mardi 25 octobre 2016

Le Rempart des Béguines - La Chambre Rouge


Le Rempart des Béguines
-
La Chambre Rouge
Auteure: Françoise Mallet-Joris
Editeur: Cal
Nombre de pages: 479

Résumé

Quel miracle arrachera Hélène à cette solitude qui l'étouffe dans la grande demeure de pierre où elle vit en compagnie de son père veuf ? Pris entre ses affaires et sa maîtresse, René Norris n'a guère de temps à lui consacrer. La ville jase de sa liaison avec Tamara Soulerr, mais les 15 ans d'Hélène ne s'en choquent pas. Au contraire, ce nom de Tamara l'intrigue, l'attire, lui donne à rêver.
 
Mon Avis

Roman mélancolique sur la sortie de l'adolescence, les amours contrariées, la dépendance à une sensation, à une personne, cette histoire m'a malheureusement assez ennuyée.

Hélène Norris se languie. Sa vie insipide ne lui plaît guère, entourée d'un père trop occupé, du fantôme de sa mère, de domestiques et d'amis qui perdent de plus en plus d'intérêt pour la jeune fille. Son existence va prendre un tournant inattendu et brusque lorsqu'elle va rendre visite à la maîtresse de son père, Tamara. Captivée par cette femme qui revendique clairement son indépendance et sa part de masculinité, Hélène va en tomber amoureuse. Mais c'est une liaison nuisible qui va les lier, où la tendresse succèdera à des scènes de violences, où la nonchalance et l'indifférence de Tamara envers Hélène pousseront cette dernière à dépendre de cet amour singulier.
La Chambre Rouge nous offre la suite de ces aventures avec l'arrivée d'un personnage qui va tout changer.

Hélène est une héroïne antipathique, égoïste et insouciante. C'est sans doute son caractère qui m'a le plus dérangée (agacée, même) dans cette lecture, et ce qui m'a empêchée d'apprécier ce roman à sa juste valeur. Néanmoins, Françoise Mallet-Joris possède une plume d'une belle qualité; elle écrit sans tricher, sans vouloir tromper le lecteur, livre son récit avec sincérité. Les personnages sont entiers et font vrais, possédant beaucoup de défauts et mois de qualités, on cherche toujours à connaître le fond de leur pensées. La ville de Gers est un personnage à part entière, on y découvre ses rues, ses moeurs.
Dans Le Rempart des Béguines, on observe Hélène qui se cherche, son addiction à Tamara se concrétise rapidement et il est intéressant de suivre leur relation: Hélène et son esprit de révolte, Tamara et sa volonté de soumettre la jeune fille.
La Chambre Rouge nous offre les mêmes questions existentielles, accompagnées cette fois d'une jalousie piquante, d'une volonté de vengeance aussi. La venue du personnage de Jean Delfau apporte de la vitalité à cette seconde histoire que j'ai mieux appréciée.

Bien que je n'ai pas particulièrement été séduite par cet ouvrage, sa qualité est indéniable !




Citations:

* Je faisais quelques pas dans la rue sans sortir de mon rêve, et ces quelques pas qui ne me conduisaient ni vers l'école ni chez moi, je les chargeais de tant de désirs, de culpabilité aussi qu'il me semblait qu'encore un seul, et j'allais directement atteindre l'horizon.

* Les miracles, quand ils se produisent, déguisent leur éclat fulgurant d'une solide carapace de concret.

* On dirait qu'ils devinent l'amour sur moi, qu'ils le flairent comme une odeur, et me sentant inoffensive, désarmée, ils réclament leur part.



Suzy Bess.

 

4 commentaires:

  1. Les personnages antipathiques peuvent vite gâcher un roman ou un film quand on fait les personnages centraux... Personellement ça m'empêche d'allez au bout souvent. Et pourtant il en faut beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est gênant, ça m'embête toujours. Encore plus quand le roman est bien écrit.

      Supprimer
  2. Quelques fois même si les livres sont bien écrits et ne manquent pas de qualités, on n'arrive pas à accrocher :) c'est comme ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment dommage, mais il faut bien que ça arrive de temps à autres. ;)

      Supprimer