mercredi 31 août 2016

Bilan Livresque Août 2016

 
Bilan du mois d'Août 2016
 
 
Bonjour tout le monde !
 
Ca y est, la fin des vacances se profile pour nombre d'entre vous. Mais pas question d'abandonner ses lectures pour autant ! ;)
 
Un petit mois vient de s'écouler pour moi. J'ai lu plus lentement et moins de livres qu'à mon habitude. J'ai été assez déçue, donc j'ai hâte de passer à un nouveau mois et de mettre celui-ci derrière moi.
6 livres lus pour un total de 2583 pages lues.
 
* Mes Lectures *
 
* Solaire, de Ian McEwan, a été ma première lecture du mois. Elle entrait dans la cadre du Challenge 2016. Le côté trop technique de ce roman n'est pas à son avantage.
* Les Fourberies de l'Amour, de Georgette Heyer, avait tout pour me plaire. Mais je n'ai pas accroché au style de l'auteure et n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages.
* Bilbo le Hobbit, de J.R.R. Tolkien, a été LA bonne lecture du mois. Une relecture, en fait. J'aime toujours autant cet univers !
* Endgame, Tome 1: L'Appel, de James Frey et Nils Johnson-Shelton, ne m'a pas embarqué. L'univers est atypique mais intéressant. Un avis très mitigé.
* Encore une Danse, de Katherine Pancol, est une petite déception. Si j'aime la plume de l'auteure, j'ai trouvée cette histoire bien trop démoralisante.
* Endgame, Tome 2: La Clé du Ciel, de James Frey et Nils Johnson-Shelton, m'a un peu réconciliée avec l'univers, ou alors je me suis juste habituée. J'ai trouvé ce second tome plus intéressant.
 
* Evolution de la PAL *
 
Quelques entrées, peu de lectures, la Pile A Lire n'a pas beaucoup bougé ce mois-ci...
 
Achats: Une sortie que j'attendais avec hâte: celle de la biographie sur Jane Austen, par son neveu James Edward Austen-Leigh, enfin traduite en français ! Et au passage, je me suis pris Le Contrat, de Tara Jones, qui n'était pas bien cher et dont j'ai entendu beaucoup de bien.
 
Cadeaux: Alice, du blog Books are My Wonderland, m'a envoyé Wives & Daughters, d'Elizabeth Gaskell. Merci à elle !
 
3 livres reçus, 6 livres lus: 3 ouvrages en moins dans ma PAL !
Petit à petit, on y parvient à cette baisse. ^^
 
 
Et vous, quel est votre bilan ?
 
 
 
Suzy Bess.
 


mardi 30 août 2016

Endgame, Tome 2: La Clé du Ciel

 
Endgame, Tome 2:
La Clé du Ciel
Auteurs: James Frey, Nils Johnson-Shelton
Editeur: Gallimard
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Jean Esch
Nombre de pages: 544
 
Quatrième de Couverture

Il reste neuf Joueurs.
Et les règles ont changé.

La première clé a été trouvée et le chaos est déclenché. Partout, manifestations pacifiques ou guerres civiles agitent les populations, les médias se déchaînent...
Et les Joueurs continuent de Jouer.
Jouer, agir, se battre, c'est aussi s'oublier...
Tandis que les neuf jeunes héros sillonnent furieusement le globe à la recherche de la deuxième clé, la révolte germe dans leurs esprits.

Action fiévreuse, secrets fascinants, art du récit à son comble...
Un deuxième tome extrême et haletant.

Lisez le livre.
Trouvez les indices. Décryptez l'énigme.
Endgame est une réalité.
Endgame a commencé.
 
Mon Avis
 
Ma lecture du premier tome avait été très mitigée, mais il aura au moins eu le mérite de me préparer à l'ambiance de cette saga. J'ai donc réussi à mieux apprécier ce second volet que son prédécesseur.
 
Les Joueurs encore en vie continuent tous de leur côté à échafauder des plans pour remporter Endgame. Mais certains ont dans l'idée de contrecarrer le Peuple du Ciel en trouvant un moyen de stopper le sinistre jeu. Une solution se présente, mais elle est effroyable: car pour arrêter Endgame et sauver ainsi des milliards d'êtres humains, il faut détruire la Clé du Ciel... qui n'est autre qu'une petite fillette de deux ans.
 
