lundi 30 septembre 2019

"Darwin's Game, vol. 1", FLIPFLOP'S


Darwin's Game,
volume 1
Titre original: "Dainzugemu"
Mangakas: FLIPFLOP's (Scénario: Ginko; Dessin: Yuki Takata)
Éditeur: Ki-oon
Traduction de: David Le Quéré
Nombre de pages: 192

* Quatrième de Couverture *

"Le joueur Kyoda demande votre aide ! Rejoignez vous aussi le Darwin's Game et volez à son secours !"
La vie de Kaname Sudo bascule le jour où ces quelques mots a priori inoffensifs s'affichent sur son portable. Il a le malheur d'accepter l'invitation. Aussitôt mordu au cou par un serpent virtuel surgi de l'écran, il est désormais l'esclave d'un jeu impitoyable, le Darwin's Game, véritable arène urbaine dans laquelle des participants interconnectés via un réseau social s'affrontent dans des duels à mort. Très vite, le lycéen doit se rendre à l'évidence: même s'il essaie de se soustraire au jeu, ses adversaires, attirés par l'appât du gain et le frisson du combat, sont prêts à tout pour le retrouver...

Entre Gantz et Battle Royale, un jeu de mort implacable sur fond de bataille urbaine 2.0 !
  
* Mon Avis *

Cette histoire est inquiétante et captivante.

Kaname reçoit un message de son meilleur ami l'invitant à un nouveau jeu de combat virtuel nommé le Darwin's Game. Mais dès qu'il s'inscrit, un serpent sort de l'écran pour venir lui mordre le cou, lui laissant un mystérieux marquage. Avant qu'il n'ait pu comprendre les règles, Kaname accepte un défi provoqué par un autre joueur. Mais le voilà lancé dans un combat qui va dépasser les limites du virtuel... en effet, quelques secondes après le déclenchement du duel virtuel, son adversaire tente de le tuer... dans la réalité ! Une course poursuite effrénée s'engage alors.

A l'ère où les jeux virtuels se multiplient, le duo Flipflop's imagine une application mortelle qui implique ses joueurs au-delà de leur volonté; ce jeu que l'on découvre est glaçant. Qu'elle que soit la motivation des participants - l'argent, que l'on peut gagner en convertissant les points remportés lors de duels, l'excitation du danger, la volonté de tuer... - aucun n'échappe à cette règle: donner la mort ou être assassiné par son adversaire; et si, à la fin du temps imparti pour chaque combat, les deux joueurs sont toujours vivants, c'est le jeu qui choisit. Et le Darwin's Game ne laisse aucune autre trace que ces marques dans le sol: les silhouettes pixelisées creusées aux emplacements du corps des perdants mystérieusement disparus.
Si le récit fait froid dans le dos, il est aussi particulièrement intrigant, les informations distillées au compte-goutte donnent vraiment envie d'en savoir plus.

Ce premier tome reste cependant introductif, relatant une unique course-poursuite, et il faudra sans doute passer à la suite pour vraiment avoir quelque chose à se mettre sous la dent.
 
* Parlons Couverture *

Le héros de ce premier volume jouxte un crâne orné d'un mystérieux marquage, tissant un lien certain entre eux et le titre. La présence de ce crâne prend du sens au cours de la lecture de ce tome. Sombre et adaptée, une jolie couverture !


Suzy Bess.
  

dimanche 29 septembre 2019

PAL +7


... +7 !
De très jolies entrées dans la Pile À Lire cette semaine !

* SP/Masse Critique *
* L'Île aux Mille Sources, Sarah Lark.
Résumé: Londres, 1732. Nora, la fille d'un riche négociant, a perdu Simon, son premier amour, avec qui elle rêvait d'horizons lointains. Pour satisfaire ses envies d'exotisme, la jeune femme accepte d'épouser un veuf bien plus âgé qui possède une plantation en Jamaïque. Nora embarque alors pour les Caraïbes, à la découverte d'une île enchanteresse. Mais, bien vite, elle déchante: les conditions de vie des esclaves dans les champs de canne la révoltent. Décidée à faire évoluer les mentalités, Nora pourra compter sur le soutien de Douglas, le fils d'Elias. Mais la révolte gronde, qui pourrait bouleverser à jamais la vie de Nora.

