vendredi 7 juillet 2017

Tristan et Iseult


Tristan et Iseult
Renouvelé en français moderne par: René Louis
D'après les textes des XII et XIIIe siècles
Editeur: Le Livre de Poche
Nombre de pages: 304

* Résumé *

Tristan conduit Iseult la Blonde vers son futur époux, le roi Marc. A bord du navire, avant que les côtes de Cornouailles ne soient en vu, ils boivent un philtre qui les unit l'un à l'autre, pour trois ans, d'un amour indissoluble. Mais les noces d'Iseult et du roi seront célébrées et de l'amour les amants ne connaitront que la souffrance.
Racontée mille et une fois, cette vieille légende celte s'était déformée. S'inspirant des manuscrits du XII et XIIIe siècle, René Louis a rendu à ce conte sauvage, bercé par la mer et le vent de la forêt, la force de ses origines.
 
* Mon Avis *

Depuis toujours j'entends le nom du couple mythique formé par Tristan et Iseult associé au romantisme. Pourtant, l'amour qui les lie ne m'a pas séduite. Ceci dit, j'ai beaucoup aimé les passages aventureux de ce roman.

Le vaillant Tristan, après de maintes occasions où il a prouvé sa force et sa fidélité à son oncle le roi Marc, est envoyé par ce dernier pour conquérir la belle Iseult, fille du roi d'Irlande. Mais en apprenant que Tristan ne l'a pas conquise pour lui-même, Iseult, vraisemblablement séduite par le charme du valeureux, se sent dédaignée. Sur le chemin du retour vers la Cornouailles, avec la complicité de sa servante Brangien, elle fait boire au jeune homme avant d'en ingurgiter à son tour un vin herbé, sorte de philtre d'amour préparé par sa mère, qui le destinait au roi Marc. Immédiatement, les jeunes gens tombent fous d'amour l'un pour l'autre et ne peuvent plus vivre séparés. A la cour du roi Marc, il va leur falloir ruser sans cesse afin que celui-ci ne se doute de rien, tandis que les félons ont tôt fait de prévenir le souverain.

René Louis s'inspire de tout ce qui a déjà été dit et écrit à propos de cette légende pour nous en livrer une version complète et logique. Avec une plume accessible, il nous relate donc une histoire d'amour qui, si elle est intense et puissante, ne m'a pourtant pas fait rêver. Et pour cause, si Iseult semble bien sous le charme de Tristan avant de boire le philtre d'amour, il n'en est pas si sûr pour lui et cette romance m'a, par conséquent, parue bien factice. Impossible dès lors de m'ôter cette idée de la tête: je n'ai pas goûté les rencontres amoureuses entre l'un et l'autre et je ne suis pas parvenue à les plaindre ni à détester les barons félons, soucieux de préserver leur roi, qui tentent par tous les moyens de faire éclater la vérité. Etant donné que cette histoire d'amour est l'élément central de cette légende, il est dommage que j'en fus déçue.
Mais il se trouve que je me suis consolée avec le reste: le style, l'époque et les aventures et exploits de Tristan qui nous sont narrés m'ont vraiment plu ! Ce personnage intrépide et héroïque possède un charme certain. On ne peut que le respecter. L'importance des traditions celtes est clairement ressentie dans tout le récit.

Le travail de recherche de René Louis est évidemment à saluer: il a certainement été très complexe de faire le point sur les différentes versions de "Tristan et Iseult", surtout lorsque l'on sait que cette légende a surtout été colportée et transmise, aux premiers temps, à l'oral, et donc facilement déformable. Dans ses "Notes et commentaires", en fin de volume, l'auteur s'explique clairement et avec détails sur tous ses choix, et ce partage même de son expérience d'écriture m'a passionnée.

A découvrir, donc, sans trop d'idées romantiques en tête, mais avec plaisir tout de même.
  
* Parlons Couverture *

Très jolie oeuvre médiévale d'Evrard d'Espinques, cette miniature sur vélin de 1480 illustre, à l'origine, le "Roman de Tristan", de Béroul, l'un des premiers auteurs a avoir posé la légende sur papier. Elle représente l'embarquement de Tristan et Iseult, quittant l'Irlande pour la Cornouailles.



Citations:

* L'amour est insatiable et nulle raison ne le gouverne. Un geste, un regard, un soupir suffisent à le révéler.

* L'homme de doit pas haïr ce qu'il a adoré, il peut seulement s'en détacher, s'en éloigner et s'en déprendre.



Suzy B.

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire