mercredi 17 juin 2015

La 5e Vague

 
 
La 5e Vague
Auteur: Rick Yancey
Editeur: Editions France Loisirs
Traduit de l'anglais par: Francine Deroyon
Nombre de pages: 603
 
Quatrième de Couverture
 
1re Vague: Extinction des feux
2e Vague: Déferlante
3e Vague: Pandémie
4e Vague: Silence
 
A l'aube de la 5e Vague, sur une autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper... Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés.

Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu'à ce qu'elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son ultime espoir de sauver son petit frère. Du moins si Evan est bien celui qu'il prétend...

Ils connaissent notre manière de penser.
Ils savent comment nous exterminer.
Ils nous ont enlevé toute raison de vivre.
Ils viennent maintenant nous arracher
ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

Mon Avis
Coup de Coeur

Je soupire en refermant ce roman angoissant et intense à chaque instant. Je soupire de frustration car je sais que l'histoire n'est pas terminée et que j'aimerais lire la suite tout de suite. Je soupire car je n'ai pas envie de quitter cet univers qui s'est accroché à moi dès les premières lignes lues.
Rick Yancey nous livre une œuvre complexe mais riche et intéressante, pleine d'éventualités, de si et de pourquoi pas...
On plonge à bonnes doses de sarcasmes dans l'univers en pleine phase de destruction de Cassie - pour Cassiopée. Une invasion extraterrestre a lieu, mais oubliez tous vos préjugés sur la question et tout ce que vous vous êtes imaginé à ce sujet car vous serez loin du compte... Eux, les Silencieux, ne veulent pas cohabiter avec nous, l'Humanité. A moins que...

Cassie avait une vie des plus normales, comme tout un chacun sur cette planète, et l'arrivée du vaisseau surnommé le Ravitailleur perturbe ses espoirs, ses projets, sa vision même de la vie. Les évènements vont petit à petit, la séparer de ses amis, de ses connaissances et des membres de sa famille. Elle va se retrouver seule et, dans cette solitude pesante, va commencer à croire qu'elle est la dernière humaine vivante sur Terre. C'est sans compter sur son obstination à tenir une promesse, qui l'oblige à croire à tout prix qu'il reste d'autres rescapés. Voilà ce qu'est ce livre, en fait: une histoire de promesses. Des promesses qui doivent être tenues.

J'ai été surprise en découvrant que ce roman est divisé en différentes parties contant chacune l'histoire de différentes personnes, de leur propre point de vue (je ne peux vous dire qui, de peur de trop en dévoiler sur l'intrigue). Cela m'a tout d'abord perturbée car je m'étais persuadée que La 5e Vague ne serait racontée que du point de vue de Cassie. Mais finalement, c'est un changement agréable et intéressant. Cette construction donne un nouveau souffle à l'atmosphère qui peut, par moments, s'alourdir et devenir oppressante (c'est un compliment pour l'intrigue). Chaque personnage a son vécu, et chacun m'a touchée (sauf Vosch, c'est une évidence, vous comprendrez en lisant).
Cette œuvre me fait penser à une thèse sur l'invasion extraterrestre et me laisse avec une quantité de questions existentielles:
* Et si cela arrivait ?
* Si une entité plus intelligente que nous existait ?
* Et si cette entité ne souhaitait qu'une chose, notre planète ?
Ca fait beaucoup de si, comme le pense si bien Cassie. Et Rick Yancey n'a, à mon avis, pas tort de l'affirmer dans ces pages: nous attendons une invasion, ou du moins un contact extraterrestre. Pire... Nous l'espérons ! Qui ne s'est jamais imaginé la chose ? Qui n'a jamais abordé, évoqué le sujet au moins une fois au cours de sa vie ?

Finalement, j'ai discuté de ma lecture avec une amie. J'étais sans doute trop enthousiaste dans mes propos (et cet évènement m'a rappelé pourquoi j'avais un blog: je peux parler librement sans jugements) car elle m'a regardée d'une manière étrange - presque suspicieuse, vous savez: ce regard où les yeux sont plissés et interrogateurs... - en me demandant très sérieusement:
" Mais... Tu as conscience que les extraterrestres n'existent pas..?"
J'ai attendu le N'Est-ce pas ? qui n'est pas venu.
" Bien sûr, ai-je répondu. Enfin... Je ne sais pas. On ne peut pas savoir... Mais ce n'est pas le sujet. Le sujet c'est que ce livre est brillant, intelligent !"
J'ai retenu mon souffle à maintes reprises: lorsque quelqu'un mourait, lorsqu'un évènement imprévu se produisait... Lorsque j'ai compris. J'étais, tout au long de ma lecture, essoufflée d'angoisse et j'ai adorée cette sensation. L'auteur parvient à nous faire douter de nos certitudes les plus ancrées !
 
La 5e Vague est...
Bah, forcément, je ne peux pas vous révéler ce qu'est la 5e Vague. C'est la complexité de toute cette histoire !

L'écriture de Rick Yancey est fluide, son humour et ses sarcasmes bien placés allègent cette sombre histoire. C'est un réel coup de cœur, je trépigne d'impatience à l'idée de lire la suite et de découvrir l'adaptation cinématographique qui arrivera sur nos écrans français au début de l'année 2016.

L'anxiété vous gagnera lorsque vous dévorerez ce roman mais je vous conseille vivement de tenter l'expérience !
;)



Citations:
 
* Comme si un cafard pouvait échafauder un plan imparable pour éviter la chaussure s'apprêtant à l'écraser.
 
* A présent, ce que je perçois, c'est le bruit de la terre avant que nous l'ayons conquise. Parfois, sous ma tente, tard dans la nuit, j'ai l'impression d'entendre le bruissement des étoiles contre le ciel. Voilà à quel point tout est calme.
 
* Nous sommes humains. Et les humains réfléchissent. Ils fomentent des plans, élaborent des stratégies. Ils rêvent et font en sorte de donner vie à leurs rêves.
 
* Parfois vous pensez avoir le choix, mais ce n'est pas vraiment le cas. Ce n'est pas parce qu'il existe une alternative que vous pouvez en profiter.
 
* [...] Si je suis la dernière, alors je suis l'Humanité.
 
* Je peux faire demi-tour, me mêler à un combat certainement perdu d'avance, ou continuer à me cacher là pour rester en vie assez longtemps afin de tenir ma promesse. C'est un monde d'alternatives.
 
* Terrifiée, j'attend derrière le tronc d'arbre. u bout de dix minutes, cet arbre est devenu un tellement bon ami, que j'envisage de lui donner un surnom: Howard, mon petit tronc à moi.
 
* [...] je m'ouvre à lui comme une fleur s'ouvre à la pluie, avec une lenteur infinie et une rapidité vertigineuse.
 
 
 
 
Suzy Bess,
Le Toucher Des Pages.
 

 

3 commentaires:

  1. Et bien, tu me donnes envie de le lire, mais vraiment !! Super chronique ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je dois être l'une des rares personnes à ne pas apprécier cette saga ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Une excellente lecture à ce que je vois :D il est dans ma wish list :)

    RépondreSupprimer