dimanche 31 juillet 2016

Bilan Juillet 2016

 
Bilan du mois de Juillet 2016
 
 
Un mois d'été de terminé...
 
...Et j'ai eu de jolies lectures ! 12 livres lus soit 4469 pages dévorées (record du mois dernier battu).
 
* Mes Lectures*
 
Ce mois de Juillet fut varié entre Coups de Cœurs et plaisir livresque !

* Avec ou Sans Mr Darcy ?, d'Abigail Reynolds m'a réconciliée avec son auteure. J'ai bien aimé.
* Sous le Ciel à Paris, de Stéphanie Perreault et D. Simon, est une très belle histoire qui m'a un peu fait penser à celle de Moulin Rouge, par certains côtés.
* Eruptions, de P.M. Lorenz, est une jolie découverte. J'ai beaucoup aimé la construction de ce roman très intéressant.
* Antoine et Cléopâtre, de William Shakespeare, est la seule (petite) déception de ce mois, et à ce jour la pièce du dramaturge qui m'a le moins charmée. Même si ses paysages sont bien jolis.
* Teach Me Love #2, de Ai Hibiki, m'a confirmé que j'adore cette série de manga ! Et j'attend la sortie du troisième avec impatience.
* Beignets de Tomates Vertes, de Fannie Flagg, a été une très belle lecture. J'avais adoré le film, sublime, j'ai été aussi charmée par le roman.
* Gardiens des Cités Perdues Tome 1, Tome 2: Exil, Tome 3: Le Grand Brasier, de Shannon Messenger, ont été LA révélation ! Le premier et troisième volet ont été de véritables coups de cœur ! Cela faisait longtemps que je cherchais un substitut à ma saga favorite Harry Potter, je l'ai trouvé ici.
* La Jeune Fille à la Perle, de Tracy Chevalier, a été une très belle lecture. Le contexte de ce roman est vraiment intéressant !
* Paul et Virginie, de Bernardin de Saint-Pierre, a été une agréable découverte. Se basant sur une histoire vraie, l'auteur nous conte avec tact une romance dramatique.
* Le Journal de Bridget Jones, d'Helen Fielding, n'était pas prévu, mais il s'est comme qui dirait imposé à moi. Je l'ai lu d'une traite (merci la nuit blanche) en passant un super moment !
 
* Evolution de ma PAL *
 
Je savais que je parviendrai à la faire baisser !
Bon, vous l'avez compris, je suis heureuse d'avoir fait baisser ma PAL qui compte désormais 69 livres à lire.
 
Achats: Teach Me Love #2 lu ce mois-ci et Le Mec de la Tombe d'à Côté trouvé d'occasion. Nombre de fois où je me suis empêchée d'acheter d'autres livres: oh, je dirai bien 37 !
 
Cadeaux: On m'a offert Beignets de Tomates Vertes mentionné plus haut.
 
Services-Presse: un SP papier avec Sous le Ciel à Paris, et un numérique avec Eruptions, lus tous deux dans le mois.
 
Que j'ai été sage ! Seulement 2 achats (contre 13 le mois dernier... ^^), je suis fière de moi ! Au final: 5 réceptions12 livre lus = 7 livres en moins dans ma PAL !!! C'est bien, très très bien !
 
 
 (Haymitch approuve ! Image trouvée sur Pinterest)
 
 
Suzy Bess.
 


samedi 30 juillet 2016

Le Journal de Bridget Jones

 
Le Journal de Bridget Jones
Auteure: Helen Fielding
Editeur: Albin Michel
Traduit de l'anglais par: Arlette Stroumza
Nombre de pages: 363
 
Quatrième de Couverture
 
L'irrésistible confession d'une célibataire de vingt-neuf ans, une création comique géniale à laquelle même les hommes n'ont pas résisté ! Un roman tour à tour hilarant, jubilatoire, ironique et tendre.
 
Mon Avis
 
Quel roman excellent ! J'ai ri aux éclats durant toute ma lecture !
 
Bridget Jones est une trentenaire aux idées féministes, folle amoureuse de son patron Daniel Cleaver. Entourée de ses amis: Sharon, Jude et Tom, elle suit le cours de sa vie de célibataire (célibattante, dirait une Sharon convaincue) alors qu'elle veut à tout prix se caser - avec Daniel, si possible. Ses parents et leurs amis se sont donnés pour mission de la caser avec Mark Darcy, grand avocat plutôt distant; mais ni l'un, ni l'autre, ne semblent ravis de cette opportunité et font tout pour l'éviter. Quand Daniel s'intéresse enfin à Bridget, elle est au comble de la joie. Mais rien n'est jamais sensé se passer comme prévu, n'est-ce pas ?
 
J'ai passé un moment exquis en compagnie de Bridget et de son entourage.
Cette femme est un personnage extraordinaire ! Maladroite, superficielle sur les bords, absolument authentique, elle ne mâche pas ses mots dans son journal, parle de tout, de rien, et surtout de ses problèmes de cœur. A l'aube de la trentaine, elle sent irrémédiablement l'horloge biologique qui tourne, qui tourne, alors elle fait tout pour modifier le cours de sa vie qui stagne. Elle commence un régime qui ne mène pas loin, prend de bonnes résolutions impossibles à tenir, essaie d'évoluer et revoit son C.V...
Ses amis, qui l'accompagnent et la soutiennent, sont irrécupérables ! Tantôt sûrs d'eux, d'autre fois morfondus en acceptant la fatalité de relations qui les font souffrir, ou hargneux et voulant changer le monde sans bouger le petit doigt; ils sont les acolytes et confidents que l'on rêve d'avoir ! Liés par une complicité solide, ils nous donnent le sourire et forment, avec l'héroïne, une super équipe. Quant à sa famille... quels étonnants spécimens nous rencontrons: sortent du lot l'oncle pervers et la maman excessive. Cette dernière est géniale, mais je ne voudrais la même pour rien au monde !
 
Rien n'est jamais simple dans la vie et Helen Fielding nous présente avec une véracité étonnante ce que deviennent les générations actuelles: leurs modes de vie, leurs espérances... Sa plume est addictive, aux phrases parfois hachées (j'ai eu l'impression, par moments, de lire un télégramme, et j'ai bien aimé) et fait de son roman un véritable page-turner: il se lit très vite, le récit passe vraiment à toute vitesse et, une fois commencé, il est difficile de s'en arracher avant de l'avoir terminé. L'humour est l'ingrédient principal de cette histoire, j'ai rarement autant ri en lisant un roman. Déjà, l'adaptation cinématographique m'avait beaucoup plu, mais ce roman est une pépite !
 
Idéal pour passer un excellent moment de détente (en compagnie d'un Darcy, en plus - comment ne pas succomber ?), Le Journal de Bridget Jones présente une héroïne singulière et terriblement attachante !
 
