus longue aux côtés de John Smith ne m'aurait pas non plus dérangé. La série télévisée adaptée de cette histoire, que j'ai évoqué plus haut, compte six saisons pour quatre-vingt épisodes (merci David pour ces informations !), et si je ne connais pas sa qualité, ces chiffres ne m'étonnent pas car "Dead Zone" a matière à être développé, étendu, les possibilités de sous-intrigues sont nombreuses. Ceci dit, ce roman est aussi intéressant tel quel et c'est avec regret que j'ai refermé ce livre.
Petit bonus: les clins d'oeil à d'autres oeuvres de l'auteur m'ont bien plu.
 
* Parlons Couverture *

Cette photographie de Jim Richardson n'est pas forcément ce que j'aurais choisi pour illustrer ce roman. Elle est belle et terrible, et fait référence à un évènement marquant, mais ne me rappelle ni l'intrigue principale, ni l'atmosphère même du récit.



Citation:

* Nous faisons tout ce que nous pouvons et cela devrait suffire... et si ça ne suffit pas, tant pis.



Suzy Bess.

   

PAL +4


Pile A Lire +4

Bonjour les Nomades !

Cette semaine, ma bibliothèque se remplit encore un peu avec quatre romans: un offert par l'auteure, un achat France Loisirs de la saison et deux trouvailles faites en vide-grenier ce matin.

Achats

* Rebecca Kean, tome 1: Traquée, de Cassandra O'Donnell.
Résumé: Nouvelle-Angleterre, Burlington... Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour la sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fourni par l'office du tourisme. Maudit soit-il...

J'ai beaucoup entendu parler de cette série de romans, qui semble bien écrite. Mon achat de la saison chez France Loisirs, qui édite la saga depuis peu, était l'occasion de découvrir enfin ces lignes.

*****

* Rebecca, de Daphné du Maurier.
Résumé: Un manoir majestueux: Manderley. Un an après sa mort, le charme noir de l'ancienne propriétaire, Rebecca de Winter, hante encore le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse, jeune et timide, de Maxim de Winter pourra-t-elle échapper à cette ombre, à son souvenir ?

Tiens, je remarque tout juste que deux Rebecca ont intégré la PAL cette semaine ! ^^ Depuis que j'ai vu l'excellente adaptation du roman de Daphné du Maurier par Alfred Hitchcock, j'ai toujours voulu lire ce livre, alors je suis très heureuse de l'avoir trouvé ce matin pour la modique somme de 0.50cts !

*****

* Le Passage, de Justin Cronin.
Résumé: Il y a un siècle, le monde a sombré dans le chaos. Une épidémie, dont l'origine ne fut jamais identifiée, a transformé l'homme en mutant et réduit la civilisation à néant. Les derniers représentants de l'humanité vivent en colonie, luttant jour après jour pour survivre. Surgie de nulle part, une jeune fille vient à leur rencontre. Elle semble avoir 14 ans. Elle en a 100 de plus. Elle est venue sauver le monde.

Oh joie que d'avoir également trouvé cet ouvrage ! On me l'a conseillé à plusieurs reprises (et encore dernièrement, suite à ma lecture du "Fléau", de Stephen King), je suis plus que ravie qu'il soit désormais en ma possession et j'ai hâte de le découvrir ! Et juste pour le plaisir de vous la montrer, cette couverture est sublime à la lumière !


Cadeau

* Une Vie après l'Autre, de Larème Debbah.
Résumé: Hélène mène une vie calme, bien rangée entre sa fille Pauline et sa boutique. Un jour, un accident de voiture va bouleverser son quotidien ainsi que sa confiance en elle. Grâce à Damien, le pédiatre de sa fille, elle arrivera à maîtriser sa colère et sa culpabilité qui la poursuivront tout au long du récit. L'histoire nous guide à travers les épreuves imposées par la perte d'un enfant, et ce tout en sachant qu'il est concevable de prendre le dessus après un tel drame.

L'auteure a généreusement offert l'epub de son roman il y a quelques jours, et je suis très intriguée de connaître sa plume. Je sens déjà qu'il risque d'être très émouvant.



Du joli cette semaine, je suis contente de ces réceptions !
Et vous, du nouveau ?



Suzy Bess.