lundi 25 janvier 2016

Lettres de milady Juliette Catesby à milady Henriette Campley, son Amie

 
 
Lettres de milady Juliette Catesby à milady Henriette Campley, son Amie
Auteure: Marie-Jeanne Riccoboni
Format: E-Book
Nombre de pages: 123
 
Résumé

Amoureux fou de milady Juliette Catesby, pourquoi Milord d'Ossery, la veille de son mariage, disparaît-il pour en épouser une autre ? Voici l'énigme que Juliette ne sait résoudre et l'offense qu'elle ne veut pardonner lorsque Milord d'Ossery veuf revient vers sa première maîtresse avec autant de passion que s'il n'avait jamais changé !
Plaisirs d'amour et souffrances d'amour vont alterner de façon très heureuse au cours d'un échange de lettres entre Juliette Catesby et son amie Henriette Campley.
 
Mon Avis
 
J'aime énormément découvrir des histoires lorsqu'elles sont écrites sous formes de correspondances épistolaires. Ici, ce sont les lettres qu'envoie Juliette Catesby à Henriette Campley, sa grande amie, que nous lisons avec amusement. En effet, j'ai beaucoup ri en découvrant petit à petit la jeune femme, déjà veuve, qui se réjouit et se plaint tour à tour.
Au fil de ses voyages et de ses rencontres (il y a un grand nombre de personnages, en début de récit, mais qui interviennent peu ensuite), Juliette se confie par écrit. On la sait courtisée par plusieurs hommes mais découvrons que son cœur ne bat que pour un seul. Elle réfute sans cesse ses sentiments à l'égard de ce Milord d'Ossery mais, par son obstination même à en parler, prouve son obsession romantique pour lui. Et alors, le mystère entourant l'affaire qui les concerne tous deux nous intrigue et les pages et les lettres défilent sans que l'on s'en rende compte. Bien que bornée, l'héroïne n'est autre qu'une femme blessée dans son orgueil, trompée, et même si l'envie de la secouer pour qu'elle accepte des explications nous prend, on peut comprendre la difficulté de pardonner et son refus de voir ou lire la personne qui lui a fait ce mal.
Avec un langage soutenu qui n'est pas adapté à tous types de lecteurs (les admirateurs/trices de l'époque se régaleront, par contre), Marie-Jeanne Riccoboni raconte des évènements qui se déroulent néanmoins avec facilité.
 
Je ne connaissais pas les œuvres de l'auteure et ai profité du fait que cet ouvrage (parmi d'autres) est disponible gratuitement en version kindle pour la lire. Je ne le regrette pas du tout ! C'est une découverte que je suis ravie (extrêmement ravie) d'avoir faite, cette auteure s'inscrit dans la lignée de celles que je lirai avec plaisir et régularité.
 
 
 
Citations:
 
* Quelque fois je pense que je n'aime plus: ce que j'ai senti en voyant Milord d'Ossery tient autant à la haine qu'à l'amour...
 
* Je commence à croire que le mal qu'on se fait soi-même est moins douloureux que celui qu'un autre nous cause.
 
* Vous me dites de pardonner à Milord d'Ossery, ou de ne plus penser à lui. Lui pardonner ! Ah ! Jamais... N'y plus penser ! ... j'y pense assurément le moins que je puis; je n'y pense plus avec plaisir. Je n'y pense plus avec regret; j'y pense... hélas ! ma chère parce qu'il m'est impossible de n'y plus penser.
 
* Je puis éviter cet homme, renoncer à lui, le haïr, le détester; mais l'oublier... oh ! Je ne le saurais.
 
* Être malheureux, et l'être par ce qu'on aime, est une sorte de douleur qu'il est impossible de comprendre sans en avoir fait la triste expérience.
 
 
 
Suzy B.
 


8 commentaires:

  1. J'adore les romans épistolaires enfin surtout ceux de l'époque justement ! Je note en plus si c'est gratuit, on aurait tort de se priver ^^

    RépondreSupprimer
  2. J'ai toujours eu du mal avec l'épistolaire. mais le fait que je lise essentiellement du fantastique joue peut-être. J'ai eu beaucoup de mal avec Dracula au début par exemple. Je suppose que ça s'adapte mieux aux romances et drame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de l'épistolaire dans Dracula ? Désolée de mon ignorance, mais je n'ai pas encore lu ce classique. Oui, je pense que dans les romances, ça a un côté charme indubitable. :)

      Supprimer
    2. Dracula est complétement épistolaire même. Ca m'a surpris au départ mais c'est bien vrai^^.

      Supprimer
    3. Ooooh... Je ne savais pas ! Je ne l'imaginais pas épistolaire. Merci pour l'info ! ;)

      Supprimer
  3. J'ai lu très peu d'épisolaire mais il y en a toutefois une qui m'a marqué... J'essaye de retrouver le nom... en vain. Dès que je le retrouve je reviens ;) (C'était bien entendu de la romance historique ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis que j'ai découvert Lady Susan de Jane Austen, je raffole du genre. :)

      Supprimer