vendredi 26 janvier 2018

Troylus et Cressida; Beaucoup de Bruit pour Rien


La Fameuse Histoire de Troylus et Cressida,
suivi de
Beaucoup de Bruit pour Rien
Titres originaux: "The Famous Historie of Troylus and Cresseid"; "Much Ado About Nothing"
Auteur: William Shakespeare
Editeur: RBA France
Traduction et introduction de: François-Victor Hugo
Préface de: Sophie Chiari
Nombre de pages: 343

* Résumé *

Ces deux oeuvres explorent; chacune à leur manière, les affres de la jalousie et les tréfonds de l'âme humaine. Et si "Troylus et Cressida" nous désespère de l'amour, "Beaucoup de Bruit pour Rien" est "une tragédie qui aboutit à un éclat de rire".
Outre l'introduction de François-Victor Hugo, vous trouverez dans ce douzième volume des oeuvres complètes de Shakespeare, une préface de Sophie Chiari, professeur de littérature anglaise à l'université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand.
 
* Mon Avis *

Réunies en un seul volume, "Troylus et Cressida" et "Beaucoup de Bruit pour Rien" ne se ressemblent pas, pourtant, elles traitent toutes deux de la jalousie et de la trahison en amour.

"Troylus et Cressida" nous plonge au coeur de la guerre de Troie; entre deux batailles opposant les troyens aux grecs, nous découvrons l'histoire d'amour que partagent Troylus - l'un des fils de Priam - et Cressida - dont le père à rejoint le camp grec - tous deux entremis par l'oncle de la demoiselle, Pandarus. Si Troylus se languit d'amour depuis un long moment, la jeune femme ne veut pas se laisser gagner facilement, prétextant le peu de fidélité des hommes. Lorsqu'ils se trouvent enfin réunis, Cressida est échangée aux grecs contre un otage de grande valeur, Anténor, chef troyen alors rendu à ses semblables. Dévasté et rongé par le doute et la jalousie de savoir son aimée si proche de lui et pourtant si loin, Troylus va trouver le moyen de se rendre dans le camp ennemi où il va découvrir la vraie valeur de Cressida, qui semble alors toute acquise aux grâces de Diomède.

J'ai adoré cette histoire pour sa situation historique, où nous retrouvons à volonté les illustres noms de Priam, Hector Pâris et son Hélène, Agamemnon, Ménélas, Ulysse, Patrocle, Achille, et j'en passe... Il faut dire que la romance entre Troylus et Cressida (la Briséïs de la mythologie), le sujet principal de cette pièce, m'a moins captivée que la guerre opposant grecs et troyens. Ceci dit, je me suis attachée aux personnages, jusqu'à être désolée de la tournure des évènements et de la trahison de certains protagonistes.

*****

"Beaucoup de Bruit pour Rien" est dans un style bien différent, se déroulant à Messine, en Sicile, environnée de seigneurs, gentilshommes, et de jeunes filles en fleurs. Don Pedro, prince d'Aragon, se rend chez Léonato, gouverneur de Messine, accompagné entres autres de son frère Don Juan et de ses deux favoris, Claudio et Benedict. Sur place, alors que Claudio, s'apprête à épouser Héro, la fille de Léonato, ils vont ensemble - et avec l'aide de Don Pedro - conspirer pour rapprocher Bénédict et Béatrice, la cousine d'Héro, qui se détestent, en les incitant par la ruse à s'aimer mutuellement. Mais Don Juan, excédé de cette abondance de bonheur et voulant nuire à son frère le prince qui fut l'entremetteur de la romance principale, va persuader Claudio que Héro n'est pas une jeune fille innocente et qu'elle est prête à le trahir pour un autre. Rongé par la jalousie, celui-ci va alors humilier sa promise en public et l'abandonner au pied de l'autel.

Excellente, cette tragi-comédie m'a vraiment enchantée. L'humour est présent quasiment tout du long et les personnages sont tout aussi attachants que dans la pièce précédente. J'ai été autant captivée par les histoires d'amours que par les retournements de situations. La sous-intrigue concernant Béatrice et Bénédict est un vrai délice à lire, mise en valeur par leurs échanges continuels de diatribes. La romance entre Claudio et Héro, tout comme la rancoeur du jeune homme, portent cette pièce ou les déconvenues et les séquences de bonheur s'alternent.

*****

Mettant en scène la jalousie et la trahison, ces deux pièces sont vraiment intéressantes. En annexe (dans le volume II de la thématique des "Jaloux" dont cet ouvrage est le premier opus) nous pouvons découvrir d'anciens récits ayant en grande partie inspiré William Shakespeare: "Le Roman de Troylus", de Boccace, et "La Cinquante-Sixième Histoire Tragique" de Bandello, mettant en scène Timbrée de Cardone et Fénicie de Lionati (pour Claudio et Héro).
Accompagné d'une superbe introduction du traducteur, cet ouvrage fait désormais partie de mes préférés du dramaturge.



Citations:

* Pandarus - Oui, c'est l'amour qui nous perdra.

* Troylus - La monstruosité en amour [...] c'est que la volonté est infinie, et l'exécution restreinte; c'est que le désir est sans borne, et que l'action est esclave de la limite !



Suzy B.

  

2 commentaires:

  1. Je voulais justement voir l'adaptation de "Beaucoup de bruit pour rien" par Joss Whedon à l'occasion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je ne connaissais pas cette adaptation/revisite moderne. J'ai celle de Kenneth Branagh en DVD (avec son excellent casting !), je la visionnerai d'ici peu.

      Supprimer