jeudi 23 novembre 2017

Emulsion: Au-Delà du Visible


Emulsion:
Au-Delà du Visible
Auteure: Vanaly Nomain
Editeur: Auto-éditée
Nombre de pages: 373

Je remercie l'auteure pour cette lecture !

* Résumé *

Deux mondes. Deux amours. Un choix impossible.
Une quête de soi qui transporte Maïa dans un voyage mystique et quantique, mêlant Orient et Occident, illusion et réalité, au coeur de l'amour éternel.
Emulsion, ce sont des âmes qui se cherchent et ne se trouvent pas. Le visible et l'invisible, unis dans une émulsion alchimique.
Du Laos à la France, dans l'esprit de la jeune fille de quinze ans, tout se mêle, se chevauche, se lie. Mais la rencontre avec un étrange garçon bascule sa vie et lui impose de faire le choix d'un destin dans un monde en perdition.
 
* Mon Avis *

Ce roman est fascinant et indéfinissable, mes sentiments n'ont pas arrêté de se modifier durant ma lecture.

Maïa a passé les dix premières années de sa vie au Laos en compagnie de son grand-père, un puissant chaman qui exerçait son métier malgré l'interdiction des autorités. Jusqu'au jour où il fut arrêté tandis qu'il était en train de faire passer un mystérieux rituel à sa petite-fille, qui fut alors envoyée vivre en France chez son père. Cinq ans plus tard, et bien qu'aidée de ses trois grands frères, Maïa ne s'est jamais sentie chez elle, ni bien dans sa peau. Le sentiment de rejet qui l'habite ne va pas aller en s'estompant lorsqu'elle va comprendre, suite à une série de maladresses, que son corps a la capacité de disparaître sans qu'elle ne puisse rien y changer. Puisant de réconfort dans le désir réciproque qu'elle ressent pour Arnaud, le meilleur ami de l'un de ses frères, la jeune fille va être déstabilisée par la présence de l'énigmatique Aël, dont l'apparition soudaine va remettre en doute tous ses sentiments. Le jeune homme lui promet un monde en paix, différent de celui dans lequel elle évolue où commence à s'affirmer un mouvement écoterroriste inquiétant.

Cette histoire est un mélange des genres assez original, qui nous mène dans des endroits insoupçonnés. Aussi poétique qu'engagée, elle nous fait découvrir une héroïne mal dans sa peau, coincée dans un triangle amoureux, qui aura à faire un choix qui déterminera non seulement son avenir, mais également celui de toute une population. Seulement c'est un fait qu'elle ignore, elle est à la recherche d'une chose qu'elle ne comprend pas, que nous ne comprenons pas nous-mêmes. Et tout l'univers si particulier de ce livre tourne autour de cela: l'incompréhension. Il m'a été difficile de savoir où l'auteure voulait m'emmener, mais il n'est pas besoin de comprendre pour se laisser porter par le lyrisme ambiant de ces pages et par la beauté des descriptions.
Vanaly Nomain nous raconte un récit qui reste donc mystérieux du début à la fin, explorant d'une manière parfois onirique, parfois scientifique, en passant par un style plus young adult et fantastique, des évènements qui se suivent mais ne se ressemblent pas. Histoires d'amours, recherche d'identité et de vérités, combat pour ses convictions, foi en soi et en ses croyances, sont alors autant de thèmes abordés et relevés par un pouvoir dont nous ignorons l'étendue.
Je n'ai pas toujours su si un détail que je lisais aurait une réelle importance pour la suite, et ayant une fâcheuse tendance, dans mes lectures, à anticiper le déroulement de l'intrigue, j'ai ici été surprise à chaque chapitre. C'est une expérience déroutante et j'ai quelques fois trouvé que certains faits étaient moins puissants que je ne l'espérais, comme un soufflé qui retombe... mais qui se regonfle toujours; car immanquablement, les mots de Vanaly Nomain me fascinaient à nouveau. Je suis passée par des moments de lecture d'une intensité incroyable, quelle sensation sublime ! Plus rien n'existait autour de moi que les lignes du livre et les images qui se matérialisaient dans mon imagination; j'ai ressentie une réelle énergie m'habiter, comme si j'étais en pleine méditation.

Il est complexe de parler de ce roman tellement il est spécial et son effet sur le lecteur, particulier; je n'en dirai donc rien de plus, c'est une oeuvre à découvrir seul, en toute objectivité.
Ce récit est assez décousu dans sa construction, certaines choses se passent lorsqu'on ne s'y attends pas, mais il est d'une profondeur intéressante et original. Il a su m'envoûter comme rarement cela m'est arrivé !
 
* Parlons Couverture *

Ce roman possède deux couvertures, aussi jolies l'une que l'autre. J'ai présenté cet article avec la version définitive, mais je dois avouer que ma préférence va à celle avec laquelle j'ai découverte cette histoire:
D'un bleu presque abyssal, avec cette silhouette émergeant de nulle part et entourée de bulles d'air, le thème central de l'eau exploité dans le roman est bien représenté et la part de fantastique bien perceptible, je trouve. J'adore !



Citations:

* Tant d'énergie pour paraître. Tant d'énergie pour faire semblant et prouver qu'on existe.

* - Tu t'es déjà dit qu'en réalité la connaissance est une question de foi ? poursuit Aël, énigmatique.
- Comment ça ? je demande en chuchotant comme pour moi-même, ayant trop peur de me faire remarquer.
- Que la manière dont se fait l'apprentissage dans ce monde est périmée, digne du temps des dinosaures. Qu'est-ce qui prouve que ce qu'ils racontent est vrai ? Si tu regardes de près, tout est basé sur des théories et des concepts issus de postulats, le commencement de toute théorie n'est basé sur aucun fait. Donc, il faut avoir la foi pour y croire ou juste être conditionné...

* Il ne nous vient pas à l'idée que ce que des adultes nous distillent comme des vérités absolues, puissent être fondamentalement erronées, et il est donc inenvisageable de remettre le système éducatif en question.
Notre vrai objectif n'est pas de savoir et de comprendre réellement, mais d'obtenir une bonne note, un passeport pour la suite dont l'objectif est encore d'obtenir un autre passeport pour la prochaine suite. Et une fois qu'on aura reçu notre première fiche de paie, se faire prendre enfin au sérieux et faire partie des élites. Voilà à quoi sert d'étudier. Tous les parents ressassent la même chose "après, tu feras ce que tu voudras". Le problème, c'est qu'"après" il est trop tard. "Après" avoir été moulé pour un système donné, il est impossible d'en sortir sans se marginaliser, impossible même de penser qu'il y a un problème dans le système.
Bien sûr, tout le monde sent que le monde ne tourne pas rond, mais personne n'ose avouer que le problème vient de la structure même de nos pensées, de nos émotions et de l'architecture du monde qui en découle.

* Le bonheur, c'est comme le vent, ça ne se retient pas, ça ne s'emprisonne pas. Il faut juste le sentir quand il vous effleure. Le bonheur, c'est un sentiment fugace.

* Dans notre monde, on peut être adulé comme un dieu ou haï comme le diable, sans n'avoir rien fait.

* "une réponse appelle d'autres questions qui engendrent un cycle infini de souffrances" avait écrit grand-père dans sa lettre. C'est donc ça la vie ? Ce cycle effroyable de questions infinies.



Suzy B.

  

4 commentaires: