jeudi 20 avril 2017

En Roue Libre


En Roue Libre
Titre original: Not Working
Auteure: Lisa Owens
Editeur: Belfond
Traduit de l'anglais par: Guillaume-Jean Milan
Nombre de pages: 277

Je remercie Babelio et les éditions Belfond pour cette Masse Critique Privilégiée.

Quatrième de Couverture

A mi-chemin entre Bridget Jones et Pénélope Bagieu, un roman drôle et tendre pour décrire le chemin de croix d'une Londonienne quasi trentenaire bien décidée à "trouver sa voie". Une réjouissante bouffée d'air frais.

A presque trente ans, Claire a décidé de donner enfin du sens à sa vie. Etape 1: démissionner de son poste dans la "communication créative". Etape 2: mettre ce temps libre à profit pour se sculpter un corps de déesse, courir les expos, raviver la flamme avec Luke, son amoureux de longue date. Etape 3: PRO-FI-TER.

Six mois plus tard, le bilan est cata: Claire erre chez elle en pyjama, se vautre dans l'autodépréciation et l'alcool, fouille les réseaux sociaux à la recherche d'indices sur l'infidélité supposée de Luke, commet une gaffe irréparable avec sa mère. Même ses amis les plus solidaires commencent à laisser filtrer un début de ras-le-bol devant son comportement d'ado paresseuse. Claire le sent: la situation lui échappe.

Freud le disait: "L'amour et le travail... Le travail et l'amour, c'est tout ce qui existe." Mais quand les deux se font la malle, que faire pour reprendre pied ? A quel saint se vouer pour trouver le secret d'une vie réussie ?
 
Mon Avis

"En Roue Libre" est un roman plutôt sympathique sur la recherche d'identité au travers de ses ambitions.

Claire a quitté son travail de manière assez subite: elle s'est rendue compte un jour qu'elle aspirait à autre chose, et que si elle ne prenait pas cette décision cruciale sur le moment, elle ne partirait jamais. S'accordant donc du temps libre pour profiter de sa vie et se reprendre en main, elle va, entre deux séances de gym, se concentrer sur la recherche du métier de ses rêves. Oui, mais voilà, la jeune femme n'a aucune idée de ce qu'elle a vraiment envie de faire ! Claire va se retrouver à surfer des heures sur l'ordinateur en faisant des recherches loin d'être déterminantes et des tests de personnalité, commencer à prendre du poids, se mettre à boire un peu plus que de raison, s'acharner à chercher querelle pour des broutilles à Luke, son très conciliant petit-ami, et se sentir rapidement délaissée par amis et famille - encore plus par ces derniers lorsque, lors des obsèques de son grand-père, elle fait une révélation, prise par tous comme une blague de très mauvais goûts, qui aura pour conséquence que sa mère refusera obstinément de lui adresser la parole.

Ce roman fait partie de ceux pour lesquels je suis contente de ne jamais abandonner ma lecture. Et autant dire que le début fut difficile: j'ai mis un certain temps à m'imprégner de l'ambiance, eu beaucoup de mal à comprendre l'héroïne, et même à apprécier la plume de l'auteure. Ceci dit, la faute m'en revient, car j'ai débuté ce roman en le prenant très au sérieux, alors qu'il s'agit plus là d'une comédie psychologique (oui, j'invente un nouveau genre). Du coup, il est évident que je n'ai pas compris tout d'abord où Lisa Owens voulait m'emmener avec son histoire - c'est ce que l'on appelle un faux-départ... - et j'ai froncé les sourcils assez souvent en m'ennuyant un peu.
 Puis la révélation est apparue en milieu de récit et je me suis dit "Mais qu'est-ce que je fais ? C'est censé être drôle, sois plus légère avec cette lecture !". Mon incompréhension a donc fini par évoluer et j'ai enfin saisi la référence de la quatrième de couverture à notre chère Bridget Jones ! Claire a un peu de cette héroïne, c'est vrai. Mais elle est avant-tout elle-même et il est intéressant de la découvrir. J'avoue qu'elle m'a globalement plutôt fait de la peine qu'autre chose, son désarroi la pousse à être acerbe avec Luke et à adopter un comportement puérile. Et elle s'en veut d'être comme ça. On pourrait donc ne pas l'apprécier (j'ai même failli en arriver là... je l'avoue), mais il faut assimiler qu'il n'est pas facile pour tout le monde de savoir ce que l'on veut faire dans sa vie, de quoi nous sommes capables, quel métier peut nous apporter le bonheur de se lever le matin et de se dire, comme Confucius l'a si bien fait entendre: "Choisis un travail que tu aimes et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie". Et quand on stagne dans ce genre de flou alors que la vie continue sa route autour de nous, on adopte parfois un comportement répréhensible, mais logique. J'ai compris le raisonnement de Claire, qui ne veut pas se prendre un emploi alimentaire en attendant de trouver mieux, par peur de manquer de temps pour ses recherches et de s'engluer dans un univers qui ne lui plaira pas vraiment. Et finalement, il apparait que ce que cette jeune femme recherche, c'est son âme soeur version job ! J'ai trouvé une réflexion du roman très pertinente: trouver la personne de ses rêves parmi 7 milliards d'êtres humains est déjà exceptionnelle, alors pourquoi serait-ce si différent pour un travail ? Il y a tellement de possibilités.
S'attacher à cette héroïne n'est pas toujours facile, mais, je le rappelle, c'est là mon ressenti parce que je me suis d'abord trompée et ensuite pas beaucoup laissée aller. Car je me dois de préciser qu'elle a un certain humour qui est agréable, des pensées parfois saugrenues qui font sourire et un caractère affirmé qui l'a rendent plaisante à suivre. Il y a aussi le papa attendrissant de Claire, qui m'a beaucoup fait penser à celui de Bridget Jones, pour le coup, et, évidemment, Luke, qui apparaît plutôt parfait, même si son amour pour la jeune femme se voit surtout dans le fait qu'il reste a ses côtés quoi qu'il advienne plutôt que dans ses paroles ou ses actes à proprement parler. Par contre, et cet avis n'est pas une cause de mon faux-départ dans cette lecture, j'ai trouvé incompréhensible la réaction de la maman qui est vraiment disproportionnée et, finalement, pas du tout adaptée ! Il faut lire les faits pour comprendre (une histoire avec le grand-père, que je ne révèlerai pas afin d'éviter tout spoiler pour les futurs lecteurs), mais si j'étais à sa place, je me serai plutôt inquiétée pour ma fille que faire une croix sur elle...

La construction est particulière au premier abord: ce sont de petits paragraphes titrés (qui font tout au plus deux pages pour les plus grands) où nous suivons Claire dans des situations diverses, parfois chez elle, avec ses amis, dans le métro, au restaurant... Ce style permet une lecture rapide et détendue.

Ce qui ressort de cette lecture, c'est l'évolution du personnage principal. Et même si je n'ai pas toujours accroché, le sujet de fond est très intéressant et j'ai fini par me familiariser avec tout ce petit monde. Il advient que j'ai passé un bon moment et que je ne serai pas contre une suite ! Comme quoi, une expérience menée avec réticence n'est pas toujours mauvaise.



Citation:

* Si j'étais célibataire, les choses seraient bien plus simples: je n'aurais que moi à décevoir.



Suzy B.

    

2 commentaires:

  1. J'avoue que ce type d'histoire peut être assez tentante à lire. Le sujet est trés actuel en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le sujet est dans l'air du temps et intéressant ! :)

      Supprimer