jeudi 31 août 2017

Peter Pan


Peter Pan
Titre original: "Peter Pan; or, the Boy Who Wouldn't Grow Up"
Auteur: James Matthew Barrie
Editeur: Le Livre de Poche Jeunesse
Traduit de l'anglais par: Michel Laporte
Nombre de pages: 251

* Quatrième de Couverture *

Wendy, John et Michael n'auraient jamais imaginé qu'ils pouvaient voler. Ni qu'ils s'en iraient au Pays Imaginaire affronter les Indiens et les Pirates du redoutable Capitaine Crochet. Seulement, un beau soir, Peter Pan a fait irruption dans leur vie tranquille. Et pour visiter le Pays Imaginaire, rien n'est plus simple: il suffit de bien connaître Peter Pan, et de posséder quelques grains de poussière de fées.
 
* Mon Avis *

Quelles aventures incroyables nous offre J.M. Barrie !

"Tous les enfants, excepté un, grandissent"; par cette phrase qui débute le récit, nous comprenons que nous allons faire la connaissance d'un petit garçon pas comme les autres: Peter Pan, voué à une enfance éternelle - car il refuse de grandir - avec ce qu'elle contient de joie, de naïveté, de jeux, mais aussi de déconvenues vite oubliées. C'est en entrant dans la chambre des enfants Darling que tout commence; en compagnie de Clochette, une fée impertinente, Peter recherche son ombre. Réveillant Wendy par inadvertance, il finit par l'emmener en compagnie de ses frères John et Michael au Pays Imaginaire, où il vont vivre aux côtés des Enfants Perdus des évènements stupéfiants à la découverte des farouches sirènes, des fiers Indiens et des sombres Pirates menés par James - Jas - Crochet, qui voue une haine inestimable à Peter et veut sa mort. Ce qui va les mener à des batailles effrayantes et sanglantes.

Il est des histoires faites pour durer un temps dans les esprits et terminer oubliées, et il y a celles vouées à devenir des légendes. "Peter Pan" est de cette seconde catégorie. Qui ne connaît pas l'histoire de ce petit garçon refusant de grandir ?!
Dès les premières lignes, l'on ressent toute la fantaisie que l'auteur apporte à ses mots. Avec humour et naïveté, il nous présente ce conte touchant qui met l'imagination à l'honneur. Peu importe notre âge, c'est la tendresse enfantine enfouie au fond de notre âme qui s'éveille en la présence de ce Peter Pan si charismatique. Petit garçon à la recherche d'une mère pour lui raconter des histoires, il émane de lui autant de courage, de bonheur, d'enchantement, d'euphorie même, que de nostalgie intense. Cette histoire est profonde, cet enfant est fantasque et se donne des airs, il oublie nombre de choses très vite, mais jamais, son besoin maternel - qu'il a transformé en dégoût pour ne pas en faire une faiblesse - ne le quitte, jamais il n'oublie qu'il s'est senti trahi par sa mère. Ce manque de confiance ressemblant à un sentiment d'insécurité l'isole des autres, on le sent seul même lorsqu'il est entouré.
 Cet enfant s'est forgé tout seul en compagnie de fées aux caractères plutôt instables, il a par conséquent beaucoup de défauts: il ne sait pas vraiment faire la différence entre le bien et le mal, prend forcément tout pour un jeu - on pourrait presque dire qu'il vit en faisant semblant de vivre -, ne ressent pas le danger et a tendance à être égocentrique (bon, d'accord, ce n'est pas seulement une tendance: il l'est en permanence): "Ce que je suis habile !", aime-t-il se vanter, même lorsque les prouesses et les idées ne viennent pas de lui. Mais malgré cela, il est impossible de ne pas l'aimer, impensable de ne pas lui pardonner chacun de ses travers, on est envoûté. Comment James Matthew Barrie a réussi à nous aimanter à un tel point à son héros ?, je ne le sais pas, mais il l'a fait, et habilement.

Depuis toujours cette histoire me plaît, j'ai vu beaucoup de ses adaptations et ai souvent été séduite; le roman, que je n'avais encore jamais lu (et je le regrette, j'aurai adoré connaître mon ressenti d'enfant afin de pouvoir le comparer à celui d'aujourd'hui), ne déroge pas à la règle: je suis enchantée de l'avoir enfin lu. Il nous fait percevoir tout un tas d'émotions, de manières aussi amoureuses, amicales, que maternelles, c'est un émerveillement.
 
* Parlons Couverture *

Cette illustration est l'oeuvre d'Olivier-Marc Nadel. Et elle est sublime ! Il a réussi à représenter cette innocence mêlée d'effronterie qui font Peter Pan. Le garçon est décrit par Barrie comme étant assez jeune pour avoir encore ses dents de lait, et on le croit aisément en contemplant cette couverture.



Citations:

* Les enfants vivent les aventures les plus étranges sans en être troublés.

* Les étoiles sont très jolies mais elles ne peuvent prendre part à aucune action; elles se contentent de regarder sans fin. C'est une punition qu'on leur a imposée pour quelque chose qu'elles ont fait il y a si longtemps qu'elles-mêmes ne se rappellent plus ce que c'était. Les plus âgées ont un regard qui a pâli et parlent rarement (le clignotement est le langage des étoiles) mais les plus petites sont encore capables de s'étonner.

* - Tu vois, Wendy, quand le premier bébé a ri pour la première fois, son rire s'est brisé en mille morceaux qui se sont tous mis à sauter de-ci de-là. Ce fut le début des fées.

* "La seconde à droite puis tout droit jusqu'au matin !"

* Clochette n'était pas totalement mauvaise ou, plutôt, elle était totalement mauvaise à ce moment-là tandis qu'à d'autres, elle était entièrement bonne. Les fées doivent être une chose ou l'autre: elles sont si petites qu'elles ne peuvent malheureusement héberger qu'un sentiment à la fois. Elles ont le droit de changer mais il faut que ce soit un changement complet.

* N'importe quel enfant réagit de la même façon la première fois qu'il est traité injustement. Quand il vient à vous plein de bons sentiments, tout ce qu'il pense c'est qu'il a droit à de l'équité. Une fois que vous aurez été injuste avec lui, il continuera de vous aimer mais ce sera plus jamais le même garçon.

* "Mourir sera une terriblement grande aventure."

* Sur le chemin de la vie, il nous arrive à tous des choses étranges auxquelles nous ne prêtons pas attention sur le moment.



Suzy B.

  

4 commentaires:

  1. Je ne l'ai jamais lu. Mais il faudrait que je le fasse un jour. Comme de nombreux contes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours intéressant de redécouvrir les contes ! :)

      Supprimer
  2. Je ne me souviens pas d'avoir lu Peter Pan. J'ai vu bon nombre d'adaptation et tu sais je n'ai même pas un exemplaire du conte alors que c'est mon 2ème préféré après Alice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, c'est souvent comme ça de toute manière ! N'hésite pas à le lire du coup, il est vraiment sympa. :)

      Supprimer