vendredi 30 mars 2018

Une Bonne Âme


Une Bonne Âme
Auteure: Audrey Perri
Editeur: Auto-éditée avec Librinova
Nombre de pages: 187

* Résumé *

Londres, 1899.
Florence Jones, jeune mère célibataire, décide de faire adopter sa fille Sélina, faute de pouvoir la garder auprès d'elle. Elle se tourne alors vers Mrs Hewetson, l'une de ces fermières de bébés qui pullulent dans la capitale et qui affirme pouvoir s'occuper de son enfant. Mais Florence ignore encore que cette femme, loin d'être la bonne âme qu'elle prétend être, est déjà impliquée dans la disparition de nombreux enfants...
 
* Mon Avis *

Il me tardait de découvrir ce roman et je ne suis pas déçue, son sujet de fond est vraiment intéressant.

A la fin du XVIIe siècle, Florence tombe enceinte alors qu'elle n'est pas mariée et se retrouve bientôt abandonnée par son fiancé et honnie par sa famille qui ne tente rien pour lui venir en aide. Ayant besoin de travailler pour survivre, un terrible choix s'impose à elle: confier sa fille, Sélina, à une autre. Rencontrée grâce à une annonce, Mrs Ada Hewetson semble la personne tout indiquée: fermière de bébés, elle se charge de recueillir des enfants, contre rémunération, et de leur trouver ensuite une famille d'adoption. Seulement, éprouvée par la vie, Ada a depuis longtemps délaissé ses bonnes intentions et n'hésite désormais plus à mettre fin aux jours des nouveaux nés...

L'histoire de ce roman est intéressante en tout point: déjà parce qu'elle relate un fais divers réel. Ecrit dans le cadre d'un concours organisé par Librinova et qui lui a valu de remporter le second prix, ce récit témoigne d'une affaire véritable s'étant déroulée en Angleterre à l'ère Victorienne. L'authentique se mêle donc adroitement à la fiction imaginée par l'auteure.
Tout autant que l'évènement principal, et étroitement lié à celui-ci, le sujet, peu évoqué dans la littérature historique, est captivant, même si j'aurai apprécié qu'il soit plus étendue et approfondi. C'est d'ailleurs la première fois que je lis une histoire évoquant ces fermes de bébés. A une époque - très religieuse - où l'honneur valait plus que la vie des jeunes femmes, elles étaient nombreuses à préférer mourir plutôt que de subir les récriminations dues à leur état hors mariage; dans d'autres cas, les jeunes mères abandonnaient leurs enfants à des fermières de bébés, et c'est ce contexte qui est traité ici. Ada Hewetson fut l'une d'entre elles mais se fit connaître pour des actes épouvantables, le meurtre de nourrissons, subtilement racontés au cours de l'intrigue.
Le récit se fait à deux voix: le point de vue de Florence, celui d'Ada. Cette construction est bien choisie car elle apporte la tension, le suspens dont nous avons besoin pour vouloir aller plus loin. Sombre, je dirai même torturé, "Une Bonne Âme" retrace la psychologie de ces deux femmes avec patience et analyse, sans imposer d'opinion concernant leurs actes. La personnalité des héroïnes est intéressante dans le fait que les bonnes et les mauvaises intentions se rejoignent en elles le long d'une frontière bien mince. L'une va être habitée de remords, l'autre va vivre dans une abnégation totale et étonnante, c'est vraiment intrigant !

Si j'aurai aimé une étude plus détaillée des fermes à bébés à l'époque Victorienne, j'ai passé un bon moment avec ce roman, empli de fluctuations de sentiments.
 
* Parlons Couverture *

Cette illustration m'attire, je lui trouve un certain - et curieux - magnétisme. De plus, ses tons gris retransmettent bien la tristesse de l'histoire. J'aime l'effet inhabituel que cette couverture a sur moi !



Suzy Bess.

  

2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout cette histoire mais je reconnais que ça donne trés envie cette critique ! Je vais essayer de m'y pencher !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le style sombre et impartial est à découvrir. ;)

      Supprimer