J'ai souvent des partenariats avec cette maison d'édition, mais j'avais manqué celui pour ce roman. J'ai profité de sa présence à la dernière Masse Critique de Babelio pour le sélectionner. Je suis donc ravie de l'avoir reçu !

*

* Dans le Miroir de Valeria, Elisabeth Benavent.
Sortie le 16 Octobre
Résumé (attention: spoilers !): La suite trépidante des aventures de Valeria et de sa bande d'amies. Valeria, qui s'est séparée d'Adrian, est tombée dans les bras de Victor. Mais, après un début de relation enflammée, elle commence à s'interroger... A-t-elle fait le bon choix ? Heureusement, ses amies de toujours sont là, à qui elle peut se confier. Et réciproquement. Car Lola, elle aussi, se pose des questions. Est-elle encore amoureuse de Sergio, l'homme qui a plaqué sa fiancée pour elle, avant qu'elle le rejette ? Carmen, de son côté, semble heureuse d'avoir enfin franchi le pas avec Barto, même si elle pressent que la mère de ce dernier va se montrer envahissante... Seule Nerea semble garder le cap et la tête froide. Mais les apparences sont souvent trompeuses... Valeria a aussi une autre source d'inquiétude. Elle vient enfin de terminer son deuxième roman. Elle en est satisfaite et son éditeur est enthousiaste. Mais comment ses amies réagiront-elles quand elles découvriront leurs histoires de cœur et leurs ébats intimes étalés au grand jour ?

Il sort bientôt et j'avais apprécié ma lecture du premier tome, je vais retourner passer un moment avec les filles avec grand plaisir !

Merci aux éditions de l'Archipel pour ces envois !

* Prêts *

* Lolly Pop et le Festival des Sorciers, Geneviève Guilbaut.
Résumé: Incroyable ! Lolly est invitée au Festival magique de Terre-Géniale ! Elle pourra rencontrer des sorciers du monde entier et présenter ses talents. Un peu inquiète, elle part finalement à l'aventure. Mais tout ne se passera pas comme prévu... Deux créatures pour le moins capricieuses sèment la pagaille pendant son absence. Lolly reviendra-t-elle à temps pour sauver la confiserie de ses parents ?

J'avais lu les deux premiers, voici la suite. Ça parle sorciers, ça ne peut qu'être bien, non ?
*

La King's Box envoyée par Music is so Nice: deux livres et le DVD des Tommyknockers, ma lecture actuelle.
* Rage, Stephen King.
Résumé: Neuf heure cinq. L'écureuil cavale sur la pelouse. Dans la salle 16, Mme Underwood donne son cours d'algèbre... "Si l'on augmente le nombre de variables, les axiomes eux-mêmes restent valides..." L'interphone crache alors une giclée de mots-requins. Charles Decker est convoqué chez le directeur. Neuf heure vingt. Après un entretien destroy, Charly met le feu aux vestiaires. Dans les marais puants de son subconscient, son dinosaure personnel patauge avec rage. Charly ouvre la porte de sa classe, tire sur son prof, qui s'effondre. Exit. Tuée sur le coup. Charly se sent merveilleusement bien. Il est allé jusqu'au bout. Neuf heure cinquante. Océan de silence dans la classe prise en otage. Charly se prépare pour le sprint final. Psychodrame et lavage de cerveau. Tout le monde va passer à la moulinette...

On m'a prévenue: ce roman est rude ! J'ai peur, mais je le lirai tout de même avec curiosité.