 
 
Citations:
 
* Mark, le riche-divorcé-d'une-femme-cruelle - plutôt grand -, nous tournait le dos et examinait le contenu de la bibliothèque des Alconbury: en majorité des collections d'ouvrage reliés sur le Troisième Reich, que Geoffrey commande au Reader's Digest. Ridicule, non ? S'appeler Mr Darcy et se tenir à l'écart, l'air arrogant. Comme si on s'appelait Heathcliff et qu'on passait sa soirée entière dans le jardin, à crier "Cathy !" en se tapant la tête contre un arbre.
 
* Un ex ne devrait jamais, au grand jamais, sortir avec quelqu'un d'autre et encore moins se marier. Un ex se doit de rester célibataire à perpétuité, pour fournir éventuelle position de repli, au moins morale.
 
* Jude vient d'appeler. On a passé vingt minutes à se pâmer sur Darcy. J'adore sa façon de parler, comme s'il était suprêmement indifférent. Ensuite, nous avons longuement comparé les mérites de Mr. Darcy et de Mark Darcy. Nous sommes tombées d'accord: Mr. Darcy est plus séduisant parce qu'il est plus primitif. Mais il est imaginaire, et ça, c'est un inconvénient majeur.
 
 
 
Suzy Bess.
 

 


vendredi 29 juillet 2016

Paul et Virginie

 
Paul et Virginie
Auteur: Bernardin de Saint-Pierre
Editeur: Le Livre de Poche
Nombre de pages: 383
 
Résumé
 
Deux cabanes à flanc de montagne, non loin de la mer, sur le rivage de l'île de France: c'est là que Paul et Virginie sont élevés comme frère et sœur. Leurs mères, écartées de la société, ont trouvé refuge dans ce paradis. Depuis, ils vivent le plus simplement du monde, en harmonie avec la nature luxuriante. Mais l'horizon s'assombrit: alors que Virginie sent grandir son amour pour Paul, elle est contrainte de regagner la métropole.
 
Mon Avis
 
Avec philosophie, l'auteur partage avec nous cette romance dramatique qui n'a pas beaucoup à envier à Roméo et Juliette !
 
Paul et Virginie ont vécu tout leur vie ensemble sur l'île de France (aujourd'hui l'île Maurice). Leurs mères se sont rencontrées alors que Virginie était sur le point de naître et ne se sont plus jamais quittées. Leur amitié s'est poursuivie tandis que leurs enfants grandissaient côte à côte, éprouvant le même attachement. Mais au fil des années, Virginie se met à ressentir d'étranges sensations en compagnie de Paul. L'attirance effraie cette jeune fille vertueuse qui se renferme sur elle-même et se détache de son ami qui, lui, ne comprend pas ce revirement d'affection. Mais la terrible déchirure a lieu lorsque les deux familles apprennent que la riche tante de Virginie lui demande prestement de la rejoindre en France afin d'en faire son héritière.

 
Classique de la littérature française qui a connu un succès retentissant à travers l'Europe à sa sortie, Paul et Virginie est un conte émouvant, plein de bon sens, que j'ai aimé lire. Le récit est d'autant plus touchant qu'il s'inspire d'une histoire vraie.
Ce roman oublié (je n'en avais moi-même jamais entendu parler jusqu'à il y a quelques mois) mérite qu'on s'y intéresse; car malgré le fait qu'il soit alourdi par des pensées idéologiques qui traînent en longueur, j'ai tout de même apprécié cette philosophie que prône Bernardin de Saint-Pierre.
L'auteur nous décrit avec précision l'environnement qui entoure les protagonistes et nous en apprend énormément sur la flore de l'île Maurice. Les évènements sont rapportés avec une certaine tendresse, ce qui m'a permis de m'imprégner de l'ambiance.
L'édition de 1974 que j'ai découverte contient de jolies illustrations de P. Huet, Tony Johannot et Meissonier et est devancé d'un long préambule de l'auteur (il m'a été difficile d'aller jusqu'au bout), ainsi que d'une préface qui m'a agacée et que je vous conseille de découvrir après votre lecture de l'histoire.
 
Il est navrant que ce roman n'ait pas de plus grande portée à notre époque, son propos principal sur la valeur de l'argent et son besoin pour vivre est des plus intéressant !
Remettons-le au goût du jour, il le mérite.


 

 
Citations:
 
* Quelque plaisir que j'aie eu dans mes voyages à voir une statue ou un monument de l'Antiquité, j'en ai encore davantage à lire une inscription bien faite; il me semble alors qu'une voix humaine sorte de la pierre, se fasse entendre à travers les siècles, et s'adressant à l'homme au milieu des déserts, lui dise qu'il n'est pas seul, et que d'autres hommes dans ces même lieux ont senti, pensé, et souffert comme lui: que si cette inscription est de quelque action ancienne qui ne subsiste plus, elle étend notre âme dans les champs de l'infini, et lui donne le sentiment de son immortalité, en lui montrant qu'une pensée a survécu à la ruine même d'un empire.
 
* Elle pense à l'amitié de Paul, plus douce que les parfums, plus pure que l'eau des fontaines, plus forte que les palmiers unis; et elle soupire.
 
* "Tout périt sur la terre; il n'y a que le ciel qui ne change point."
 
* "Les images du bonheur nous plaisent, mais celles du malheur nous instruisent."
 
* Les objets que nous voyons habituellement ne nous font pas apercevoir de la rapidité de notre vie; ils vieillissent avec nous d'une vieillesse insensible: mais ce sont ceux que nous revoyons tout à coup après les avoir perdus quelques années de vue, qui nous avertissent de la vitesse avec laquelle s'écoule le fleuve de nos jours.
 
 
 
Suzy Bess.
 


mercredi 27 juillet 2016

La Jeune Fille à la Perle

 
La Jeune Fille à la Perle
Auteure: Tracy Chevalier
Editeur: Folio
Traduit de l'américain par: Marie-Odile Fortier-Masek
Nombre de pages: 317
 
Quatrième de Couverture
 
La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l'âge d'or de la peinture hollandaise. Griet s'occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s'efforçant d'amadouer l'épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.
Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l'introduit dans son univers. A mesure que s'affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville...
Un roman envoûtant sur la corruption de l'innocence, l'histoire d'un cœur simple sacrifié au bûcher du génie.
 
Mon Avis
 
Tracy Chevalier imagine avec passion une émouvante histoire autour du célèbre tableau de Johannes Vermeer, La Jeune Fille à la Perle. Et c'est une vraie réussite !
 