Je me suis vite habituée à ce second tome. En retrouvant les personnages, je me suis rendue compte que je ressentais un certain intérêt pour eux (même si ceux qui restent, à la fin, ne sont pas forcément ceux que j'apprécie le plus...)
Le récit contient quelques longueurs, mais la violence et la tension que les auteurs installent créent un suspens tenace, et la petite taille des chapitres, qui sont les points de vue des différents personnages, permet une lecture rapide.
Observer les alliances sur le point de se briser, et d'autres, inattendues, se former, m'a beaucoup plu: ces évolutions accroissent l'attention du lecteur.
Le côté négatif de cette histoire reste, selon moi, son sujet principal que je ne comprend toujours pas. Ou plutôt, ce n'est pas le sujet que je ne comprend pas - la lecture est distrayante, captivante, même, parfois - mais son message de fond que je ne trouve pas assez abouti, traité trop légèrement, alors qu'il y aurait quelque chose de très intéressant à en tirer.
 
Globalement moyennement séduite par cette saga, La Clé du Ciel n'en reste pas moins symapthique et intéressante à suivre, avec certaines scènes puissantes à découvrir.
 
(de sublimes illustrations dans ce second tome)
 
 
 
 
Citations:
 
* L'avenir est un jeu.
Le temps, une des règles.
 
* Chacun de nous est le dieu de notre univers partagé.
 
 
 
Suzy Bess.
 


dimanche 28 août 2016

PAL +2

 
Pile A Lire +2
 
 
Bonjour tout le monde !
 
Cette semaine, j'accueille deux nouveaux dans la bibliothèque:
 
- Mes Souvenirs de Jane Austen, Portrait d'une Héroïne, de James Edward Austen-Leigh.
Résumé: Voici un recueil de souvenirs et de témoignages directs de James Edward Austen-Leigh (1798-1874) sur sa tante Jane Austen (1775-1817). On y découvre à l'œuvre la romancière dans son intimité. Observatrice hors-pair de la société anglaise de son temps, elle aurait pu être l'héroïne de ses propres œuvres. Quels sont les secrets de fabrication d'une des plus grandes romancières anglaises, vénérée de Virginia Woolf ? Sa vie nous les découvre-t-elle ? En levant ici un voile victorien sur l'emblème de l'élégance de la Régence, le neveu de la grande Jane Austen n'a pas fait qu'œuvre de reconnaissance et de fidélité: il nous a donné un classique et installé sa gloire.
J'attendais cette sortie avec une réelle impatience (je comptais les jours qui m'en séparaient, c'est pour dire !). Alors le jour de sa sortie (le 25), je me suis ruée à la librairie; ils n'avaient pas encore eu le temps de le mettre en rayon, la libraire a dû aller le chercher en réserve... Je suis une addict, que voulez-vous ! :) En tout cas j'ai hâte de le commencer.

***
 
- Le Contrat, de Tara Jones
Résumé: Elle lui a vendu son corps, saura t-il conquérir son cœur ? Après la faillite de son père, Angeline supplie son principal créancier, Lancaster, d'éponger ses dettes. Il lui propose alors un arrangement d'un genre particulier: un contrat de mariage aux clauses multiples et variées... Angeline accepte d'épouser cet homme qu'elle n'a jamais vu. Mais elle n'avait pas prévu qu'il soit aussi attirant... Luttant contre sa culpabilité et ses peurs, elle ne peut s'empêcher de se poser une question: pourquoi lui a-t-il proposé de l'épouser ?
 
Cet achat n'était pas prévu, mais vu que le livre ne coûte pas cher et que je ne cesse de le voir défiler dans mon fil d'actualité avec de bons avis, je me suis laissée tenter (hin hin hin, oui: j'ai toujours de bonnes excuses).

***
 
Et pour le plaisir, je me suis acheté deux magnifiques marques-pages.
(cliquez sur la photo pour voir en grand)
 
On ne le voit pas sur la photo ci-dessus mais ils ont de superbes dorures, comme ici pour le hiboux:
 
Ou là pour les éléphants:
 
Je suis conquise, ils sont sublimes ! <3
 
 
Et vous, des achats cette semaine ?
 
