mercredi 26 juillet 2017

Salutem


Salutem
Auteur: Vincent Robert
Editeur: Auto-édité avec Librinova
Nombre de pages: 547

Je remercie Librinova pour cette lecture !

* Résumé *

Le germe de la réponse se niche toujours au coeur de la question.
Quel est donc cet ouvrage anonyme, bien réel et tant controversé ? Que peuvent bien contenir ses pages enluminées qui défraient la chronique depuis le XVème siècle ? En toute bonne foi, nul ne le sait ! Hormis l'encre et la salive qu'il fait couler, ce manuscrit écrit sur parchemin demeure une énigme, un mystère !
Pour dissiper les brumes ? Un seul recours !
Un jeune Curé atypique, expert en extrême-onction, véritable virtuose des derniers Sacrements, grand mécène pourvoyeur en âmes fraîches, docteur ès sciences en châtaignes variées et fin connaisseur en requiem pour les gisants, oeuvrant sous l'égide d'un Pape peu orthodoxe et d'un cardinal encore plus étrange. D'aucuns diraient... pas très Catholique...
Un faible lumignon fiché dans sa main d'ancien mercenaire ayant reçu l'illumination, le Prêtre se lance sur les traces d'une organisation séculaire dont les membres se sont jurés la perte du genre Humain. Le chef, le gourou de cette cohorte de démons n'est autre que le fils d'un célèbre alchimiste dont le nom à lui seul évoque encore le soufre et l'alambic. Au fil de son enquête mouvementée, le Père Jonas Gabriel pourra compter sur l'aide indéfectible de Soeur Angélina; religieuse au passé tumultueux nantie d'une rare beauté, ainsi que sur deux agents du Mossad venus leur prêter main forte pour démêler l'écheveau.
A croire qu'il existe des domaines, des circonstances, où l'ignorant est plus sage que l'érudit...
 
* Mon Avis *
*** Coup de Coeur ***

Franchement excellent, ce "Salutem" nous fait vivre une incroyable épopée.

Père Jonas Gabriel n'est pas un Prêtre comme les autres. Dévoué à l'Eglise, il officie moins dans les bâtiments religieux qu'en enquêtant à travers le monde sur de sombres conspirations. Et dans son viseur se profile une menace plus dangereuse que toute autre s'étant présentée au monde jusqu'à présent: les membres d'une organisation terroriste, sorte de secte démoniaque nommée Aube Noire aux volontés radicales, semblent bien décidés à répandre le mal sur Terre par tous les moyens possibles. Secondé par Soeur Angelina aux multiples talents, d'un duo venu du Mossad, et appuyé dans ses actions par un Cardinal passionné et le Saint-Père lui-même - le Pape Augustin Premier -, Jonas se lance à la poursuite d'un mystérieux N et va devoir décoder un ouvrage indéchiffrable...

Ce roman est sans conteste l'une de mes meilleures lectures de l'année et mon premier Coup de Coeur de 2017 ! Enchantée par le style de l'auteur, entraînant, drôle et détaillé, j'ai immédiatement été embarquée dans l'univers qui nous est proposé, réunissant de nombreux éléments me plaisant: de l'action et de l'humour à forte dose, mais aussi du mystère, une part de fantastique et des décors si bien décrits que l'on s'y croirait. Et quand j'ai compris que l'ouvrage anonyme évoqué dans le résumé n'était autre que le manuscrit de Voynich (qu'en grande curieuse des énigmes que je suis j'ai étudié il y a quelques années) et que Vincent Robert y associait un certain Nicolas Flamel, mon plaisir n'en a été que décuplé ! L'auteur avance une hypothèse qui a déjà été abordée par quelques personnes ayant tenté de percer le mystère du manuscrit, et il la développe habilement.
Nous plonger au coeur des services secrets du Vatican est étonnant et captivant à la fois, j'adhère totalement à l'idée de ces enquêteurs que l'on ne soupçonne pas; les personnages sont vraiment atypiques et l'humour mordant emplissant chaque parcelle de ce récit atteint son paroxysme en présence de certaines hautes figures - notamment provenant de l'armée américaine -, des caricatures qui m'ont bien fait rire.
Le seul petit reproche que je peux avoir à faire concerne l'absence de traduction de quelques phrases au début du roman; j'ai compris celles en italien mais ce ne sera pas le cas de chaque lecteur et lectrice, et je ne parle pas encore l'ukrainien (à moins que ce n'ait été de l'allemand...).

Ce roman a tout pour plaire: des personnages aux caractères affirmés (autant masculins que féminins), un chien qui a une place (presque) royale, une ambiance débridée, une absence de chapitrage qui n'est absolument pas gênante (moi qui aime tant les chapitres, pourtant, d'habitude), et beaucoup de matière mais tellement addictive que ça passe trop vite.

Bravo à l'auteur pour son travail de recherches variées et ses descriptions, et merci pour ce délice de lecture !
 
* Parlons Couverture *

La couleur ne m'attire pas forcément, mais j'aime beaucoup les silhouettes de dos que l'on aperçoit et que l'on s'imagine aisément être les héros du roman (et n'oublions pas: l'habit ne fait pas le moine...). Nous pouvons aussi voir les lieux emblématiques du roman (Venise et le Vatican), un avion qui nous laisse présager les voyages que vont faire les personnages et, bien entendu, un certain alphabet inconnu qui n'est autre que celui que l'on retrouve dans le manuscrit de Voynich. Une couverture avec beaucoup d'informations, donc, mais logique.



Citations:

* Le regard ! Une véritable science. Une forme de maîtrise absolue qui confinait à l'invisibilité. Faire en sorte que vos yeux n'attirent pas l'attention d'autrui. Devenir une toile cirée sur laquelle tout glisse demandait beaucoup de travail, de pratique, et un peu de talent. Trop de stress, de tension, faisait de votre regard un véritable hameçon, un aimant qui verrouillait sur vous, ce que vous cherchiez à éviter.

* Il savait par expérience que, coïncidence plus coïncidence égalait à une certitude.

* Le mal, quand il est absolu, se prive volontiers de motivations.



Suzy B.

   

2 commentaires:

  1. Je suis pas super fan de la couverture mais tu me donnes trés envie de le lire !Et puis ça me fait un peu pensé au "nom de la rose"^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que je le lise un jour, celui-là. En tout cas tu peux tenter "Salutem" sans douter !

      Supprimer