lundi 14 août 2017

L'été du cyclone


L'Eté du Cyclone
Titre original: "A Hundred Summers"
Auteure: Beatriz Williams
Editeur: Editions France Loisirs
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Julia Taylor
Nombre de pages: 477

* Quatrième de Couverture *

1938, côte Est américaine. Lily est confrontée à l'homme qui l'a trahie sept ans plus tôt. Secrets et blessures refont surface, tandis qu'un cyclone venu de l'océan se rapproche...

1931: Lily et Budgie, amies d'enfance, passent tous leurs étés dans la station balnéaire de Seaview, dans le Rhode Island. Budgie est aussi effrontée que Lily est discrète. Quand cette dernière rencontre Nick Greenwald, tous deux tombent follement amoureux. Nick ne supporte pas Budgie, et celle-ci méprise Nick car il est juif. Lily, elle, n'a que faire des préjugés de l'époque...
Eté 1938. Lily séjourne à Seaview avec sa mère et sa petite soeur. Quand elle apprend la venue de Budgie, la jeune femme s'effondre. Car Budgie ne vient pas seule: entre-temps, elle a épousé Nick...
  
* Mon Avis *

Beatriz Williams nous livre un très beau roman, fort de nombreux rebondissements.

En 1931, Budgie emmène sa meilleure amie Lily a un match de football américain afin de lui présenter son petit-ami Graham, joueur pour l'équipe de Dartmouth. Sur place, Lily tombe immédiatement amoureuse - et de manière réciproque - de Nick, le quarterback. Mais tandis que leur relation se forme, la jeune femme redoute que ses parents n'acceptent pas son prétendant à cause de son origine juive. Sept ans plus tard, en 1938, alors qu'elle passe ses vacances d'été à Seaview en compagnie de sa famille, Lily apprend que Budgie vient s'installer dans la station balnéaire avec son mari... qui n'est autre que Nick. Que s'est-il passé entre ces deux périodes ? Quels secrets entourent les personnages ? C'est ce qui nous est donné de découvrir.

L'auteure nous dévoile une romance passionnante nimbée de nombreux secrets qui nous sont révélés au compte-goutte. La construction du récit est intelligente: alternant les deux époques l'une après l'autre, Beatriz Williams nous dévoile à chaque chapitre juste ce qu'il faut d'informations pour que l'on s'attache à l'histoire, aux personnages, et que l'on soit contenté, mais pas assez pour que l'on comprenne totalement de quoi il retourne, maintenant le suspense jusqu'au bout et nous poussant à vouloir lire toujours plus.
Ce roman est le récit d'une belle histoire d'amour, perturbée par des mystères que les héros ne comprennent pas tout de suite, ainsi que celui d'une amitié étonnante entre ces deux femmes qui ressentent l'une pour l'autre admiration et jalousie.
Budgie Byrne est de ces personnes aimant à penser qu'elle sait tout de la vie, se comporte en conséquence d'un air supérieur et infantilise Lily. Cette dernière a donc un côté ingénu, à côté de sa culottée amie, elle est toujours trop gentille, parfois tout à fait naïve, mais c'est justement ce trait de caractère qui fait qu'on l'apprécie et qu'on s'attache à elle. Chaque protagoniste bénéficie d'une jolie description et je ne suis pas loin d'être tombée à mon tour sous le charme de Nick Greenwald: puissant, touchant et protecteur, il incarne parfaitement le petit-ami idéal.

L'ambiance des années 30 est entrainante, l'auteure nous offre une vision attirante de l'environnement de son récit, des paysages et des costumes. La psychologie des hommes et femmes de cette époque est aussi fidèlement retransmise, avec leurs règles de bonne conduite, l'antisémitisme, tandis que la prohibition vit ses dernières heures.

Je suis très contente de cette lecture rythmée, absolument captivante, qui m'a permis de découvrir une si belle romance.

* Parlons Couverture *

Le roman se déroule la moitié du temps en été... et ça se voit ! C'est un très joli choix de couverture qui nous dévoile tant l'environnement que le côté historique bien apparent avec le look so vintage ! de ces deux femmes (pouvant tout à fait incarner Lily et Budgie). J'adore la police utilisée pour le nom de l'auteure et le titre, tout comme la couleur de ce dernier. La photographie est une oeuvre retouchée de H. Armstrong Robert. Je mets ci-dessous l'original en noir et blanc ainsi que la couverture américaine.







Suzy B.

  

2 commentaires:

  1. J'avoue que l'histoire parait trés intéressante. je ne suis pas sur de le lire mais je pense que ça ne me déplairait pas.

    RépondreSupprimer