 
 
Suzy Bess.
 


vendredi 26 août 2016

Encore une Danse

 
Encore une Danse
Auteure: Katherine Pancol
Editeur: Le Livre de Poche
Nombre de pages: 288
 
Quatrième de Couverture
 
Clara, Joséphine, Lucille, Agnès, Philippe et Rapha ont grandit ensemble à Montrouge. Ils ont habité le même immeuble et sont allés dans les mêmes écoles. Depuis, leurs vies ont pris des tournants différents mais leur amitié a résisté au temps, à la réussite des uns, aux échecs des autres. Ils pratiquent toujours leurs rites d'amitié, même si leur "musique", parfois, émet quelques fausses notes.
Mais une nouvelle épreuve, plus sournoise, plus terrible, s'annonce, et le groupe menace de voler en éclats...
 
Mon Avis
 
Tranches de vie de personnages désabusés par leur existence, Encore une Danse est un roman intéressant mais plutôt déprimant.
 
Clara est une trentenaire qui ne sait plus où se diriger dans la vie; tout comme ses amies Joséphine, Lucille et Agnès, elle ne laisse apercevoir aux autres que des apparences trompeuses, se cache à ceux qui l'entourent comme elle se cache à elle-même. Joséphine, Lucille et Agnès sont toutes les trois mariées à des hommes qu'elles n'estiment pas et se posent nombre de questions sur leurs unions. Rapha, le grand amour de Clara, a été trahi et évolue désormais dans la vie sans vraiment avoir conscience de la portée de ses actes. Quand ils apprennent que le SIDA rôde et qu'il y a une possibilité qu'ils en soient touché, la peur ressentie fait éclater des vérités difficiles à entendre.
 
Katherine Pancol a un style bien à elle: franc, précis, sa plume dissèque les moindres émotions. Elle accroche le lecteur à ses mots, broie les sensations avant de les rendre plus intenses. J'aime bien cette auteure et ses ouvrages, mais je dois avouer que le côté démoralisant de celui-ci ne m'a pas aidé à l'apprécier à sa juste valeur, j'aurai préféré une histoire plus rafraîchissante.
Les personnages sont intéressants et attirants, l'on suit chacun d'entre à un moment donné, ils ont donc tous droit de parole et leur version de ce qui se déroule sous nos yeux. La narration, elle, est particulière et changeante, mais je m'y suis vite habitué et c'est un peu la signature de la romancière.
 
Cette histoire est traitée avec véracité, sans pudeur. La sexualité, la haine, l'amour, la vie, la peur et la recherche de soi s'y rencontrent pour créer un lien entre le lecteur et un groupe d'amis sur le point de se déchirer.
 
 
 
Citations:
 
* "Tu ne peux jamais connaître quelque chose sans connaître son contraire."
 
* - Tu es belle comme un baiser sous la pluie...
 
* - J'accepte mes limites, et je les chante. C'est ça, le vrai talent de vivre: savoir qui tu es, alors tu n'imites personne, tu n'envies personne, tu es toi et tu t'épanouis dans ce territoire que tu t'octroies.
 
* Il y a des gens comme ça: on se demande comment ils résistent à ce qu'ils ont connu, on se demande d'où vient l'obstination qui leur permet de se tenir debout, de réclamer, de ne jamais s'incliner, de ne jamais se résigner à laisser passer la chance de rire encore, de faire confiance encore, d'aimer encore.
 
* Souvent les gens méchants sont des malheureux, qui n'ont pas eus leur ration d'amour et la volent aux autres, qui gardent leurs poings fermés pour mieux se battre parce qu'on n'a jamais glissé une paume aimante et douce dans leurs poings crispés...
 
 
 
Suzy Bess.
 


lundi 22 août 2016

Endgame, Tome 1: L'Appel

 
Endgame, Tome 1:
L'Appel
Auteurs: James Frey, Nils Johnson-Shelton
Editeur: Gallimard
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Jean Esch
Nombre de pages: 544
 
Quatrième de Couverture
 
Le Monde.
Maintenant. Aujourd'hui. Demain.
Endgame est une réalité, et Endgame a commencé.
 
Douze jeunes élus, issus de peuples anciens.
L'humanité tout entière descend de leurs lignées,
choisies il y a des milliers d'années.
Ils sont les héritiers de la Terre.
Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Enigme.
L'un d'eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus.
Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques.
Ils ne sont pas immortels.
Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin,
selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions.
Endgame n'a ni règles ni limites.
Il n'y aura qu'un seul vainqueur.
 
Une quête survoltée aux quatre coins du globe, menée par la plume nerveuse d'un grand auteur. Addictif !
 
Lisez le livre.
Trouvez les indices. Décryptez l'énigme.
Il n'y aura qu'un seul vainqueur.
Endgame est une réalité.
Endgame a commencé.
 
Mon Avis
 
Voilà l'une de ces rares lectures dont je ne parviens pas à savoir si je l'ai appréciée ou non.
 
Endgame est un jeu énigmatique qui va rapidement devenir macabre; 12 adolescents, descendants de lignées ancestrales, sont conviés à y participer: le vainqueur verra sa famille et ses proches préservés du désastre qu'annonce le Peuple du Ciel, une fin du monde qu'ils ont décidé de nous faire subir. Marcus, Chiyoko, Sarah, Jago, Baitsakhan, Alice, Aisling, An, Shari, Kala, Maccabee et Hilal ont été préparés, élevés dans l'attente de cet Appel, de ce Endgame; ils ont subis des épreuves insoutenables tout au long de leur enfance qui leur ont forgé un mental à toute épreuve, ils ont appris à tuer des animaux, puis des gens, à survivre, à supporter la douleur. Certains attendaient l'occasion avec impatience, en espérant que Endgame se présente avant leurs vingt ans, âge où ils deviennent inéligible, mais d'autres escomptaient le contraire. Lors de l'Appel, Kepler 22B, représentant le Peuple du Ciel, va leur annoncer qu'ils doivent retrouver 3 clés pour remporter la victoire: la Clé de la Terre, la Clé du Ciel, la Clé du Soleil, cachées de par le monde. Chacun aura sa manière d'agir: les uns vont contracter des alliances, les autres vont vouloir tuer à tout prix ou se cacher.
 
Ce roman est une énigme complexe que je n'ai toujours pas réussi à résoudre à l'heure où j'écris ces mots. Dès le début, j'ai été déconcertée car je n'ai pas compris le pourquoi du Endgame; sa justification m'a parue facile et donc peu crédible.
 
"Endgame débutera quand la race humaine aura prouvé qu'elle ne mérite pas d'être humaine."
 
Il y a aussi le fait qu'il est difficile - impossible même - de s'identifier à l'un des personnages, aussi nombreux puissent-ils être. La violence dont ils ont été environnés toute leur vie et dont il font parfois preuve les place un peu hors de portée du lecteur. Ils ne pensent pas de la même manière que nous, il est donc compliqué de les comprendre; même s'ils restent humains, ils m'ont plus fait penser à des bombes à retardement capables d'exploser à la moindre seconde. Je me suis longtemps senti spectatrice de l'histoire au lieu de m'immerger dedans comme j'en ai l'habitude.
Malgré cela, j'ai aimé suivre chacun des personnages - certains plus que d'autres même - et en apprendre un peu plus sur eux, par bribes, tout au long du récit. Leur nombre n'est pas gênant, on les suit alternativement sans s'emmêler les pinceaux.
Le mystère qui est le fondement même de ce livre m'a plu, tout autant qu'il m'a frustrée, et le cadre changeant (on visite plusieurs pays), les différents paysages que nous décrivent habilement les auteurs, m'ont fascinée et donné envie de voyager.
L'écriture est entraînante, quoiqu'il lui manquait un petit quelque chose pour me captiver totalement, et il ne faut pas oublier de saluer les recherches conséquentes qu'à certainement du nécessiter la création de ce roman.
 
C'est donc un avis mitigé, j'ai rarement été si mi-figue, mi-raisin; mais si vous avez l'occasion de découvrir cette histoire, je vous conseille d'y jeter un œil ! ;)
 

(Genre de pages que l'on retrouve au gré du livre, énigmes à résoudre, symboles...)
 