A la suite d'un accident qui a rendu son père aveugle, Griet doit subvenir aux besoins de sa famille. Engagée comme servante chez les Vermeer, elle apprend le métier aux côtés de Tanneke, femme revêche et fière à l'humeur changeante. Jour après jour, elle s'attèle aux courses - où elle se familiarise avec le fils du boucher -, au ménage, à la lessive et au repassage qui lui brûlent et lui crevassent les mains... un dur labeur pour une jeune fille de dix-sept ans auquel vient s'ajouter la charge des enfants du couple dont l'une, Cornelia, va immédiatement la prendre en aversion et lui jouer de mauvais tours. Catharina Vermeer et sa mère Maria Thins, déjà extrêmement méfiante à l'égard de la jeune servante, vont se mettre à la soupçonner en silence lorsque le chef de famille, qui jusque là était fort effacé, voire secret, va commencer à lui demander de menus services pour finir par lui confier des tâches plus complexes qu'il ne réservait à personne d'autre qu'à lui-même avant sa venue. De là, une complicité singulière va se former entre eux, à l'abri des regards, ce qui va alimenter une hostilité sourde au sein de leur entourage. Jusqu'à ce que les évènements les conduise à ce fameux portrait...
 
Depuis que je l'ai aperçue pour la première fois, il y a de cela de nombreuses années, j'ai toujours apprécié de contempler la peinture à l'origine de ce roman. La Jeune Fille à la Perle est un portrait magnifique qui m'apporte systématiquement tout un tas de sensations différentes. Mais je ne l'ai jamais autant admiré avec minutie qu'en lisant ce roman.
Je découvre la plume de Tracy Chevalier et suis agréablement étonnée par sa précision. Elle dépeint avec dextérité, par la voix de Griet et comme le ferait la jeune servante pour son père aveugle, une époque, un environnement, des classes sociales et des personnages, en n'épargnant aucun détail. C'est d'un réalisme impressionnant. C'est simple: l'auteure représente l'idée même que je me fais de la définition de l'art littéraire.
Griet est une jeune femme tout à fait touchante et très intrigante, elle ressent pour son maître une fascination étourdissante et affronte avec courage des situations compliquées à vivre: regards acerbes, remarques déplacées, attouchements, perfidie humaine... Sa beauté n'a d'équivalent que sa sagesse, et sa réaction face à l'injustice de sa situation fait réfléchir. C'est une héroïne que j'ai eu envie de plaindre et de soutenir, elle force le respect.
 
Tracy Chevalier construit une histoire pure et son apparence d'authenticité la rend crédible. Un très beau roman !
 
 
 
Citation:
 
* Je jetai un dernier coup d'œil au tableau, mais à force de l'étudier aussi intensément je sentis que quelque chose m'échappait. Cela revenait à regarder une étoile dans un ciel nocturne. Pour peu que je la fixe du regard, j'avais peine à la voir, mais sitôt que je la regardais du coin de l'œil, elle se mettait à briller de tous ses feux.
 
 
 
Suzy Bess.
 


dimanche 24 juillet 2016

Gardiens des Cités Perdues, Tome 3: Le Grand Brasier

 
Gardiens des Cités Perdues,
Tome 3: Le Grand Brasier
Auteure: Shannon Messenger
Editeur: Lumen
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Mathilde Bouhon
Nombre de pages: 605
 
Quatrième de Couverture
 
Vous rêvez de visiter l'Atlantide ou la mythique cité de Shangri-la ? Suivez le guide !
 
Voilà plusieurs semaines que Sophie Foster n'a plus aucune nouvelle du cygne Noir, l'organisation clandestine qui l'a créée. Si elle se sent abandonnée, la jeune Télépathe redoute surtout qu'un traître n'ait infiltré leurs rangs. Pourtant, elle a bien vite d'autres chats à fouetter: un mystérieux traqueur est découvert sur Silveny l'alicorne, Vertina, le miroir spectral de Jolie, refuse obstinément de révéler ce qu'elle sait, et le Conseil ordonne à Sophie de guérir Fintan, le Pyrokinésiste à l'esprit brisé, malgré l'immense menace qu'il représente...
 
Toujours accompagnée de Keefe, Dex, Fitz et Biana, la jeune fille est entraînée dans un tourbillon de révélations et de rebondissements... à tel point que, déterminée à démasquer les rebelles qui menacent les Cités perdues, elle va commettre un terrible faux pas, et conduire les elfes au bord de la guerre !
 
La fantaisie et l'inventivité de Shannon Messenger font de nouveau des étincelles ! Retrouvez Sophie dans le troisième tome de la série Gardiens des Cités Perdues, où le mystère s'épaissit autour de sa naissance et le monde magique des elfes se colore d'une teinte plus sombre...
 
Mon Avis
* Coup de Cœur *
 
C'est officiel: je suis totalement fan de cette saga !
 
Ce troisième tome est synonyme de doutes pour Sophie, qui va évoluer tout au long du récit d'une incertitude à l'autre.
Après l'aventure qu'ont connu la jeune fille et son ami Keefe dans le repaire du Cygne Noir, c'est au Sanctuaire que nous les retrouvons tous deux tandis qu'ils rendent visite à Silveny. L'étrange objet retrouvé sur l'alicorne plonge tout le monde dans la confusion, jusqu'à ce que Sophie apprenne horrifiée, grâce à Lady Cadence, sa Mentor de Linguistique, sa provenance: faites place aux ogres ! Ces êtres revêches se révèlent d'une intelligence incroyable ! Mais en plus de ses nombreux tracas, Sophie doit faire face à l'incompréhensible décision du Conseil, lui ordonnant de sortir Fintan de sa léthargie. Soutenue par Fitz au cours de cette éprouvante mission, le résultat va être désastreux et les conséquences vont submerger la Télépathe qui va devoir prendre, au final, une décision difficile.
 
C'est un joli coup de cœur que j'ai pour ce troisième opus !
On évolue de rebondissements en coups de théâtre, plus stressants les uns que les autres ! Le rythme s'intensifie, la tension est haletante et présente à chaque recoin: je me suis surprise à me méfier de tout et n'importe quel évènement. Notre héroïne se voit haïr et fustigée par la population qui prend peur; heureusement, elle est entourée de ses amis - même si une certaine distance s'établie avec une personne qui était proche d'elle. Le trio masculin Keefe, Dex et Fitz, gravite toujours autour de la demoiselle, se disputant presque ses faveurs, ce qui apporte par moments des situations embarrassantes et un ton léger bienvenu. Je ne suis pas mécontente du rôle qu'à Fitz dans ce roman (et sur cette magnifique couverture !) et de l'intimité qu'il partage avec Sophie, vu que mon cœur palpite dès que le jeune homme est présent !
Shannon Messenger nous fait enfin des révélations fracassantes, tout en gardant une belle part de mystères. J'ai été touchée par certains moments et ressenti une flopée de sentiments contradictoires...
 
J'aimerais pouvoir en dire davantage, mais la trame complexe m'en empêche et je ne souhaite, de toute manière, pas spoiler qui que ce soit. Alors je vous conseille vivement de vous jeter sur cette saga exceptionnelle, riche en évènements et qui, je l'espère, vous passionnera autant que moi !
 
