mercredi 31 janvier 2018

Un Traître dans ma Tête


Un Traître dans ma Tête,
ou les Errements d'un Psychanalyste
Auteure: Emma Raude
Editeur: Auto-éditée avec Iggybook
Nombre de pages: 173

Je remercie l'auteure pour l'envoi de son livre !

* Quatrième de Couverture *

Paméla, 17 ans, souffre de troubles psychologiques qui la mènent à l'hôpital dans le service du docteur Beaupré après qu'elle ait tenté de mettre fin à ses jours. Elle croit voir en lui son sauveur mais après deux ans d'analyse qui semblent sur le point d'aboutir à sa guérison, le docteur Beaupré devient jaloux, aigri, vindicatif et s'acharne à la détruire... Aurait-elle dû le payer avec des moitiés de billets de banque pour s'assurer de sa fiabilité ? Parviendra-t-elle à s'en sortir alors que celui qui devait être un miroir bienveillant pour elle se révèle être son pire ennemi ?
 
* Mon Avis *

Récit de la vie d'une femme tourmentée, ce roman ne m'a malheureusement pas vraiment captivé.

A 17 ans, Pamela tente de se suicider. Suite à cet évènement, elle va suivre une psychanalyse avec le docteur Beaupré durant laquelle elle va revenir sur les temps forts de sa vie en se remémorant des souvenirs d'enfance - au cours desquels elle était souvent persécutée par ses parents qui ne l'aimaient pas et le lui faisaient bien savoir et une soeur, jalouse, qui la côtoyait par intérêt. Mais le jour où Pamela se sent prête à arrêter sa thérapie, son médecin agit d'une curieuse façon: il lui laisse comprendre qu'il la déteste tout en la manipulant subtilement afin qu'elle continue ses séances. S'ensuivent des années de douleur pendants lesquelles Pamela va vivre sa vie tout en cherchant à se libérer de l'emprise du docteur Beaupré, de celle de ses parents, tout comme de ses propres démons.

Emma Raude possède une plume particulière; si j'ai apprécié l'histoire qui nous est contée, j'ai eu plus de mal avec la narration et le manque de construction du récit. En effet, je n'ai pas su déterminer qui me racontait cette histoire: tout laisserait à penser qu'il s'agit de l'héroïne - jusqu'au titre - s'il n'y avait pas ces quelques phrases où il semblerait que ce soit l'auteure qui s'adresse directement au lecteur/à la lectrice. Je trouve tout à fait pertinent que les faits soient racontés comme un flot de pensées, mais j'ai trouvé que cela donnait globalement un effet un peu brouillon: aucune transition n'est faite entre récit présent et souvenirs, et les dialogues s'entremêlent souvent à la narration - j'ai eu du mal de m'y retrouver.
Il m'a aussi parfois été compliqué de comprendre l'héroïne, elle interprète chaque geste, chaque parole prononcée par les gens qui l'entourent, et son histoire est une longue plainte -, mais le récit est justement intéressant pour cela: la souffrance de Pamela est bien retranscrite, je l'ai pleinement ressentie, tout cela fait très vrai; l'originalité de l'écriture d'Emma Raude permet que les émotions se transmettent.

Si je n'ai pas été tout à fait réceptive au style de l'auteure, "Un Traître dans ma Tête" reste une histoire intrigante.
 
* Parlons couverture *

Cette illustration est attirante pour les personnes qui, comme moi, aiment les romans historiques. Rien à voir avec le récit, qui se déroule à partir des années 70, mais j'aime l'originalité du choix et l'effet texturisé de la coiffure de cette jeune fille (ou cette poupée).



Suzy B.

   

2 commentaires:

  1. L'histoire m'intriguait mais ce que tu dis de la narration me rappelle un des rares romans de Stephen King que je n'ai pas aimé donc bon... Je vais passer mon chemin.

    RépondreSupprimer