*

* Marche ou Crève, Stephen King, toujours.
Résumé: Mieux que le marathon... la Longue Marche. Cent concurrents au départ, un seul à l'arrivée. Pour les autres, une balle dans la tête. Marche ou crève. Telle est la morale de cette compétition... sur laquelle une Amérique obscène et fière de ses combattants mise chaque année deux milliards de dollars. Sur al route, le pire, ce n'est pas la fatigue, la soif, ou même le bruit des half-tracks et l'aboiement des fusils. Le pire c'est cette créature sans tête, sans corps et sans esprit qu'il faut affronter: la foule, qui harangue les concurrents dans un délire paroxystique de plus en plus violent. L'aventure est formidablement inhumaine. Les participants continuent de courir en piétinant des corps morts, continuent de respirer malgré l'odeur des cadavres, continuent de vouloir gagner en dépit de tout. Mais pour quelle victoire ?

Celui-ci je souhaite le lire depuis un moment, j'ai hâte de découvrir cette histoire !

* Achats *

* Falalala, Emilie Chazerand.
Résumé: Chez les Tannenbaum, on est petit. Trois générations d'achondroplases, soit sept naines, gèrent ensemble Tannenland, le paradis réduit des animaux miniatures. Deuxième curiosité alsacienne après la cathédrale de Strasbourg, experte ès Bredele et productrice des meilleurs shows de Noël de la région, cette famille n'a rien d'ordinaire. Sauf peut-être Richard, 19 ans, le seul garçon de la tribu. Le seul grand, aussi. L'exception à la règle, la mouche dans le lait. Tout aurait pu néanmoins rester ainsi, si... Si le cœur de Lulu Tannenbaum, 16 ans, ne s'était pas déglingué. Si la Syrie n'était pas en guerre. Et si Hervé Vilard était juste un chanteur.

Reçu dans la box Mille et Un Livres, il me tarde de découvrir ce roman qui fleure bon la bonne humeur (et la gourmandise) !

*

* Orgueil et Préjugés, vol.1: Les Cinq Filles de Mrs. Bennet, Aurore.
Résumé: Tout Longbourn est en émoi depuis l'arrivée du fortuné Mr Bingley ! Menacée par un testament laissant toute la fortune de la famille à un lointain cousin, Mrs Bennet espère assurer son avenir en mariant l'une de ses cinq filles à ce riche héritier.

Depuis le temps que je suis l'élaboration de cette bande-dessinée, depuis le temps que je l'attendais, quel bonheur de l'avoir enfin entre les mains !
*
*
*
D'ailleurs, il se prépare peut-être une petite surprise prochainement...


Suzy Bess.

Unboxing


Box Mille et Un Livres
Septembre 2019: Pâtisserie et Chocolat

C'est avec délice que je vous parle aujourd'hui d'une box que je ne vous présente plus désormais: la Mille et Un Livres. Le thème de ce mois de Septembre était clairement fait pour moi... et nous promettait des goodies Charlie et la Chocolaterie, Heartless et Les Animaux Fantastiques. Voici donc ce qu'elle contient !

* Le Contenu *

- Le premier marque-page de la box concerne le livre de Roald Dahl: un recto/verso Charlie et la Chocolaterie créé par Crookedyew représentant le jeune Charlie tenant son ticket d'or à la main, et un Willy Wonka très distingué.
*
- Vient ensuite l'univers de J.K. Rowling avec un magnifique pin's émaillé de Giovana Gloia dédié à Jacob Kowalski, le si attachant boulanger des Animaux Fantastiques ! Il est énorme (deux attaches à l'arrière !) et de très bonne qualité.
*
- Des vermicelles en chocolat, c'est LA gourmandise de cette box. Je dois avouer que je n'aurais pas dit non à une tablette de chocolat, mais toute gourmandise se prend (la preuve: il n'en reste que la moitié) ! L'illustration exclusive représente Lady Catherine Pinkerton, de la saga Heartless de Marissa Meyer, un packaging signé Twinkle Canvas. À noter que les vermicelles remplissaient toute la bouteille, j'en avais donc déjà chapardé un peu avant de prendre la photo. ^^
*
- L'illustration "Autour de la table" d'OblivionsDream rassemble les trois univers présentés ci-dessus, avec l'inoubliable Augustus Gloop de Charlie et la Chocolaterie, Jacob des Animaux Fantastiques, Lady Pinkerton d'Heartless, avec en bonus Hansel et Gretel (il aurait été honteux de ne pas les mentionner ! ^^).
*
- Un objet dont je vais très certainement me servir dans les prochains mois: un chouette moule en silicone pour faire des gâteaux, des chocolats, des bonbons... Je vais m'amuser !
*
- Une jolie "serviette de cuisine" (chez moi, on appelle ça un torchon...) qui fait directement référence à la série des Filles au Chocolat de Cathy Cassidy. Un look sympa signé Blanca Design pour un linge qui va souvent me servir !
*
- Vous l'avez aperçu juste au-dessus, une bougie à l'orange épicée. Elle sent divinement bon !
*
- Le dernier des goodies de la box et le deuxième marque-page est dédié au livre qui va suivre: Falala !
*
- Le livre, donc: Falalala d'Emilie Chazerand, reçu en exclusivité puisqu'il ne sort en librairies que dans quelques jours. Une lecture que je vous présenterai dans le *PAL +...* et qui va certainement me plaire !

 ***

Je me répète mois après mois, mais je suis encore une fois enchantée par cette box !
Le thème du mois prochain:
Un thème qui aurait pu me plaire, mais je ne la prendrai pas cette fois, les univers mis en avant m'étant inconnus.


Suzy Bess.

"Coup de gigot, et autres histoires à faire peur", Roald Dahl


Coup de Gigot,
et Autres Histoires à Faire Peur
Titres originaux: "Lamb to the slaughter" ("Coup de Gigot")
"The way up to heaven" ("Tous les Chemins Mènent au Ciel")
"The landlady" ("La Logeuse")
"William and Mary" ("William et Mary")
Auteur: Roald Dahl
Éditeur: Folio Junior
Traduit de l'anglais par: Élisabeth Gaspar, Hilda Barberis
Nombre de pages: 126

* Quatrième de Couverture *

Qui pourrait croire que derrière cette paisible ménagère; si tendre et si attentionnée avec son mari, se cache une terrible meurtrière ? Et cette logeuse débordante d'amabilité et de gentillesse, comment ne pas lui faire confiance ? Mais attention ! Les apparences sont parfois trompeuses...
Voici quatre histoires à l'humour plutôt macabre dont la lecture vous fera frémir !
Rires et grincements de dents... Roald Dahl est un maître incontesté dans l'art du suspense et du frisson. Émotions assurées !
 
* Mon Avis *

Je l'avais découvert avec "Charlie et la Chocolaterie", ce recueil de nouvelles confirme mon adoration pour la plume de l'auteur !

Quatre nouvelles nous sont présentées au cours de ce petit ouvrage:
- Dans "Coup de Gigot", une femme enceinte attend le retour du travail de son mari policier. Mais lorsqu'il arrive, il adopte un comportement distant, jusqu'à lui faire l'annonce d'une décision que sa femme n'est pas du tout prête à accepter et qui va faire commettre à cette dernière l'irréparable.
- "Tous les Chemins Mènent au Ciel" nous présente ensuite un autre couple marié: les Foster. Mme Foster a la phobie d'arriver en retard où qu'elle se rende et, au fil des années, son mari en est arrivé à faire exprès de se préparer au dernier moment pour l'inquiéter davantage. Les enjeux du prochain départ sont cependant différents: Mme Foster doit prendre l'avion pour l'étranger afin de rejoindre sa fille qu'elle n'a pas vue depuis des années et rencontrer enfin ses petits-enfants, qu'elle n'a vu qu'en photo. Comme toujours, son mari tarde à la rejoindre et la met même en retard; s'il n'y avait eu ce brouillard empêchant le départ des avions, elle aurait raté le sien, mais son vol est reporté au lendemain. Au matin, M. Foster recommence sa comédie; alors, pour la première fois de sa vie, Mme Foster décide de planter son mari sur place et de partir seule, cela malgré l'étrange bruit qu'elle a entendu dans la maison.
- Curieuse rencontre que fait Billy Weaver dans "La Logeuse". Alors qu'il se rend à l'hôtel, il tombe sur la devanture d'une chambre d'hôte qui l'envoûte totalement, il est irrémédiablement attiré à l'intérieur. Bien qu'un peu étrange, la logeuse est d'une amabilité exquise... peut-être un peu trop. Au cours de la conversation, Billy découvre que la dame n'a accueilli que deux autres hommes auparavant, et leurs noms rappellent au jeune homme une singulière histoire.
- Enfin, "William et Mary" est le dernier couple avec lequel nous faisons connaissance, en un cas très particulier. William n'est plus et laisse une lettre post-mortem à sa femme pas franchement endeuillée. Il lui explique avoir pris la décision de participer, à sa mort, à une expérience scientifique inédite. Le résultat de cette expérience pourrait le faire revenir de l'au-delà.

Girl Power ! Ces histoires, qui mettent en avant des femmes d'aspect soumis et gentillet pouvant cacher fureur et rébellion, sont tellement bien pensées ! Bien que d'univers éloignés les uns des autres, ces récits ont un point commun: leurs duos. Qu'ils soient en conflit ou se rencontrent tout juste, le lien que partagent les personnages est un délice à lire. Surtout quand l'auteur tait volontairement certaines parties des intrigues, laissant le soin à la logique et à l'imagination du lecteur de compléter les histoires. J'ai adoré ça ! Ceci dit, je ne sais pas si la subtilité du procédé sera à la portée du jeune public visé habituellement pas Roald Dahl. D'ailleurs, si chacune de ces histoires - qui ne font pas vraiment peur mais dévoilent joliment la part sombre des humains - peuvent tout à fait être lues par un public d'enfants et d'adolescents, les adultes se feront également bien plaisir (peut-être même plus) avec cet ouvrage qui tient à démontrer à quel point l'on peut se fier aux apparences.

Il suffit de peu de mots au romancier pour nous emporter dans ses univers, et le format court de ces histoires un peu plus adultes ne frustre aucunement. N'hésitez pas à y jeter un oeil !
 
* Parlons Couverture *

Quentin Blake est l"un des illustrateurs britanniques les plus connus, et l'artiste attitré pour ce qui concerne les livres de Roald Dahl; son style est totalement adapté aux histoires comme au public visé par les ouvrages de l'auteur, ce n'est donc pas une surprise de le retrouver ici. Et bien que cette couverture ne soit pas effrayante (et le choix de couleur particulièrement horrible osé) cette composition a de l'humour.


Suzy Bess.
  

dimanche 15 septembre 2019

PAL +1




... +1 !

Cette semaine, j'ai reçu un ouvrage que j'attendais avec impatience !

* Jane Eyre, Charlotte Brontë, illustré par Nathalie Novi.
Résumé: Orpheline, Jane Eyre est recueillie à contrecœur par une tante qui la traite durement et dont les enfants rudoient leur cousine. Placée ensuite en pension, elle y reste jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Elle devient alors gouvernante pour le noble M. Rochester, dont elle tombe bientôt amoureuse, mais les obstacles seront nombreux.

Je commence à être une habituée des ouvrages de Tibert Éditions, et je suis totalement sous le charme de l’œuvre de l'illustratrice qui accompagne l'un des romans que j'aime le plus !

Le livre était accompagné de plusieurs goodies:
- Le petit mot de remerciements:
- Deux marque-pages:
- Un ex-libris "Croquis":
- Un ex-libris "Femme oiseau":
- Un dernier ex-libris "Jane Eyre" (on reconnaît la couverture du livre) et deux grandes illustrations recto-verso:


Suzy Bess. 

mardi 10 septembre 2019

"L'ombre de la menace"; Rachel Caine


L'Ombre de la Menace
Titre original: "Stillhouse Lake"
Auteure: Rachel Caine
Éditeur: Éditions de l'Archipel
Traduit de l'américain par: Sebastian Danchin
Nombre de pages: 332

Je remercie Mylène et les éditions de l'Archipel pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

FUIR NE SERT À RIEN...

La vie sans histoire de Gina vole en éclats lorsque la police découvre un corps sans vie pendu dans le garage familial.

Le mari de Gina est condamné à mort. Elle est acquittée. Mais l'opinion publique reste persuadée qu'elle était complice de son mari, du moins qu'elle couvrait sa folie meurtrière.

Victime de harcèlement, elle décide de fuir avec ses enfants. Mais, où qu'elle aille, quelqu'un dans l'ombre l'épie, l'obligeant sans cesse à changer d'identité et de vie.

Quatre ans ont passé. Gina vit à Stillhouse Lake, où elle commence enfin à baisser la garde. Jusqu'à ce qu'un cadavre de femme soit repêché du lac...

Traduit dans seize pays, n°1 sur la liste des meilleures ventes de USA Today, ce thriller a été finaliste du Goodreads Choice Award et de l'International Thriller Writers Award.
 
* Mon Avis *
! Coup de Cœur !

Haletant, "L'Ombre de la Menace" est l'un des meilleurs thrillers que j'ai lu ces des dernières années; c'est un coup de cœur !

Il aura suffi qu'une voiture s'encastre accidentellement dans le garage d'une maison pour que le monde découvre l'horreur: un corps pendu et dépecé, dernier de la longue liste de meurtres effroyables commis par Melvin Royal, mari et père de famille que tous croyaient jusque là respectable. Alors qu'il erre dans le couloir de la mort, sa sentence trainant à être exécutée, sa femme Gina est acquittée après un an d'emprisonnement. Malheureusement, personne ne croit en son innocence et elle doit fuir avec ses deux enfants pour échapper à des harceleurs aux propos virulents et inquiétants, des menaces de mort et de tortures abominables. Après de nombreux changements d'identités et déménagements successifs, Gina, devenue Gwen Proctor, et ses enfants s'installent à Stillhouse Lake, espérant pouvoir enfin se fixer quelques temps. Mais le pire arrive: le corps d'une jeune femme est retrouvé dans le lac faisant face à leur maison, puis un autre, et le mode opératoire est le même que celui de Melvin Royal... Alors l'horreur recommence pour la famille.

À couper le souffle - littéralement, il m'a fallu faire une pause à la fin de certains chapitres pour reprendre une respiration normale -, ce roman nous plonge dans l'angoisse dès son prologue ! Je découvre avec ce thriller la plume fascinante d'une auteure prolifique (la série des "Vampire City", c'est elle), et je suis totalement séduite: elle écrit avec intelligence sur un sujet que je vois rarement mis en avant: en effet, lors d'affaires criminelles, l'on pense systématiquement aux familles des victimes... mais nettement moins aux familles des coupables. Or, elles sont également victimes de ce qui arrive, la haine du public découle bien souvent sur elles. C'est ce qui se déroule ici. Notre héroïne et ses enfants n'ont aucun soutien, ni aucun suivi psychologique, reconnus implicitement coupables de ne pas avoir su, de ne pas avoir deviné l'horreur des évènements qui se déroulaient à quelques mètres d'eux; victimes de harcèlement, de menaces profondément choquantes, l'on ne peut que comprendre la paranoïa que développe Gina/Gwen ! Au fil des pages, chaque personnage devient donc un potentiel coupable, la paranoïa gagne le lecteur qui voit de possibles menaces absolument partout. La mère de famille est, de par les évènements, devenue extrêmement méfiante, effectuant des vérifications quotidiennes sur Internet, se confrontant aux trolls et à leurs menaces immondes... La suivre dans ce quotidien éprouvant est une immersion étouffante pour nous, mais on ne peut résister à l'attrait de vouloir continuer l'histoire, connaître son dénouement.
Le discours de l'auteure sur la matière de son roman est clairvoyant: le danger que représente le web est accentué, elle évoque également la difficulté de rester, à notre époque, une personne anonyme. Chaque risque est amplifié à cause de la situation particulière de la famille. Ce n'est pas une course-poursuite à proprement parler qui est relatée, non, les personnages fuient en réalité ce qui pourrait arriver. L'accent est donc également mis sur l'éventualité, et en quelques phrases, tout devient possible.