 
 
 
Citations:
 
* - [...] Tu es sans doute la seule à comprendre combien notre monde est perturbé. Tous les autres, y compris mon père, préfèrent se convaincre que tout va s'arranger.
 
* - Il ne faut jamais sous-estimer la puissance du changement, aussi modeste soit-il.
 
* - Tu n'as pas saisi le principe de la somnalène. Elle nous rappelle à quel point nous sommes minuscules face au monde gigantesque qui nous entoure. Une personne seule ne peut être le source de quoi que ce soit - tout découle de l'emboîtement de million de pièces. La somnalène nous montre qu'il y a toujours de l'espoir, de la lumière. Peu importe la densité des ténèbres.
 
* Que le doute était un sentiment étrange ! A travers son prisme, la frontière entre ombre et lumière se brouillait pour céder la place à un gris boueux. Chaque élément pouvait avoir une signification... ou ne rien signifier du tout.
 
 
 
Suzy Bess.
 


PAL +1

 
Pile A Lire +1
 
 
Une nouveauté dans la bibliothèque à lire !
 
En me promenant nonchalamment au rayon livres d'occasion d'une grande surface hier, j'ai trouvé un roman que je souhaite lire depuis quelques années:
 
* Le Mec de la Tombe d'à côté, de Katarina Mazetti.
Résumé: Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que la tape-à-l'œil de la stèle qu'il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s'en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d'autodérision. Chaque fois qu'il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis... C'est le début d'une passion dévorante.
 
 
 
Suzy B.
 


vendredi 22 juillet 2016

Gardiens des Cités Perdues, Tome 2: Exil

 
Gardiens des Cités Perdues,
Tome 2: Exil
Auteure: Shannon Messenger
Editeur: Lumen
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Mathilde Bouhon
Nombre de pages: 572
 
Quatrième de Couverture

Vous rêvez de visiter l'Atlantide ou la mythique cité de Shangri-la ? Suivez le guide !

Depuis qu'elle a quitté sa famille humaine pour aller vivre parmi les elfes et étudier à l'académie de Foxfire, Sophie n'a pas manqué d'attirer tous les regards sur elle... et son enlèvement n'a rien arrangé ! Le monde elfique, pour qui le mot "crime" était jusque là quasi inconnu, est en émoi et la révolte gronde...
Pourtant, une découverte extraordinaire pourrait permettre de ramener le calme au sein des Cités Perdues. Sophie tombe en effet nez à nez avec une alicorne, une créature fabuleuse que les elfes croyaient disparue, symbole pour eux d'un nouvel espoir. Mais la jeune Télépathe, chargée de s'occuper de l'animal, va vite déchanter: déjà bien éprouvée par la reprise des cours imminente et les messages toujours plus énigmatiques du Cygne Noir, elle se retrouve en plus contrainte de prendre un risque immense pour protéger l'un de ses proches d'une mort certaine...

Deuxième tome de la série Gardiens des Cités Perdues, Exil pousse Sophie à explorer les recoins les plus sombres d'un univers baigné de magie et bourré de trouvailles rafraîchissantes. Retrouvez la plume vive et endiablée de Shannon Messenger, plus ensorcelante que jamais !
 
Mon Avis
 
Un second tome a l'intrigue haletante !
 
A la suite de son enlèvement, Sophie doit faire face au regard curieux des gens, à un garde du corps têtu, et a des problèmes de santé qu'elle tient à dissimuler à son entourage afin d'éviter leur inquiétude. Les bouleversements qu'a connu la jeune fille ont semé la méfiance parmi la population, d'autant plus que les malfaiteurs n'ont toujours pas été retrouvés. Mais le Conseiller Bronte a toujours de sérieuses réserves concernant Sophie et son lien mystérieux avec le Cygne Noir. Et les doutes de la Télépathe elle-même ne vont pas aller s'améliorant lorsque Alden, le père de Fitz, va la conduire à Exil pour une mission secrète qui risque de leur coûter la vie.
 
La suite des aventures de Sophie est tout aussi palpitante que dans le premier tome. Après l'émerveillement, nous rencontrons le côté sombre de l'univers de Gardiens des Cités Perdues. Le prologue m'a tout de suite plongée dans l'angoisse pour un personnage que je chéris et l'auteure fait durer le suspens. Les interrogations planant autour de l'héroïne sont omniprésentes et le manque de réponses, déroutant. On en apprend un peu plus sur elle sans avoir vraiment l'impression d'en connaître davantage, ça a un côté quelque peu frustrant. Et pourtant j'aime ce manque d'information, car je m'imagine tout un tas de choses... La tension est palpable, Sophie, qui est très attachée à la famille Vacker, va s'éloigner d'eux, surtout lorsque Fitz va lui tourner le dos en lui exposant sa colère. Heureusement, l'humour de Keefe, jeune homme toujours nonchalant et séduisant, vient alléger les épreuves qu'ils vont endurer. J'ai également apprécié la place que prend Sandor dans le récit - un gobelin que je trouve extrêmement sympathique -, je pensais qu'il serait un personnage de fond mais finalement sa complicité avec sa protégée lui acquiert une ampleur bénéfique, il apporte de la fraîcheur à ce roman.
 
Comme pour le premier opus, Shannon Messenger a su m'embarquer dans son histoire trépidante et j'ai eu du mal à reposer mon livre avant de l'avoir fini. Et la couverture est absolument divine !
 
Cette suite est réussie, l'aventure est toujours captivante !
 
 
 
 
Citations:
 
* - Tu es normale, Sophie. Ce qui ne veut pas dire que tu ne peux pas aussi être exceptionnelle.
- Vous vous rendez compte de la contradiction, quand même ?
- Tu comprendras un jour que si on cesse de faire rimer normalité avec acceptation, la contradiction s'estompe.
 
* - C'est le propre des rébellions: on ne peut y mettre fin tant qu'elles n'ont pas consumé tout ce qui les nourrit.
 
* Un auteur aura beau écrire, un éditeur publier et un libraire ou un bibliothécaire exposer un livre sur une étagère, tout ceci ne rimerait à rien si personne ne l'attrapait pour le lire. (Remerciements)
 
 
 
Suzy B.

dimanche 17 juillet 2016

Gardiens des Cités Perdues

 
Gardiens des Cités Perdues
Auteure: Shannon Messenger
Editeur: Lumen
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Mathilde Bouhon
Nombre de pages: 516
 
Quatrième de Couverture
 
Vous rêvez de visiter l'Atlantide ou la mythique cité de Shangri-la ? Suivez le guide !
 
Depuis des années, Sophie sait qu'elle n'est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l'école, où elle n'a pas besoin d'écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d'une mémoire photographique... Mais ce n'est pas tout: ce qu'elle n'a jamais révélé à personne, c'est qu'elle entend penser les autres comme s'ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d'Histoire naturelle quand un étrange garçon l'aborde.
 
