mercredi 6 juin 2018

Charlie


Charlie
Titre original: "Firestarter"
Auteur: Stephen King
Editeur: Le Livre de Poche
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: F.M. Lennox
Nombre de pages: 605

* Quatrième de Couverture *

Un homme et une femme font l'objet d'une expérience scientifique ultrasecrète du gouvernement américain sur les pouvoirs psychiques. Tout a été prévu, sauf que cet homme et cette femme auraient un an plus tard une fille: Charlie...
Elle a huit ans, elle peut anéantir le monde, il lui suffit de vouloir...

Un des personnages les plus envoûtants de Stephen King, le génie de l'épouvante.
 
* Mon Avis *

Touchant, ce roman assez rythmé m'a captivé.

Etudiants, Andy et Vicky font partie de la douzaine de cobayes sur qui va être testé un nouveau composé chimique, le Lot Six, décrit au départ comme un simple hallucinogène. Mais, rapidement, ils vont développer des capacités psychiques étonnantes: Vicky va être capable de déplacer des objets rien qu'en y pensant quand Andy va pouvoir contrôler les gens qui l'entourent avec ce qu'il appellera la poussée. Quelques années plus tard, les deux jeunes gens sont mariés et ont une fille, Charlie. Entre autres capacités mentales extraordinaires héritées de ses parents, la fillette possède le don de pyrokinésie - elle peut faire brûler tout ce qu'elle souhaite: elle-même, des objets, des gens... Mais ses parents ne sont pas les seuls à s'en rendre compte; la Boîte, organisation gouvernementale américaine veut à tout prix exploiter ce don. Après avoir tué Vicky, ils traquent désormais Andy et Charlie.

Tout à son univers fantastique, Stephen King, "le génie de l'épouvante" (dixit le résumé), peut aussi livrer des romans très tendres, comme l'est "Charlie".
Entre fuite désespérée et scènes d'action, l'écrivain met en avant le côté psychologique de son histoire, l'amour filial entre un père et sa fille, et la difficulté d'éduquer un enfant doté de capacités incroyables. Ca m'a vraiment passionné; la limite entre le bien et le mal est parfois si ténue qu'on ne peut qu'être admiratif face au comportement d'Andy et à la compréhension mature de Charlie. La fillette subit énormément sa vie; elle n'a pas choisi sa différence et fait preuve d'un courage remarquable; quels que soient les actes qu'elle commet, on lui trouve forcément une bonne excuse - on réagirait exactement comme elle, en vérité -, ce personnage fascine tout autant que celui de son père, dont les questionnements incessants sur le mieux à faire dans leur situation sont très intéressants.
Ce roman pourrait comporter deux grandes parties: la traque (ou la fuite, selon le point de vue) et l'enfermement. Ce second point prend une place considérable; bien que j'ai apprécié suivre son déroulement, j'aurai cependant bien aimé que la fuite soit plus étendue.
Il y a quelques longueurs, mais j'admire chez Stephen King qu'il étaye ses propos de bases scientifiques, cela apporte beaucoup de véracité à ses histoires et nous propose une autre manière de lire le fantastique: il y a celui que nous lisons en sachant que tout relève de l'imagination, et il y a celui qui nous laisse penser que ça pourrait arriver un jour !

Des personnages attachants, un rythme intéressant et une histoire passionnante: j'ai adoré !
 
* Parlons Couverture *

Si l'on omet le fait que la petite Charlie est très blonde aux yeux bleus, cette photo de couverture est superbe. J'aime autant les couleurs et ombrages que le côté à la fois enfantin et énigmatique, fidèlement retransmis.



Citations:

* - Il y a de bonnes mauvaises actions.

* C'est drôle, les clés; on peut deviner la vie des gens rien qu'en regardant celles qui s'amoncellent à leur porte-clés.



Suzy Bess.

  

2 commentaires:

  1. Content que le roman t'ait plu. Et en effet, ce n'est pas le plus effrayant^^. A savoir qu'il a été adapté au cinéma, où il a même des (mauvaises) suites.

    RépondreSupprimer