mercredi 11 février 2015

Dieu Me Déteste

 
Dieu Me Déteste
Auteure: Hollis Seamon
Editeur: Editions France Loisirs
Traduit de l'anglais par: Marie de Prémonville
Nombre de pages: 279
 
Quatrième de couverture:
 
New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt 18 ans. Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s'envoyer en l'air, tomber amoureux, danser, fumer, boire, et tout recommencer. La différence, c'est que Richard sait qu'il ne fêtera jamais ses 19 ans. Il est un peu plus pressé que les autres et, pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de tous ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l'humour. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup.
Vous n'êtes pas près d'oublier Richard Casey, comment il mena une révolution contre le corps médical, se glissa dans les draps de la jolie fille de la 302, réussit une évasion périlleuse et joua finalement son Destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort.
 
Mon avis:
 
"Dieu Me Déteste", c'est l'histoire d'un mec de 17 ans qui espère ardemment s'en sortir mais qui est bien trop fier pour l'avouer. Alors il blague, sur tout et n'importe quoi. Et il découvre, il expérimente, tant qu'il le peut encore. Tant qu'il le peut encore, oui, il n'y a pas un instant où il ne nous rappelle pas qu'il est un jeune homme mourant. Et je pense que c'est le défaut de ce roman, son point négatif. Mais malgré ça, le tout est touchant, drôle, tendre. L'écriture est simple et fluide, les pages filent vite, c'est agréable. Mais j'ai tout de même trouvé les pensées de cet ado caricaturées. Certains l'on comparé à Augustus Waters de "Nos Etoiles Contraires", et en lisant mon avis l'on pourrait presque croire qu'il y a du vrai dans cette comparaison, mais non: ça n'a rien à voir. C'est dommage d'avoir fait de Richard un stéréotype de l'adolescent.
C'est donc un avis mitigé que j'ai pour cette lecture qui m'a néanmoins fait passer un moment bien sympathique.
 
 
Le Toucher des Pages.
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire