jeudi 14 janvier 2016

Les Crépusculaires

 
 
Les Crépusculaires
Auteur: Mathieu Gaborit
Editions: France Loisirs
Nombre de pages: 352
 
Résumé

En mourant, le puissant baron de Rochronde laisse un testament à son fils Agone. Formé aux arts magiques, il devra trouver son salut et délivrer les Royaumes Crépusculaires qui sombrent dans la tourmente...
Cette trilogie présentée dans un magnifique coffret grimoire en édition limitée constitue le cycle qui a valu à Mathieu Gaborit de s'imposer comme le chef de file de la fantasy française.
 
Mon Avis

Cette histoire sombre est portée par Agone, un jeune homme bercé par ses convictions - notamment celle que l'instruction du peuple des campagnes ne peut qu'être bénéfique au royaume. Mais elles sont contraires à celles de son père autoritaire qui aurait souhaité pour son fils une autre voie. Hanté par de terribles souvenirs de son enfance, Agone se voit contraint d'aller passer six jours au Souffre-Jour, un lieu plein de mystères, pour honorer le testament de son père. Une fois sur place, il va être confronté a des problèmes qui ne vont aller qu'en empirant et va s'enrichir auprès de compagnons attachants tels que Amertine, la fée noire, et Pénombre, une conscience fabuleuse au caractère pernicieux. Le jeune homme va progresser laborieusement le long d'un chemin semé d'embûches pour lutter contre ses propres démons, en plus de ceux réels qui mettent le pays à feu et à sang.
 
Mathieu Gaborit fait partie de ces auteurs de fantasy qui revisitent les légendes. Mais il le fait ici dans un concept nouveau, aux intonations étranges et sombres. Cet univers mystérieux créé de toutes pièces, celui des Crépusculaires, nous fait voyager aux confins de notre imaginaire. Sur ces terres, l'auteur implante les hommes au milieu de puissants mages, de farfadets, de lutins, de nains, de fées, de danseurs et autres sirènes et licornes... Dans ce monde, comme un système très bien organisé, il insuffle l'idée de conquêtes, de guerres. Le tout donne une fresque spectaculaire mais aux évènements sporadiques. L'auteur nous abreuve de personnages (aussi sympathiques pour les Uns qu'horribles pour les Autres), de lieux, de concepts tous plus différents les uns des autres, dans un délais qui m'a semblé bref. On a donc beaucoup à assimiler sans avoir le temps de vraiment nous habituer. Du coup, à trop vouloir en faire, il m'est arrivé de m'égarer quelque peu, en plus du fait que je n'ai pas toujours compris le comportement global d'Agone, sa personnalité changeante, et ses prises de décisions .
Mais une fois que je me suis adaptée et accordée à l'univers, j'ai pleinement profité du spectacle. Le tout est très détaillé, j'ai bien réussi à m'imaginer chaque scène.
 
Maintenant, il me semble important de parler du livre-objet, car il est vraiment sublime ! Présenté dans un coffret représentant la carte du monde dans lequel évoluent les personnages, on découvre un livre-grimoire (comme l'annonce si bien le résumé) d'une beauté sans pareilles ! Ouvragé, en relief, la surprise est encore plus belle lorsqu'on l'ouvre: des illustrations (ci-dessous) entourent les titres des différentes parties de l'histoire:
(Livre Premier: Souffre-jour)
(Livre Second: Les Danseurs de Lorgol)
(Livre Troisième: Agone)
 
Magnifique !
Et puis, dernier point essentiel, je suis ce qu'on appelle communément une "renifleuse" (oui, j'adore l'odeur des livres et on me trouve souvent le nez dedans !) et celle de ce livre est vraiment particulière, pour ne pas dire parfaite. Elle mélange, étrangement (par je ne sais quel miracle), l'odeur du neuf avec cette odeur typique des vieux livres, c'est divin ! ^^

La féerie et la guerre tiennent ce roman grâce a des scènes de batailles (surtout en fin de roman) remarquablement réussies.
 
Cette trilogie s'adresse davantage aux amateurs de fantasy.
 
 
 
Citations:
 
* Dans ce collège, j'avais le sentiment qu'il fallait éclaircir chaque détail en son temps, comme il m'arrivait de le faire devant un tableau: appréhender l'ensemble puis s'enrichir des détails.
 
* On ne se venge pas de soi-même.
 
* Ce sillage sanglant qui marquait ma vie me révulsait.
 
* La magie se nourrissait de sa rareté, de ses traditions et de ses secrets.
 
* L'issue de cette guerre reste à écrire. Sois-en la plume.

3 commentaires:

  1. J'ai trés envie de me plonger dedans maintenant. je n'en avais jamais entendu parler avant mais je vais l'aouter de suite à ma wishlist. Trés bel article et le livre a l'air tout aussi magnifique.

    RépondreSupprimer
  2. C'est pas mon genre la fantasy mais on ne peut pas renier que c'est un magnifique objet livre ! (et moi aussi je suis une renifleuse :p)

    RépondreSupprimer