Dès cet instant, la vie qu'elle connaissait est terminée: elle n'est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu'elle a quitté douze ans plus tôt. L'y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante: qui est-elle ? Pourquoi l'a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n'a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?
 
Un premier roman baigné de magie, dont la fantaisie et le sens du suspense font des miracles, et où éclate le talent indéniable de Shannon Messenger. Un nom à retenir !
 
Mon Avis
* Coup de Cœur *
 
Quelle merveilleuse aventure contient ce roman ! J'ai adoré !
 
Sophie est une jeune fille surdouée de douze ans, mal dans sa peau, et se trouve déjà en dernière année de lycée. Cela grâce à une mémoire photographique lui permettant de retenir tout ce qu'elle apprend, au grand désespoir de ses camarades de classe. Mais ce qui l'empêche encore plus de vivre comme tout le monde, c'est sa capacité à entendre les pensées des gens, des voix internes qui l'assaillent sans cesse. Enfin... c'est un problème jusqu'à ce que Fitz, un jeune homme qui l'aborde un jour, lui apprenne que cette particularité fait partie de sa nature puisqu'il lui avoue qu'elle est une elfe ! Les circonstances vont pousser Sophie à devoir renoncer à son existence humaine et à sa famille pour rejoindre Eternalia, où elle va intégrer l'école de Foxfire. Mais son sort est loin d'être scellé et, soutenue par ses nouveaux amis Dex, Marella, Keefe, et bien d'autres... elle va aller de mésaventures en découvertes étonnantes !
 
Ouvrez grand les yeux et laissez-vous mener par votre imagination, car ce roman vous plonge dans un univers fabuleux !
Nous sommes tout de suite prévenus: il nous faut oublier l'idée préconçue que l'on se fait des elfes (quel dommage, moi qui aime tant Legolas...) et d'autres créatures fantastiques comme les lutins ou les gobelins. Shannon Messenger redessine les codes de la fantasy en modifiant notre perception de ces êtres énigmatiques. Mais pas de panique pour ceux qui, comme moi, ont une grande admiration pour les elfes, les changements sont minimes et agréables. ;)
L'auteure nous présente un monde presque idyllique, s'apparentant à la cité de Shangri-la, décrite par l'auteur James Hilton dans son roman Lost Horizon (Les Horizons Perdus, en français). La paix semble régner, les infractions sont rareté... et Sophie vient tout bouleverser sans le vouloir !
 
Il m'est impossible de parler de ce roman sans évoquer Harry Potter, car j'ai éprouvé en le lisant la même expérience de lecture qu'avec la saga de J.K. Rowling, et ressenti les mêmes sensations d'émerveillement. Ce qui affirme donc que j'ai beaucoup aimé ! Et, en effet, il y a certaines similitudes entre ces histoires: un enfant qui ne sait rien de sa véritable nature, qui se retrouve sans parents, a le don pour s'attirer les ennuis, évolue au sein d'une école que je rêve d'intégrer à mon tour... Le ton et l'ambiance m'ont vraiment rappelé ma saga préférée. Mais ce qui est fondamental, c'est que malgré ces ressemblances, Gardiens des Cités Perdues possède une identité propre, et forte. Shannon Messenger a su m'embarquer dans son histoire qui s'est révélée intrigante, plaine de péripéties, et l'environnement atypique est plus que séduisant.
Alors certes, certains moments peuvent paraître longs, mais le fait est que ce premier tome est très complet - il nous offre à la fois la présentation des personnages, du nouveau monde et de ses créatures le peuplant et lois le dictant, mais également une aventure intense - et l'auteure a pris la décision d'aller au bout du dénouement plutôt que de le diviser, ce qui nous aurait laissé un goût d'inachevé.
Les protagonistes sont bien travaillés et j'avoue avoir déjà mes chouchous; le charisme des uns, le sarcasme des autres, la sagesse de certains ou l'énigme que représente plusieurs personnages... j'ai vraiment hâte de voir à tous leur évolution ! Et que dire de Sophie ? Elle est immédiatement attachante, on compatis à son malheur, à sa tristesse et à sa déroute lorsqu'elle comprend qu'après la modification complète de son existence elle doit encore lutter contre un ennemi dont elle ne sait rien: ni l'identité, ni les intentions, en demeurant toujours dans l'ignorance la plus totale !
 
Quant à l'écriture de Shannon Messenger, elle est rythmée, captivante et m'a fait ressentir des émotions fortes, je suis conquise !

N'hésitez pas, découvrez cette saga !


Mon avis sur le Tome 2: Exil
Mon avis sur le Tome 3: Le Grand Brasier
 
 
 
Citations:
 
* S'adapter. Comme si elle était un problème avec lequel il fallait apprendre à vivre.
 
* Chaque espèce existe pour une raison. Qu'on en laisse disparaître une seule, et c'est la planète qui se trouve privée de la beauté et des qualités uniques dont elle était porteuse.
 
* Des milliers d'années durant, les humains furent convaincus que le cygne noir était une impossibilité biologique. Alors, quand on en a découvert un, il est devenu le symbole de ce qui existe en dépit des règles. Dans notre monde, un petit groupe d'insurgés en a pris le nom. Une rébellion qui couvait, un cygne noir, dans une société où les troubles ne sont pas censés exister.
 
 
 
Suzy B.
 


mercredi 13 juillet 2016

Beignets de Tomates Vertes

 
Beignets de Tomates Vertes
Auteure: Fannie Flagg
Editeur: J'ai Lu
Traduit de l'américain par: Philippe Rouard
Nombre de pages: 480
 
Quatrième de Couverture
 
Au sud de l'Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d'une voie ferrée... Ninny, fringante octogénaire, se souvient et raconte à Evelyn, une femme au foyer à l'existence monotone, les incroyables histoires de la petite ville de Whistle Stop. Grâce à l'adorable vieille dame, Evelyn, qui vit très mal l'approche de la cinquantaine, va peu à peu s'affirmer et reprendre goût à la vie.
 
Une chronique nostalgique et tendre, généreuse et colorée, pleine de saveur et d'humour.
 
Mon Avis
 
Ce roman attachant et émouvant m'a beaucoup plu !
 
Evelyn Couch fait la rencontre de Ninny Threadgoode à la maison de retraite de Rose Terrace. Proche de la cinquantaine, cette femme dépressive au point de songer constamment à la mort va s'éveiller et se redécouvrir au contact de la vieille dame pleine d'allégresse qui va lui conter un récit passionnant. En alternance, nous découvrons la vie de la petite ville de Whistle Stop durant la Grande Dépression, et en particulier celles d'Idgie et de Ruth: deux femmes liées par une amitié-amour intense et magnifique à lire ! En ces temps où un tel rapprochement n'était pas accepté, nous suivons ce duo combattif et généreux, plein de bonté envers les gens qui l'entoure.
 
