mercredi 10 juin 2015

Gone Baby Gone

 
 
Gone Baby Gone
Auteur: Dennis Lehane
Editeur: Editions Payot & Rivages, Collection Rivages/Noir
Traduit de l'anglais par: Isabelle Maillet
Nombre de pages: 556
 
Quatrième de Couverture
 
Patrick Kenzie et Angela Gennaro, les deux héros de Dennis Lehane, sont chargés de retrouver une petite fille de quatre ans, Amanda, mystérieusement disparue un soir d'automne. Curieusement, la mère d'Amanda paraît peu concernée par ce qui est arrivé à sa fille, qu'elle avait laissée seule le soir du drame pour aller dans un bar. Sa vie semble régie par la télévision, l'alcool et la drogue. Patrick et Angie découvrent d'ailleurs que la jeune femme dealait pour le compte d'un dénommé Cheddar Olamon et qu'elle aurait détourné les deux cent mille dollars de sa dernière livraison. Olamon se serait-il vengé en kidnappant la fille de son "employée" ?
Cette quatrième aventure de Kenzie et Gennaro distille une petite musique déchirante et se termine par une chute aussi inattendue que bouleversante.
 
Mon Avis
 
Ce roman est intense et nous interroge sur le bien-fondé et l'utilité, dans certains cas, de la loi et de ses failles.
Amanda McCready, petite fille de quatre ans, disparaît. Aucun témoin, aucune piste. La tante et l'oncle d'Amanda viennent quérir l'aide des deux détectives, Patrick Kenzie et Angela Gennaro, qui n'en sont pas à leur première enquête. Mais ces derniers sont très réticents; les affaires concernant des enfants sont toujours difficile à supporter moralement. Au cours de leurs recherches, ils vont devoir coopérer avec la police et, en l'occurrence, les inspecteurs Poole et Broussard. Les premiers indices laissent à penser qu'il s'agirait d'un enlèvement lié à une affaire de drogue. Mais aucune demande de rançon n'a été effectuée.
La révélation finale est stupéfiante et, en même temps, j'ai eue l'impression de m'en douter depuis le début.
L'écriture accrochante de Dennis Lehane m'a beaucoup plu, j'ai néanmoins regretté de n'avoir pas lues ses précédentes œuvres impliquant les personnages principaux de ce roman, car beaucoup d'allusions aux antécédents de nos deux détectives sont glissées au cours du récit et cela m'a un peu frustrée. J'apprécie le fait que l'auteur nous apporte les détails, les information et les indices au compte-goutte. On se retrouve dans la même position que Kenzie et Gennaro, sur un pied d'égalité avec eux.
J'ai dévoré ces plus de 500 pages et je découvrirai les autres livres de Dennis Lehane avec plaisir.
Une dernière chose... Ne vous fiez pas aux apparences !
 
 
 
Citations:
 
* L'automne agonisait en technicolor autour de nous. Les feuilles sur les arbres ou dans l'herbe se teintaient de jaune vif et de rouge flamboyant, d'orange éclatant et de vert moucheté de rouille. L'odeur piquante des végétaux mourants, tellement typique de cette saison, imprégnait les grandes vagues d'air qui traversaient nos vêtements, nous menant à contracter nos muscles et à écarquiller les yeux. Nulle part la mort ne survient de façon plus spectaculaire, plus orgueilleuse, qu'en Nouvelle-Angleterre au mois d'Octobre.
 
* Dieu n'a pas son pareil pour se fermer comme une huître.
 
* Peut-être que Dieu, s'Il existait, était-Il aussi mesquin et banal que la plupart d'entre nous. Auquel cas, ce n'était pas un Dieu que je voulais avoir pour guide.
Pourtant, incapable de bouger, je suis resté sur le banc.
Je croyais en Dieu à cause de... De quoi ?
Le Talent -celui attribué dès la naissance à Van Gogh, Michael Jordan, Stephen Hawking ou Dylan Thomas, pour ne citer qu'eux - m'avait toujours semblé la preuve de l'existence de Dieu. L'amour aussi.
Bon, d'accord, je crois en Vous. Mais je ne suis pas sûr de Vous aimer.
 
* Je me suis éclairci la gorge avant de la serrer contre moi. Je percevais les battements de son cœur. Elle représentait pour moi tout ce qu'il y avait de plus beau, de plus juste, de plus merveilleux au monde. Pourtant, j'avais toujours envie de mourir.
 
 
 
 
Suzy Bess,
Le Toucher Des Pages.
 


2 commentaires:

  1. J'ai également beaucoup aimé ce livre! La fin m'a bouleversée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il nous balade le Dennis Lehane avec ce roman. ;) Oui, c'est un final qui marque.

      Supprimer