jeudi 15 janvier 2015

Le Seigneur des Anneaux - Intégrale



Le Seigneur des Anneaux
Auteur: J.R.R. Tolkien
Editeur: Edition Intégrale Pocket - Christian Bourgeois Editeur
Traduit de l'anglais par: Francis Ledoux
Nombre de pages: 1396

Quatrième de couverture:
 
Une contrée paisible où vivent les Hobbits. Un anneau magique à la puissance infinie. Sauron, son créateur, prêt à dévaster le monde entier pour récupérer son bien. Frodon, jeune Hobbit, détenteur de l'Anneau malgré lui. Gandalf, le Magicien, venu avertir Frodon du danger. Et voilà déjà les Cavaliers Noirs qui approchent...
C'est ainsi que tout commence en Terre du Milieu entre la Comté et Mordor.
C'est ainsi que la plus grande légende est née.
 
Tome 1: La Communauté de l'Anneau
Nombre de pages: 534 (prologue inclus)
 
Mon avis:
 
Avant tout je tiens à préciser que je conseille fortement la lecture de cette trilogie après avoir lu "Bilbo, le Hobbit". Certains détails de l'histoire en seront plus compréhensifs.
 
Nous suivons donc le personnage principal, Frodon Sacquet, neveu et héritier de Bilbon Sacquet qui lui offre (avec regrets ?) l'Anneau Unique. Et quel cadeau ! Empoisonné, pourrions-nous dire... Car à la suite de ce présent survient nombre d'aventures, d'évènements et de personnages.
Je me suis immédiatement attachée à Sam Gamegie, à ce Semi-Homme parfois trop sérieux et bougon mais sensé, à sa nonchalance qui cache souvent bien des choses.
J'ai particulièrement aimé le fait qu'en chaque personnage sont dépeints les défauts comme les qualités, ce qui a pour effet que l'on peut apprécier qui l'on veut, que l'on peut s'identifier facilement.
 
Au début de cet avis, je parlais de détails. Je dois avouer que j'ai été impressionnée de la précision dont fait preuve Monsieur Tolkien ! C'est épatant mais peut être perturbant voire déroutant. Il est préférable d'être accompagné d'une carte de la Terre du Milieu pendant sa lecture (il en est plusieurs qui sont incluses dans l'édition intégrale Pocket; c'est bien pratique puisque j'y jetais un coup d'œil environ toutes les deux pages afin de pouvoir suivre le cheminement).
L'écriture ultra-détaillée a fait que ma lecture a été longue mais vraiment agréable. J'ai eue l'impression de vouloir me prélasser tranquillement dans ces pages pourtant bien souvent emplies de tristesse, de doutes, de peurs; mais aussi de vouloir y cheminer avec hâte afin de fuir d'obscures aventures. Mais, comme Frodon, nous sommes forcés de subir cette quête et les décisions difficiles qui en découlent.
 
John Ronald Reuel Tolkien a édifié un Monde de telle manière qu'il est aisé de penser qu'il a lui-même suivi les chemins de terre en compagnie des membres de la Communauté de l'Anneau.
Il n'y a pas à dire, je lui tire mon chapeau !
 
La première partie de cette trilogie pose les bases d'une grande aventure.
J'ai adoré et je passe à la suite avec empressement !
 
Ce que j'ai préféré:
Cet instant où Sam, au péril de sa vie, plonge dans l'eau "tête la première" pour suivre Frodon.
C'est ça l'amitié !

***
 
Tome 2: Les Deux Tours
Nombre de pages: 429

Mon avis:

Le second tome de cette trilogie est séparé en deux parties. La Communauté de l'Anneau est divisée, et l'on suit durant la première partie les "Chasseurs": Aragorn, Gimli, Legolas; ainsi que les "Petites Canailles": Merry et Pippin.
Nous sommes tenus en haleine, l'action est constante et, bien que gagnée par le doute, j'ai adorée suivre la chasse, la recherche dans la peur. L'apparition de Sylvebarbe le Ent est très intéressante, emplie de gaieté et en même temps d'une force qui pourrait presque être palpable. Il y a de nombreuses rencontres, et la nature et l'environnement sont toujours très détaillés.
C'est une lecture qui reste vraiment agréable car j'étais sans cesse dans l'attente de la suite.
Mais à l'heure où j'écris cette chronique, je suis triste. Triste car la seconde partie des "Deux Tours" est sombre. Elle est sombre et elle nous laisse dans le doute le plus total.
On marche aux côtés de Frodon, de Sam, et de Sméagol aussi. Le pire, c'est sans doute le fait de savoir que le danger est au prochain tournant et qu'on est forcé d'y aller. C'est dur, on ne doute même plus, on ne peut que lire la douleur et le désespoir. L'épuisement de Frodon m'a peinée, le courage de Sam m'a fortifiée.