 
 
Citations:
 
* Chacun croit à sa version pour expliquer comment nous sommes arrivés ici. Dieu nous a créés. Des aliens nous ont télé-transportés. Un éclair nous a recrachés ou des portails nous ont déposés. En définitive, le comment importe peu. Nous avons cette planète, ce monde, cette Terre. Nous sommes venus ici, nous avons vécu ici et nous sommes ici maintenant. Vous, moi, nous, toute l'humanité. Ce qui s'est passé selon vous au début n'est pas important.
 
* Mon secret, c'est que je choisis d'être la personne que je veux être.
 
* "Endgame est l'énigme de la vie, la cause de la mort. Il renferme les origines de chaque chose et la réponse à la fin de chaque chose."
 
 
 
Suzy Bess.
 


jeudi 18 août 2016

Bilbo le Hobbit

 
Bilbo le Hobbit
Auteur: J.R.R. Tolkien
Editeur: Le Livre de Poche
Traduit de l'anglais par: Francis Ledoux
Nombre de pages: 384
 
Quatrième de Couverture
 
Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible et sans histoire. Son quotidien est bouleversé un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l'entraînent dans un voyage périlleux.
C'est le début d'une grande aventure, d'une fantastique quête au trésor semée d'embûches et d'épreuves, qui mènera Bilbo jusqu'à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug...
 
Mon Avis
 
Avant Le Seigneur des Anneaux, il y eut Bilbo le Hobbit. Et quelle fantastique épopée c'est !
 
Bilbo est un hobbit qui aime le confort et la tranquillité. Deux choses dont il va être privé lorsque Gandalf et un groupe de nains farouches vont l'embarquer dans un évènement inaccoutumé aux hobbits: une aventure ! Recruté en tant que cambrioleur - alors qu'il ne se considère pas comme tel - Bilbo et ses nouveaux compagnons vont voir se succéder les péripéties au cours de leur long voyage qui les mènera jusqu'à la Montagne Solitaire. D'une rencontre avec trois trolls à celle avec les elfes, d'un curieux concours d'énigmes avec une créature étrange et son précieux énigmatique à l'effroyable traversée de la forêt de Mirkwood, le groupe devra affronter de nombreux imprévus.
 
(marque-page fourni avec le livre représentant les Terres Sauvages côté recto)
 
Avec un ton résolument jeunesse, J.R.R. Tolkien nous conte une histoire délicieuse faite de rebondissements plus intéressants les uns que les autres. Il nous présente des personnages qui se révèlent attachants grâce à leurs défauts et des paysages incroyables que l'on rêverait, pour certains, de parcourir ! Le fond est vraiment pertinent: comment un homme (enfin... un hobbit), habitué à la familiarité de sa vie sans anicroches, va se rendre compte qu'un peu de nouveauté et d'inattendu ont parfois du bon dans l'existence. Au travers des épreuves qu'il va rencontrer, Bilbo va évoluer et apprendre à avoir confiance en lui, lui qui est si courageux sans vraiment s'en rendre compte.
C'est une lecture qui peut être longue mais qui est vraiment agréable; les chapitres nous livrent chacun un nouveau développement, comme tant de petits tomes d'une saga que l'on enchaîneraient les uns après les autres.
 
J'ai adoré cette lecture qui nous fait voyager et découvrir de nouvelles cultures et légendes.
 
(marque-page carte côté verso)
 
 
Citations:
 
* Quand on cherche, on trouve généralement quelque chose, mais ce n'est pas toujours exactement ce qu'on voulait.
 
* Poursuivre son chemin fut l'acte le plus courageux qu'il devait jamais oser.
 
 
 
Suzy Bess.
 


dimanche 14 août 2016

PAL +1

 
Pile A Lire +1
 
Salut les Nomades !
 
Je vous retrouve aujourd'hui pour une nouvelle réception.
 
