lundi 26 février 2018

Le Fléau, volume 2


Le Fléau,
volume 2
Titre original: "The Stand"
Auteur: Stephen King
Editeur: Le Livre de Poche
Traduit de l'anglais par: Jean-Pierre Quijano
Nombre de pages: 790

* Quatrième de Couverture *

Il a suffi que l'ordinateur d'un laboratoire ultra-secret de l'armée américaine fasse une erreur d'une nanoseconde pour que la chaîne de la mort se mette en marche. Le Fléau, inexorablement, se répand sur l'Amérique et, de New York à Los Angeles, transforme un bel été en cauchemar. Avec un taux de contamination de 99.4 %... Dans ce monde d'apocalypse émerge alors une poignée de survivants hallucinés. Ils ne se connaissent pas, pourtant tous veulent rejoindre celle que, dans leurs rêves, ils appellent Mère Abigaël: une vieille Noire de cent huit ans dont dépend leur salut commun. Mais ils savent aussi que sur cette terre dévastée rôde l'Homme sans visage, l'Homme Noir aux étranges pouvoirs, Randall Flagg. L'incarnation des fantasmes les plus diaboliques destinée à régner sur ce monde nouveau. C'est la fin des Temps, et le dernier combat entre le Bien et le Mal peut commencer.

* Mon Avis *

Suite et fin de l'aventure palpitante commencée avec le premier volume, "Le Fléau" aura été une aventure enivrante.

La super-grippe a sévi et laissé dans son sillage des survivants qui se divisent en deux camps: les uns s'installant à l'Est, les autres à l'Ouest; ceux attirés dans leurs rêves par Mère Abigaël et ceux par Randall Flagg; un groupe représentant le Bien, l'autre le Mal... De chaque côté, une société se reforme, mais de manière différente: quand, à l'Ouest, le terreur règne autant que l'ordre, à l'Est, une politique s'installe de façon maladroite. La peur d'un affrontement mortel entre chaque partie s'infiltre dans le coeur de chacun, et l'attente commence.

L'évolution de l'intrigue est vraiment intéressante. La première partie du roman, publié dans un premier volume, se concentrait principalement sur la propagation d'une pandémie mortelle et les réactions en chaîne qui s'ensuivaient. Ici, l'on observe les personnages se prendre en main, la formation d'une nouvelle société dans un monde désolé, et une part de surnaturel et de religion qui prend plus de place que précédemment.
La possibilité de suivre les faits qui se déroulent des deux côtés des Etats-Unis, dans les camps opposés, est fascinante: les valeurs ne sont pas les mêmes, les motivations non plus, la ligne directrice fondamentalement différente apporte son lot de suspens, de questionnements et de raisonnements; mais de chaque côté se posent des avantages et des inconvénients, il n'y a jamais rien à jeter en bloc, ou à accepter en bloc, c'est réaliste et cela fait réfléchir. Observer la fondation d'un nouveau système, basé notamment sur l'ancienne Constitution américaine, m'a parfois donné l'impression de regarder des enfants jouant à imiter des grandes personnes, ne sachant pas trop ce qu'ils font mais continuant sans avoir conscience de la portée de leurs actes. Et cette sensation ne fut pas déplaisante, j'ai aimé comme l'auteur racontait son histoire.
Les objectifs que se fixent ensuite les héros et héroïnes, les missions à accomplir et les doutes qu'ils ressentent, tout cela m'a captivée; Stephen King, en nous offrant des points de vue différents, impose au rythme de l'intrigue une attente angoissante.

Finalement, cette épopée, empreinte d'une certaine réflexion politique autant qu'humaine, aura été prenante, préoccupante, et même émouvante. J'en garderai un excellent souvenir.

Mon avis du premier volume: ici.
 
* Parlons Couverture *

Tout comme pour l'édition de la première moitié du roman, le choix de couverture s'est porté sur une photographie de Philippe Brault. Et c'est un choix symboliquement lourd que ce drapeau américain flottant au gré du vent au milieu de cet univers désolé. J'aime beaucoup !



Citation:

* La folie religieuse a ceci de merveilleux qu'elle peut tout expliquer. Dès lors qu'on accepte Dieu (ou Satan) comme cause première de tout ce qui survient dans le monde mortel, rien n'est plus laissé au hasard. Dès lors que l'on maîtrise des phrases incantatoires comme "et maintenant nous voyons dans la nuit" ou "les voies de Dieu sont insondables", rien n'empêche plus de jeter la logique aux orties. La folie religieuse est l'un des moyens infaillibles de faire face aux caprices du monde, car elle élimine totalement le simple accident. Pour le véritable maniaque religieux, tout avait été prévu. 


Suzy Bess.

   

4 commentaires:

  1. King a cette capacité de livrer des romans long mais tellement prenant, tellement complet, avec des reflexions intelligentes tout du long, et sans jamais se moquer de ses personnages. Même les méchants ont de la profondeur. Et c'est pour ça que je suis toujours pressé d'en découvrir un nouveau^^.

    RépondreSupprimer
  2. Ça y est, enfin lu ce pavé ^^ D'ailleurs, merci, car c'est toi qui m'a donné envie de le sortir de ma PAL et je ne le regrette pas ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah il est énorme ! ^^ Contente de t'avoir donné envie de le lire et que tu aies apprécié !

      Supprimer