Ce roman est vraiment excellent, une plongée dans les ténèbres d'esprits psychopathes que l'on ne voit pas toujours, au côté d'une famille  qui tente de réchapper à ses démons intérieurs autant qu'aux menaces extérieures. À lire d'urgence !
 
* Parlons Couverture *

La couverture originale de ce roman est intéressante:
Ce canot sur un lac fait en effet directement référence à une partie du roman et à son titre VO. Mais je suis totalement sous le charme de la photographie d'Andrei Cosma qui sert de couverture à notre édition française. Les teintes automnales des bois embrumés, le sinistre ton sombre du plan d'eau, cette silhouette (et son effet miroir avec l'eau) intégrée entre deux lettres du nom de l'auteure et qui, bien que de dos, paraît menaçante... j'aime tout, c'est une excellente composition !


Citations:

* À une époque aussi obsédée par l'image, le plus dur est d'empêcher les gamins de publier leur photo sur Internet. On est épié en permanence par des gens dont l'attention ne se relâche jamais. Les yeux qui nous observent ne battent jamais des paupières.

* - Dans un monde idéal, votre fils n'aurait pas besoin de savoir se battre. Mais il n'y a que trois certitudes dans l'existence: on meurt un jour, on paye des impôts, et on trouve des caïds dans toutes les cours d'école.

* Pour la première fois, elle prend conscience qu'une arme à feu représente tout autant un danger qu'une protection. [...] Tous ceux qui pensent que les armes sont une solution oublient leur fonction première: tuer.


Suzy Bess.

dimanche 8 septembre 2019

"Dans les pas de Valeria, tome 1", Elísabet Benavent


Dans les Pas de Valeria,
tome 1
Titre original: "En los zapatos de Valeria"
Auteure: Elísabet Benavent
Éditeur: Éditions de l'Archipel
Traduit de l'espagnol par: Martine Desoille
Nombre de pages: 400

Merci à Mylène et aux éditions de l'Archipel pour cette lecture !

* Quatrième de Couverture *

Valeria aime les belles histoires d'amour.
 
Valeria est romancière.
 
Valeria a trois amies:
Lola, Carmen et Nerea.
 
Valeria et ses amies partagent tout.
 
Valeria est mariée à Adrian,
mais elle rencontre Victor...
 
Valeria aime la sincérité.
 
Valeria est unique.
Comme toi !
 
Complices et inséparables, Valeria et ses amies se racontent tout. Vraiment tout. Surtout leurs histoires de cœur...

Valeria commence à s'ennuyer dans les bras d'Adrian.
Lola s'éclate avec ses amants, qu'elle collectionne.
Carmen et son collègue de bureau se tournent autour.
Nerea, elle, vient enfin de rencontrer quelqu'un !

Valeria, c'est drôle, c'est vif. Ça pétille et ça passe aussi vite qu'une soirée entre filles.
 