J'ai découvert il y a quelques jours l'adaptation cinématographique de ce livre et j'ai immédiatement été séduite ! Le roman est quelque peu différent du film, mais le scénario de fond reste le même.
Ce n'est pas seulement d'un petit nombre de personnages que nous faisons la connaissance, mais tout une communauté qui se dévoile à nous. Entre la grande famille Threadgoode, les Peavey (la famille de couleur qui les sert: Sipsey, Big George, Onzell et leurs enfants), leur shérif et ami Grady Kilgore, le Club des Cornichons et d'autres voisins et proches qui se retrouvent tous au Whistle Stop Café, nous constatons que ces habitants sont unis et solidaires. Et surtout respectueux !
Mémoires de l'Amérique profonde, c'est le récit d'une vie qui nous est conté. Et celui d'une romance atypique et bouleversante.
Au cours de nombreuses parties, nous voyageons au gré des années dans divers endroits des Etats-Unis en suivant tel ou autre personnage. Entre passé et présent (un présent se déroulant à la fin des années 80), nous pouvons comparer des époques, des croyances, des manières de vivre et de penser... C'est un roman complet, bien trop pour que je puisse en parler simplement, en résumer les évènements - et il y en a tellement.
La plume de Fannie Flagg est absolument délicieuse, entraînante, spontanée et réfléchie à la fois; ça a été un vrai bonheur de la lire, je ne me suis pas ennuyée une seconde !
 
Alors pourquoi n'est-ce pas un coup de cœur ? Eh bien, parce qu'il a été pour le film, que j'ai vraiment adoré.
 
Je vous recommande donc vivement de lire ce roman passionnant, marquant et addictif, et de voir son adaptation qui vaut largement le coup d'œil ! L'amour et l'amitié y sont sublimés par l'univers qui les entoure.
 
 
 
Citations:
 
* - Je suis trop jeune pour être vieille et trop vieille pour être jeune.
 
* Etrange comme les gens peuvent côtoyer quelqu'un et glisser peu à peu vers l'amour sans même savoir quand c'est arrivé.
 
* Se faire transporter à Whistle Stop par les récits de Mrs. Threadgoode lui était devenu à son insu une réalité plus forte que le quotidien partagé avec Ed à Birmingham.
 
 
 
Suzy B.
 


mardi 12 juillet 2016

Teach Me Love #2

 
Teach Me Love #2
Auteure, illustratrice: Ai Hibiki
Editeur: Soleil
Traduit par: Julie Gerriet
Nombre de pages: 192
 
Quatrième de Couverture
 
L'intello Rei et le garçon volage Mahiro commencent secrètement à sortir ensemble. Maintenant qu'ils sont sur la même longueur d'ondes, Rei laisse ses envies prendre le dessus ! Que va faire Mahiro, bien décidé à accepter son cœur et son corps...!? Nos deux amoureux ne font plus qu'un.
Voici le deuxième volume d'une romance érotique, qui passe encore la vitesse supérieure !
 
Mon Avis
 
J'avais été agréablement surprise par le premier tome de cette série, c'est donc avec plaisir que j'ai lu celui-ci.
 
En se cachant de leur entourage, Rei et Mahiro construisent leur histoire d'amour. Mais lorsque Aiba, une amie du jeune homme secrètement amoureuse de lui, les surprend tous les deux, la jalousie de Rei entre en scène. En effet, Aiba se montre étonnamment gentille avec les deux tourtereaux et très proche de son ami, sous le regard suspicieux de Rei. Cette dernière comprend alors qu'elle ne ressent pas qu'une attirance physique pour Mahiro mais de profonds sentiments. Dès lors, elle fait des efforts pour s'intégrer dans le groupe d'amis de son amoureux, mais ceux-ci ne l'apprécient pas...
 
J'ai beau savoir que cette romance adolescente est simple et assez superficielle, je ne peux m'empêcher de l'adorer ! Le ton, l'esprit, les dessins me plaisent. Les personnages sont toujours sympathiques et j'ai aimé que Aiba soit mise en avant. Tout comme pour le volume précédent, je regrette néanmoins l'absence d'un rôle plus important pour les parents du couple, que l'on n'aperçoit que peu. L'ajout d'une cause de jalousie apporte une tension agréable, quoique vite écartée.
 
Une romance érotique fraîche, légère, avec une héroïne toujours aussi fantasque et qui, décidément, me plaît bien !
 
 
 
Suzy B.
 


lundi 11 juillet 2016

Antoine et Cléopâtre

 
Antoine et Cléopâtre
Auteur: William Shakespeare
Editeur: Le Monde
Traduit par: François-Victor Hugo
Nombre de pages: 247
 
Résumé
 
Première des œuvres réunies par François-Victor Hugo sous la division thématique "Les Amants Tragiques", Antoine et Cléopâtre met en scène deux personnages exceptionnels qui, pris dans la quête éperdue d'un bonheur impossible, meurent de préférer l'amour au pouvoir. Epopée historique, il s'agit de l'avant-dernière tragédie écrite par Shakespeare. Riche en images et en allusions mythologiques, la poésie du texte, aussi savante qu'émouvante, y touche au sublime.
 
Mon Avis
 
Fresque passionnante, Antoine et Cléopâtre ne m'a pourtant pas autant plu que je ne le pensais.
 
Marc-Antoine est l'un des trois triumvirs de Rome; à ses côtés: Lépide et Octave César. Amouraché de Cléopâtre avec laquelle il entretient une liaison, il va, pour elle, engendrer maints conflits qui causeront leur perte.
 
Suivant de très près le récit de Plutarque, Shakespeare dépeint une Antiquité majestueuse faite de décors grandioses. Si l'environnement m'a éblouie, autant que les campagnes offensives des uns envers les autres, j'ai trouvé que les dialogues de la première moitié de la pièce traînaient un peu en longueurs quand la seconde moitié avait un rythme soutenu qui me plaisait beaucoup plus.
Le récit nous dévoile un triumvirat en conflit et, pendant que Lépide tente d'apaiser les tensions, Marc-Antoine et Octave César se détestent ouvertement. Si Antoine semble un pantin aux mains de la reine d'Egypte, voyageant sans arrêt mais revenant toujours vers son "serpent du Nil", comme il l'appelle, son amour pour Cléopâtre est profond et intense. Cette dernière est un personnage fabuleux: son tempérament peut être tant douceur que colère virulente, l'un succédant l'autre à quelques secondes près. Elle manipule docilement tout en étant très attachée aux personnes qui l'entourent. L'intelligence transpire de cette femme autant que l'amour qu'elle porte à son amant.
 
La liaison tumultueuse et passionnée qui conduit ces deux personnes à la malheureuse fin qui nous est contée est intéressante à découvrir, cependant je n'ai pas été totalement charmée.
 
