mercredi 31 mai 2017

Les Fleurs du Mal


Les Fleurs du Mal
Auteur: Charles Baudelaire
Editeur: Gallimard; Collection Folio Classiques
Présenté et annoté par: Claude Pichois
Nombre de pages: 345

Quatrième de Couverture

"Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ? / Au fond de l'inconnu, pour trouver du nouveau !" Ces vers du "Voyage" éclairent à eux seuls l'entreprise du poète. Esprit vagabond, toujours mobile, Baudelaire explore les dédales de la conscience. Il atteint tantôt à l'extase, tantôt se perd dans les abîmes du péché. A travers ses poèmes, il nous fait partager le drame qui se joue en lui et qui n'est autre que la tragédie humaine. Baudelaire, premier poète moderne, donne à la poésie sa véritable dimension: exprimer, par-delà les mots, ce vertige absolu qui s'empare de l'âme. Tout chez lui affirme la nécessité de la souffrance, la fatalité du péché. Tout traduit une âme profondément troublée mais charitable. Baudelaire fait des Fleurs du Mal un immense poème de la vie et du monde.
 
Mon Avis

J'ai vécu, avec ma lecture des Fleurs du Mal, une expérience assez particulière. Je vais essayer d'en parler mais je sais d'avance que j'en parlerai mal, et pour avoir quelque chose d'un minimum abouti, mieux vaut vous référer à la quatrième de couverture de cette édition présentée par Claude Pichois.

Dans son "Epigraphe pour un livre condamné", Baudelaire écrit:
Lecteur paisible et bucolique,
Sobre et naïf homme de bien,
 Jette ce livre saturnien,
Orgiaque et mélancolique.

Si tu n'as fait ta rhétorique
Chez Satan, le rusé doyen,
Jette ! tu n'y comprendrais rien,
Ou tu me croirais hystérique

Mais si, sans se laisser charmer,
Ton oeil sait plonger dans les gouffres,
Lis-moi, pour m'apprendre à m'aimer;

Âme curieuse qui souffres
Et vas cherchant ton paradis,
Plains-moi !... Sinon je te maudis !

Moi, lectrice paisible et bucolique, je ne l'ai pas pris pour un hystérique, mais j'ai certainement ressenti un mélange des deux extrêmes qu'il décrit: il m'est arrivé d'apprécier et d'être charmée par certaines compositions, tout comme je n'en ai pas comprises d'autres, et le résultat est troublant: j'ai été perturbée par ce ressenti mi-figue mi-raisin.
Avec ce recueil, le poète aborde plusieurs thèmes de l'existence humaine, pour la plupart sombres ou sujets à controverse pour l'époque où furent rédigés les textes; la publication des Fleurs du Mal relève d'ailleurs de nombreuses difficultés puisque Baudelaire fut jugé et condamné à retirer certains textes, puis de payer une amende. Il est manifeste que l'écrivain était en avance sur son temps et n'avait pas peur de s'affranchir des codes de la société, ce qui le rend admirable. Mais mieux que cela, il en ressort qu'il voulait vraiment se faire comprendre: pas seulement choquer ou déstabiliser, mais que sa manière de penser soit assimilée et respectée par autrui. La mort, la décadence, la pauvreté, mais aussi l'amour et la passion charnelle, la religion, le vin ou même l'observation d'un chat ou des hiboux, sont autant de sujets que le poète retranscrit, développe et rend captivant au travers de plusieurs parties. Découvrir sa vision de la vie - bien souvent morne, ténébreuse - est vraiment fascinant mais il n'est pas toujours facile de savoir ce que veut transmettre l'auteur. Par contre, quand les mots fonctionnent, c'est dans une compréhension totale. Je note que j'ai beaucoup plus été percutée par les mots lorsque je les récitais à vois haute; dois-je en déduire que ces poèmes se doivent d'être prononcés, déclamés ? Je vous laisse seuls juges.

J'ai donc un retour plutôt confus sur cette lecture qui m'a permise de découvrir la plume du poète. J'ai l'impression de ne pas en dire assez mais, sincèrement, je ne sais pas ce que je pourrais en dire de plus. La poésie a cette particularité que chacun la perçoit de manière très différente, en fonction de son vécu et de ses expériences dans la vie. Alors il est préférable que chacun se fasse son propre avis.



Citations:

* L'Art est long et le Temps est court. (Spleen et Idéal: Le Guignon)

* Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté. (Spleen et Idéal: L'Invitation au Voyage)

* Mais la voix me console et dit: "Garde tes songes;
Les sages n'en ont pas d'aussi beaux que les fous !" (Les Fleurs du Mal: La Voix)



Suzy B.

  

2 commentaires:

  1. Comme je l'ai dis, j'ai du le lire pour l'école. Donc sans l'apprécier puisqu'on m'y a forcé. Comme La peste par exemple. Il faudrait que je retente le coup un jour.

    RépondreSupprimer