Tolkien m'étonnera toujours dans sa capacité à transmettre les émotions, à nous les faire ressentir. L'intégration de l'esprit dans un livre, grâce à des mots et des descriptions, est un art absolument magnifique et qui m'éblouie. C'est pour cet art que je lis, pour le retrouver, pour le sentir. Tolkien a élevé cet art à son sommet et c'est beau, tellement beau à découvrir !

Mon coup de cœur pour cet écrivain demeure, évidemment. J'ai hâte de lire le troisième tome et m'y mettrais dès cette chronique finie.

Ce que j'ai préféré:
L'arrogance de Legolas et le décompte du nombre d'Orques tués qui prend des allures de concours morbide entre l'Elfe et Gimli.
Citation:
* " Je ne sais pas quelle impression cela vous fait de sentir la petite canaille bâiller derière vous, mais la canaille est fatiguée et elle serait bien contente de cesser de bâiller pour s'étendre. " - Merry au Cavalier Blanc (dont je ne prononcerais pas le nom pour éviter à ceux qui ne l'ont pas lu tout spoiler...).

***

Tome 3: Le Retour Du Roi
Nombre de pages: 433 (Appendice, Annexes et Table des Matières inclus)

Mon avis:

Voici la fin d'une saga et d'une aventure qui m'ont portée loin.

Ce troisième et dernier tome du Seigneur des Anneaux est clairement centré sur les batailles et l'art de combattre vaillamment. La rapidité de mouvement y tient grande importance, et l'on ne voit pas le temps passer tout en le trouvant beaucoup trop long. Cette impression d'assister en direct aux faits m'a complètement accrochée; c'est sans doute pour cela que j'ai pris mon temps à lire cette puissante fresque. Et elle est pénible cette sensation de vouloir souffrir à la place des personnages dans l'espoir d'alléger un peu leur fardeau.
Je regrette que Merry et Pippin ne fussent pas plus souvent réunis, mais les épreuves les ont grandis - au sens propre comme au figuré - il faut croire que la maturité de ces Hobbits va de pair avec leur indépendance.
Nombreux sont ceux qui tombent, et nombreux sont les Destins qui se forgent. Mais je ne peux en dire plus sous peine d'en révéler trop.

Je terminerais en disant que l'on ressent toutes les émotions dans ce tome, toutes: joie, tristesse, douleur, espoir, peur, etc. Je sors fatiguée de cette lecture, vraiment, physiquement et moralement. C'est étonnant comme je m'y suis immergée, j'en rêvais même la nuit !
Mais c'est fini.
Tolkien, ce poète, est un être incroyable. Il a fondé quelque de tellement grand - et je parle de toute la pureté de sens du mot "GRAND" !

En m'offrant ce livre, ma mère a dit: "On dirait une Bible ."
Oui, je crois qu'elle a tout compris.


 
Le Toucher Des Pages.

6 commentaires:

  1. Honte sur moi je n'ai jamais lu ces classiques ;-) Il faudrait que je le fasse un jour , surtout que ta dernière phrase me plait beaucoup "En m'offrant ce livre, ma mère a dit: "On dirait une Bible ."
    Oui, je crois qu'elle a tout compris." C'est beau !!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai la meme édition que toi, je l'adore! C'est vrai que Tolkien c'est foisonnant, pleins de détails, complexe... Du coup j'ai lu le tome 1 seulement pour le moment... Je préfère étaler cette lecture afin de ne pas me lasser :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprend que tu l'aimes bien, elle est très belle. Oui, c'est bien aussi de faire une pause, c'est vrai que c'est lourd comme texte.

      Supprimer
  3. Je l'ai lu, il y a longtemps mais j'avais préféré les films que j'avais vu avant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce n'est pas du tout le même ressenti, je te comprends totalement ! Et puis, il faut avouer que c'est long à lire, même quand on aime ! ;)
      J'ai aussi d'abord connu les films.

      Supprimer