samedi 30 septembre 2017

Lovely Hair #1


Lovely Hair, volume 1
Titre original: "Kamikami Kaeshi, vol. 1"
Mangaka: Ema Toyama
Editeur: Pika Edition
Traduit du japonais par: Soizic Schoonbroodt
Nombre de pages: 160

* Quatrième de Couverture *

Quand les dieux s'en mêlent...

Dans la religion shintoïste, un rituel permet d'accueillir les dieux éreintés dans la chevelure de certains élus. C'est le rôle qu'assume la petite Mashiro, confinée dans une pièce par sa tante qui la déteste et surveillée de près par Hayate, un beau ténébreux. Mais un jour, un dieu s'échappe de ses cheveux tandis qu'elle se transforme en une ravissante jeune fille...
C'est le début d'une aventure peuplée de créatures divinement belles !
  
* Mon Avis *

Petit manga sympathique, ce "Lovely Hair" nous permet de découvrir de jolies légendes et/ou croyances qui font la culture japonaise.

Depuis treize ans, Mashiro vit enfermée dans une pièce minuscule avec pour seule vue sur le monde une petite ouverture dans un mur et son imagination. Ne pouvant se développer normalement, la jeune fille de seize ans ressemble alors à une enfant. L'explication d'un tel enfermement est dû à ses immenses cheveux; en effet, lorsqu'elle avait trois ans, un rituel à permis à des dieux épuisés de trouver pour quelques temps le repos dans sa chevelure, en conséquence de quoi il lui est impossible de les couper. Mais c'est une autre fillette qui était normalement destinée à accueillir les dieux... La tante de Mashiro, furieuse, la garde désormais prisonnière par pure vengeance. Jusqu'au jour où Hinokagu, dieu du feu, parvient à s'échapper et libérer par la même occasion la jeune fille. Accompagnés de Hayate, ami d'enfance de Mashiro et charger de veiller sur elle autant que d'empêcher les dieux de sortir des longs cheveux, ils vont tenter de trouver un abri.

Ce premier volume (sur les huit que compte la série) est agréable à lire, je ne connaissais pas cette histoire - des dieux se reposant dans des cheveux - de la mythologie japonaise, c'est original et poétique. 
Ema Toyama possède un joli trait, mais j'ai parfois dû m'y reprendre à plusieurs fois pour lire certaines scènes où les actions et/ou dialogues n'étaient pas clairement définis, cela peut apporter un côté un peu brouillon à la lecture.
Néanmoins, j'ai bien aimé découvrir la naïve Mashiro qui est vraiment mignonne comme tout. Il arrive au fil du récit qu'elle passe de l'état de petite fille à celui de jeune femme, son corps se transformant soudainement. Je n'ai pas vraiment adhéré à cette évolution instantanée mais j'imagine très bien que cela va pouvoir permettre des quiproquos intéressants dans la suite des aventures. D'ailleurs, les relations entre les personnages sont déjà pleines de sous-entendus plutôt polissons, cela m'a beaucoup fait rire; surtout que Hayate semble préférer Mashiro lorsqu'elle a l'apparence d'une petite fille, ce que le dieu Hinokagu (qui à libéré la demoiselle) ne manque pas de lui faire remarquer, en le traitant par exemple de "lolicon" (mot défini dans le manga comme la contraction de "Lolita" - du roman de Vladimir Nabokov, racontant l'histoire d'un homme mûr amoureux d'une fillette - et de "complex" qui, en anglais, désigne l'attirance sexuelle pour une petite fille). Il n'y a rien d'érotique dans ce manga, mais j'ai adoré cet humour un peu grivois sur les bords.

Je ne suis pas forcément curieuse de connaître l'évolution de l'intrigue - d'ailleurs on ne sait rien des motivations de Hinokagu, il n'y a pas vraiment de direction de prise - mais il y a tout de même une raison bien particulière au fait que je découvrirai le tome 2 avec plaisir: je suis tombée sous le charme d'un personnage très chevaleresque à la fin du manga, et je veux absolument savoir ce qu'il va devenir ! ^^ Ah... superficialité, quand tu nous tiens !
 
* Parlons Couverture *

Les couvertures de manga représentent quasiment toujours les héros de l'histoire, et c'est bien le cas ici. Nous voyons donc Mashiro (à l'état de jeune femme) et derrière elle Hinokagu. Les cheveux de notre héroïne sont blancs, le reflet rose ici doit donc être voulu...



Suzy B.

  

2 commentaires:

  1. Je ne connais pas non plus cette croyance. Et a premiére vue ce n'est pas le manga qui m'attire le plus. Puis j'ai déjà trois séries de mangas en cours^^

    RépondreSupprimer