* Mon Avis *

Après son succès à l'étranger et alors que l'adaptation de cette saga en série pour Netflix est annoncée pour 2020, "Valeria"est enfin traduite en français. Et autant dire que ça envoie !

Mariée depuis dix ans à Adrian, Valeria sent que leur union et leur amour s'effondrent. Accaparé par son métier de photographe, son époux ne lui accorde plus d'attention et la jeune femme qui n'a pas encore trente ans se rend compte qu'elle s'est totalement laissée aller depuis qu'elle a quitté son ancien job pour publier un bestseller. Sauf qu'elle a promis à son éditeur un second livre qu'elle ne parvient pas à écrire. Sa rencontre avec le désirable Victor, tombeur dans l'excellence, va bouleverser cette existence ternie depuis de nombreux mois. Alors que ses quatre meilleures amies n'ont de cesse de la mettre en garde, elles ne sont pourtant pas en reste: Lola, reine de l'indépendance sentimentale et accumulant les conquêtes de passage, prend peur en comprenant qu'elle s'est un peut trop attachée à Sergio, son amant du moment, déjà fiancé à une autre; Nerea, aux idées romantiques et cherchant la perle rare, vient de la trouver en la personne de Daniel, sans savoir qu'il n'est autre que le patron ignoble et irrespectueux de Carmen; non seulement cette dernière le hait passablement, mais elle traverse en plus une période de frustration qui la déprime: elle n'ose avouer ses sentiments à son collègue, Barto, de peur qu'il ne partage pas son inclination tandis qu'il semble seulement la considérer comme une bonne amie.

Le "Sex and the City" version pré-trentaine, c'est tout à fait ce que nous propose Elísabeth Benavent avec cette saga aux héroïnes franches et assumées. Ce roman promet un vrai bon moment à qui apprécie la chick-lit, des d'histoires d'amour compliquées ponctuées de commérages entre copines à profusion et d'érotisme.
Les caractères variés et explosifs de ces quatre amies qui s'entendent si bien nous permettent de nous attacher rapidement à elles: elles sont tout simplement sympas, on a juste envie d'aller faire la fête en leur compagnie (en buvant cependant nettement moins d'alcool - c'est dangereux pour la santé, à consommer avec modération ! C'était "l'instant conseil" de mon avis). L'auteure s'attarde sur la complexité de l'amour, les différentes attentes de ses héroïnes en la matière, et joue sur la frustration sexuelle de celles-ci.
Seule la narration m'a perturbée: Valeria raconte minutieusement cette histoire comme si elle vivait chaque scène de ce récit, même lorsque le passage concerne uniquement l'expérience d'une de ses amies. Alors, il y a une logique à tout ça, évidemment: l'auteure veut bien entendu mettre en avant que ce quatuor se raconte absolument tout et avec maints détails. Dans l'idée, on peut donc comprendre ce développement; dans les faits, le résultat est parfois très étrange, une impression de voyeurisme un peu perturbante m'a parfois assaillie tant l'intimité de ces jeunes femmes est exposée.

En définitive, il suffit de savourer, l'esprit léger. Le premier opus de cette saga ne révolutionne, certes, pas le genre, mais il atteint l'objectif fixé en partageant la bonne humeur d'un groupe de filles un peu déjantées et profondément authentiques qu'on a envie de suivre de près !
 
* Parlons Couverture *
 
Cette saga aurait-elle envie de remettre les collants à motifs au goût du jour ? C'est en tout cas ce que laissent penser les couvertures des quatre opus prévus pour le moment. Cette paire de jambes rayées détonne sur cette couverture épurée, et la police d'écriture est bien jolie. Une finition vernie pour les lettrages et la photographie ajoute une petite touche de glamour à cette composition.
Au final, une couverture un peu sage pour un roman qui l'est nettement moins, mais justement: le contraste est amusant !


Citations:

* Le flirt visuel est une chose étrange, mais confortable.

* - Le monde entier est une vallée de larmes.


Suzy Bess.