dimanche 22 avril 2018

Dead Zone


Dead Zone
(L'Accident)
Titre original: "The Dead Zone"
Auteur: Stephen King
Editeur: Le Livre de Poche
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Richard Matas
Nombre de pages: 352

* Quatrième de Couverture *

Greg Stillson, candidat à la Maison-Blanche, est un fou criminel, grand admirateur de Hitler et d'autres maniaques de l'extermination. Quand il sera élu, ce sera l'Apocalypse.
Un seul homme le sait, John Smith, car il est doué d'un étrange pouvoir qui lui attire pas mal d'ennuis: il devine l'avenir. Il n'y a rien de réjouissant à cela. Il peut prévoir les accidents, les catastrophes, les hécatombes.  On ne le croit pas, ou alors on le croit trop.
John Smith n'a encore rien dit de ses prémonitions. Pourtant, le candidat à la présidence des Etats-Unis est un dément.
Que fera John Smith pour son pays ?
 
* Mon Avis *

Décrivant le parcours d'un homme soudainement atteint de facultés paranormales, ce court roman de Stephen King m'a énormément plu !

Suite à un accident de voiture, John Smith se réveille d'un coma de plus de quatre ans en apprenant que la femme qu'il aimait s'est mariée et a eu un enfant, que sa mère a perdu l'esprit, et qu'il est possesseur d'un étrange pouvoir: il lui suffit d'entrer en contact avec une personne pour apprendre des détails sur sa vie ou connaître l'avenir. Rapidement, et alors que Johnny ne souhaiterait qu'une chose: vivre normalement, son talent particulier attire journalistes et curieux, et il va susciter autant l'admiration que la peur. Mais bientôt, son attention est attirée par ce nouvel arrivant dans la politique, Greg Stillson; John a un très mauvais pressentiment à son encontre, présage qui va vite se confirmer lorsqu'il va avoir l'occasion de lui serrer la main.

De cette histoire, je ne connaissais qu'une chose (et encore, vaguement): l'adaptation en série télévisée dont j'ai dû voir quelques épisodes lorsque j'étais plus jeune mais desquels je ne me souviens pas vraiment. Le roman m'a captivée du début à la fin. On s'attache rapidement au personnage principal, qui subit les drames se succédant dans sa vie; le début du récit m'a même étrangement angoissé.
Stephen King se concentre principalement sur la psychologie de son héros, que l'on sent perdu durant la majeure partie de l'intrigue; mais ce qui m'a étonné, c'est que l'évènement principal arrive tard dans le récit, d'autres péripéties (aussi intéressantes) le précédant. Pour cette raison, je n'apprécie pas vraiment la quatrième de couverture nous laissant présager une intrigue ciblée et détaillé, alors que l'on apprend finalement peu de choses de ce que pourrait être l'avenir avec Greg Stillson comme président.

352 pages, pour Stephen King, c'est court ! Et cette étroitesse m'a fait un drôle d'effet; non que le roman ne me semble pas abouti, mais une aventure plus longue aux côtés de John Smith ne m'aurait pas non plus dérangé. La série télévisée adaptée de cette histoire, que j'ai évoqué plus haut, compte six saisons pour quatre-vingt épisodes (merci David pour ces informations !), et si je ne connais pas sa qualité, ces chiffres ne m'étonnent pas car "Dead Zone" a matière à être développé, étendu, les possibilités de sous-intrigues sont nombreuses. Ceci dit, ce roman est aussi intéressant tel quel et c'est avec regret que j'ai refermé ce livre.
Petit bonus: les clins d'oeil à d'autres oeuvres de l'auteur m'ont bien plu.
 
* Parlons Couverture *

Cette photographie de Jim Richardson n'est pas forcément ce que j'aurais choisi pour illustrer ce roman. Elle est belle et terrible, et fait référence à un évènement marquant, mais ne me rappelle ni l'intrigue principale, ni l'atmosphère même du récit.



Citation:

* Nous faisons tout ce que nous pouvons et cela devrait suffire... et si ça ne suffit pas, tant pis.



Suzy Bess.

   

1 commentaire:

  1. La série est sympa, surtout au début, mais s'éloigne du roman au fil du temps, me^me dans les capacités de John. Du coup c'est moins respectueux. Reste aussi le film de Cronenberg, trés sympa !

    Et en effet, la couverture est assez mal choisi je trouve aussi.

    RépondreSupprimer