samedi 18 juin 2016

Hamlet

 
Hamlet
Auteur: William Shakespeare
Editeur: Le Monde
Traduit par: François-Victor Hugo
Nombre de pages: 389
 
Résumé

Hamlet est la plus longue et l'une des plus célèbres pièces de William Shakespeare. Mettant en œuvre une langue poétique extraordinairement intense, complexe et innovante, le grand dramaturge y inaugure une écriture de l'infériorité - de la subjectivité - qui suit les inflexions d'un esprit inquiet, tourmenté par le spectacle d'un monde en décomposition et désormais sans repères.
 
Mon Avis
 
Hamlet, ou l'une des plus intéressantes histoires de vengeance qui existe !
 
Le Roi de Danemark se fait assassiner par son frère qui l'empoisonne et lui ravi par la même occasion sa couronne et sa femme. Mais voici le défunt qui revient d'entre les morts, spectre demandant à son fils Hamlet de le venger. Ce dernier, pour mener à bien un plan funeste contre son oncle afin de rendre justice à son père bien-aimé, va renoncer à son amour pour la belle et innocente Ophélia et faire croire qu'il a perdu la raison.
 
Dans cette pièce, Shakespeare révèle par quelques subtilités et phrases bien pensées un humour sarcastique mordant (par la voix d'Hamlet principalement mais présent également dans les traits de Polonius). La finesse de caractère des personnages est captivante et très intéressante à étudier; par exemple: nous découvrons chez Hamlet un profond esprit de vengeance (il est prêt à renoncer à tout ce qu'il possède et aime pour l'accomplir) mais en même temps un recul nécessaire à savoir s'il y a bien lieu de venger son père, si les faits sont avérés, s'il n'a pas été fourvoyé par un spectre malsain. C'est intelligemment construit !
J'aurai apprécié que la relation entre Hamlet et Ophélia soit plus approfondie, mais c'est là mon côté romantique qui parle.
 
L'édition Le Monde (2015) que j'ai lue regroupe deux versions de l'œuvre: l'ébauche primitive vraisemblablement écrite aux alentours de 1584, publiée en 1603 et découverte en 1825, et la version remaniée (faisant quasiment le double de la première) et définitive, imprimée en 1604 et connue de tous. François-Victor Hugo, qui tient lieu de traducteur et nous livre une introduction détaillée et magnifique, a été ingénieux de présenter ces deux récits l'un après l'autre, on peut faire nombre de comparaisons entre le brouillon et la pièce finalisée. On observe également grâce à cette configuration l'évolution de William Shakespeare et comment il s'est adapté aux changements produits par les années séparant les deux créations.
 
En définitive, j'ai adoré Hamlet ! Elle est l'œuvre la plus conséquente du poète et pourtant, si elle avait duré encore plus longtemps, j'en aurai été tout autant satisfaite !
 
 
(tableau de John Everett Millais, représentant Ophélia)
 
 
Citations tirées des deux versions d'Hamlet:
 
* Le Roi - nul ne vit sur la terre qui ne soit né pour mourir. (le premier Hamlet)
 
* Hamlet - Les noires actions, fussent-elles couvertes par le monde entier, se dresseront aux yeux des hommes. (le premier Hamlet)
 
* Leartes - Ma volonté sera faite en dépit du monde entier. (le premier Hamlet)
 
* Hamlet - Être, ou ne pas être, c'est là la question. (le second Hamlet)
 
* Hamlet - je ne sais pas pourquoi j'en suis encore à me dire: "Ceci est à faire" puisque j'ai motif, volonté, force et moyen de le faire. (le second Hamlet)
 
* Ophélia - nous savons ce que nous sommes, mais nous ne savons pas ce que nous pouvons être. (le second Hamlet)
 
* Le Roi - Rien ne garde à jamais la même perfection. La perfection, poussée à l'excès, meurt de pléthore. Ce que nous voulons faire, faisons-le quand nous le voulons, car la volonté change; elle a autant de défaillances et d'entraves qu'il y a de langues, de bras, d'accidents; et alors le devoir à faire n'est plus qu'un soupir épuisant, qui fait du mal à exhaler... (le second Hamlet)
 
 
 
Suzy B.
 


1 commentaire:

  1. Je ne connais pas Hamlet, hormis par quelques scénes que tout le monde connait. Mais je pense la lire un jour aussi !

    RépondreSupprimer