 
 
Citation:
 
* Scarus - Nous avons perdu en baisers des royaumes et des provinces.
 
 
 
Suzy B.
 


dimanche 10 juillet 2016

PAL +1

 
Pile A Lire +1
 
 
Ce fut une agréable découverte faite le mois dernier: Teach Me Love, de Ai Hibiki.
Ce mois-ci sortait le deuxième volume de ce manga érotique qui m'a bien plu, alors je n'ai pas attendu et me le suis procuré.
Résumé: L'intello Rei et le garçon volage Mahiro commencent secrètement à sortir ensemble. Maintenant qu'ils sont sur la même longueur d'onde, Rei laisse ses envies prendre le dessus ! Que va faire Mahiro, bien décidé à conquérir son cœur et son corps... !?

***

Et je me suis acheté deux albums de Sia, artiste dont j'adore la voix. ;)
 
 
 
Suzy B.

vendredi 8 juillet 2016

Eruptions

 
Eruptions
Auteur: P.M. Lorenz
Editeur: Auto-édité
Nombre de pages: 236
 
Je remercie P.M. Lorenz pour cette lecture !
 
Résumé
 
Kathy est avocate. Une brillante avocate. Elle a tout. Ou presque. Il lui manque le principal. Le bonheur. Loran a connu le bonheur. Il l'a perdu. Il l'a laissé s'échapper. Thomas erre dans les couloirs. Il n'attend plus rien de la vie. Il n'attend que la délivrance. Loran envoie un message. Kathy le reçoit. Il n'était pas pour elle. Elle n'aurait jamais dû le recevoir. Elle y répond, par habitude. Leurs destins viennent de changer...
 
Mon Avis
 
J'ai beaucoup aimé cette histoire et sa construction.
 
Nous rencontrons Katherine, avocate d'origine américaine installée à La Réunion. Elle est reconnue dans son métier pour n'avoir jamais perdu une seule affaire. Mais sa richesse et son succès ne comblent pas sa solitude et, bien qu'elle soit entourée d'amies formidables, celles-ci ne font pas son bonheur. Alors lorsqu'elle reçoit un sms inattendu d'un numéro qu'elle ne connaît pas, elle se lance avec curiosité et une flamme d'espoir dans la conversation la plus étrange de sa vie. L'expéditeur de ce message, Loran, est un auteur à l'unique succès littéraire: roman qui a totalement bouleversé son existence. Il n'attendait aucune réponse à son message, mais lorsque Kathy le contacte à son tour, toute la tristesse qui habitait cet homme devenu fantôme laisse place à un autre sentiment. Détenu à la prison d'Eyroll, aux Etats-Unis, Thomas Tance est le troisième maillon d'une chaîne défiant la logique qui va réunir ces trois protagonistes. Emprisonné pour un crime horrible, il s'est résigné et attend placidement la libération que la mort qui lui est promise lui apportera. A l'origine de cette aventure et son élément central, bien qu'invisible: des éruptions solaires brouillant les communications, et en permettant d'autres...
 
L'auteur m'ayant confié qu'il préférait que ses lecteurs découvrent son roman à l'aveugle, choix que je comprend tout à fait, je n'en dirai pas plus ! Seulement que la physique quantique fait une brève apparition dans ce livre, ce qui contribue au fait que j'ai aimé le sujet.
 
Construit à la manière d'un polar et/ou d'un thriller psychologique, l'auteur se complaît à nous maintenir en haleine, nous révélant certains faits, en taisant d'autres, changeant parfois brusquement de propos pour nous frustrer comme il le faut, nous donnant envie de tourner les pages sans s'arrêter. Une construction que j'ai vraiment appréciée !
L'intrigue est intéressante, bien que je me sois posée de nombreuses questions en début de récit, ne sachant pas du tout vers quoi je me dirigeais. Le suspens est vraiment le point fort de ce roman. Mais les personnages sont également très intrigants, ils ne sont pas faciles à comprendre tout de suite à cause du mystère qui les entoure, mais je les ai trouvés sympathiques et agréables à suivre.
 
Un récit captivant dans lequel je me suis embarquée avec plaisir, le côté énigmatique qui environne toute cette aventure m'a plu !
 
 
 
Citations:
 
* Il n'y a aucune garantie à la confiance. Il faut croire, prendre une grande respiration et se jeter dans le vide.
 
* Ce qui est possible n'est pas obligé d'être.
 
* Il était difficile de cerner les gens. Leurs expressions faciales et corporelles étaient sans doute les pires des indices. Ces expressions n'étaient que l'aboutissement d'une succession d'évènements quotidiens mis bout à bout. Pour juger quelqu'un, il fallait le comprendre. Pour le comprendre, il fallait tout savoir de sa vie.
 
 
 
Suzy B.
 


jeudi 7 juillet 2016

Sous le Ciel à Paris

 
Sous le Ciel à Paris
Auteurs: Stéphanie Perreault, D. Simon
Editeurs: z4 Editions
Nombre de pages: 270
 
Je remercie Stéphanie Perreault pour cette lecture.
 
Quatrième de Couverture
 
Dans le quartier de Montmartre des années 80, Louis, un artiste, un provincial venu tenter sa chance à Paris, rencontre Jacqueline. Jacky... Coquelicot...
Jacky est une fille simple au grand cœur. Elle fait la rue, mais c'est l'idée de José. "Juste assez pour payer le loyer et tu arrêtes", qu'il lui avait dit, José... "C'est du fric facile, tu vas voir..."
Sous le Ciel à Paris, c'est l'amour, c'est l'amitié... La maladie, la mort... Les rires, les espoirs... Une histoire teintée de rouge.
Ainsi va la vie qui va...
 
Mon Avis
 
Mes yeux parcourent la dernière page et les larmes coulent. Je viens de découvrir une histoire magnifique, intense et émouvante.
 
Louis et Jacqueline se rencontrent au détour d'une ruelle de Montmartre; elle attend ses clients, dans le froid, et lui propose de monter avec elle, se réchauffer... Il décline l'invitation, cet auteur à la recherche d'inspiration pour le livre qu'il rêve d'écrire, celui pour lequel il a emménagé dans la capitale. Mais leurs chemins se croisent à nouveau et ils s'attachent vite l'un à l'autre. Grâce à leur rapprochement, nous découvrons leurs vies: celle de Jacky, surtout, qui vit une relation malsaine avec José, ce dernier profitant d'elle; puis celle de Louis, qui va s'inspirer de cette jeune femme lui faisant penser à un coquelicot pour créer un chef-d'œuvre. Deux âmes perdues qui, par leur complicité, vont se trouver et s'aimer.
 
Ce récit à la plume authentique, pure, sincère, m'a énormément plu. C'est avec franchise que les auteurs s'expriment; comme le dit si bien un personnage du roman au sujet de Louis - mais qui s'applique parfaitement à l'écriture de Sous le Ciel à Paris: "Tu vois, ce n'est pas son sujet qui est extraordinaire. Au contraire, c'est une histoire toute simple. Mais son style, lui, apporte quelque chose de nouveau. Il a inventé une nouvelle façon d'écrire. Il y avait l'impressionnisme en peinture, eh bien, le roman de Louis, c'est de l'impressionnisme littéraire..." Je l'ai ressenti comme tel: des sentiments qui vous assaillent en profusion, relatés de manière spontanée avec une simplicité touchante.
Les personnages sont attachants: Louis et sa réserve, sa discrétion, Jacqueline et son panache, sa fraîcheur, tout autant que son innocence, et leurs amis qui les accompagne avec sincérité.
 
En conclusion, j'ai vécu un moment émouvant.
 
 
 
Citations:
 
* Dans la vie, les histoires d'amour, ça ne finit presque jamais bien. D'ailleurs, une histoire d'amour qui finit, ça ne peut pas finir bien. L'amour, ça ne doit pas finir...
 
* "Tu sais quoi, Louis ? Depuis que je suis dans ton livre, j'ai l'impression d'être dans un roman d'amour...
- Mais attends ! Il n'est pas encore écrit mon livre !
- Ca ne fait rien, je le lis déjà !..."
 
* Vivre d'amour et d'eau fraîche, c'est juste une façon de parler. Même les amoureux mangent...
 
 
 
Suzy B.
 


mardi 5 juillet 2016

PAL +2

 
Pile A Lire +2
 
 
Deux nouveautés aujourd'hui !
 
Tout d'abord, un service-presse numérique: Eruptions, de P.M. Lorenz.
Résumé: Kathy est avocate. Une brillante avocate. Elle a tout. Ou presque. Il lui manque le principal. Le bonheur. Loran a connu le bonheur. Il l'a perdu. Il l'a laissé s'échapper. Thomas erre dans les couloirs. Il n'attend plus rien de la vie. Il n'attend que la délivrance. Loran envoie un message. Kathy le reçoit. Il n'était pas pour elle. Elle n'aurait jamais dû le recevoir. Elle y répond, par habitude. Leurs destins viennent de changer...
L'auteur m'a contacté en me proposant de lire son histoire. Les avis que j'ai survolé sont bons et le résumé m'intrigue énormément.
 
***
 
Et ensuite, un cadeau !
J'ai découvert jeudi dernier un film fantastique qui m'a émue à tel point qu'à la fin je n'avais qu'une envie: m'acheter le roman dont il a été adapté. Il s'agit de Beignets de Tomates Vertes, de Flannie Flagg.
Résumé: Evelyn Couch, une femme entre deux âges, dépressive, rend visite à une parente dans un hôpital. Là, elle fait la rencontre d'une charmante octogénaire, Ninny Threadgoode, qui lui raconte des histoires vécues soixante ans plus tôt. Cette rencontre va bouleverser sa vie.
Ca a donc été un vrai bonheur quand on me l'a offert hier !
 
Connaissez-vous ces romans ?
 
 
 
Suzy B.
 


dimanche 3 juillet 2016

Avec ou Sans Mr Darcy ?

 
Avec ou Sans Mr Darcy ?
Auteure: Abigail Reynolds
Editeur: J'ai Lu
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Marie Villani
Nombre de pages: 288
 
Quatrième de Couverture
 
Un nouveau scandale guette les Bennet: Lydia, la plus jeune sœur de la famille, s'est livrée à Mr Wickham et s'est enfuie à son côté ! Extrêmement troublée par cette terrible nouvelle, Elizabeth, dans sa hâte, se confie à Mr Darcy. Toutefois, elle refuse obstinément son aide et, plus encore, toute idée de mariage avec lui, malgré les allusions de ses proches. En effet, elle craint que l'affection que ce dernier lui témoigne de plus en plus ouvertement ne puisse résister à cet esclandre. Déterminée à mettre de côté ses sentiments pour Darcy plutôt que d'associer son nom à cette situation choquante, Elizabeth espère se débrouiller seule pour sauver l'honneur de sa famille. Mais y parviendra-t-elle sans lui... ?
 
Mon Avis
 
Je garde un souvenir mitigé de ma première lecture d'une œuvre d'Abigail Reynolds. En effet, La Conquête de Mr Darcy m'avait assez déçu et je redoutais donc de ressentir la même chose avec ce roman. Mais c'est soulagée que j'écris cet avis, car même si l'esprit de Jane Austen n'est pas totalement respecté, cette réécriture d'Orgueil et Préjugés est étonnamment agréable à lire.
 
Nous retrouvons Mr Darcy et Elizabeth à l'auberge de Lambton, où la jeune femme reçoit une missive alarmante de sa sœur Jane (cet instant correspondant au chapitre XI de la deuxième partie d'Orgueil et Préjugés). C'est ici que les variations par rapport à l'œuvre originale se présentent: devant rentrer au plus vite chez elle, à Longbourn, Elizabeth Bennet doit prendre congé de Darcy, chez qui elle devait se rendre pour honorer une invitation de Georgiana, la sœur de celui-ci. Mais dans la confusion et la tourmente du moment, les deux individus se rendent vite compte qu'une certaine tension règne. L'attirance qu'éprouvent l'un pour l'autre les jeunes gens les conduit bientôt à se comporter imprudemment, et c'est dans une situation compromettante - s'embrassant passionnément - que les découvrent les oncle et tante Gardiner de Lizzie. A la suite de cela, les évènements s'enchaînent, le mariage est souvent évoqué, les rencontres entre les protagonistes se succèdent tout autant que le nombre de baisers échangés (s'en devient même excessif et risible).
 
La fin de l'œuvre de Jane Austen, dont s'est inspirée Abigail Reynolds, s'estompe sensiblement au fur et à mesure des chapitres. Le tempérament des personnages est globalement conservé, les joutes verbales entre Lizzie et Darcy accentuées (entre de multiples embrassades passionnées, donc) et les paysages nous sont familiers. Si les doutes des héros ainsi que la tension charnelle qui les habite peuvent apporter quelques longueurs, l'humour présent fait du bien et le simple fait de retrouver ces personnages que je chéris tant m'a ravie, pour preuve j'ai eu le sourire aux lèvres pendant une bonne partie de ma lecture.
Il va de soi que je conseille aux lecteurs/lectrices de ce roman de connaître le roman de Jane Austen avant de découvrir celui-ci.
 
Même si l'amour réciproque du duo principal frôle la mièvrerie (et je suis gentille), le rendu est distrayant, savoureux et m'a réconciliée avec l'auteure.
 
 
(fan art trouvé sur le site Weheartit)
 
 
Citation:
 
* Jamais encore elle n'avait autant senti qu'elle eût pu l'aimer qu'en cet instant où l'aimer devenait désormais chose vaine.
 
 
 
Suzy B.