mercredi 30 septembre 2015

Harry Potter et l'Ordre du Phénix

 
 
Harry Potter et l'Ordre du Phénix
Auteure: J.K. Rowling
Editeur: Gallimard
Traduit de l'anglais par: Jean-François Ménard
Nombre de pages: 986
 
Quatrième de Couverture
 
A quinze ans, Harry s'apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s'il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n'a jamais été aussi anxieux. L'adolescence, la perspective des examens importants en fin d'année et ces étranges cauchemars... Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le Ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d'une véritable lutte de pouvoir. La résistance s'organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours...
 
D'une inventivité et d'une virtuosité rares, découvrez le cinquième tome de cette saga que son auteur a su hisser au rang de véritable phénomène littéraire.
 
Harry Potter et l'Ordre du Phénix
 
Mon Avis
 
Cinquième tome de la saga, il est aussi le plus gros (presque 1000 pages) et sans doute celui qui divise le plus de lecteurs. Pourtant, sa complexité et ce qu'il relate font qu'il est essentiel à l'intrigue de la saga.
Comme les précédents tomes, l'histoire débute en été, chez les Dursley où Harry passe ses vacances. Les évènements de l'année scolaire qui vient de passer - sa participation inattendue au Tournoi des Trois Sorciers, la mort de Cédric Diggory, le retour de Lord Voldemort... - hantent ses nuits et il est pesant pour lui de rester chez son oncle et sa tante, à ne rien faire, avec l'étrange impression qu'on lui cache des choses. Tout se bouscule lorsqu'il se fait attaquer, en pleine rue, en compagnie de son cousin Dudley, par deux Détraqueurs contre lesquels il est obligé, afin de sauver sa vie, d'utiliser son Patronus. Suite à cette infraction à la loi, Harry ne tarde pas à être convoqué par le Ministère de la Magie pour répondre de ses actes devant un tribunal.
Au fil des jours, ses craintes sont confirmées lorsqu'il apprend qu'on lui a non seulement caché la reformation de L'Ordre du Phénix (organisation secrète ayant pour but de contrer Voldemort et ses Mangemorts), que nombre de personnes qu'il connaît en font partie (son parrain Sirius - qui est forcé de se cacher et devient de plus en plus distant, Remus Lupin, Mr et Mrs Weasley, Maugrey "Fol'Oeil", et même Dumbledore et Rogue), et qu'il est surveillé depuis le début de l'été par les membres de l'Ordre. La rancœur devient colère et haine tandis que Harry se sent de plus en plus exclu, persuadé qu'on lui cache trop de choses pour on bien. Mais est-ce l'ambiance oppressante, la pression des BUSE, ou ses troublants rêves qui sont cause de ses sautes d'humeur ?
A Poudlard, Dolores Ombrage, nouveau professeure de Défense contre les Forces du Mal, envoyée par le ministère (qui ignore délibérément les avertissements de Dumbledore au sujet du retour de Voldemort et les font passer, lui et Harry, grâce à la Gazette du Sorcier qui se complait à les discréditer, pour des affabulateurs), s'accapare un pouvoir de plus en plus en vaste et chamboule tout ce que Harry a jamais connu à l'école qui ne fait plus son bonheur... Ses cours sont uniquement théoriques et platoniques, elle interdit à tous l'usage de la magie et impose à ses élèves une existence de plus en plus restrictive. Harry, Ron et Hermione fondent donc l'A.D. (l'Association de Défense qui deviendra l'Armée de Dumbledore) grâce à laquelle Harry va inculquer son savoir en matière de sortilèges au peu de personnes qui croient encore en lui et Dumbledore.
Voldemort est désormais réellement présent et il n'en est que plus effrayant.
Ce volet est déroutant, car il est contitué d'une compilation d'évènement moindres (comme la relation amoureuse que j'ai trouvée inutile entre Harry et Cho Chang et qui n'apporte rien au récit) au milieu d'un sentiment constant de doute. Il se caractérise vraiment par cette impression d'attente, qui dure tout au long du récit, ce qui ajoute une réelle tension, alors qu'on y apprend beaucoup de choses ! J'adore cette manière de ressentir les choses. Et, niveau sensations, la tristesse est bien ressentie en fin de roman avec la perte d'un personnage qui m'est cher et auquel je me suis attachée.
Les quelques touches d'humour allègent le tout mais pas assez pour l'éclaircir, et c'est tant mieux ! Le côté sombre est primordial à la transition entre ce tome et le suivant.
 
 
(illustration de Morgane Velten)
 
 
 
Citations:
 
* On ne quitte pas Voldemort en lui écrivant une simple lettre de démission. Avec lui, il faut servir ou mourir.
 
* - Jamais vu des mômes aussi doués pour en savoir plus que ce qu'ils devraient.
 
* - Il est impossible de ressentir tout ça à la fois sans exploser, dit enfin Ron.
- Ce n'est pas parce que tu as la capacité émotionnelle d'une cuillère à café qu'il en va de même pour tout le monde, dit Hermione d'un ton féroce.
 
* Il y a des causes pour lesquelles il vaut la peine de mourir !
 
* Harry ne pouvait plus se supporter, ne pouvait plus supporter d'être lui-même...
 
* [...] l'un devra mourir de la main de l'autre car aucun d'eux ne peut vivre tant que l'autre survit...
 
 
 
Suzy Bess.
 



2 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord avec (presque) tout^^. La relation avec Cho Chang n'est pas indispensable à l'histoire, certes, mais ce sont ces petites choses qui rendent les personnages plus humains et qui fait qu'on s'y attache encore plus. L'histoire globale est longue et, sans ça, je pense que les lecteurs auraient fini par la lire sans envie. Des à-côté "inutile" comme ça, il y en a des tonnes mais c'est grâce à eux aussi qu'Harry Potter est... Harry Potter^^. Bonne lecture pour le Prince de sang-mêlé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je n'y avais pas pensé de cette manière. ^^
      Merci, j'approche de la fin !

      Supprimer