 
Il s'agit de Wives and Daughters, d'Elizabeth Gaskell.
Résumé: Ce roman d'amour sur fond de scandales et d'intrigues se déroule dans l'Angleterre rurale de la fin des années 1820. Il met en scène Molly, la fille rebelle d'un médecin de campagne, les aristocrates locaux qui, depuis l'imposant château de Cumnor Towers, règnent en maîtres absolus sur ce coin perdu des Midlands, les notables, les domestisques, les paysans, les animaux mais c'est avant tout la nature humaine dans la toute-puissance de ses pulsions et de ses désirs si impitoyablement réprimés par la société victorienne qu'Elizabeth Gaskell place au centre de la trame.
 
C'est un livre en anglais, ce sera donc une première pour moi; mais j'ai parcouru quelques pages et me suis rendu compte que ma compréhension devrait se faire facilement, je pense. Et comme ça fait un moment que je souhaite découvrir cette auteure, je suis plus que ravie !
 
Je remercie Alice, du blog Books are my Wonderland, qui m'a gentiment offert cet ouvrage ! <3
 
 
 
Suzy Bess.
 


jeudi 11 août 2016

Les Fourberies de l'Amour

 
Les Fourberies de l'Amour
Auteure: Georgette Heyer
Editeur: Milady Romance
Traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par: Francine et Tanguy de Courson
Nombre de pages: 432
 
Quatrième de Couverture
 
Un gentleman peut en cacher un autre...
 
Pour rendre service à sa mère criblée de dettes, Evelyn Denvill, dandy désinvolte, accepte de jouer la comédie de l'amour à Cressida Stavely, issue d'une famille fortunée, dans l'espoir de restaurer les finances familiales. Mais le soir où un dîner est donné en son honneur par la famille de sa fiancée, Evelyn disparaît. Son frère jumeau, lord Christopher, accepte à contrecœur de le remplacer à cette réception. Et comme la hasard fait bien les choses, le jeune homme tombe sous le charme de la ravissante fiancée de son frère...
 
Mon Avis
 
Petite déception pour cette romance facile qui n'a pas réussi à me surprendre.
 
Evelyn et Christopher - dit Kit - sont frères jumeaux. Et comme beaucoup de personnes ayant en commun la gémellité, ils partagent un lien unique, presque mystique. Aussi, quand Kit ressent que son frère a un problème, il s'empresse de quitter Vienne - où il travaille pour l'ambassadeur - afin de rejoindre sa famille en Angleterre. Là-bas, il apprend par sa mère que son frère a disparu et que personne ne sait où il se trouve. Pire: Evelyn est fiancé et doit être présenté à la famille de la jeune femme le lendemain ! Kit prend sa place en urgence sans que les Stavely, chez qui il se rend, ne s'aperçoivent de la supercherie, et ce qui ne devait être qu'un dernier recours va s'éterniser, au grand dépit du malheureux acteur. Plus les jours passent, plus le jeune homme s'attache à Cressy, intelligente et pétillante personne qui répond favorablement à ses sentiments. Mais il va apprendre aussi quels circonstances ont poussé son inconstant de frère à vouloir contracter une union sans amour. Et surtout, que sa mère a de gros problèmes d'argent.
 
Cette comédie vaudevillesque aurait pu être désopilante, malheureusement la construction m'a un peu gênée et je ne suis parvenue à apprécier qu'un seul personnage, à savoir Kit. Son frère est trop peu présent pour que l'on puisse avoir le temps de s'en faire une idée, et sa mère - que l'auteure a tout fait pour rendre sympathique malgré ses défauts - est bien trop fantasque et déraisonnable. Quant à la jeune Cressy, elle est intéressante mais un peu exagérée.
Je n'ai jamais trouvé qu'il y avait trop de dialogues dans mes lectures (au contraire, j'aime plutôt ça habituellement); voilà donc une première puisque c'est ici mon ressenti. Bien qu'ils soient plaisants et étudiés, les nombreux échanges dans ce roman empêchent une narration historique détaillée qui m'aurait davantage plu. De plus, on voit arriver les évènements a des kilomètres: soit je suis devenue prophétesse, soit le suspens a été mal calculé. Ceci dit, bien que je sois frustrée, cette histoire se laisse lire facilement et l'humour est agréable.
 
 
 
Citation:
 
* - On craint toujours les épreuves que l'on n'a jamais subies.
 
 
 
Suzy Bess.
 


samedi 6 août 2016

Solaire

 
Solaire
Auteur: Ian McEwan
Editeur: France Loisirs
Traduit de l'anglais par: France Camus-Pichon
Nombre de pages: 391
 
Quatrième de Couverture

Hier encore fringant lauréat du prix Nobel de physique, Michael Beard traîne aujourd'hui sa calvitie et son embonpoint dans des conférences où il est grassement payé pour réciter indéfiniment le même discours. Sa récompense lui assurant également des conquêtes faciles, il délaisse sans scrupules son épouse, la cinquième... Pourtant en découvrant que celle-ci se console dans les bras d'un autre, Michael se révèle fou de jalousie.

De là tout s'enchaîne... Son rival meurt accidentellement, laissant derrière lui de précieuses recherches que Michael s'approprie pour devenir le nouveau héros de la cause écologique. De mensonges en catastrophes, il se construit une nouvelle vie autour de cette imposture. Mais combien de temps avant que la vérité éclate ?
 
Mon Avis
 
C'est avec un humour satirique piquant que l'auteur nous présente un personnage singulier.
 
Michael Beard, prix Nobel de physique pour sa Colligation Beard-Einstein, a vite perdu sa  fougue de remarquable physicien et sa passion même pour le métier. Enchaînant les relations extra-conjugales, il est abasourdi lorsqu'il apprend que Patrice, sa cinquième et actuelle épouse, se permet le même luxe: rechercher du réconfort ailleurs. N'acceptant pas ce juste retour des choses, il va ruminer sa colère, jusqu'à ce que l'un de deux amants de Patrice décède de la plus pittoresque des façons, face à Michael. Saisissant cette occasion pour faire accuser l'autre amant de sa femme, le physicien va ensuite profiter des travaux écologiques du disparu et en exploiter tous les aspects.
 
Drôle de découverte que ce roman plaisant mais délicat à lire. Ian McEwan mise énormément sur la complexité scientifique de son roman en nous dévoilant, au cours de trois parties, un projet pour sauver la planète en réduisant la pollution grâce à la photosynthèse. C'est intelligent et captivant, mais en résulte un ouvrage lourd à parcourir et qui sera, sans aucun doute, laborieux aux non-adeptes du sujet. Je n'ai pas toujours réussi à comprendre - en début de roman, surtout - où l'auteur voulait me mener, et, malheureusement, j'ai mis bien trop de temps à apprécier ma lecture (à cause de la lourdeur du récit, donc, due aux détails scientifiques qui pourtant sont pertinents) pour en garder un excellent souvenir. Malgré tout, l'auteur est parvenu à me faire apprécier son héros ubuesque, politiquement incorrect, et son final burlesque - où les rebondissements s'enchaînent les uns après les autres - est un vrai délice.
 
 
 
Citations:
 
* Un type est dans une forêt sous la pluie, et il meurt de soif. Il a une hache; il se met à abattre les arbres pour en boire la sève. Une gorgée par arbre. Il se retrouve entouré d'un désert sans vie, et il sait qu'à cause de lui la forêt disparaît à toute vitesse. Alors pourquoi n'ouvre-t-il pas la bouche pour boire la pluie ? Parce qu'il abat très bien les arbres, qu'il a toujours fait ainsi et qu'il se méfie des gens qui lui conseillent de boire la pluie.
 
* Avoir du retard était une forme de souffrance moderne, mélange de tension croissante, d'auto-accusation, d'apitoiement sur soi, de misanthropie, d'aspiration à ce que seule la physique fondamentale permettait d'atteindre: l'inversion du cours du temps. Les injonctions à rester stoïque ne vous faisaient pas arriver plus tôt à destination.
 
* J'ai découvert en premier lieu que, lors d'une crise grave, on comprend, parfois trop tard, que la cause du problème ne se trouve ni chez les autres, ni dans le système, ni dans la nature des choses, mais en nous-mêmes, dans nos égarements et nos hypothèses fantaisistes. Et, en second lieu, qu'à certains moments, de nouvelles informations nous obligent à réinterpréter radicalement la situation.
 
 
 
Suzy Bess.